RESUME memoire

Dans le cadre de l’ouverture d’une nouvelle section sur le présent carnet, des travaux et matériaux de jeunes chercheurs et chercheuses vont être mis  en avant.

 

Le premier billet est ouvert par le résumé de mémoire de Clara Parriel à propos des débats autour des lois de 1893 et 1894 contre les anarchistes.

 

 

Entre 1892 et 1894, la France est le théâtre d’expérimentations de la propagande par le fait. Une bombe déposée par Auguste Vaillant à la Chambre des députés le 9 décembre 1893, conduit le gouvernement de Casimir-Perier à présenter quatre projets de lois deux jours plus tard. L’assassinat du président de la République Sadi Carnot, par l’anarchiste italien Caserio, précipite l’adoption de la loi « contre les menées anarchistes » en juillet 1894. Ces lois portant sur la liberté d’expression et ses limites, questionnent la IIIᵉ République et les valeurs qu’elle entend porter.

À partir de l’historiographie du mouvement anarchiste, des courants et des acteurs politiques de l’époque, ce mémoire entend étudier l’ensemble des débats autour des « lois scélérates », de leur élaboration jusqu’en 1899 à la fin de l’affaire Dreyfus. Par l’étude d’une diversité de sources, ce mémoire vise à comprendre en quoi cet attirail législatif dépasse le cadre de la lutte anti-anarchiste. Les sources parlementaires par les débats et les comptes rendus du Journal Officiel ont permis une lecture qualitative et quantitative des discours politiques. Les hebdomadaires Le Temps et Le Petit Journal ont fait l’objet de dépouillements pour décembre 1893 et juillet 1894, afin de croiser les regards de deux grands titres de presse. D’autres sources, tels que la brochure de Pouget, de Pressensé et d’« un Juriste », des chroniques issues de la Revue blanche, ainsi que des articles du journal anarchiste les Temps Nouveaux, permettent d’apprécier la vigueur et les différentes tendances de l’opposition. Des recherches menées aux Archives Nationales dans la sous-série F/7 rendent compte de la surveillance des opposants aux lois, et des mémoires de polices de la fin du XIXᵉ siècle éclairent les représentations de l’époque.

Si la réprobation de l’attentat fait l’unanimité au sein de la sphère politique légitime, les lois scélérates sont sources de tensions. Quelles instabilités du régime républicain mettent-elles en exergue ? Quel traitement est réservé à la violence politique au sein du régime républicain ? A quelle culture républicaine ces lois se rattachent-elles et quelles représentations de l’anarchisme développent-elles ?

Le gouvernement fait de ces lois un enjeu de défense sociale face à une menace nouvelle pour le régime républicain. Les discours alarmistes du gouvernement présentent ces lois comme nécessaires pour répondre au souci de sécurité publique, corrélé à celui du maintien de l’ordre. Si pour les conservateurs ces lois illustrent les failles d’une République libérale jugée laxiste, pour l’extrême gauche, elles marquent un tournant conservateur et une rupture avec l’idéal républicain. Dans les discours, les attentats tout comme ces lois semblent être le point d’orgue d’une société décadente.

Ces débats rendent compte d’une défiance envers les mouvements révolutionnaires. En ce sens, les lois scélérates dessinent les limites de la sphère politique légitime. Les opposants aux lois alertent sur de possibles amalgames avec différents courants politiques. Certains législateurs s’inquiètent de voir le mouvement anarchiste confondu avec les courants socialistes, d’autres y voient le moyen de mettre un terme à toute contestation politique, tandis que quelques députés accordent de la légitimité à des penseurs anarchistes.

L’instauration de lois anti-anarchistes témoigne des difficultés à comprendre les attentats. La disqualification politique de l’attentat conduit à une criminalisation du mouvement anarchiste dans son ensemble. Les législateurs, pour élaborer ce dispositif répressif, ont recours à des représentations. Ainsi, la loi visant à réprimer les « associations de malfaiteurs » présente le mouvement anarchiste comme organisé à l’échelle internationale. Ces représentations se construisent dans les discours et le contenu des lois. La législation issue du droit commun ordinaire est-elle suffisante ou faut-il créer une nouvelle catégorie juridique ? La plasticité de certaines représentations aboutit à des arguments variablement employés par les défenseurs ou l’opposition aux lois. L’image essentialisée de « l’anarchiste » se cristallise. Il est à la fois un criminel ordinaire, le pire des criminels, ou encore l’étranger. L’attentateur est-il responsable ou une victime influencée par des théoriciens ? En opposition à la figure du « poseur de bombes », le pouvoir construit une norme du « bon citoyen ». La représentation des anarchistes correspond à l’adhésion des courants socialistes à la IIIᵉ République, et la convergence contre les lois scélérates lors du « moment dreyfusard » apparaît plutôt comme une alliance circonstancielle.

 

Clara Parriel, Les débats autour des lois de 1893 et 1894 contre les anarchistes, dites « lois scélérates », mémoire de Master 2, soutenu en 2018 à l’Université Bordeaux Montaigne.

 

Séminaire de la GEME

L’équipe de la Grande Edition Marx Engels (GEME) organise la  prochaine séance de son séminaire, qui se tiendra le samedi 16 janvier 2021 de 10h à 12h en visioconférence.
 
Jean-Numa Ducange, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen, et Pierre-Henri Lagedamon, doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Rouen présenteront leur nouvelle édition de Socialisme utopique et socialisme scientifique d’Engels, à paraître dans la GEME aux Editions sociales en 2021.
 
Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880) occupe une place spécifique dans l’œuvre de Friedrich Engels. Il s’agit d’un de ses ouvrages les plus célèbres et diffusés dans de multiples langues au XXe siècle, même s’il est désormais devenu relativement confidentiel et peu cité. Au sein des « classiques du marxisme », après le Manifeste du parti communiste, ce fut probablement le texte le plus lu. Manuel synthétique de présentation d’aspects essentiels du socialisme marxiste exposant ses spécificités par rapport aux autres formes existantes de socialisme au XIXe siècle, il constitue à l’origine une traduction en français d’extraits d’un ouvrage bien plus vaste et dense (l’Anti-Dühring publié en allemand en 1878). Cette séance reviendra à la fois sur ce contexte mais aussi plus largement sur les enjeux autour des concepts de « science » et « utopie » dans l’œuvre de Marx et d’Engels.
 
Pour participer à la séance de séminaire, nous vous invitons à suivre ce lien : https://zoom.us/j/96147313872?pwd=Qyt3VStqQXZJcHlVTFgwUjdHZ3RGdz09
 
Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux, et vous présentons nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.
 
 
: en suivant le lien internet donné
Quand : samedi 16 janvier

Le Workers’ Republic et le socialisme républicain irlandais [2/2]

           

Retrouvez la première partie ici

 

L’Irish Women Workers’ Union devant le Liberty Hall (maison des syndicats), Dublin, 1914.

 

Le Workers’ Republic est un journal irlandais publié une première fois, entre 1898 et 1903 en tant qu’organe de propagande d’un parti, l’Irish Socialist Republican Party (Parti socialiste républicain irlandais, ISRP). Il est à nouveau publié entre mai 1915 et avril 1916 année durant laquelle il est publié par la fraction la plus radicale du mouvement ouvrier à Dublin. Durant les deux périodes, il est édité par un même auteur, James Connolly, au nom d’un même courant de pensée, le socialisme républicain. L’Irish Socialist Republican Party, derrière la publication du journal entre 1898 et 1903 est un parti qui se revendique du socialisme républicain, mouvement qu’il a créé en 1896. Cette nouvelle forme de socialisme survient à la fin d’un demi-siècle d’agitation nationaliste en Irlande. Cette agitation indépendantiste et républicaine du mouvement fénian et de l’Irish Republican Brotherhood entre les années 1850 et 1870 prend une forme parlementaire à partir des années 1870 avec le mouvement pour l’Home Rule qui demande l’autonomie de l’Irlande au sein du Royaume-Uni. Simultanément à l’apparition du mouvement parlementaire, le socialisme commence à prendre forme en Irlande mais il peine à s’organiser de manière effective : les partis et clubs socialistes ont une durée de vie très courte, notamment en raison de leur difficulté à prendre position sur la question nationale. L’ISRP apparaît en 1896 et provoque une révolution dans le socialisme et le nationalisme irlandais. En effet, dans sa constitution, le parti pose les bases du mouvement socialiste républicain qui met en lien le socialisme scientifique de Marx, l’indépendantisme irlandais et l’internationalisme socialisme. Ce courant de pensée devient majoritaire dans le socialisme irlandais jusqu’au Soulèvement de Pâques 1916. Il s’incarne initialement dans l’ISRP jusque 1903 puis dans le mouvement syndicaliste révolutionnaire entre 1908 et 1914 et enfin dans l’Irish Citizen Army entre 1913 et 1916.

 

Influence du Workers’ Republic dans le monde politique irlandais

 

            Le Workers’ Republic est le premier organe de propagande socialiste régulier en Irlande. Son étude rend visible son le rôle dans le développement du socialisme dans une Irlande en quête d’indépendance, et dans un monde politique en formation. Elle met en lumière la manière dont le Workers’ Republic constitue un espace d’articulation des idées socialistes en Irlande, puisqu’il est le lieu d’expression privilégié des penseurs du socialisme républicain. Il leur permet d’affiner leur discours, de préciser certains de ses aspects ou de l’adapter à de nouvelles situations politiques auxquelles ils sont confrontés. L’étude du journal permet ainsi de s’éloigner de la seule conjugaison entre nationalisme, socialisme et internationalisme et observer la manière dont le socialisme républicain naissant se positionne sur les questions des élections, du réformisme, des femmes ou des syndicats. Ce travail de recherche permet d’aborder des questions qui touchent l’ensemble du monde socialiste au début du XXème siècle et d’observer la manière dont les socialistes républicains y répondent dans le journal. Les recherches autour du Workers’ Republic mettent en lumière la manière dont il a influencé l’historiographie irlandaise et les courants de pensée qui ont suivi.

            L’observation des différents contributeurs au journal et l’analyse des archives de l’Irish Socialist Republican Party qui publie le journal entre 1898 et 1903, rend compte de la pluralité des acteurs derrière la publication du Workers’ Republic. On relève que, malgré la figure centrale de James Connolly, il existe un grand nombre d’auteurs, imprimeurs et distributeurs au journal qui garantissent son bon fonctionnement. On note également l’importance du principe démocratique chez les socialistes républicains qui se retrouvent dans la démarche de transparence des organes politiques dans les pages du journal qui retranscrivent leurs difficultés et réussites politiques[1]. Par la suite, on remarque l’investissement d’un grand nombre d’auteurs et de lecteurs dans la rédaction du journal, faisant preuve d’une audience plus large. Par l’effort des membres investis dans cette publication, on mesure l’impact qu’a pu avoir le Workers’ Republic dans certains événements de la vie dublinoise. Cet impact est particulièrement perceptible lors de moments politiques forts dont le journal fait la propagande, comme durant la mobilisation contre la guerre des Boers en 1899[2], les campagnes électorales pour les élections municipales de Dublin, ou encore les célébrations nationalistes qui ont marqué l’année 1915 à Dublin[3].

            Par ailleurs, le Workers’ Republic constitue un lieu d’expérimentation théorique dans lequel les auteurs s’essayent à prendre position sur les sujets tactiques du socialisme. Parmi ces sujets, on trouve des textes traitant des élections[4], de l’investissement des socialistes dans les organes travaillistes ou de stratégie militaire pour la Citizen Army. En effet, lors de la première période de publication les auteurs insistent sur la participation à des élections mais refusent de dévier de la stratégie révolutionnaire. Durant sa seconde période de publication, le journal met en avant le rôle central que les femmes occupent dans le socialisme, il souligne leur participation à la défense des ouvriers et publie des textes rédigés par les femmes du mouvement[5]. La seule femme au officier du Soulèvement de Pâques est, Constance Markievicz, de l’Irish Citizen Army. Les socialistes républicains, à travers le Workers’ Republic, se posent en progressistes, ce qui leur permet de nouer des liens avec d’autres groupes indépendantistes et ouvriers en Irlande sur lesquels ils exercent une influence et dont ils subissent également l’influence. Ainsi, le Workers’ Republic nous donne à voir les relations que les socialistes entretiennent avec les trade-unionistes autour de 1900 mais aussi avec les nationalistes tout au long de l’existence du journal ou avec les socialistes anglophones aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Ces liens garantissent aux petits groupes politiques derrière la publication du journal non seulement d’éviter leur isolement dans la vie politique dublinoise, irlandaise et internationale, mais aussi de d’asseoir une influence au-delà de la ville de Dublin.

            Enfin, cette recherche autour du Workers’ Republic met en évidence l’influence du journal dans l’historiographie irlandaise. Bien qu’il n’ait jamais fait l’objet d’une étude propre et que certains textes qui le composaient demeuraient endormis jusqu’à ce mémoire autour du Workers’ Republic, le journal sert de support pour l’étude des idées socialistes républicains, il est souvent cité dans des ouvrages sur la période ou sur James Connolly[6]. En effet, en raison de la volonté de sincérité qui s’exprime dans le journal, il constitue un témoignage plutôt fiable du socialisme républicain du début du XXème siècle. On y observe les difficultés qu’il rencontre, les lieux où ses acteurs s’organisent et la manière dont ils se réunissent. On peut y voir les activités publiques et privées des socialistes républicains, de leur parti puis de leur syndicat et de leur armée. Pour autant le journal incarne une certaine subjectivité liée à sa fonction de propagande puisqu’il tient pour rôle de mettre en avant un courant de pensée et ses acteurs. Néanmoins, l’étude du socialisme républicain avant 1916, l’analyse des principes qui le traverse et la composition de sa pensée politique seraient moins aisés sans la parution du Workers’ Republic.

            L’étude du Workers’ Republic constitue donc une porte d’entrée dans le socialisme républicain irlandais et permet de saisir l’influence du journal ainsi que des idées qui s’y expriment. Elle nous permet d’appréhender les acteurs derrière sa publication, et l’enthousiasme qui a pu exister dans la publication d’un organe de propagande. et les liens qu’ils établissent avec d’autres groupes politiques irlandais et étrangers. Elle nous donne à voir la manière dont les théories socialistes républicaines dans différents domaines sont articulées, et la façon dont elles évoluent pour accompagner les bouleversements du monde contemporain.

 

Lise Augot

Master histoire

Université de Rouen

 

 


[1]John Lyng, « Official », Workers’ Republic, Vol.5, N°9, avril 1903.

[2]« Resolution of Sympathy with the Boer Republic », Workers’ Republic, Vol.3, N°7, 30 juin 1900.

[3]L’année 1915 est marquée par plusieurs célébrations nationalistes : les funérailles de Jeremiah O’Donovan, héros de l’insurrection de 1867 initiée par les fénians, groupe d’indépendantiste irlandais ; les célébrations annuelles de Wolfe Tone, figure principale de la tentative de révolution irlandaise de 1798 ; et l’anniversaire de la mort de trois  indépendantistes irlandais mort après avoir libéré des prisonniers irlandais en Angleterre, renommés les Martyrs de Manchester.

[4]James Connolly, « Socialism and nationalism », Workers’ Republic, Vol.1, N°4, 3 septembre 1898.

[5]« Women’s Want », Workers’ Republic, Vol.1, N°5, 26 juin 1915.

[6]La plupart des travaux traitant du socialisme républicain avant 1916 prennent le Workers’ Republic pour principale source, tant pour l’analyse des idées politiques que pour l’observation des groupes socialistes républicains. Voir les biographies de James Connolly ; ou David Lynch, Radical politics in modern Ireland: the Irish Socialist Republican Party 1896-1904, Dublin, Irlande, Irish Academic Press, 2005. ; ou Olivier Coquelin, L’Irlande en révolutions. Entre nationalismes et conservatismes: une histoire politique et sociale (18e-20e siècles), Paris, Syllepse Editions, 2018.

European Socialism | Socialisme européen

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search