Archives par mot-clé : SFIO

[LECTURE] Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

 

Denis Lefebvre, journaliste et secrétaire de l’OURS, nous propose dans le présent ouvrage une étude originale et novatrice, sur les rapports historiques entre les organisations maçonniques et socialistes. L’auteur se propose d’éclairer en cinq chapitres, documentés et illustrés, la nature des débats et des actes qui ont façonné les rapports entre ces organisations ayant influencé le paysage politique de la France depuis la Belle Epoque jusqu’au congrès de Tours de la SFIO. Rapports houleux et sulfureux… au travers de portraits militants et de débats de congrès.

Aux heures de gloire de la IIIème République, sur la base du combat républicain et anticlérical, s’est affirmée pour les militants ouvriers la reconstruction des organisations socialistes. L’exil depuis la Commune a poussé un grand nombre de militants (anciens blanquistes ou internationaux) à chercher des appuis organisationnels afin de se structurer et convaincre de la nécessité du socialisme. Il faut noter que l’auteur commence son étude avec un chapitre consacré aux Chevaliers du Travail dont l’historiographie relativement maigre est à souligner (voir Maurice Dommanget). C’est effectivement depuis cette structure pré-syndicale, aux fortes allures maçonniques, importée des Etats-Unis en France en 1893 que les premiers liens se nouent. Nous y retrouvons entre autres Aristide Briand, Benoit Malon, Marcel Sembat…

Toutefois, le paysage politique changeant, il ne leur est plus possible de reprendre leur place sur la scène politique. La division des organisations socialistes jusqu’en 1905, grâce notamment à la constitution de la SFIO, a été une rude bataille politique dans laquelle de nombreux débats difficiles, anathèmes et exclusions ont jalonné la formation. Parmi ces discussions, l’appartenance à la franc-maçonnerie, alors associée au Parti radical, occupe une place centrale. Il est en effet utile de se pencher sur cette question lorsque l’on traite de l’histoire du socialisme en France (voire aussi en Belgique). De manière contradictoire, les loges sont alors très fréquentées par les socialistes. Ils tentent d’amener la franc-maçonnerie sur le terrain de la révolution, alors que de vives critiques antimaçonniques fleurissent dans la presse socialiste. Ainsi, plusieurs tentatives d’interdiction d’appartenance aux loges sous l’accusation de collaboration de classe sont monnaie courante. Depuis 1905, les résolutions se discutent systématiquement en congrès jusqu’à la scission au congrès de Tours en 1920.

La proximité des obédiences maçonniques avec le Parti Radical tend cependant à favoriser un potentiel rapprochement entre les différentes organisations. Le ralliement à la défense de la République avec le Bloc des gauches et la bataille anticléricale ont-ils été cependant des facteurs de dilution de la pensée socialiste ? C’est bien de cela dont il est question et cela pousse le débat dans les jeunes organisations socialistes en recherche d’indépendance et de construction. Les partis formulent alors un besoin de se délimiter. Comment concevoir la construction de partis ouvriers si les militants se consacrent à autre chose ? Comment le parti, luttant pour l’indépendance de classe, ne pourrait-il pas se compromettre avec les radicaux bourgeois ? Sous cette critique, Jules Guesde et Paul Lafargue se présentent comme résolument opposés à la double appartenance. Pourtant Alexandre Zévaès, guesdiste, est lui-même initié. Contrairement aux guesdistes, les allemanistes du POSR adoptent une attitude plus modérée. Jean Allemane, ancien communard, a été initié au Grand Orient de France dans la loge des Renovateurs, celle de Jean-Baptiste Clément, communard et auteur du célèbre Temps des Cerises. Jean Jaurès, non-initié, se fait néanmoins remarquer par son indifférence dans le débat malgré son poids politique. Cependant, si l’influence socialiste est devenue importante au sein des loges, il ne s’agit pas d’une volonté organisée, mais bien plus d’initiatives militantes individuelles et singulières.

Malgré tout, il reste une grande absente dans cet ouvrage : la bataille pour la séparation entre les Eglises et l’Etat. Nous ne saurons pas non plus si l’Internationale Ouvrière s’est intéressée à la question en France. Par ailleurs, il faut noter que l’ouvrage fait un grand bond de 1912 à 1920 (Congrès de Tours) pour mettre à l’index les communistes et l’Etat né de la Révolution Russe de 1917. Ce silence de huit ans interroge… Qu’en est-il du « tournant du siècle » : de la Grande guerre et du ralliement des socialistes à l’Union sacrée, raison de la construction de la IIIème Internationale ? Rappelons que Marcel Sembat était un des fers de lance de l’Union sacrée et qu’Alexandre Zévaès fut l’avocat de Raoul Villain, assassin de Jaurès… Les principes du radicalisme ont-ils déteint en partie sur les socialistes par l’entremise des loges ? Les socialistes se sont-ils fourvoyés par cette promiscuité ? Au travers de ces deux cents pages, la lecture facile et agréable nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages à la forte personnalité qui ont marqué la pensée du socialisme en France et constitue une bonne introduction à l’étude de ce courant politique et plus généralement du mouvement ouvrier, mais aussi de la pensée politique sous le régime de la IIIème République.

 

Ryad Bendif

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.