Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Quatrième séance : Seconde guerre mondiale : comment affronter le nouveau défi ?

 

Virgile Cirefice (Univ. de Paris 8) : « Vainqueurs et vaincus. Les socialistes français et italiens face à la paix à la fin de la Seconde guerre mondiale ».

Virgile Cirefice propose d’étudier la lecture qui est faite par les socialistes à la fin de la Seconde Guerre mondiale ainsi que les différentes conceptions de la paix dans le monde qui s’ouvre. Le chercheur partage les différentes analyses qui ont pu être faites lors des communications précédentes sur l’idée assez largement admise parmi les socialistes d’une participation « malgré eux » aux événements survenus. Le souvenir de la Première guerre demeure prégnant chez les socialistes, la Seconde Guerre est tout naturellement un moment de redéfinition puisqu’aucun n’a pu ni prévoir ni empêcher la guerre. Au sortir de celle-ci, les socialistes, « ultra pacifistes » compris, doivent penser une nouvelle définition de l’idée de paix et de pacifisme qui se reconstruisent autour de la notion de guerre défensive et d’internationalisme. Virgile Cirefice explore donc les débats dans cette nouvelle configuration.

Visionner sur la WebTv

 

Talbot Imlay (Université Laval) : « Le parti travailliste et les socialistes européens en exil en Grande-Bretagne pendant la Seconde guerre mondiale »

Talbot Imlay revient quant à lui sur le parti travailliste pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant cette dernière s’observe un renouvellement de « l’internationalisme » notamment au sein du parti travailliste (Labour party). Imlay précise qu’il s’inscrit ici en faux face à l’historiographie dominante sur l’objet, encore très largement considéré comme « anglo-britannique » ; et de noter ensuite la quasi-absence des études sur les relations du Parti avec les autres partis socialistes, les rares études mettant davantage l’accent sur les tensions, les divisions et les ruptures. Selon Imlay, le parti travailliste va se renouveler au sortir de la Seconde Guerre mondiale et c’est tout l’enjeu de la présente communication.

Visionner sur la WebTv

 

 

Gilles Morin, “Du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes à la Ligue de la Pensée française (1934-1944), l’impasse du pacifisme intégral de la gauche »

Gilles Morin revient sur les trajectoires et parcours de quelques figures des « combattants de la paix ». Le chercheur propose d’abord de revenir sur des itinéraires individuels afin d’en dégager des logiques collectives, en s’attardant sur les fracturations et le début de marginalisation du pacifisme socialiste d’avant-guerre. Ensuite Gilles Morin étudie les différents types d’engagements et replis durant l’occupation pour en mesurer l’importance, introduisant dans le dernier volet de sa présentation l’évolution des engagements socialistes.

 

Visionner sur la WebTv

 

 

 

Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Troisième partie : Socialismes et reconstruction de la paix. Modération : Gilles Candar (Société d’études jaurésiennes)

Patrizia Dogliani (Univ. de Bologne) « 1919, les socialistes face à la Conférence pour la Paix à Versailles, entre internationalisme et wilsonisme »

La première communication présentée par Patrizia Dogliani s’articule autour des « socialistes face à la Conférence pour la Paix à Versailles, entre internationalisme et wilsonisme ». Au sortir de la Première Guerre mondiale, force est de constater que les socialistes doivent faire aveu de l’insuccès de l’internationalisme. A cela s’ajoute la « faiblesse du marxisme originel comme idéologie dominante de l’internationale » mais également du concept de classe parmi les travailleurs. Cependant, le marxisme avec la Révolution russe, retrouve une certaine aura sous l’impulsion du léninisme et de l’austro-marxisme. C’est donc durant cette période incertaine que les socialistes se retrouvent « coincés à la croisée des chemins entre la participation au gouvernement et la radicalisation de la lutte politique ». Patricia Dogliani propose donc de combler un vide historiographique en s’attardant sur les développements, contradictions et divisions des socialistes qui animent les débats sur la Conférence de la Paix.

Pour visionner la communication WebTv

Adeline Blaszkiewicz (Univ. Paris 1) « De Paris à Genève, construire la paix par l’action sociale internationale. Albert Thomas et le Bureau international du travail au début des années 1920 »

« Qu’est-ce que la paix pour les socialistes ? » c’est par cette question pertinente qu’Adeline Blaszkiewicz introduit sa communication en ouvrant quelques pistes de réflexion à travers notamment l’ouvrage de Jaurès, L’Armée nouvelle. Mais c’est sur la figure d’Albert Thomas que va se focaliser le propos : ministre de l’armement pendant la Grande guerre, sensible aux questions de l’arbitrage international défendu par le premier au Congrès de Stuttgart en 1907, il est de toutes les luttes contre la militarisation. La chercheuse propose donc, en reprenant la formulation inverse du Times en novembre 1915 : comment un producteur d’armes peut redevenir ou devenir un pacifiste au sortir de la Première Guerre mondiale ?

Pour visionner la communication WebTv

Benoît Kermoal (EHESS) : « La violence ou la paix. L’impossible choix des socialistes français, de Munich à la défaite de 1940 »

Benoît Kermoal s’intéresse quant à lui à la « destruction de la paix entre 1938 et 1940 ». Les socialistes Français se trouvent face à un dilemme : préserver la paix à tout prix en affirmant que le pacifisme et consubstantiel au socialisme, qu’il en est à la fois l’essence et l’objectif et d’autre part accepter l’idée de la guerre comme « forme absolue de violence » mais nécessaire afin de faire front contre le nazisme. Ce hiatus semble douloureux à aborder pour les socialistes Français et c’est précisément l’objet de la communication de Benoît Kermoal. Pour visionner la communication WebTv

Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide


Deuxième partie : 1914-1918 : les socialistes et la paix pendant la guerre

Stefanie Prezioso (Univ. de Lausanne) : « Antonio Gramsci et la «neutralité active et agissante »Stefanie Prezioso revient sur la figure bien connue mais néanmoins encore très largement mal compris d’Antonio Gramsci. Avant d’aborder le cœur du sujet, l’intervenante contextualise cette notion de « neutralité active » en revenant sur ce qui se produit socialement et économiquement dans la péninsule entre août 1914 et mai 1915 qui marque le début de l’intervention italienne

Ces dix mois permettent aux italiens de discuter de la décision d’entrer ou non en guerre et c’est précisément sur cette courte mais néanmoins intense période que Stefanie Prezioso va axer sa communication.

Pour visionner la communication WebTv

Julien Chuzeville (chercheur indépendant) : « Socialistes et syndicalistes zimmerwaldiens contre la guerre, par la révolution ? »Julien Chuzeville introduit sa communication par les premières lignes de La Bataille syndicaliste « le socialisme de la classe ouvrière c’est le syndicalisme » rappelant combien les syndicalistes sont pleinement socialistes et vient ensuite interroger la notion de pacifisme quant à savoir s’il s’agit pour les zimmerwaldiens d’une lutte contre la guerre et particulièrement contre cette guerre-là ou bien s’il s’agit d’un véritable pacifisme. Si les socialistes tant Français qu’Allemands votent les crédits de guerre allant jusqu’à soutenir voire participer aux politiques des gouvernements, les futurs zimmerwaldiens y voient une rupture totale avec les précédents engagements adoptés ainsi qu’une compromission avec l’essence même de leurs engagements…

Pour visionner la communication WebTv

Vincent Chambarlhac (Univ. de Bourgogne) : « La Grande Guerre comme fin d’une tradition communarde ? »

Vincent Chambarlhac présente le hiatus entre guerre et socialisme notamment par l’intermédiaire de deux figures amies mais dont les parcours vont s’opposer pendant la guerre : Marcel Martinet et Jean-Richard Bloch. Le premier est un dissident pacifiste, réformé ainsi que membre du comité pour la reprise des relations internationales proche de Pierre Monatte. Le second, Jean-Richard Bloch, engagé, s’en prend à la nébuleuse pacifiste, incapable de comprendre la mondialisation du conflit et la mentalité du combattant.

Les deux hommes sont amis et se trouvèrent liés jusqu’aux prémices de la guerre par la revue L’Effort Libre. Deux amis pour deux trajectoires que Chambarlhac développe lors de sa présentation en s’arrêtant notamment sur la dichotomie pacifisme et patriotisme. Là où avant-guerre le pacifisme et le patriotisme républicain définissent une part de l’ethos socialiste, elles s’opposent durant la guerre.

Marcel Martinet se voit comme un « continuateur abrité de l’ancien vie » à l’inverse de Bloch qui pense s’inscrire pleinement dans une nouvelle ère du socialisme. C’est tout l’enjeu qui traverse alors le socialisme que Vincent Chambarlhac se propose d’étudier.

Pour visionner la communication WebTv

European Socialism | Socialisme européen