Archives par mot-clé : Xu Juezai

APPEL A COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

English version below

 

Séminaire sur l’histoire transnationale des socialismes 2018-2019
(Seconde moitié du xixe siècle, jusqu’en 1914) : 

Appel à communication

 

Séminaire international organisé dans le cadre du projet EUROSOC (GRR-CSN Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Jean-Numa Ducange https://eurosoc.hypotheses.org/), avec le soutien du projet PEACE (Université de Caen – Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Thomas Hippler et Jean-Numa Ducange)

Comité d’organisation

Andrea Benedetti (doctorant, université de Strasbourg)
Frank-Olivier Chauvin (doctorant, université de Rouen)
Lucie Guesnier (docteure, université de Paris 1)
Elisa Marcobelli (post-doctorante, université de Rouen)
Steffi Marung (enseignante-chercheuse, université de Leipzig)

Comité scientifique

Sylvie Aprile (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Gilles Candar (Président de la Société d’études jaurésiennes)
Maurice Carrez (Institut d’étude Politique de Strasbourg, Dynamiques Européennes)
Patrizia Dogliani (Université de Bologne, Dipartimento di Storia Culture Civiltà)
Jean-Numa Ducange (Université de Rouen, Groupe de recherches d’Histoire)
Talbot C. Imlay (Université de Laval – Canada, Département des Sciences Historiques)
Xu Juezai (Académie des Sciences de Shanghai, directeur de la revue Annales pour l’histoire du socialisme)
Matthias Middell (Université de Leipzig, Center for Areas Studies)
Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias)
Thomas Hippler (Université de Caen, Centre de recherche d’histoire quantitative)
Marcel van der Linden (Université d’Amsterdam, Institut International d’Histoire sociale)
Thierry Merel (Directeur du secteur « Histoire et Archives » de la Fondation Jean-Jaurès)
Maria Grazia Meriggi (Université de Bergame, Dipartimento di Lingue, letterature e culture straniere)
Bertel Nygaard (Université d’Aarhus, Institut for Kultur og Samfund)
Arnault Skornicki (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Blaise Wilfert-Portal (Ecole Normale Supérieure, Paris, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)

Deux siècles après la naissance de Marx, l’intérêt renouvelé de nombreux chercheurs pour les socialismes, Marx et les marxismes, se produit à un moment où les organisations issues des « mouvements ouvriers » traditionnels sont presque partout en difficulté.

Les études en cours sur ces sujets intègrent souvent une dimension internationale et transnationale ; l’internationalisme peut être ainsi traité sous un nouveau jour. Pour penser cette histoire, le chercheur doit sortir de sa propre sphère culturelle et linguistique et « décentrer » son regard, en accord avec le souhait formulé par Marcel Van der Linden [Van der Linden, 2017].

Le présent séminaire se propose d’étudier les relations entre les socialismes et les socialistes des différents pays à partir de ces nouvelles méthodes. Le cadre de l’État-nation demeurant prégnant dans l’étude des transmissions et diffusions des idées et des savoirs, il est nécessaire de le surmonter afin d’appréhender le défi global [Middell, 2004] et d’inscrire les études sur le socialisme dans le global turn.

C’est en s’insérant dans cette perspective que ce séminaire souhaite s’intéresser à toutes ces manifestations “transnationales” du socialisme : circulation des textes, des idées et des acteurs socialistes entre les différents pays, travail transfrontalier, mouvements transnationaux, positions des socialistes lors des conflits – tout ce qui de quelque manière dépasse, voire efface les frontières. Une attention singulière sera portée aux traductions politiques, champ relativement délaissé jusqu’ici alors même qu’il permet de réexaminer les processus de transmission sous un nouveau jour. Les populations particulièrement concernées par les pratiques transnationales (un des « transnationalismes » parmi les plus discutés à l’époque étant le cas polonais) méritent à ce propos une attention spécifique.

Ces séances pourront également aborder la question des relations institutionnelles entre les différentes « nations » et Empires ; proposer une histoire transnationale permet d’étudier les enchevêtrements et les interconnexions des institutions socialistes et d’autres formes de solidarité internationale. Ceci peut être fait par l’étude des institutions telles que les Internationales socialistes et le Bureau socialiste international et les diverses rencontres internationales, à l’occasion desquelles les socialistes ont essayé de mettre en pratique la dimension internationale de leurs principes.

À l’instar de ce qui a été proposé par Michel Espagne et Michael Werner [Espagne et Werner, 1988], qui ont dédié leurs analyses à la diffusion de la pensée allemande en France, il est fondamental de s’occuper des outils qui permettent la diffusion et la circulation des idées et des savoirs. Mais trop longtemps, l’étude des représentations et des transmissions ont fait la part belle aux idées ; les vecteurs matériels de ces transferts, également importants, ont été peu traités. L’étude de la circulation des ouvrages socialistes entre les différents centres et foyers socialistes (le rôle des traductions étant là un élément déterminant), sans oublier la place de la littérature grise dans ces échanges peut constituer de ce point de vue, un élément essentiel. Les propositions devront s’intéresser non plus au rayonnement du cadre national vers l’étranger, qui induit une logique diffusionniste, mais devront dépasser cette perspective en tenant compte des influences extérieures et réciproques dans le processus de construction d’une « pensée internationaliste ».

Le séminaire se propose également d’interroger les divergences d’opinions au sein des familles politiques et entre les nations elles-mêmes sur la question de l’internationalisme, problématique centrale de la pensée socialiste. Tout comme l’historiographie a tenté de conceptualiser une « ère des révolutions » [Hobsbawm, 1962] ne peut-on pas parler d’une « ère des internationalismes » qui dépasse le cadre européen ? Ainsi peut-on s’intéresser aux socialistes en exil [Aprile, 2010], volontaire ou non, qui ont pu se rapprocher des partis socialistes étrangers. Les contributions devront veiller à ne pas négliger les discours et représentations de l’internationalisme socialiste confrontés aux pratiques.

Une place spécifique sera réservée aux contributions relatives à la paix et aux pacifismes, éléments clefs du langage et de la pratique socialiste, étudiés principalement jusqu’ici pays par pays alors que s’impose là encore une nécessaire prise en compte de la dimension transnationale du processus.

Les propositions devront concerner d’une manière ou d’une autre l’histoire du socialisme mais pourront traiter également d’autres univers politico-idéologiques dans une perspective comparatiste.

Bibliographie indicative

  • APRILE Sylvie, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.
  • DOGLIANI Patrizia, « Socialisme et internationalisme », Cahiers Jaurès, n° 191/1, 2009, p. 11‑30.
  • DUCANGE Jean-Numa et FONTAINE Marion (dir.),  Georges Haupt, l’Internationale pour méthode », Cahiers Jaurès, n° 203, janvier-mars 2012.
  • ESPAGNE Michel et WERNER Michael (textes réunis et présentés par), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988.
  • FORMAN, Michael, Nationalism and the international Labour Movement, the idea of the Nation in Socialist and Anarchist Theory, University Park, Pennsylvania State University press, 1998.
  • GEYER, Martin et PAULMANN Johannes, The Mechanics of Internationalism: culture, society and politics from the 1840s to the First World War, Oxford, University Press, 2001.
  • GRANDTNER, Margarete, ROTHERMUND Dietmar et SCHWENTKER, Wolfgang (dir.), Globalisierung und Globalgeschichte, Vienne, Mandelbaum Verlag, 2005.
  • HAUPT, Georges, L’Historien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980.
  • HOBSBAWM, Eric J., L’ère des révolutions, Paris, Fayard, 2011.
  • JOUSSE, Emmanuel (dir.), Actes du colloque « 1914. L’Internationale et les internationalismes face à la guerre », tenu à Paris le 24 et 25 mars 2014, Cahiers Jaurès, nº 212-213, 2014 et nº 215-216, 2015.
  • MIDDELL Matthias, « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004.
  • RASMUSSEN, Anne, « Tournant, inflexions, ruptures : le moment internationaliste », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 19, 2001, p. 27‑41.VAN HOLTHOON, Frits et VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), Internationalism in the Labour Movement 1830-1940, Brill, Leiden, 1988.
  • VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), The Formation of labour movements, 1870-1914, Brill, Leiden, 1990.
  • VAN DER LINDEN, Marcel, Workers of the World. Essays toward a Global Labor History, Leiden et Boston, Brill Academic Publishers, 2008.
  • VAN DER LINDEN, Marcel et al., « Labor history, tournant de ‘l’histoire globale’ et marxismes », Actuel Marx, 2017/2, n° 62, p. 181-196.

Modalités pratiques

Les propositions de contributions sont à envoyer avant le 10 mai 2018 à

socialismetransnational@gmail.com

À part la séance du 30 mai, le programme des autres séances sera organisé en fonction des réponses à l’appel. Les réponses seront transmises avant le 25 mai.

Les langues de communication lors de ces séances sont le français, l’anglais et l’allemand.

Les frais de déplacement, logement, et restauration seront couverts.

Dates prévisionnelles et thématiques des séances (les thèmes sont susceptibles d’élargissement en fonction des propositions)

 

  • 30 mai 2018 : Université de Rouen. Réunion du projet EUROSOC – première séance du séminaire avec Marcel Van der Linden (Amsterdam), « Pacifisme, internationalisme, transnationalisme ». (Responsables : Frank-Olivier Chauvin et Elisa Marcobelli)
  • 28 septembre 2018 : École Normale Supérieure (Ulm). « Traduire la politique en Europe au XIXe siècle » (Responsables : Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal)
  • 6 novembre : Université de Strasbourg. « Les ‘institutions’ socialistes internationales » (Responsables : Andrea Benedetti et Lucie Guesnier)
  • 7-8 décembre : Université de Leipzig (Allemagne). « Quelle histoire transnationale du socialisme avant la Première guerre mondiale ? » (Responsable : Steffi Marung)
  • Début 2019 (date à définir) : conclusions du projet EUROSOC à l’Université de Rouen. Perspectives du projet PEACE.

ENGLISH VERSION

Workshop on Transnational History of Socialism
(Second Half of 19th Century to 1914)

Call for Papers

Two centuries after the birth of Karl Marx, European researchers show a renewed interest in socialism studies. However, this has coincided with the unprecedented decline of the traditional workers’ movement.

Frequently, these studies involve an international and transnational dimension. Internationalism can be studied under this light. According to Marcel Van der Linden, to assess and analyse this school of history, the researcher must get out of his own cultural and linguistic sphere and be removed from domestic history [Van der Linden, 2017].

Using new methods, the current seminar aims to study the relations and differences between socialism and socialists of different nationalities. The framework of the nation-state, still predominant in the studies about the transmission and diffusion of the Left ideas, must be transcended to grasp the global challenge [Middell, 2004]. Moreover, refocusing socialism studies in this global direction means finally exceeding the classic Eurocentric vision.

According that, this seminar is interested in all these « transnational » manifestations of socialism : circulation of texts, ideas and socialist actors between the different countries, cross-border labour, transnational movements, and positions of socialists in conflict period. In short, this means any topic that transcends or even clears borders. Specific attention will be given to translation of politic wrights or speeches, a relatively neglected field, so far as this allows for a re-examining of the transmission process in a new light. Populations particularly concerned by transnational practices (one of the most controversial cases of « transnationalism » at the time was the Polish case) deserve specific attention in this respect.

Additionally, these sessions may also address the issue of institutional relations between different nations and empires. Proposing a transnational history makes it possible to study the entanglements and interconnections of socialist institutions and other forms of international solidarity. This can be done through the study of institutions such as the Socialist International, the Bureau Socialiste International and the various international meetings at which socialists tried to put into practice the international dimension of their principles.

As it was proposed by Michel Espagne and Michael Werner, who dedicated their analysis to the diffusion of the German thought in France, it is essential to focus on tools that allow for the diffusion and circulation of ideas and knowledge [Espagne & Werner, 1988]. For too long, however, studies on representations and transmissions has given precedence to ideas ; the material vectors of these transfers, equally important, have been neglected. Studying the circulation of socialist works between various socialist centers (the role of translations being a key element), not to mention the role that grey literature played in these exchanges, may constitute an essential component from this point of view. Studies should also focus on the influence of the national framework to the foreign countries, which induces a diffusionist logic, but must go beyond this perspective taking into account external and reciprocal influences in the process of building an « internationalist thinking ».

The seminar also aims to question differences of opinion within political families and between nations on the question of internationalism, one of the main problems of the socialist thought. Just as historiography has attempted to conceptualize an « Era of Revolutions » [Hobsbawm, 1962] can we not speak of an « Era of Socialism » that goes beyond the European framework? Thus we can also expand analysis to socialists in exile [Aprile, 2010], voluntary or not, who have been able to get closer to foreign socialist elements. Contributions should be careful not to neglect the discourse and representations of socialist internationalism confronted with practices.

A special place will be reserved for contributions relating to peace and pacifism, key elements of socialist language and practice. This has been studied mainly on a country-by-country basis, but there is a need to take into account the transnational dimension of process.

Proposals must be concerned with history of socialism but can also be about another aspect of the political and ideological spectrum in a comparative perspective.

Practical arrangements

Proposals are expected to be received before May 10th  2018 :

socialismetransnational@gmail.com

Responses will be sent before May 25th

Work languages are: French, English and German

Travelling and accommodation expenses will be covered

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

Comment réexaminer le révisionnisme et le réformisme de la Deuxième Internationale ?

 

English version.pdf
How to Review the Revisionism and the Reformism of the Second International?

Chinese version.pdf
如何看待第二国际的修正主义和改良主义问题? 

Nos collègues universitaires français viennent de parler de la révolution d’Octobre menée par Lénine, qui est une forme de révolution socialiste, mais existe-t-il une autre alternative de penser la transformation révolutionnaire ? Je veux maintenant poursuivre cette discussion en abordant certaines questions relatives à la Deuxième Internationale, lesquelles impliquent une révolution socialiste alternative et posent la question de la façon dont on peut réexaminer le « révisionnisme » et le réformisme.

Il fut autrefois longtemps interdit aux universitaires chinois d’étudier la Deuxième Internationale ; elle ne pouvait être traitée comme une véritable partie de l’histoire intellectuelle du marxisme. Sous l’influence de L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS, la Deuxième Internationale était considérée comme un « parti social-démocrate du type européen occidental, qui était né en des temps de paix, et dirigé par des opportunistes qui rêvaient de réforme sociale mais craignaient la révolution sociale », alors que le parti bolchévique était « un nouveau type de parti, un parti marxiste-léniniste, qui défendait la révolution sociale et pouvait entrainer le prolétariat à combattre la bourgeoisie et emmener la révolution prolétarienne à la victoire[1] ». Par conséquent, le contexte de l’histoire intellectuelle fut « kidnappé » par celui de l’idéologie.

À partir du début du vingtième siècle, en ce qui concerne le marxisme, l’attitude de la Chine connut de grands bouleversements. Du début du vingtième à la fin des années 1940, au cours du processus d’introduction du marxisme en Chine, Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Clara Zetkin, August Bebel, Paul Lafargue, Plekhanov et leurs travaux furent présentés dans notre pays et eurent une influence bénéfique. En ce sens, on peut dire que les chinois avaient alors une image positive du marxisme de la Deuxième Internationale.

Dans les années 1950, fortement influencée par le milieu universitaire soviétique, l’attitude de la Chine envers le marxisme de la Deuxième Internationale devint entièrement négative, l’étudier fut également interdit. Malgré cela, certains documents et travaux en lien avec la Deuxième Internationale furent, de manière épisodique, sélectionnés et traduits. Cependant, la plupart furent publiés comme documents en accès restreint, seuls quelques-uns furent diffusés publiquement mais toujours étiquetés comme documents à « usage critique », ou annotés d’observations critiques.

Dans les années 1980, poussé par le mouvement de libération idéologique, le monde universitaire commença à relire le marxisme de la Deuxième Internationale d’un point de vue académique et publia certains travaux de recherche qui partaient de problèmes spécifiques ou tournant autour d’importantes personnalités telles que Eduard Bernstein ou Karl Kautsky. Mais que ce soit en quantité ou en termes d’influence, ces travaux sont évidemment moindres comparativement à l’étude de la pensée de Marx et du marxisme occidental.

Pourquoi ? Cela n’a rien à voir avec le fait que le marxisme de la Deuxième Internationale ne mérite pas d’être étudié mais parce que son idéologie directrice a à voir avec le révisionnisme et le réformisme, pensés longtemps en opposition au marxisme. Nous devons dire qu’au début de la lutte menée par Lénine contre l’opportunisme de la Deuxième Internationale, le cadre idéologique s’était déjà constitué. Mais c’est seulement après que la Troisième Internationale ait été fondée que le contexte fut universellement accepté et eut certains effets sur les autres partis pour plus tard s’exprimer dans L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS. De plus, basé sur l’antagonisme idéologique, le marxisme-léninisme était jugé comme approprié au progrès historique, alors que les opportunistes de la Deuxième Internationale étaient considérés comme des personnes faisant régresser la théorie et transformant les principes en dogme. Avec de tels jugements, les conflits idéologiques servaient de postulats et de bases, ils décidaient si la théorie était vraie ou fausse. Pour cette raison, quand l’Union Soviétique critiqua une voie pacifique avec les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, la théorie de la Deuxième Internationale fut stigmatisée et catégorisée comme relevant du révisionnisme, de l’opportunisme, de l’idéalisme, du matérialisme mécanique, du vulgaire matérialisme, etc.

Par ailleurs, les fondateurs du marxisme occidental comme Antonio Gramsci, Karl Korsch et George Lukacs participèrent de ce contexte : tous étaient à la base des théoriciens marxistes de la Troisième Internationale. Idéologiquement, ils partageaient les idées de révolution et de guerre de la Troisième Internationale, défendaient la révolution socialiste et s’opposaient aux idées « pacifistes » de la Deuxième Internationale. Théoriquement, ils critiquaient les positions politiques de la théorie révolutionnaire de Lénine mais ils ne préconisaient pas une complète négation de la théorie marxiste. Par exemple, Korsch considérait sans aucun doute Franz Mehring et Rosa Luxemburg comme les précurseurs du marxisme occidental. Gramsci encensa Antonio Labriola pour « avoir transformé une interprétation générale de l’histoire en une philosophie générale et avoir donc ouvert une nouvelle direction pour le développement de la philosophie pratique[2] ».

Nous pouvons dire que de telles recherches à propos du marxisme de la Deuxième Internationale ouvrirent une brèche dans le contexte d’une Union Soviétique puissante et fortement marquée idéologiquement. Ceux qui ont véritablement étudié le marxisme de la Deuxième Internationale comme une partie de l’histoire intellectuelle sont Leszek Kolakowski et Predrag Vranicki. Ils n’ont pas seulement utilisé le concept de la Deuxième Internationale dans leurs travaux sur l’histoire du marxisme mais l’ont également appelé « l’âge d’or du marxisme » et ont dédié un nombre important d’articles à relater la lutte intellectuelle et les pensées des personnalités représentatives, notamment leurs contributions pour le développement de la théorie du socialisme scientifique et la création de la théorie de l’impérialisme. De leurs points de vue, les théories de Marx furent universellement acceptées durant la période de la Deuxième Internationale et se développèrent au cœur de violents débats théoriques.

En ce qui me concerne, je considère que bien que la Deuxième Internationale ait pris la théorie de Marx et d’Engels comme son point de départ théorique, elle n’est pas absolument une simple copie de ce que disaient les auteurs classiques. Elle connut les mutations capitalistes de l’Europe occidentale et les nouveaux développements du mouvement ouvrier à partir de la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au début du vingtième siècle et posa des questions qui étaient significatives à leur époque. Il existe bien une ligne de démarcation entre la Deuxième Internationale et l’époque de Marx et Engels, et cela nous permet de réfléchir au contexte propre à l’Europe occidentale, de la naissance du révisionnisme et la signification de son existence. Nous devons analyser la controverse théorique de la Deuxième Internationale au niveau épistémologique, mettre au jour ses caractéristiques propres à l’Europe occidentale et à celles de son temps, ses principes méthodologiques. Nous devons trouver le mécanisme expliquant que le marxisme change et parvienne à résoudre le mystère du conflit entre le marxisme oriental et occidental, chose qui n’a pas été résolue depuis longtemps. Nous devons réfléchir à la structure théorique de la Deuxième Internationale et ses contributions au matérialisme historique, ouvrant ainsi une nouvelle perspective sur l’étude de la théorie marxiste, permettant un nouveau développement du marxisme.

Nous savons qu’après la mort d’Engels, Eduard Bernstein, ayant assisté au développement capitaliste en Europe occidentale, pensait que le développement capitaliste moderne avait crée un système de crédit moderne, un système de communication et des organisations d’industriels montrant que le système capitaliste générait de nouvelles fonctions et pouvait s’adapter au développement de forces productives, dépasser sa propre crise et générer de plus en plus d’éléments socialistes. Par conséquent, les prédictions de Marx sur la chute du capitalisme et les principes de révolution prolétarienne ne s’appliquaient plus ; le prolétaire pouvait envisager le socialisme grâce au syndicalisme et la réforme sociale.

Les développements ultérieurs ont montré que ses positions n’étaient pas dénuées de sens. Le problème était qu’il alla au-delà de la simple critique pour verser dans la polémique, doutant des fondements même de la philosophie marxiste. En ce sens, il avait tort.

Mais concernant la voie de la révolution prolétarienne, tenant compte de l’énorme succès du SPD aux élections parlementaires, Bernstein pensait que dans les pays développés avec une démocratie parlementaire saine, le prolétaire pouvait emprunter « la voie pacifique vers le socialisme » à travers le suffrage universel et le système parlementaire. Quant à la question du bien fondé ou non du révisionnisme, nous pourrions éluder la question car l’histoire n’a pas prouvé ce que devrait être la voie de la révolution socialiste dans les pays capitalistes développés. Mais du simple fait qu’il vit le marxisme d’un point de vue de la transformation historique et proposa de nouvelles perspectives, il mérite d’être redécouvert.

Cette idée de « voie pacifique vers le socialisme » déclencha de vifs débats au sein de la Deuxième Internationale. En ce qui concerne les débats, nous nous sommes précédemment concentrés sur la critique des erreurs de Bernstein mais avons rarement réfléchi au contexte de l’Europe occidentale au moment du phénomène Bernstein et à la signification des ses positions. En réalité, dans l’histoire intellectuelle, la raison pour laquelle un théoricien pouvait attirer une attention durable et engendrer des débats sur le long terme ne se trouve pas dans le fait qu’il tirait simplement une conclusion précieuse, mais aussi parce qu’il proposait une idée originale en son temps.

La signification de l’idée qu’avança Bernstein correspond à deux caractéristiques majeures. Premièrement, il posa la question de comment le socialisme devait s’accomplir dans une société capitaliste développée. Deuxièmement, il élabora les contours de la réalisation du socialisme au sein de la démocratie bourgeoise. Ainsi, une autre question se posa : dans une société capitaliste développée, quel genre d’idées devrait adopter le socialisme ? Les idées démocratiques et libérales de la bourgeoisie ou celles de Marx ? Si ces dernières sont choisies, alors dans des conditions historiques nouvelles, quels contenus et caractéristiques devraient-elles avoir ? Il n’est pas difficile de voir que les plus importantes controverses théoriques de la Deuxième Internationale trouvèrent toutes leurs origines dans le développement capitaliste de l’Europe occidentale, s’inspirant des idées liées au développement de la démocratie capitaliste. Elles possèdent donc des indéniables et évidentes caractéristiques d’Europe occidentale.

D’un point de vue du développement théorique, la révision de Bernstein de la théorie de Marx pose aussi le questionnement de sa pertinence à son époque. Ce questionnement donna à juste titre une nouvelle signification à la controverse de la Deuxième Internationale et constitue un nouveau départ pour l’élaboration théorique. En dehors de la nécessité de défendre sa vision d’une « voie pacifique vers le socialisme », Bernstein divisait le matérialisme historique en deux étapes : la première insistait sur le principe que la base économique détermine la superstructure, sur l’inévitabilité des lois historiques et la violente révolution du socialisme ; dans cette étape, le matérialisme historique était immature. Alors que la deuxième insistait sur la moralité, le droit, l’idéologie ; dans cette étape, le matérialisme historique était mature. Selon ce point de vue, le matérialisme historique devrait développer sa forme mature tout en écartant les caractéristiques immatures parmi lesquelles les plus importantes étaient les impuretés de la dialectique de Hegel. Parallèlement Bernstein se référa au récit écrit par Engels en 1895 (l’introduction du livre de Marx, Les Luttes de classes en France) pour défendre ses positions réformistes.

En ce qui concerne le combat juridique et la transition pacifique, les positions des écrivains marxistes classiques sont bien connues. Simplement parce que Bernstein et d’autres s’étaient rapprochés de la démocratie capitaliste et la voie parlementaire et s’opposaient à la révolution violente, partout les gens critiquèrent la théorie de la transition pacifique comme du révisionnisme. Durant les décennies qui suivirent la révolution d’Octobre, le terme « révisionnisme » fut continuellement utilisé et, en général, il s’appliquait à tous ceux qui révisaient ou amendaient les parties désuètes de la théorie classique et les remplaçaient par de nouvelles conclusions adaptées à la situation de chaque pays. Tous ceux qui s’opposaient à « l’interprétation, au centre, au modèle » étaient considérés comme des trahisons des théories classiques. Les faits ont montré qu’après la Seconde Guerre Mondiale, les critiques internationales du révisionnisme yougoslave, du révisionnisme de l’Union Soviétique ou d’autres formes de révisionnisme était toutes inappropriées. Quant à la Chine, qui est passée d’une position qui visait à éviter l’émergence du révisionnisme à la lutte contre le révisionnisme, de nombreux problèmes se sont posés. Non seulement de telles actions n’ont pas défendu le marxisme mais ont aussi nui à son développement et à son mouvement. C’est une leçon amère.

Le développement de l’histoire a montré qu’il y a de grandes différences dans la structure de classe, le système politique, le contexte culturel, la tradition nationale, la psychologie sociale et le style de vie oriental et occidental. Se basant sur ces différences, Lénine déclara que, au niveau de la démocratie, de la dictature et de la transformation socialiste, chaque nation devrait avoir sa propre caractéristique. Lénine explorait toujours la voie de la révolution prolétarienne à partir des caractéristiques politiques et économiques de la Russie et des pays orientaux dans le contexte de guerre impérialiste, tandis que Bernstein et d’autres pensaient toujours à la transition socialiste du point de vue des caractéristiques politiques et économiques des pays occidentaux en temps de paix. Les faits ont prouvé que la théorie de Lénine était applicable au pays orientaux mais le succès de la révolution d’Octobre comme révolution violente ne prouve pas que toutes les révolutions prolétariennes doivent passer par la violence. Il est à noter que Lénine n’écartait pas la possibilité d’une transition pacifique dans les États parlementaires, dans la lignée (sans le dire bien sûr) de la conception de Bernstein. Bien que le succès de cette voie soit encore à vérifier, il n’est évidemment pas scientifique de juger si un parti est marxiste ou révisionniste en se basant sur son opinion à propos de la voie vers le socialisme.

La question de la façon dont on doit juger le révisionnisme est toujours une question inévitable dans l’histoire du marxisme et de la théorie socialiste. En 2005, un académicien russe de l’Académie Russe des sciences, Osyelman, a publié un ouvrage nommé In Defense of Revisionism (« En défense du révisionnisme »). Dans ce livre, il a démontré le processus de dogmatisation du marxisme dans l’ancienne Union Soviétique et a déclaré que nous devrions « rendre justice historique au bernsteinisme », ce qui a eu pour conséquences de déclencher un nombre important de débats et réactions dans les cercles intellectuels russes. La revue russe Philosophical problem a même organisé un séminaire auquel ont participé des chercheurs confirmés des milieux universitaires russes. De leurs points de vue, le révisionnisme devrait être considéré comme une façon de perpétuer la critique scientifique, de s’opposer au dogmatisme et d’examiner les règles universitaires. Cela démontre un degré d’ouverture et de création au sein de la tradition académique.

Mais en réalité le développement d’une théorie scientifique ne peut être dissocié de sa révision. La révision est une réinterprétation du marxisme selon des changements capitalistes spécifiques, historiques, contemporains et futurs. C’est pourquoi une telle révision n’est pas une négation de toute la théorie mais un ajustement de ces principes marxistes devenus dogmatiques et inappropriés à la réalité contemporaine. Si nous considérons le marxisme comme une idéologie, alors les positions marxistes seront vénérées comme des dogmes classiques et toute volonté d’examen sera considérée comme une attaque contre un symbole religieux et donc inacceptable. À leurs yeux, le marxisme ne peut avoir le monopole sur la vérité, ou selon les mots de Karl Popper, aucune théorie n’est ultime, il ne faut donc jamais proposer une vérité ultime. Donc, si la révision doit seulement ajouter à la force libératrice du marxisme et ne change pas l’aspiration à construire une société qui est libre et égale pour tous, alors non seulement une telle révision ne réfute pas Marx mais le défend d’une façon particulière.

 

Xu Juezai
Enseignant-chercheur à l’Académie des Sciences Sociales de Shanghai

 

Discours prononcé à l’occasion du colloque des universitaires chinois et français le 28 avril 2017 à l’Académie de Sciences de Shanghai, en partenariat avec EUROSOC

____________________________________________________________________________________________________

[1]《联共(布)党史简明教程》,人民出版社1975年版,第388.(The Communist Party of the Soviet Union (Bolshevik) concise course, people’s Publishing House, 1975, p. 388)

[2] A.葛兰西:《狱中札记》,中国社会科学出版社2000年版,第302-303。(A. Gramsci, Prison notes, Social Science Press of China, 2000, pp. 302-303)

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai, April 2017)

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai,  Academy of Social Sciences CASS – Institut of Chinese Marxism, 28 April 2017)

 Second to the left : Professor Fang Songhua (director of Institut of Marxism), then Jean-Numa Ducange, Serge Wolikow, Xu Juezai (director of the journal Yearbook of World Socialism), Chen Xianqing, Ma Lyia. 

Launched in February 2016, the EUROSOC project set several objectives, the first of which was to establish a network of researchers on the history of socialisms for the period 1870-1914, without excluding an interest for a broader chronology. From its early stages, the project has developed links with diverse university structures and foundations  sharing a strong interest for this object. In addition to the colleagues from the University of Rouen and Le Havre, colleagues from foreign universities (Denmark, Italy, Germany, and China predominately) and from other French universities (Dijon, Strasbourg, EHESS[1], Paris 1 among others) participated in several meetings and seminar sessions. The Jean-Jaurès and Gabriel-Péri Foundations supported several initiatives. The Consortium Mondes Contemporains (Consortium “Archives of the contemporary worlds”) also intensively supported the project, particularly for the document digitization projects; we shall return to this point later. It is worth noting that the project was enhanced within the framework of the seminar for Master students called “French revolution, Revolutions of the 19th-21th centuries” coorganized by Michel Biard and myself at the University of Rouen and where, for example, Emmanuel Jousse – the author of a noteworthy thesis on the history of reformist socialism in France – took part in it. The seminar also hosted a full-day session dedicated to historian Georges Haupt and his archives.

The EUROSOC notebook

Here, I shall already underline several concrete implementations. First, the EUROSOC online notebook has been regularly supplied with high-quality posts, published almost every week and covering the various aspects of the project : bibliography, historiography, information content (publications of books on the topic), brief reports of speeches coming from study days, reports of research studies defences (master, thesis), etc. Most of the posts are in French but a significant number of them were translated in English for the sake of internationalisation. The general coordination of this notebook, which will soon lead to the creation of a denser and stronger website, was entrusted to Frank-Olivier Chauvin, a doctoral student since September 1st 2016 under Michel Biard’s and my supervision.

Master’s degrees and doctorates

Several students were able to write their Master’s thesis in relation to this project (among the most active ones were Alexandre Riou on the history of Czech socialism and Frank-Olivier Chauvin on the revolutionary tradition in the Ottoman Empire). Other ongoing and upcoming Master’s theses, as well as several theses projects under development, are within the project’s perspective. Doctoral students and doctors are now already part of the EUROSOC project. This is evidenced, for example, by the publication of several posts by Andrea Benedetti, a doctoral student at the university of Strasbourg, or Elisa Marcobelli, doctor of the EHESS. Lastly, it should be noted that Pierre Alayrac took part in our activities – Pierre Alayrac is the 2016 Jean-Jaurès Foundation award recipient and the author of a Master’s thesis on the 1896 London Congress which he defended at the École Normale Supérieure under Blaise Wilfert-Portal’s and my supervision.

Digitization

In terms of document digitization, two archival fonds were treated thanks to the EUROSOC funds. The first one is a part of the Pierre Renaudel fonds (kept at the Jean-Jaurès Foundation) which contains unpublished archives on the establishment of socialism in Normandy for the period 1899-1905, particularly on the history of the French Socialist Party. The richness of this fonds has already been emphasized and is currently being exploited by Florent Godguin, history and geography teacher and collaborator of the EUROSOC project. This exploitation will soon lead to a university Master’s thesis.

The other digitized fonds corresponds to the international vocation of EUROSOC: the fonds of Romanian historian Georges Haupt. It contains numerous original documents from the Socialist International (The Second International before 1914) and notably a part of the correspondence of the International Socialist Bureau that Haupt had recovered from Camille Huysmans. Its scientific promotion is ongoing, notably thanks to Lucie Guesnier, doctor from the University of Paris 1 and author of a noteworthy thesis on the history of Romanian socialism before the First World War.

Translation

On this matter, regarding the successful cooperation, I wish to underline the active participation of our colleagues from the Institute of Marxism of the Shanghai Academy of Social Sciences. A letter written by Hardling and addressed to Huysmans about the early developments of socialism in China – a letter in English in the Haupt fonds – was translated in Chinese and published in the Yearbook of socialism (Shanghai) in 2016, as part of the partnership established by EUROSOC. This letter was partially quoted by Haupt himself – a letter he thus possessed – in La Deuxième Internationale et l’Orient (The Second International and the East, cowritten with Madeleine Rebérioux in 1967) but had remained in its entirety completely unpublished. Ma Lyia, a colleague of the Academy, has published in the journal Austriaca (edited by Rouen Press University) a very interesting article about the reception of Otto Bauer’s theory in China.

The acquisition of works

At the bibliographical level, the fonds led to the acquisition of rare journals and books related to the history of socialism. Examples include several volumes of the collection “Historical materialism” published by Brill or the last copies of the journal Beiträge Zur Marx-Engels Forschung. It is a journal devoted to Marx and the marxisms and which contains important historical input on the history of the archival centers related to the socialist movement.

2017-1018

In anticipation, the EUROSOC project intends to continue its activities in the same fields by diversifying the places of its seminar sessions and holding them in several sites. The document digitization will continue in order to further enhance regional and international resources that are still hard to access for researchers. On this matter, the cooperation between the archival centers will have to be strengthened. At the end of the project, EUROSOC will organize in September-October 2018 a symposium which should emphasize the different levels of integration of the project; various historians from several countries will for instance be invited. Publications are also under study, along with the possibilities to perpetuate the project.

[1] The School for Advanced Studies in the Social Sciences (French: École des hautes études en sciences sociales).