[BIBLIOGRAPHIE] ALAYRAC Pierre, L’Internationale au milieu du gué. De l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896), Rennes, PUR, 2018.

ALAYRAC Pierre, L’Internationale au milieu, du gué. De l’internationalisme socialiste au congrès de Londres (1896), Préface de Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal, Rennes, PUR, 2018,  224 p.

À la fin du XIXe siècle, entre l’Europe et les États-Unis, bouillonnait une activité internationale riche. Organisations et congrès internationaux étaient au coeur d’une « première mondialisation », au sein de laquelle l’Internationale et ses militants occupaient une place singulière. En effet, tant par leurs ambitions que par les caractéristiques sociales de leurs participants, les réunions de ce mouvement politique transnational tranchaient, par exemple, avec le feutre et l’élitisme social qui entouraient souvent les rencontres internationales de savants. Loin d’être uniquement des points d’échanges ou de « transferts » entre les différentes nuances et courants du socialisme européen et américain, les congrès de l’Internationale furent également des lieux d’affirmation et de luttes pour définir ce qu’était le socialisme dans chacun des pays représentés. Ainsi, les dynamiques de mondialisation et de nationalisation des sociétés n’étaient pas antagonistes, mais au contraire s’articulaient et dessinaient des formes d’internationalisme.

Ce livre invite à se pencher sur le fonctionnement concret de ces congrès pour y observer les enchevêtrements de différentes formes de l’internationalisme socialiste. Avec les outils de la sociologie et de l’histoire sociale et transnationale, il s’efforce de suivre les préparatifs et les conséquences d’un congrès réputé décisif pour le socialisme et l’anarchisme, mais plus largement de comprendre ce qui se jouait dans ces formes (inter)nationales de sociabilité qu’occasionnèrent les congrès socialistes.

Pierre Alayrac, normalien et agrégé de sciences économiques et sociales, est doctorant au Centre Européen de Sociologie et Science Politique de l’EHESS.

Communiqué de presse de l’éditeur

[Bibliographie] Jakub S. Beneš Workers and Nationalism Czech and German Social Democracy in Habsburg Austria, 1890-1918

Jakub S. Beneš, Workers and Nationalism, Czech and German Social Democracy in Habsburg Austria, 1890-1918, Oxford, Oxford University Press, 2016

Description

Internationalist socialism and ethnic nationalism are usually thought of as polar opposites. But for the millions of men and women who made Social Democracy into twentieth-century Europe’s most potent political force, they were often mutually reinforcing. Workers and Nationalism explains this apparent paradox by looking at the history of the Social Democratic workers’ movement in Habsburg Austria, which was built on the mobilization of German and Czech workers in the Empire’s rapidly industrializing regions of Bohemia, Moravia, and Lower Austria. Jakub Beneš takes the history of socialism out of the realm of theoretical and parliamentary debates and into the streets, city squares, pubs, and clubs of a vibrant but precarious multi-ethnic society. He reveals how ordinary workers became increasingly nationalist as they came to believe that they were the genuine representatives of their ethnic national communities. Their successful campaign to democratize parliamentary elections in 1905-1907 accelerated such thinking rapidly. It also split Social Democracy apart by 1911. Then, during the First World War, many Czech and German workers embraced revolutionary radicalism, alienating them from the regime-friendly socialist leadership. Beneš’s study is the first to show the profound connection between major political events and the rich culture of the Austrian workers’ movement, revealing this culture’s utopian and quasi-religious tendencies as well as its left populist nationalism. Based on research in eight archives and numerous libraries in Prague, Vienna, and Brno, Workers and Nationalism fundamentally rethinks the relationship between socialism, nationalism, and democracy in modern Europe.

Key points
  • Tells the story of how nationalism spread among industrial workers in central Europe in the twentieth century
  • Explores a dynamic popular movement from a grassroots perspective and through its colourful culture
  • Exposes dramatic life stories, including scenes from socialist street demonstrations and examples of agitation materials created by ordinary workers and by the movement intelligentsia
  • Uses untapped sources in German and Czech from a dozen archives and libraries to reconstruct a culture that was locally rooted but connected across multiple regions and cities
  • Avoids a normative view of socialist politics, providing a fresh and balanced view of this phenomenon
  • Places the history of Austrian Social Democracy in comparative European and transnational context
Table of Contents

Introduction: Socialism, Nationalism, and Democracy
1: Narrating Socialism in Habsburg Austria
2: Exclusion from the Nation
3: Storms of November
4: Socialist Hussites, Marxist Wagnerians
5: The Logics of Separatism
6: War and Revolution
Conclusion: Ideology and Utopia

 

About the author

Jakub S. Beneš, Departmental Lecturer in Modern History, University College, Oxford

Jakub Beneš was born in Berkeley, California to Czech and Slovak parents, one of whom was raised in America. He took his bachelor’s degree at Middlebury College, Vermont before returning to California and completing his doctorate under the supervision of Professor William Hagen at UC Davis. Since 2012 he has lived and worked in the UK, first as postdoctoral fellow at the University of Birmingham, and most recently at Oxford. Beneš’s scholarly interests are focused on modern central and eastern Europe, particularly on the history of nationalism, social movements, and popular culture. His next project looks at rural unrest during the collapse of Austria-Hungary.

 

More informations on the publishers website

[LECTURE] Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

 « Le socialisme en France (1898–1912) », troisième volume des œuvres complètes de Rosa Luxembourg propose de revenir en 40 articles sur l’attention que porte la militante internationaliste sur les évènements marquants de la vie politique en France : l’Affaire Dreyfus, la crise « ministérialiste » et la critique du syndicalisme révolutionnaire, ainsi que l’unité des socialistes. Recueillis par Daniel Guérin et Lucie Roignant, préfacé par Jean-Numa Ducange, ces articles illustrent une bataille politique où la militante se met au combat contre le tournant impulsé par Eduard Bernstein au sein de la social-démocratie allemande. L’exemple français lui fournit à juste titre des illustrations pratiques pour son combat politique au sein du SPD, faisant sienne la formule des marxistes : la lutte des classes est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. La révision de la méthode du marxisme par Bernstein et l’entrée de Millerand au gouvernement n’ont-elles pas porté indice d’une crise à venir au sein de l’Internationale ouvrière ? C’est avec lucidité que Rosa Luxemburg a senti se profiler la crise internationale du socialisme.

Pour défendre sa méthode, celle du marxisme, et souligner une unité de pensée résolument nourrie du feu révolutionnaire, Rosa Luxembourg, informe le lecteur allemand de l’actualité politique et sociale en France. Elle leur révèle la précarité des jeunes institutions républicaines de la IIIème République en proie aux attaques monarchistes et cléricales. En conséquence, c’est l’échec du parti radical qui est décrit en décortiquant à chaque fois tous les mécanismes à l’œuvre dans les situations les plus dangereuses pour la République. Pour elle, la bourgeoisie ne peut plus assurer la défense des acquis démocratiques, seul le mouvement ouvrier organisé avec son parti unique peut aller à la défense et à la conquête des libertés. Ainsi, la défense de la République et le combat anticlérical ne peuvent justifier d’alliances profondes avec les radicaux, ni avec les républicains de gauche. Dans un autre registre, elle critique les positions anarchistes sur la grève générale comme étant la face contraire de l’adaptation insidieuse des socialistes au parlementarisme « bourgeois ». Elle met donc en garde les socialistes sur l’adaptation aux positions radicales dont Jaurès constitue une incarnation à ces yeux. Elle qui pourtant a encensé sa position dreyfusarde devant le silence de Guesde dont elle se sent le plus proche politiquement. Ainsi, l’unification des socialistes ne peut se faire à n’importe quel prix. La nécessité d’une clarification des buts et des méthodes a certainement montré un degré de confusion théorique révélant davantage l’éclectisme et la jeunesse des organisations socialistes en France. C’est pourquoi il est recommandé de lire avec attention un article, le plus important en taille comme en contenu « La crise socialiste en France » qui recentre toute son attention sur la défense des principes socialistes et de l’indépendance du mouvement socialiste, en somme, la pierre angulaire de cette anthologie.

La compilation présente chronologiquement des articles rédigés à chaud sur les suites de l’Affaire Dreyfus, les grèves des fonctionnaires et le 1er mai. Mais aussi des indications sur la progression électorale des socialistes et des débats préfigurant l’unité socialiste.  Cette présentation chronologique, permet de saisir toute la subtilité d’une pensée militante et de renseigner davantage sur l’évolution des débats qui ont eu lieu au sein de l’Internationale ouvrière. Aussi, elle permet d’entrevoir des pistes nouvelles quant à l’évolution du paysage politique européen. La mise en abîme de la crise internationale du socialisme par la situation française est une des préfigurations de la « crise » mondiale du 4 aout 1914.

 

Ryad Bendif

European Socialism | Socialisme européen