Archives par mot-clé : Patrizia Dogliani

[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 1/2

L’ouvrage de Patrizia Dogliani, intitulé Le Socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre,est une publication en version française revue et actualisée de sa thèse soutenue en 1991 sous la direction de Madeleine Rebérioux[1]. Le livre est également le premier d’une nouvelle collection, Gauches d’ici et d’ailleurs, dirigée par Gilles Candar aux éditions de l’ArbreBleu.

            En s’intéressant particulièrement à la période qui va de la loi du 5 avril 1884, qui donne le droit aux conseils municipaux d’élire leurs maires, au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, l’historienne réalise ici une histoire plurielle du socialisme municipal[2] qu’elle désigne comme « les politiques et pratiques appliquées aux communes par les organisations ouvrières et socialistes » (p.17). 

Dans la première partie de l’ouvrage, la conquête et la gestion de nombreuses municipalités, à partir des années 1880, sont scrutées finement au miroir des idées et débats à l’occasion des réunions d’élus et congrès qui traversent jusqu’en1914 le socialisme, apparaissant progressivement comme une force politique émergente sur la scène nationale. La première municipalité conquise par les socialistes est Commentry dans l’Allier en 1882. L’une des originalités du travail de Patrizia Dogliani est l’inscription du socialisme municipal français dans une logique inter-nationale : l’auteure s’applique à rendre compte des influences réciproques entre les différents partis socialistes et ouvriers de la Deuxième Internationale (SPD, Parti travailliste, Parti Socialiste Italien, Parti Ouvrier Belge, etc.) au niveau de la conception des programmes,des propositions débattues et des réalisations achevées dans les communes lorsque les socialistes dirigent des municipalités.

La naissance du socialisme municipal s’inscrit dans le prolongement de l’expérience communarde qui a influencé son développement et sa mise en œuvre.Après la répression et l’exil auxquels les militants ouvriers furent confrontés, les années 1870 sont marquées par une « vitalité ouvrière intense » et « l’immortel congrès » de Marseille en 1879, pourre prendre la formule employée par Jules Guesde, marque le point de départ de la volonté de fonder un parti socialiste unique en France. Très rapidement, la tactique électorale et la vision de la lutte politique constituent un moment d’affrontement doctrinal entre les partisans de Jules Guesde, qui considèrent que la transformation de la société capitaliste en société collectiviste peut se réaliser grâce à la conquête du pouvoir d’Etat, et ceux de Paul Brousse ou« possibilistes » (Benoit Malon, Jean-Baptiste Clément, Jules Joffrin,etc.) pour qui « la question communale est plus de la moitié de la question sociale »[3]. En effet, ce deuxième courant envisage le socialisme municipal comme un champ d’expérimentation pratique qui est le résultat progressif de conquêtes sectorielles. La question municipale s’inscrit alors dans une pédagogie de l’action qui permet un apprentissage politique et administratif avec la généralisation des services publics.

Les socialistes français, et surtout les « possibilistes » sont influencés par le texte fondateur De l’organisation des services publics dans la société future, présenté par le Belge César De Paepe au VIIe Congrès de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) en septembre 1874. Ce moment ouvre la discussion au niveau international sur la question du gouvernement local et développe une articulation des rôles entre l’échelon communal et l’échelon étatique. Ces réflexions vont influencer les programmes comme celui de Montmartre en 1881défendu par les socialistes parisiens avec la candidature de Jules Joffrin aux élections partielles du mois de décembre.

En dépit de divergences dans les programmes et les tâches à accomplir, les débats autour du socialisme municipal s’inscrivent donc dans le cadre international. Alors que les « guesdistes » veulent faire prévaloir le marxisme et exclure lesanarchistes de l’Internationale reconstituée en 1889, les broussistes concentrent leurs efforts à rassembler dans un organisme international unique ces forces politiques et syndicales favorables à la réforme sociale et au développement des services publics locaux et internationaux. Benoit Malon et Paul Brousse établissent des contacts avec des militants des partis étrangers,comme l’Italien Andrea Costa. Paul Brousse joue notamment le rôle d’intermédiaire entre le Parti Socialiste Italien et les travaillistes anglais[4].Les influences dans le contenu des programmes qui s’élaborent sont réciproques : entre 1895 et 1897, le PSI élabore un Programme politique et administratif commun[5]qui prévoit la mise en œuvre d’une série de services urbains réclamés ou expérimentés au cours des années précédentes par les Belges, les Français etles Anglais comme la municipalisation de la distribution du gaz, de l’eau et de l’électricité.

La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude de « la genèse d’un réformisme socialiste français à la lumière du socialisme municipal »(p.18). Pour l’auteur, « les pratiques locales socialistes doivent être lues comme le résultat d’une évolution du socialisme tout entier » (p.18).

En effet,le socialisme se dissocie et s’autonomise avec l’unification de ses différents courants dans la SFIO qui l’incarne à côté du radicalisme dans le champ partisan. Les socialistes français font alors l’expérience du gouvernement local, permettent la lente et progressive intégration de la classe ouvrière dans la vie politique nationale et apportent leur contribution à l’instauration d’un Etat social. Le socialisme communal et l’activité parlementaire deviennent alors indissociables. Ainsi, « dans la législation sociale proposée parles radicaux et les socialistes de 1890 et 1914, la mise en place des services publics devient un outil indispensable pour passer à une nouvelle étape, plus élaborée, du contrôle de l’Etat et des travailleurs sur l’économie »(p.124). La prise de conscience des nouvelles potentialités d’action dont dispose l’administration publique pour transformer la vie économique et sociale de la classe ouvrière est permise grâce à un groupe socialiste dirigeant renouvelé autour des figures Albert Thomas et Edgar Milhaud, provenant des milieux intellectuels parisiens, et disposant de locaux et de publications comme les revues – Les Annales de la régie directe qui apparaît en 1908.

Le socialisme municipal est à la recherche d’un programme mais aussi de nouvelles alliances : le débat dépasse alors les milieux socialistes et le contact est alors recherché avec les milieux bourgeois et patronaux qui poursuivent eux-mêmes une réflexion sur l’économie et les services publics, en particulier les milieux catholiques formés à l’économie sociale de l’école Le Play et les milieux protestants à l’origine d’institutions comme Le Musée Social de Paris. Les pratiques et expériences socialistes à l’échelle municipale doivent aussi contribuer à former la doctrine du nouveau parti : cette question est débattue par le parti tout entier lors du congrès de Saint-Quentin en 1911.

L’auteure revient ainsi amplement sur la teneur des débats qui se polarisent sur deux thèmes majeurs : la tactique électorale et plus précisément l’alliance avec les radicaux ainsi que l’élaboration d’un programme municipal à caractère national. La résolution finale adoptée et rédigée par Pierre Renaudel est le résultat d’un compromis : elle « invite les sections à faire tous leurs efforts pour lutter au premier tour avec les seules forces socialistes », tolère « à titre exceptionnel les coalitions, qui ne devront jamais être dangereuses pour le maintien des libertés économiques et politiques de la classe ouvrière ». La résolution n’impose pas de décision nationale et laisse aux fédérations et aux unions des sections des grandes villes la responsabilité de décider sous quelle forme se présenter au second tour des élections. Ainsi, en même temps que le parti travaille à la rédaction d’un programme communal national, il laisse à ses organisations de larges possibilités d’adaptation aux possibilités d’alliance au niveau local[6].


 [1] Patrizia DOGLIANI, « Un laboratoire de socialismemunicipal : France. 1880-1920 », thèse de doctorat en histoire,sous la direction de Madeleine Rebérioux, Université de Paris VIII, 1991, 661p.

[2] Quelques références bibliographiques méritent d’être signalées sur le sujet :

Aude CHAMOUARD, Une autre histoire du socialisme : les politiques à l’épreuve du terrain, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Rémi LEFEBVRE, Le Socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980) : jeux d’échelles, thèse de science politique sous la direction deFrédéric Sawicki, université Lille-2, 2001.

Citons également« Les socialistes et la ville, 1880-1914 », Cahiers Jaurès, n°177-178, juillet-décembre 2005, ensemble coordonné par Frédéric Moret avec des articles de Thierry Bonzon, Juliette Aubrun, Jean Lorcin, Rémi Lefebvre, Yannick Marec et conclu par Jacques Girault.

[3] Benoit MALON, Le nouveau parti, Paris, Derveaux, vol. 1, 1881, p. 95.

[4] Voir Fonds Costa, n°4168, lettre de Brousse à Costa, s.d. (1888). A l’occasion d’un voyage à Vienne pour un congrès d’hygiène, Brousse présenta A. Smith,des trade unions, à Costa dans l’idée d’organiser un congrès trade-unioniste international au cours de l’année 1888.

[5] « Programma minimo amministrativo (1895-1897) », dans F. PEDONE, Il PSI nei suoi congressi, I, 1892-1902, Milan, Avanti !, 1960 ; Congresso nazionale del PSI, Bologna 18-19-20 settembre 1897. Relazione per la riforma del Programma minimo politico ed amministrativo (relatori Giuseppe Canepa-Filippo Turati), Milan, 1897, p.35.

[6] Texte de la résolution relative aux élections municipales dans Le Socialiste, n°306, 23 avril-7 mai 1911.

APPEL A COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

English version below

 

Séminaire sur l’histoire transnationale des socialismes 2018-2019
(Seconde moitié du xixe siècle, jusqu’en 1914) : 

Appel à communication

 

Séminaire international organisé dans le cadre du projet EUROSOC (GRR-CSN Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Jean-Numa Ducange https://eurosoc.hypotheses.org/), avec le soutien du projet PEACE (Université de Caen – Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Thomas Hippler et Jean-Numa Ducange)

Comité d’organisation

Andrea Benedetti (doctorant, université de Strasbourg)
Frank-Olivier Chauvin (doctorant, université de Rouen)
Lucie Guesnier (docteure, université de Paris 1)
Elisa Marcobelli (post-doctorante, université de Rouen)
Steffi Marung (enseignante-chercheuse, université de Leipzig)

Comité scientifique

Sylvie Aprile (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Gilles Candar (Président de la Société d’études jaurésiennes)
Maurice Carrez (Institut d’étude Politique de Strasbourg, Dynamiques Européennes)
Patrizia Dogliani (Université de Bologne, Dipartimento di Storia Culture Civiltà)
Jean-Numa Ducange (Université de Rouen, Groupe de recherches d’Histoire)
Talbot C. Imlay (Université de Laval – Canada, Département des Sciences Historiques)
Xu Juezai (Académie des Sciences de Shanghai, directeur de la revue Annales pour l’histoire du socialisme)
Matthias Middell (Université de Leipzig, Center for Areas Studies)
Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias)
Thomas Hippler (Université de Caen, Centre de recherche d’histoire quantitative)
Marcel van der Linden (Université d’Amsterdam, Institut International d’Histoire sociale)
Thierry Merel (Directeur du secteur « Histoire et Archives » de la Fondation Jean-Jaurès)
Maria Grazia Meriggi (Université de Bergame, Dipartimento di Lingue, letterature e culture straniere)
Bertel Nygaard (Université d’Aarhus, Institut for Kultur og Samfund)
Arnault Skornicki (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Blaise Wilfert-Portal (Ecole Normale Supérieure, Paris, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)

Deux siècles après la naissance de Marx, l’intérêt renouvelé de nombreux chercheurs pour les socialismes, Marx et les marxismes, se produit à un moment où les organisations issues des « mouvements ouvriers » traditionnels sont presque partout en difficulté.

Les études en cours sur ces sujets intègrent souvent une dimension internationale et transnationale ; l’internationalisme peut être ainsi traité sous un nouveau jour. Pour penser cette histoire, le chercheur doit sortir de sa propre sphère culturelle et linguistique et « décentrer » son regard, en accord avec le souhait formulé par Marcel Van der Linden [Van der Linden, 2017].

Le présent séminaire se propose d’étudier les relations entre les socialismes et les socialistes des différents pays à partir de ces nouvelles méthodes. Le cadre de l’État-nation demeurant prégnant dans l’étude des transmissions et diffusions des idées et des savoirs, il est nécessaire de le surmonter afin d’appréhender le défi global [Middell, 2004] et d’inscrire les études sur le socialisme dans le global turn.

C’est en s’insérant dans cette perspective que ce séminaire souhaite s’intéresser à toutes ces manifestations “transnationales” du socialisme : circulation des textes, des idées et des acteurs socialistes entre les différents pays, travail transfrontalier, mouvements transnationaux, positions des socialistes lors des conflits – tout ce qui de quelque manière dépasse, voire efface les frontières. Une attention singulière sera portée aux traductions politiques, champ relativement délaissé jusqu’ici alors même qu’il permet de réexaminer les processus de transmission sous un nouveau jour. Les populations particulièrement concernées par les pratiques transnationales (un des « transnationalismes » parmi les plus discutés à l’époque étant le cas polonais) méritent à ce propos une attention spécifique.

Ces séances pourront également aborder la question des relations institutionnelles entre les différentes « nations » et Empires ; proposer une histoire transnationale permet d’étudier les enchevêtrements et les interconnexions des institutions socialistes et d’autres formes de solidarité internationale. Ceci peut être fait par l’étude des institutions telles que les Internationales socialistes et le Bureau socialiste international et les diverses rencontres internationales, à l’occasion desquelles les socialistes ont essayé de mettre en pratique la dimension internationale de leurs principes.

À l’instar de ce qui a été proposé par Michel Espagne et Michael Werner [Espagne et Werner, 1988], qui ont dédié leurs analyses à la diffusion de la pensée allemande en France, il est fondamental de s’occuper des outils qui permettent la diffusion et la circulation des idées et des savoirs. Mais trop longtemps, l’étude des représentations et des transmissions ont fait la part belle aux idées ; les vecteurs matériels de ces transferts, également importants, ont été peu traités. L’étude de la circulation des ouvrages socialistes entre les différents centres et foyers socialistes (le rôle des traductions étant là un élément déterminant), sans oublier la place de la littérature grise dans ces échanges peut constituer de ce point de vue, un élément essentiel. Les propositions devront s’intéresser non plus au rayonnement du cadre national vers l’étranger, qui induit une logique diffusionniste, mais devront dépasser cette perspective en tenant compte des influences extérieures et réciproques dans le processus de construction d’une « pensée internationaliste ».

Le séminaire se propose également d’interroger les divergences d’opinions au sein des familles politiques et entre les nations elles-mêmes sur la question de l’internationalisme, problématique centrale de la pensée socialiste. Tout comme l’historiographie a tenté de conceptualiser une « ère des révolutions » [Hobsbawm, 1962] ne peut-on pas parler d’une « ère des internationalismes » qui dépasse le cadre européen ? Ainsi peut-on s’intéresser aux socialistes en exil [Aprile, 2010], volontaire ou non, qui ont pu se rapprocher des partis socialistes étrangers. Les contributions devront veiller à ne pas négliger les discours et représentations de l’internationalisme socialiste confrontés aux pratiques.

Une place spécifique sera réservée aux contributions relatives à la paix et aux pacifismes, éléments clefs du langage et de la pratique socialiste, étudiés principalement jusqu’ici pays par pays alors que s’impose là encore une nécessaire prise en compte de la dimension transnationale du processus.

Les propositions devront concerner d’une manière ou d’une autre l’histoire du socialisme mais pourront traiter également d’autres univers politico-idéologiques dans une perspective comparatiste.

Bibliographie indicative

  • APRILE Sylvie, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.
  • DOGLIANI Patrizia, « Socialisme et internationalisme », Cahiers Jaurès, n° 191/1, 2009, p. 11‑30.
  • DUCANGE Jean-Numa et FONTAINE Marion (dir.),  Georges Haupt, l’Internationale pour méthode », Cahiers Jaurès, n° 203, janvier-mars 2012.
  • ESPAGNE Michel et WERNER Michael (textes réunis et présentés par), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988.
  • FORMAN, Michael, Nationalism and the international Labour Movement, the idea of the Nation in Socialist and Anarchist Theory, University Park, Pennsylvania State University press, 1998.
  • GEYER, Martin et PAULMANN Johannes, The Mechanics of Internationalism: culture, society and politics from the 1840s to the First World War, Oxford, University Press, 2001.
  • GRANDTNER, Margarete, ROTHERMUND Dietmar et SCHWENTKER, Wolfgang (dir.), Globalisierung und Globalgeschichte, Vienne, Mandelbaum Verlag, 2005.
  • HAUPT, Georges, L’Historien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980.
  • HOBSBAWM, Eric J., L’ère des révolutions, Paris, Fayard, 2011.
  • JOUSSE, Emmanuel (dir.), Actes du colloque « 1914. L’Internationale et les internationalismes face à la guerre », tenu à Paris le 24 et 25 mars 2014, Cahiers Jaurès, nº 212-213, 2014 et nº 215-216, 2015.
  • MIDDELL Matthias, « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004.
  • RASMUSSEN, Anne, « Tournant, inflexions, ruptures : le moment internationaliste », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 19, 2001, p. 27‑41.VAN HOLTHOON, Frits et VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), Internationalism in the Labour Movement 1830-1940, Brill, Leiden, 1988.
  • VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), The Formation of labour movements, 1870-1914, Brill, Leiden, 1990.
  • VAN DER LINDEN, Marcel, Workers of the World. Essays toward a Global Labor History, Leiden et Boston, Brill Academic Publishers, 2008.
  • VAN DER LINDEN, Marcel et al., « Labor history, tournant de ‘l’histoire globale’ et marxismes », Actuel Marx, 2017/2, n° 62, p. 181-196.

Modalités pratiques

Les propositions de contributions sont à envoyer avant le 10 mai 2018 à

socialismetransnational@gmail.com

À part la séance du 30 mai, le programme des autres séances sera organisé en fonction des réponses à l’appel. Les réponses seront transmises avant le 25 mai.

Les langues de communication lors de ces séances sont le français, l’anglais et l’allemand.

Les frais de déplacement, logement, et restauration seront couverts.

Dates prévisionnelles et thématiques des séances (les thèmes sont susceptibles d’élargissement en fonction des propositions)

 

  • 30 mai 2018 : Université de Rouen. Réunion du projet EUROSOC – première séance du séminaire avec Marcel Van der Linden (Amsterdam), « Pacifisme, internationalisme, transnationalisme ». (Responsables : Frank-Olivier Chauvin et Elisa Marcobelli)
  • 28 septembre 2018 : École Normale Supérieure (Ulm). « Traduire la politique en Europe au XIXe siècle » (Responsables : Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal)
  • 6 novembre : Université de Strasbourg. « Les ‘institutions’ socialistes internationales » (Responsables : Andrea Benedetti et Lucie Guesnier)
  • 7-8 décembre : Université de Leipzig (Allemagne). « Quelle histoire transnationale du socialisme avant la Première guerre mondiale ? » (Responsable : Steffi Marung)
  • Début 2019 (date à définir) : conclusions du projet EUROSOC à l’Université de Rouen. Perspectives du projet PEACE.

ENGLISH VERSION

Workshop on Transnational History of Socialism
(Second Half of 19th Century to 1914)

Call for Papers

Two centuries after the birth of Karl Marx, European researchers show a renewed interest in socialism studies. However, this has coincided with the unprecedented decline of the traditional workers’ movement.

Frequently, these studies involve an international and transnational dimension. Internationalism can be studied under this light. According to Marcel Van der Linden, to assess and analyse this school of history, the researcher must get out of his own cultural and linguistic sphere and be removed from domestic history [Van der Linden, 2017].

Using new methods, the current seminar aims to study the relations and differences between socialism and socialists of different nationalities. The framework of the nation-state, still predominant in the studies about the transmission and diffusion of the Left ideas, must be transcended to grasp the global challenge [Middell, 2004]. Moreover, refocusing socialism studies in this global direction means finally exceeding the classic Eurocentric vision.

According that, this seminar is interested in all these “transnational” manifestations of socialism : circulation of texts, ideas and socialist actors between the different countries, cross-border labour, transnational movements, and positions of socialists in conflict period. In short, this means any topic that transcends or even clears borders. Specific attention will be given to translation of politic wrights or speeches, a relatively neglected field, so far as this allows for a re-examining of the transmission process in a new light. Populations particularly concerned by transnational practices (one of the most controversial cases of “transnationalism” at the time was the Polish case) deserve specific attention in this respect.

Additionally, these sessions may also address the issue of institutional relations between different nations and empires. Proposing a transnational history makes it possible to study the entanglements and interconnections of socialist institutions and other forms of international solidarity. This can be done through the study of institutions such as the Socialist International, the Bureau Socialiste International and the various international meetings at which socialists tried to put into practice the international dimension of their principles.

As it was proposed by Michel Espagne and Michael Werner, who dedicated their analysis to the diffusion of the German thought in France, it is essential to focus on tools that allow for the diffusion and circulation of ideas and knowledge [Espagne & Werner, 1988]. For too long, however, studies on representations and transmissions has given precedence to ideas ; the material vectors of these transfers, equally important, have been neglected. Studying the circulation of socialist works between various socialist centers (the role of translations being a key element), not to mention the role that grey literature played in these exchanges, may constitute an essential component from this point of view. Studies should also focus on the influence of the national framework to the foreign countries, which induces a diffusionist logic, but must go beyond this perspective taking into account external and reciprocal influences in the process of building an “internationalist thinking”.

The seminar also aims to question differences of opinion within political families and between nations on the question of internationalism, one of the main problems of the socialist thought. Just as historiography has attempted to conceptualize an “Era of Revolutions” [Hobsbawm, 1962] can we not speak of an “Era of Socialism” that goes beyond the European framework? Thus we can also expand analysis to socialists in exile [Aprile, 2010], voluntary or not, who have been able to get closer to foreign socialist elements. Contributions should be careful not to neglect the discourse and representations of socialist internationalism confronted with practices.

A special place will be reserved for contributions relating to peace and pacifism, key elements of socialist language and practice. This has been studied mainly on a country-by-country basis, but there is a need to take into account the transnational dimension of process.

Proposals must be concerned with history of socialism but can also be about another aspect of the political and ideological spectrum in a comparative perspective.

Practical arrangements

Proposals are expected to be received before May 10th  2018 :

socialismetransnational@gmail.com

Responses will be sent before May 25th

Work languages are: French, English and German

Travelling and accommodation expenses will be covered

Rencontre autour de Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux

Rencontre autour de
Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux
Belin, 2017

 

Mercredi 31 mai, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris, sous la présidence de Gilles Pécout, recteur de l’académie de Paris, chancelier des Universités, assisté de Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès) et de Jean-Numa Ducange (Fondation Gabriel Péri)

15 h – 15 h 15
Ouverture par Vincent Duclert (histoire d’un livre), Marion Fontaine (Madeleine Rebérioux à travers ses œuvres), Gilles Candar (l’économie du livre), éditeurs de Pour que vive l’histoire

15 h 15 – 15 h 30
Histoire politique, table ronde animée par Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS, directeur de Mil Neuf Cent, revue d’histoire intellectuelle : « Madeleine Rebérioux, un nouveau regard sur l’histoire du socialisme »

  • Adeline Blaszkiewicz-Maison, professeure agrégée d’histoire et doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (CHS XXe siècle) : « De Jaurès au continent socialiste : diversité de la gauche dans l’œuvre de Madeleine Rebérioux »
  • Patrizia Dogliani, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne : « Madeleine Rebérioux et l’histoire du socialisme : du municipalisme à l’internationalisme »
  • Elisa Marcobelli, docteure en histoire à l’EHESS : « La gauche italienne face à la révolution de 1917 »
  • Frank Olivier Poisson-Chauvin, doctorant en histoire, membre du GRHis de l’Université de Rouen : « Relire L’Internationale et l’Orient »
  • Étienne Rouannet, doctorant en histoire à l’EHESS-CESPRA : « Sur les pas de Gustave Rouanet. Faire des recherches buissonnières avec Madeleine Rebérioux »

15 h 30 – 16 h 30 Pause (dix min)
Histoire sociale, table ronde animée par Michelle Perrot, professeure émérite à l’Université Paris Diderot

  • Bastien Cabot, professeur agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS-Histoire et civilisations : « Madeleine Rebérioux. Socialisme, histoire sociale et jeux d’échelles »
  • Patrick Fridenson, directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Mouvement social : « Madeleine Rebérioux, l’histoire du travail et de ce qu’il fait aux femmes et aux hommes »
  • Catherine Moulin, professeure agrégée d’histoire : « Prendre le train avec Jean Jaurès et Madeleine Rebérioux »

16 h 40 – 17 h 15
Histoire culturelle, table ronde animée par Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes

  • Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à l’Université Lyon 2, UMR 5317 IHRIM : « Pratiques d’écriture de Madeleine Rebérioux »
  • Mélanie Fabre, élève de l’ENS-LSH et doctorante en histoire : « Femmes engagées dans l’éducation : une stratégie de contournement sur les traces de la citoyenneté sociale »
  • Anne-Solène Rolland, conservatrice en chef du patrimoine, directrice de la recherche et des collections au musée du Louvre : « L’histoire et le musée : actualité de Madeleine Rebérioux »

17 h 15 – 18 h
Conclusions, par Vincent Duclert, professeur associé à Sciences Po, chercheur à l’EHESS-CESPRA