Archives par mot-clé : Thierry Merel

Rencontre autour de Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux

Rencontre autour de
Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux
Belin, 2017

 

Mercredi 31 mai, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris, sous la présidence de Gilles Pécout, recteur de l’académie de Paris, chancelier des Universités, assisté de Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès) et de Jean-Numa Ducange (Fondation Gabriel Péri)

15 h – 15 h 15
Ouverture par Vincent Duclert (histoire d’un livre), Marion Fontaine (Madeleine Rebérioux à travers ses œuvres), Gilles Candar (l’économie du livre), éditeurs de Pour que vive l’histoire

15 h 15 – 15 h 30
Histoire politique, table ronde animée par Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS, directeur de Mil Neuf Cent, revue d’histoire intellectuelle : « Madeleine Rebérioux, un nouveau regard sur l’histoire du socialisme »

  • Adeline Blaszkiewicz-Maison, professeure agrégée d’histoire et doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (CHS XXe siècle) : « De Jaurès au continent socialiste : diversité de la gauche dans l’œuvre de Madeleine Rebérioux »
  • Patrizia Dogliani, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne : « Madeleine Rebérioux et l’histoire du socialisme : du municipalisme à l’internationalisme »
  • Elisa Marcobelli, docteure en histoire à l’EHESS : « La gauche italienne face à la révolution de 1917 »
  • Frank Olivier Poisson-Chauvin, doctorant en histoire, membre du GRHis de l’Université de Rouen : « Relire L’Internationale et l’Orient »
  • Étienne Rouannet, doctorant en histoire à l’EHESS-CESPRA : « Sur les pas de Gustave Rouanet. Faire des recherches buissonnières avec Madeleine Rebérioux »

15 h 30 – 16 h 30 Pause (dix min)
Histoire sociale, table ronde animée par Michelle Perrot, professeure émérite à l’Université Paris Diderot

  • Bastien Cabot, professeur agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS-Histoire et civilisations : « Madeleine Rebérioux. Socialisme, histoire sociale et jeux d’échelles »
  • Patrick Fridenson, directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Mouvement social : « Madeleine Rebérioux, l’histoire du travail et de ce qu’il fait aux femmes et aux hommes »
  • Catherine Moulin, professeure agrégée d’histoire : « Prendre le train avec Jean Jaurès et Madeleine Rebérioux »

16 h 40 – 17 h 15
Histoire culturelle, table ronde animée par Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes

  • Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à l’Université Lyon 2, UMR 5317 IHRIM : « Pratiques d’écriture de Madeleine Rebérioux »
  • Mélanie Fabre, élève de l’ENS-LSH et doctorante en histoire : « Femmes engagées dans l’éducation : une stratégie de contournement sur les traces de la citoyenneté sociale »
  • Anne-Solène Rolland, conservatrice en chef du patrimoine, directrice de la recherche et des collections au musée du Louvre : « L’histoire et le musée : actualité de Madeleine Rebérioux »

17 h 15 – 18 h
Conclusions, par Vincent Duclert, professeur associé à Sciences Po, chercheur à l’EHESS-CESPRA

La Fondation Jean Jaurès et le fonds Renaudel

English version below

 

Billet 06. Brochure de présentation de la Conférence par Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904.

Billet d’entrée de la Conférence par Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904.  (Archives Pierre Renaudel – collection Fondation Jean-Jaurès)

C’est un vendredi après-midi, le 28 mars 2014, que les archives de Pierre Renaudel  (1871-1935) sont réapparues. Alors que l’exposition Jaurès venait d’ouvrir aux Archives nationales et que la Fondation Jean-Jaurès entamait une « année Jaurès 2014 » riche d’événements[1], la petite-fille de Pierre Renaudel, Monique Bonnier Pitts nous contacta pour nous proposer dans un premier temps des manuscrits de Jaurès et un buste de son grand-père. Le lundi suivant, au cours de rangements dans le week-end, c’est tout un ensemble de boîtes d’archives et d’ouvrages qu’elle avait mis au jour et qu’il fut possible de découvrir dès le lendemain.

Pierre Renaudel, dont le parcours est présenté dans le billet de Gilles Candar eut un fils et une fille, Thérèse, qui épousa en 1923 Claude Bonnier, compagnon de la Libération, décédé en 1944[2]. Le couple eut deux enfants, Nicole, décédée à Paris le 20 janvier 2015, et Monique. Cette dernière se maria avec un Américain et vit depuis lors aux Etats-Unis. Thérèse Renaudel, décédée en 1991, vécut avec sa fille Nicole dans l’appartement familial près du Bois de Boulogne, conservant les souvenirs de ces deux hommes, Pierre Renaudel et Claude Bonnier. Ce sont ces souvenirs, objets, archives et ouvrages, comme réunis et figés dans le temps depuis plus de 60 ans, qui réapparurent au printemps 2014 et furent confiés à la Fondation Jean-Jaurès.

Depuis 1999, la Fondation veille à la préservation et à la valorisation des archives du Parti socialiste et de ses militants, et développe et coordonne des projets favorisant l’étude et la recherche historique sur le mouvement socialiste, des origines à aujourd’hui. De nombreux documents sont consultables gratuitement en ligne sur un site Internet dédié ouvert en 2014. C’est donc naturellement que les archives de Pierre Renaudel ont rejoint quelques jours après les contacts avec ses descendants les 1500 mètres linéaires de documents conservés. Rapidement, il fut facile d’isoler les pièces relatives à Jean Jaurès que Renaudel a trouvé dans le bureau de l’Humanité en août 1914, ou dans le casier parlementaire de Jaurès comme l’indique une mention sur une chemise. Année 2014 oblige, quelques objets ont intégré très vite l’exposition Jaurès contemporain au Panthéon comme les lunettes ou le porte-plume de Jaurès. Les manuscrits, pour certains visiblement inédits, vont faire l’objet de publications commentées[3]. En Juin 2014, une interview dans L’Express de Gilles Finchelstein, directeur général de la Fondation Jean-Jaurès fut l’occasion de dévoiler ces « trésors »[4].

Parallèlement, le nettoyage, le reconditionnement et le récolement du fonds d’archives principal commença, l’inventaire est actuellement en cours. Quelques grands ensembles se détachent, et il est nécessaire de souligner la richesse du fonds par déjà tout simplement la période chronologique couverte, de la dernière décennie du XIXe siècle à 1935 : c’est un fonds d’archives unique pour un responsable socialiste face au devenir des archives des organisations partisanes précédant 1905 puis celles de la SFIO[5]. Renaudel était un homme de presse, et une part des photographies, des dessins, des collections de journaux conservées ou des brouillons d’articles en témoignent, que ce soient pour la Vie socialiste ou l’Humanité. Au total, le fonds d’archives représente  54 boîtes soit environ 250 dossiers, auxquels il faut ajouter l’ensemble des livres et des brochures de sa bibliothèque. L’historien trouvera notamment de riches séries de correspondance et des notes personnelles prises lors de réunions, que ce soient lors de comités de rédaction, des séances de la commission Armée de la Chambre des députés entre 1914 et 1919 ou pendant des réunions internationales dès 1918 puis de l’Internationale ouvrière socialiste après 1923. L’inventaire définitif affinera ces trop brèves remarques.

Billet. 06 Extrait des groupes adhérents à la Fédération Socialiste Révolutionnaire de Seine-Inférieure adressé à Briand

Extrait des groupes adhérents à la Fédération Socialiste Révolutionnaire de Seine-Inférieure adressé à Briand (Archives Pierre Renaudel – collection Fondation Jean-Jaurès)

La Fondation Jean-Jaurès et son secteur Histoire et archives noue depuis 1999 des partenariats, avec des institutions publiques comme les Archives nationales, l’INA ou le Service interministériel des archives de France, avec des centres de recherches comme le Centre d’histoire de Sciences PO, le Centre d’histoire sociale du XXe siècle à l’université Paris I et au-delà avec de nombreux universitaires étudiant l’histoire du mouvement socialiste, et avec des associations comme l’Institut François Mitterrand, L’OURS et la Société d’études jaurésiennes, ou regroupées en réseau comme le Codhos. Le partenariat avec Eurosoc s’inscrit dans cette dynamique, et visera à valoriser plus spécifiquement la « partie normande » du fonds d’archives Renaudel. L’objectif est de numériser les archives repérées, naturellement pour les préserver des manipulations rendues délicates par l’état de certains documents, et plus largement de les mettre plus rapidement à la disposition des chercheurs pour en favoriser l’analyse historique. Ces sources, pour l’historien, seront naturellement à croiser avec les fonds que les archives municipales ou départementales de Normandie peuvent conserver sur les premières années de l’implantation du socialisme, Pierre Renaudel se détournant de ses terres d’origine en 1909 pour s’implanter dans le Var. les correspondances de Pierre Renaudel précisent le développement des groupes socialistes dès la fin du XIXe siècle et éclairent probablement d’un regard nouveau par leurs détails et leurs précisions les élections législatives en 1902 ou les municipales de Rouen en 1904, et au-delà,  les hommes, les réseaux et les dynamiques propres au socialisme en Normandie de 1896 à 1907. Les échanges et les futures contributions scientifiques des historiens intégrés à Eurosoc vont permettre l’étude de ces archives et l’apport de réflexions nouvelles.

Thierry Mérel

Directeur secteur Histoire et Archives de la Fondation Jean-Jaurès

[1] La Fondation Jean-Jaurès a publié en 2015 une brochure reprenant les initiatives de « 2014, année Jaurès » http://www.jean-jaures.org/Publications/Livres/Revivez-Jaures-2014

[2] Une biographie de Claude Bonnier est disponible sur le site Internet du Musée de l’Ordre de la Libération http://www.ordredelaliberation.fr/fr/les-compagnons/116/claude-bonnier

[3] Un premier manuscrit, « Monsieur de Bismarck et la démocratie » a été commenté par Emmanuel Jousse http://www.jean-jaures.org/Publications/Notes/Bismarck-et-les-elections-allemandes-de-1887/(language)/fre-FR

[4] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/gilles-finchelstein-hollande-est-fidele-a-l-esprit-de-jaures_1552545.html

[5] Frédéric Cépède, « L’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), 45 ans d’histoire (et) d’archives socialistes », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 24, septembre-décembre 2014 [en ligne, www.histoire-politique.fr]

ENGLISH VERSION

The archives of Pierre Renaudel (1871-1935), reappeared on March 28th 2014, it was a Friday afternoon. While the Jean Jaurès exhibition had just opened at the National Archives and the Jaurès Foundation had started an eventful year devoted to him in 2014[1], Monique Bonnier Pitts – Pierre Renaudel’s granddaughter – contacted us in a first phase to offer us manuscripts by Jaurès and a bust of his grandfather. The following Monday, after having tidied up archives in the weekend, she had uncovered a whole set of archives boxes and books that we were able to access the very next day.

A few major sets stand out but it is necessary to underscore the richness of the collection. First, the chronological period covered is simply tremendous: it goes from the last decade of the 19th century to 1935; this collection of archives therefore represents something unique for a socialist leader in the face of what will become of the partisan organizations’ archives before 1905 and then the archives of the French Section of the Worker’s International[2]. Renaudel was a newspaperman and part of the photographs, drawings, collections of newspapers kept or rough versions of articles bear witness to this, whether it be for La Vie Socialiste or L’Humanité. All in all, this collection of archives represents 54 boxes, approximately 250 files, to which must be added all the books and brochures of his library. Historians will notably find rich series of correspondence and personal notes taken during meetings, whether it be during editorial boards, sessions of the Chamber of Deputies’ Army Commission between 1914 and 1919 or during international meetings as early as 1918 and then during meetings of the Second International after 1923. The final inventory will refine those too brief comments.

The Jean-Jaurès Foundation and its field “History and archives” has been building partnerships with public institutions ever since 1999.

The partnership with Eurosoc participates in this dynamics and will aim more specifically to enhance the “Norman part” of the Renaudel collection of archives. The objective is to digitalize the identified archives in order to first, preserve them from manipulations (the state of some documents made them delicate to handle) and more broadly, to make them available more quickly to researchers in order to encourage their historical analysis. For historians, this material will naturally have to be cross-referenced with the collections that the municipal or departmental archives of Normandy may have preserved on the first years of the establishment of socialism – as Pierre Renaudel turned away from his homeland in 1909 to set himself up in the Var department. Renaudel’s correspondence explain the development of socialist groups at the end of the 19th century and, thanks to news details and precisions, probably shed new light on the legislative elections of 1912 or the municipal elections in Rouen in 1904 and, beyond that, shed new light on the men, networks and dynamics specific to socialism in Normandy from 1896 to 1907. The exchanges and future scientific contributions of the historians included in the Eurosoc project will allow the study of these archives and provide some new thinking.

[1] The Jean Jaurès Foundation published a brochure using the initiatives of “2014, année Jaurès” http://www.jean-jaures.org/Publications/Livres/Revivez-Jaures-2014

[2] Frédéric Cépède, « L’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), 45 ans d’histoire (et) d’archives socialistes », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 24, September-December 2014 [available online, www.histoire-politique.fr]

Version française & English version.pdf

Compte-rendu de la réunion de lancement du projet EUROSOC du 15 février 2016 / Launching session review of feb 15th.

English version below

photo 15 fev

La journée de lancement d’EUROSOC s’est tenue à l’IRIHS (Normandie Université) le 15 février 2016 de 10 h à 17 h. Les partenaires présents ont discuté du projet tel qu’il a été présenté puis accepté.

Steffi Marung (Université Leipzig) a évoqué la pertinence de l’application de la méthodologie transnationale à l’histoire du socialisme et Bertel Nygaard (Université d’Aarhus) le cas particulier du socialisme au Danemark. Thierry Hohl (Université de Bourgogne) a quant à lui exposé ses recherches en cours sur le socialisme à l’échelle régionale à travers le cas de la fédération de l’Yonne avant 1914.

Parmi les projets évoqués, deux fonds d’archives ont particulièrement suscité l’attention.

D’une part le fonds Pierre Renaudel, figure importante de l’histoire du Parti socialiste qui succéda à Jean Jaurès à la tête de l’Humanité le lendemain de son assassinat en août 1914.  Ce fonds d’archives présente un intérêt tout particulier pour EUROSOC puisque Renaudel a été un responsable du Parti Socialiste Français (1902-1905) puis de la Section française de l’Internationale ouvrière (fondée en 1905) en Seine-inférieure. Son fonds personnel d’archives est riche en archives sur l’histoire du socialisme à Rouen et de sa région, alors même que les archives nationales et régionales sur la SFIO d’avant 1914 sont extrêmement rares. Le projet EUROSOC aidera à la numérisation de cette partie du fonds Renaudel, ainsi qu’à l’indexation de sa bibliothèque qui contient un ensemble représentatif de livres et brochures du socialisme d’avant guerre. Cet ensemble constitue un fonds susceptible d’être exploité pour de nouvelles recherches. Gilles Candar et Thierry Merel présenteront sur notre carnet ce fonds dans les semaines à venir.

D’autre part, les archives de Georges Haupt, historien d’origine roumaine exilé en France en 1957, grand spécialiste de l’histoire de l’Internationale socialiste d’avant 1914, qui avait notamment récupéré une partie importante du fonds de la direction de l’Internationale (le Bureau Socialiste International), dont de nombreux documents très peu connus voire inédits. Ses archives viennent d’être mises à disposition à la bibliothèque de la FMSH. Le projet EUROSOC organisera un séminaire autour de ces archives en 2016-2017 et se fixe l’objectif d’impulser des recherches autour de ce fonds, qu’il souhaite également rendre accessible sous une forme numérique. Déjà deux étudiants de Master sciences historiques de l’Université de Normandie ont consulté ce fonds pour leur recherche et nos collègues de l’Académie de Sciences de Shanghai ont déjà engagé une traduction en mandarin pour leur Yearbook on socialism un extrait de correspondance inédit relatif à l’histoire de la naissance du socialisme en Chine au début du vingtième siècle.


ENGLISH VERSION

The EUROSOC project was launched on February 15th from 10 a.m to 7 p.m at the Institut de Recherches Interdisciplinaires Homme et Société (IRIHS, Normandy University). The partners present at that meeting discussed the project as it was presented and then accepted.

Steffi Marung (Leipzig University) mentioned the relevance of applying the transnational methodology to the history of socialism and Bertel Nygaard (Aarhus University) mentioned the specific case of Denmark. As for Thierry Hohl (University of Burgundy), he presented us his ongoing research on socialism at the regional level in the case of the socialist federation of the Yonne department before 1914.

Among the projects that were brought up, two collections of archives attracted particular attention.

On the one hand, the Pierre Renaudel collection; Pierre Renaudel was a major figure of the Socialist Party history and succeeded Jean Jaurès as editor of the daily newspaper L’Humanité the day after his assassination in August 1914. This collection of archives is of particular interest to the EUROSOC project since Renaudel was an official of the French Socialist Party (1902-1905) and then became one of the leaders of the French Section of the Workers’ International (SFIO, founded in 1905) in the Seine-Inférieure department. His personal collection of archives is rich in archives on the history of socialism in Rouen and its region even though the national and regional archives on the SFIO before 1914 are extremely rare. The EUROSOC project will help to digitalize this part of the Renaudel collection and will also help to index its library as it contains a representative set of books and brochures on pre-war socialism. This package represents a collection that may be used for future research. Gilles Candar and Thierry Merel will present this collection on our research notebook in the weeks to come.

On the other hand, we also selected the archives of Georges Haupt – a historian of Romanian origin who went into exile in France in 1957. He was a leading expert on the history of the Second International before 1914 and had notably retrieved an important part of the International leadership collection of archives (the International Socialist Bureau), including many very little known or even unpublished documents. His archives have just been made available at the Fondation Maison des sciences de l’homme library (FMSH) in Paris. The EUROSOC project will hold a seminar on these archives in 2016-2017 with the goal of initiating research around this collection and also wish to make it accessible in digital form. Two Master students in historical sciences (Normandy University) have already consulted this collection for their research and our colleagues of the Shanghai Academy of Social Sciences have already started to translate in Mandarin an unpublished extract of correspondence related to the history of the emergence of socialism in China at the beginning of the 20th century for their yearbook on socialism.

Version française .pdf

English version .pdf

Cite this article as: "Compte-rendu de la réunion de lancement du projet EUROSOC du 15 février 2016 / Launching session review of feb 15th.," in EUROSOC Normandie, 10/03/2016, https://eurosoc.hypotheses.org/249.