[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 2/2

Le débat théorique porte notamment sur la municipalisation des services publics ou bien les régies directes. Selon l’auteure, ceux qui s’affrontent sont d’une part les représentants d’une nouvelle génération de réformateurs qui souhaitent mettre au point une alliance entre producteurs et consommateurs contre la crise, sur la base d’une collaboration entre le parti, les syndicats et les coopératives ; et de l’autre part la « vieille garde » qui prend la défense de l’orthodoxie marxiste. La « bonne administration » etl’ « agitation électorale » sont les deux attitudes qui se cristallisent autour de la tactique et du principe même du socialisme municipal.Au centre de ces deux fractions se situe Edouard Vaillant qui s’efforce de produire une synthèse afin de ramener le parti sur la voie de l’unité politique. Pour Patrizia Dogliani, « la question municipale met en lumière les retards, les éléments de nouveauté et les problèmes internes à laSFIO ; et surtout elle met en évidence l’absence de remise à jour théorique du marxisme et annonce la naissance d’un courant réformiste qui, tout en croyant rénover le marxisme, va au-delà, développant une nouvelle théorie économique et politique, parfaitement comprise seulement dans les années 1920[1],et s’engageant sur la voie du socialisme réformateur et étatiste qui, dans cette décennie, ne croit plus à la révolution politique, mais seulement à l’évolution socio-économique des institutions démocratiques » (p.151).

 

La troisième et dernière partie du livre examine les rapports le socialisme et le monde du travail, les relations entre municipalisme et coopération – qui constitue une solution politique pour faire face à de nouveaux besoins pour les couches populaires – ou entre socialisme municipal et syndicats : les relations sont souvent conflictuelles avec la masse des travailleurs organisés en syndicats et employés par les Bourses du Travail.

 

En effet, à partir des élections municipales en 1904, le socialisme municipal intègre des questions beaucoup plus larges pour le socialisme français. Pour les grandes villes, la relation avec les coopératives est questionnée car le socialisme municipal s’appuie sur elles. Entre 1909 et 1914, la succession des hivers rigoureux et les mauvaises récoltes entrainent une montée générale des prix à la consommation. Les conditions de vie et les difficultés budgétaires des familles des couches populaires urbaines s’aggravent : elles ne peuvent plus assurer certaines dépenses comme le chauffage, l’éclairage de la maison,l’habillement… Ces multiples difficultés engendrent des révoltes populaires au cours de l’été et de l’automne 1911, souvent menées par des femmes,« auxquelles ni les forces de gauche ni les autorités locales ni nationales ne sont pas préparées » (p. 196).

 

Les débats sur les moyens de résolution de cette crise animent les milieux socialistes et syndicalistes : comment « accompagner et contrôler ces révoltes spontanées, et dans le même temps, se fixer de nouveaux objectifs de lutte et former de nouvelles alliances ? » (p.197) Ainsi, « bon nombre de socialistes voient dans la municipalisation et dans la coopération les moyens les plus efficaces de sortir de la crise, de contrôler les prix, de créer un nouvelle forme de solidarité entre consommateurs et producteurs »(p.197) mais une partie du mouvement syndical, dont le courant le plus favorable à l’action directe représenté par Georges Yvetot, est opposée à l’intervention des coopératives et des services municipaux. Selon l’auteure, « le mouvement coopératif dans les communes françaises représente l’acquis économique et politique le plus important des années qui précèdent la Grande Guerre : à travers lui les socialistes réussissent à contourner une partie des obstacles imposés par la législation en vigueur, apportent une réponse politique à l’appel, lancé par la Deuxième Internationale, à organiser les communes de façon à faire face au problème de la vie chère[2],nouent des alliances avec les forces catholiques et radicales qu’il aurait été impossible de proposer dans un autre cadre » (p.202).

 

La création et l’extension des services publics (école, hôpitaux, boulangerie communale) n’est pas la seule œuvre – nécessaire mais incomplète – du socialisme municipal et n’est pas un mouvement spécifiquement français. La conquête des municipalités impliquent d’autres actions : la gestion des budgets municipaux et l’administration communale. En effet, « les administrateurs socialistes s’engagent dans deux directions principales : l’augmentation de l’impôt direct sur les rentes et les revenus immobiliers afin de consolider les budgets communaux, dans le but d’instaurer un système d’assistance publique ; le renforcement des capacités gestionnaires de la commune par le biais de services, en régie directe ou intéressée, destinés, une fois mis sur pied, à venir en aide aux administrés et à permettre de former un personnel qualifié pour assurer la gestion économique et technique de l’entreprise publique »(p.181). L’importance d’avoir des administrateurs[3]capables de gérer socialement et économiquement une commune est ainsi mise en lumière par l’auteure, qui établit une liste de ces conseillers municipaux ou maires socialistes qui ont exercé des responsabilités à la direction d’une administration communale française (voir chapitre 8). Par ailleurs, la mise en régie des grands services publics, qui a fait l’objet d’un débat inter-national au-delà même des milieux socialistes, occupe l’action réformatrice des socialistes. Ces services sont déjà municipalisés en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suisse et en Italie[4].

 

D’autres questions se posent au socialisme municipal avec le rapport aux Bourses du travail et aux syndicats de fonctionnaires, les relations avec les ouvriers et employés communaux ou encore la gestion des petites communes rurales. Un développement bienvenu de l’auteure, sur la Fédération socialiste de la Seine et de la ville de Paris après 1900[5],permet d’examiner les moments de reculs, déceptions et occasions manquées à l’aune des défaites électorales en lien avec les débats théoriques et pratiques sur la question municipale. En effet, « dès les élections de 1900, les socialistes comprennent que la raison de leur défaite n’est pas seulement la poussée des droites, mais aussi l’absence d’unité politique et surtout de clarté dans les programmes proposés aux travailleurs, en particulier pour tout ce qui touche aux services publics et aux contrats de travail[6] »(p. 274).

 

 Cetouvrage rend compte de la dimension européenne de l’histoire du socialisme municipal : la voie française initiée dès le début des années 1880s’inscrit dans le concert européen dans lequel se joignent les travaillistes britanniques, les militants du Parti Ouvrier Belge de César De Paepe et ses successeurs, la social-démocratie allemande, le Parti Socialiste Italien, etc. Tous les partis et organisations socialistes discutent en interne et s’influencent réciproquement. L’auteure met particulièrement en exergue le dépassement des débats au-delà du strict champ partisan socialiste et la constitution de réseaux impulsés par des intellectuels et au sein des cercles universitaires qui participe de l’élaboration d’un socialisme municipal à travers qui parvient à formaliser ce que l’on pourrait nommer, tout au long de la période, une science de gouvernement : dans sa conclusion, l’auteure avance l’idée que« la Première Guerre mondiale permet aux communes socialistes d’exercer leurs capacités de gestion avec plus d’ampleur que par le passé, en leur laissant plus de liberté d’action et d’autonomie d’initiative ».  Enfin, cet ouvrage s’avère particulièrement éclairant pour comprendre la manière dont les socialistes ont fait conçu et pratiqué l’expérience du pouvoir local, comme prélude et pas avancé de la volonté de conquête du pouvoir d’Etat après la Première Guerre mondiale.

 

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie
Collaborateur du projet EuroSoc

 


 

[1] « Le Congrès de Saint-Quentinfut un Congrès unitaire ; il marqua l’étape parcourue depuis la disparition des anciennes organisations : il fit la preuve de quelque chose de nouveau : la pénétration mutuelle des tendances, l’atténuation réelle des désaccords, l’action commune élaborant peu à peu une pensée commune. »Hubert-Rouger, La France socialiste,t. III, Paris, 1921, p. 194-195.

 

[2] Cf. H. GHESQUIERE, « À propos de la cherté des vivres », Le Socialiste, n°327, 24 septembre- 1er octobre 1911.

 

[3] Voir notamment Bruno DUMONS etGilles POLLET, « Administrateurs municipaux et secrétaires de mairie », Cahiers Jaurès, n°158,octobre-décembre 2000.

 

[4]Cf. E. MILHAUD, « La municipalisation du gaz à Bruxelles, à Saint-Gilles et à Gand », ARD, II, n°7, novembre 1909,p.12-25 ; E. MILHAUD, « L’économie publique », ARD, IV, n°31, novembre 1911, p.1-15 ; M. GAUCHERON, Etudes sur l’œuvre économique des municipalités, thèse cit. ; L. GASNIER, Le socialisme municipal. La leçon de l’étranger, Paris, Les Cahiers du socialiste, n°1, 1908.

 

[5] Le développement du socialisme en région parisienne au début des années 1900 fait l’objet d’un manque relatif dans l’historiographie. Signalons tout de même les travaux de Michel Offerlé qui concernent la période tout juste antérieure : Michel OFFERLE, Les socialistes et Paris, thèse de science politique, Paris I, 1979.

 

[6] Voir Paul DRAMAS, « Le comité général et les élections de Paris », Le Mouvement socialiste, n°35, 1er juin 1900, p. 677-679.

[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 1/2

L’ouvrage de Patrizia Dogliani, intitulé Le Socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre,est une publication en version française revue et actualisée de sa thèse soutenue en 1991 sous la direction de Madeleine Rebérioux[1]. Le livre est également le premier d’une nouvelle collection, Gauches d’ici et d’ailleurs, dirigée par Gilles Candar aux éditions de l’ArbreBleu.

            En s’intéressant particulièrement à la période qui va de la loi du 5 avril 1884, qui donne le droit aux conseils municipaux d’élire leurs maires, au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, l’historienne réalise ici une histoire plurielle du socialisme municipal[2] qu’elle désigne comme « les politiques et pratiques appliquées aux communes par les organisations ouvrières et socialistes » (p.17). 

Dans la première partie de l’ouvrage, la conquête et la gestion de nombreuses municipalités, à partir des années 1880, sont scrutées finement au miroir des idées et débats à l’occasion des réunions d’élus et congrès qui traversent jusqu’en1914 le socialisme, apparaissant progressivement comme une force politique émergente sur la scène nationale. La première municipalité conquise par les socialistes est Commentry dans l’Allier en 1882. L’une des originalités du travail de Patrizia Dogliani est l’inscription du socialisme municipal français dans une logique inter-nationale : l’auteure s’applique à rendre compte des influences réciproques entre les différents partis socialistes et ouvriers de la Deuxième Internationale (SPD, Parti travailliste, Parti Socialiste Italien, Parti Ouvrier Belge, etc.) au niveau de la conception des programmes,des propositions débattues et des réalisations achevées dans les communes lorsque les socialistes dirigent des municipalités.

La naissance du socialisme municipal s’inscrit dans le prolongement de l’expérience communarde qui a influencé son développement et sa mise en œuvre.Après la répression et l’exil auxquels les militants ouvriers furent confrontés, les années 1870 sont marquées par une « vitalité ouvrière intense » et « l’immortel congrès » de Marseille en 1879, pourre prendre la formule employée par Jules Guesde, marque le point de départ de la volonté de fonder un parti socialiste unique en France. Très rapidement, la tactique électorale et la vision de la lutte politique constituent un moment d’affrontement doctrinal entre les partisans de Jules Guesde, qui considèrent que la transformation de la société capitaliste en société collectiviste peut se réaliser grâce à la conquête du pouvoir d’Etat, et ceux de Paul Brousse ou« possibilistes » (Benoit Malon, Jean-Baptiste Clément, Jules Joffrin,etc.) pour qui « la question communale est plus de la moitié de la question sociale »[3]. En effet, ce deuxième courant envisage le socialisme municipal comme un champ d’expérimentation pratique qui est le résultat progressif de conquêtes sectorielles. La question municipale s’inscrit alors dans une pédagogie de l’action qui permet un apprentissage politique et administratif avec la généralisation des services publics.

Les socialistes français, et surtout les « possibilistes » sont influencés par le texte fondateur De l’organisation des services publics dans la société future, présenté par le Belge César De Paepe au VIIe Congrès de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) en septembre 1874. Ce moment ouvre la discussion au niveau international sur la question du gouvernement local et développe une articulation des rôles entre l’échelon communal et l’échelon étatique. Ces réflexions vont influencer les programmes comme celui de Montmartre en 1881défendu par les socialistes parisiens avec la candidature de Jules Joffrin aux élections partielles du mois de décembre.

En dépit de divergences dans les programmes et les tâches à accomplir, les débats autour du socialisme municipal s’inscrivent donc dans le cadre international. Alors que les « guesdistes » veulent faire prévaloir le marxisme et exclure lesanarchistes de l’Internationale reconstituée en 1889, les broussistes concentrent leurs efforts à rassembler dans un organisme international unique ces forces politiques et syndicales favorables à la réforme sociale et au développement des services publics locaux et internationaux. Benoit Malon et Paul Brousse établissent des contacts avec des militants des partis étrangers,comme l’Italien Andrea Costa. Paul Brousse joue notamment le rôle d’intermédiaire entre le Parti Socialiste Italien et les travaillistes anglais[4].Les influences dans le contenu des programmes qui s’élaborent sont réciproques : entre 1895 et 1897, le PSI élabore un Programme politique et administratif commun[5]qui prévoit la mise en œuvre d’une série de services urbains réclamés ou expérimentés au cours des années précédentes par les Belges, les Français etles Anglais comme la municipalisation de la distribution du gaz, de l’eau et de l’électricité.

La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude de « la genèse d’un réformisme socialiste français à la lumière du socialisme municipal »(p.18). Pour l’auteur, « les pratiques locales socialistes doivent être lues comme le résultat d’une évolution du socialisme tout entier » (p.18).

En effet,le socialisme se dissocie et s’autonomise avec l’unification de ses différents courants dans la SFIO qui l’incarne à côté du radicalisme dans le champ partisan. Les socialistes français font alors l’expérience du gouvernement local, permettent la lente et progressive intégration de la classe ouvrière dans la vie politique nationale et apportent leur contribution à l’instauration d’un Etat social. Le socialisme communal et l’activité parlementaire deviennent alors indissociables. Ainsi, « dans la législation sociale proposée parles radicaux et les socialistes de 1890 et 1914, la mise en place des services publics devient un outil indispensable pour passer à une nouvelle étape, plus élaborée, du contrôle de l’Etat et des travailleurs sur l’économie »(p.124). La prise de conscience des nouvelles potentialités d’action dont dispose l’administration publique pour transformer la vie économique et sociale de la classe ouvrière est permise grâce à un groupe socialiste dirigeant renouvelé autour des figures Albert Thomas et Edgar Milhaud, provenant des milieux intellectuels parisiens, et disposant de locaux et de publications comme les revues – Les Annales de la régie directe qui apparaît en 1908.

Le socialisme municipal est à la recherche d’un programme mais aussi de nouvelles alliances : le débat dépasse alors les milieux socialistes et le contact est alors recherché avec les milieux bourgeois et patronaux qui poursuivent eux-mêmes une réflexion sur l’économie et les services publics, en particulier les milieux catholiques formés à l’économie sociale de l’école Le Play et les milieux protestants à l’origine d’institutions comme Le Musée Social de Paris. Les pratiques et expériences socialistes à l’échelle municipale doivent aussi contribuer à former la doctrine du nouveau parti : cette question est débattue par le parti tout entier lors du congrès de Saint-Quentin en 1911.

L’auteure revient ainsi amplement sur la teneur des débats qui se polarisent sur deux thèmes majeurs : la tactique électorale et plus précisément l’alliance avec les radicaux ainsi que l’élaboration d’un programme municipal à caractère national. La résolution finale adoptée et rédigée par Pierre Renaudel est le résultat d’un compromis : elle « invite les sections à faire tous leurs efforts pour lutter au premier tour avec les seules forces socialistes », tolère « à titre exceptionnel les coalitions, qui ne devront jamais être dangereuses pour le maintien des libertés économiques et politiques de la classe ouvrière ». La résolution n’impose pas de décision nationale et laisse aux fédérations et aux unions des sections des grandes villes la responsabilité de décider sous quelle forme se présenter au second tour des élections. Ainsi, en même temps que le parti travaille à la rédaction d’un programme communal national, il laisse à ses organisations de larges possibilités d’adaptation aux possibilités d’alliance au niveau local[6].


 [1] Patrizia DOGLIANI, « Un laboratoire de socialismemunicipal : France. 1880-1920 », thèse de doctorat en histoire,sous la direction de Madeleine Rebérioux, Université de Paris VIII, 1991, 661p.

[2] Quelques références bibliographiques méritent d’être signalées sur le sujet :

Aude CHAMOUARD, Une autre histoire du socialisme : les politiques à l’épreuve du terrain, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Rémi LEFEBVRE, Le Socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980) : jeux d’échelles, thèse de science politique sous la direction deFrédéric Sawicki, université Lille-2, 2001.

Citons également« Les socialistes et la ville, 1880-1914 », Cahiers Jaurès, n°177-178, juillet-décembre 2005, ensemble coordonné par Frédéric Moret avec des articles de Thierry Bonzon, Juliette Aubrun, Jean Lorcin, Rémi Lefebvre, Yannick Marec et conclu par Jacques Girault.

[3] Benoit MALON, Le nouveau parti, Paris, Derveaux, vol. 1, 1881, p. 95.

[4] Voir Fonds Costa, n°4168, lettre de Brousse à Costa, s.d. (1888). A l’occasion d’un voyage à Vienne pour un congrès d’hygiène, Brousse présenta A. Smith,des trade unions, à Costa dans l’idée d’organiser un congrès trade-unioniste international au cours de l’année 1888.

[5] « Programma minimo amministrativo (1895-1897) », dans F. PEDONE, Il PSI nei suoi congressi, I, 1892-1902, Milan, Avanti !, 1960 ; Congresso nazionale del PSI, Bologna 18-19-20 settembre 1897. Relazione per la riforma del Programma minimo politico ed amministrativo (relatori Giuseppe Canepa-Filippo Turati), Milan, 1897, p.35.

[6] Texte de la résolution relative aux élections municipales dans Le Socialiste, n°306, 23 avril-7 mai 1911.

[AGENDA] Journée d’étude « Vienne transnationale » dans le cadre du RIN PEACE Caen

Lieu : Université de Caen / MRSH, salle sh 028
Début :
20/11/2018 – 14:00
Fin :
20/11/2018 – 18:00
Responsable(s) scientifique(s) :
Eric Leroy du Cardonnoy

Dans le cadre du RIN PEACE (La paix : perspectives historiques, conceptuelles et normatives) porté par les laboratoires Histemè, ERLIS et GRHis est organisée une journée d’étude qui a pour but de s’interroger sur le rôle et les fonctions que la ville de Vienne a pu jouer, réellement mais aussi symboliquement dans les représentations à la fois dans les sphères culturelles européennes, mais aussi extra-européennes.

Elle considérera trois moments importants de l’histoire de la capitale autrichienne dans un processus de constitution d’un processus de paix européen, voire mondial : le premier s’intéressera au congrès de Vienne et à ses répercussions après 1815 comme matrice du processus en question ; le second prendra Vienne comme le lieu, le terreau d’un transnationalisme aux multiples facettes au tournant du XIXe-XXe siècle ; enfin le dernier étudiera Vienne comme ville de la neutralité suite au traité d’État et à la politique pacifique menée par Bruno Kreisky et ses successeurs au moment de la guerre froide ainsi que les relations avec les mouvements socialistes internationaux.

Eric Leroy du Cardonnoy (Université de Caen) : Le tableau d’Isabey comme matrice des tableaux des représentations des congrès ultérieurs en Europe

Reiner Marcowitz (Université de Lorraine) : Les négociations de Vienne dans le rétablissement d’un ordre international stable

Laure Gallouet (Université de Toulouse 2) : Vienne, ville d’accueil et lieu de rencontres internationales pendant la Guerre froide : contexte, enjeux, limites

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen) : Vienne, capitale mondiale du socialisme ? Du compromis de 1867 à « Vienne la Rouge » : étude de réseaux transnationaux


European Socialism | Socialisme européen