Archives par mot-clé : Parti Ouvrier Français

Robert Stuart Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

Compte-rendu de lecture Robert Stuart, Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

 

En quoi le guesdisme est-il un Marxisme ? Cette simple question à elle seule peut résumer la ligne directrice de l’historien australien de culture communiste Robert Stuart dans son ouvrage Marxism at Work[1]. Cette étude questionne la réception et l’utilisation qui fut faite par le Parti Ouvrier, puis le Parti Ouvrier Français [POF], de Jules Guesde entre 1882 et 1905 de la pensée de Marx et d’Engels. Réception difficile, d’autant plus que les écrits de Marx avant la Révolution Russe d’Octobre 1917 et la formation du Parti Communiste Français en 1920 ne sont que partiellement connus, partiellement diffusés et restent le bagage intellectuel d’une minorité au sein des socialistes. Cependant, cela n’empêche pas la diffusion de leurs idées. C’est en cela que le parti « guesdiste » est « marxiste ». Robert Stuart reprend les principes méthodologiques énoncés entre autres par Quentin Skinner en 1969 dans un article qui fit autorité pour le courant de l’histoire des idées, Meaning and Understanding in the History of Ideas[2]. Il ne s’agit plus d’étudier l’œuvre pour elle-même et par elle-même mais de voir comment les propos de l’auteur lui échappent et finissent par vivre en dehors de ses écrits, si bien que celui-ci en perd le contrôle. C’est le cas des idées de Marx et d’Engels avec le « guesdisme », ce qui a fait dire à Karl Marx, commentant la pensée de Jules Guesde et de Paul Lafargue, le 3 août 1882 : « Ce que je sais, c’est que je ne suis pas marxiste ! ». Dans son ouvrage Robert Stuart sort d’une lecture dogmatique des partis marxistes, où lire Marx permet de connaître la pensée de tous ceux qui s’en réclament, pour regarder la pensée POF et voir ce qu’elle tient de Marx et d’Engels. En bref, pour lui il s’agit d’étudier « l’invention » d’un marxisme français[3] à travers les idées tirées de Marx et d’Engels par Guesde et ses proches, tout en ne perdant pas de vue, comme le souligne la dernière biographie en date de Jules Guesde, qu’il n’a pas la prétention de connaître au mot près l’œuvre de Marx et qu’il s’adresse à un public sans formation théorique[4].

Robert Stuart propose ainsi une plongée dans la pensée guesdiste en recherchant les fonctionnalités de son architecture interne et en portant son attention non pas uniquement sur les textes des principaux porte-paroles du Marxisme français Paul Lafargue et Jules Guesde, mais en accordant une place aux auteurs considérés comme secondaires. Cela lui permet d’approcher la diffusion des idées de Marx et d’Engels au-delà de la minorité qui a pu lire Le Capital ou encore rencontrer et correspondre avec les maîtres. Une approche qui justifie une utilisation massive des revues L’Égalité et Le Socialiste. Même si comme l’auteur l’admet lui-même, son entreprise d’analyse de la diffusion du marxisme est limitée de fait par la culture ouvrière qui, contrairement à d’autres milieux sociaux de l’époque, ne couche pas par écrit sa mémoire. Son projet revient donc à questionner pourquoi certains pans de la pensée de Marx ont été pris sans déformations, d’autres pris avec un biais, d’autres encore passés sous silence par les « intellectuels du parti ». Ce qui permet de rentrer dans la « culture politique » du parti, en montrant l’existence d’un fond idéologique partagé[5]. Même s’il est possible de reprocher à l’auteur de ne pas suffisamment s’être interrogé sur la connaissance réelle des écrits de Marx et d’Engels, il s’éloigne en cela de l’article de Marie Ymonet, qui a pourtant été consulté pour son travail et qui proposait une première datation de la réception des écrits de Marx en France[6]. De même la dimension européenne du socialisme visible au travers de la correspondance épistolaire entre les partis socialistes et les congrès de l’Internationale qui travaillent sur les idées de Marx en France sont négligés.

De plus, l’auteur grâce à sa grande connaissance de la glose marxiste confronte la théorie guesdiste avec la théorie pensée par Marx et Engels, ce qui interroge la réception de ceux-ci sur chacune de ces questions. Là est l’une des forces de l’auteur. Elle lui permet de montrer la diffusion approximative, voire vulgarisée, des textes des deux maîtres et de mettre en avant l’axiome qu’est la lutte des classes. Cette idée sur laquelle les guesdistes ne s’interrogent pas, malgré les évolutions du contexte ainsi que les changements internes au parti, est un état de fait qu’ils acceptent comme vrai et qui sert de base à l’ensemble de leur pensée. Contrairement à la définition du prolétariat, à la réflexion sur la propriété et la lecture de l’actualité sociale. L’auteur souligne aussi les incohérences du discours qui doit s’adapter aux circonstances sans perdre de vue la lutte des classes. Même si par moment il décrit des incohérences à travers des matériaux historiques, par une réalité que les contemporains ne pouvaient pas percevoir sauf à lancer une grande enquête sociologique et économique dont ils n’avaient pas les moyens. Il met également la pensée guesdiste en rapport avec d’autres autorités du marxisme, telle que la figure de Lénine, qui elles aussi ont récupéré Marx mais d’une manière plus textuelle. Cependant il s’agit d’une mise en rapport qui par moment flirte avec l’anachronisme.

Cependant cette recherche n’est pas une étude pure sur l’idéologie socialiste, mais l’étude d’un parti et de son idéologie dans le cadre des aléas d’une vie politique donnée. L’auteur définit le Parti Ouvrier dans son contexte historique, politique et avec ses filiations idéologiques dans la galaxie des théories socialistes. Il propose une analyse interrogeant les raisons pour lesquelles les guesdistes ont pensé tel problème de telle manière, de savoir pourquoi la question du rapport au Lumpenproletariat fut commentée, de comprendre le questionnement sur la place à accorder aux paysans, au monde du commerce, à la classe moyenne, au parti, au suffrage universel… Enfin, il montre les relations que le Parti Ouvrier affirme devoir entretenir avec les syndicats, les autres partis politiques, l’Etat etc.[7] Robert Stuart apporte une réponse systématique par différentes analyses. Outre le retour constant à l’axiome de la lutte des classes qui guide toute la pensée du parti et une mise en relation avec la pensée socialiste du temps, l’analyse du contexte électoral où sont diffusées ses idées est d’égale importance. A partir du moment où les Guesdistes s’implantent dans les industries textiles du Nord de la France, ils adaptent le discours du parti aux ouvriers du Nord. Ce qui conditionne la limite spatiale de ce parti, puisqu’il se révèle incapable de sortir de ses terres électorales en généralisant sa vision sociale et du coup son discours, géographiquement ciblé, au reste du pays.

Enfin la pensée guesdiste est également insérée dans le champs politique de l’époque. D’un parti révolutionnaire à sa création, le POF se coule dans le moule politique de la IIIème République et en adopte les codes politiques[8]. Le POF part chasser des voix sur les terres des radicaux, des anarchistes, voire même sur l’extrême-droite nationaliste et antisémite improprement qualifiée de « fasciste ». Les motifs de l’opposition à Paul Brousse et à ses partisans, les raisons de l’opposition au millerandisme, la prise de position durant les différentes crises politiques de la IIIème République sont entre autres également développés.

Les guesdistes sont ainsi présentés comme un parti politique pris en son temps, suivant un axiome idéologique plus ou moins fidèlement. Le marxisme des guesdistes est ainsi présenté non pas comme la continuité de la philosophie de Marx et d’Engels, ou encore de leur « science », mais bien comme une pensée politique dérivée de leur pensée par sa mise au travail d’une réalité.

Maxime Surman


 

[1] Robert Stuart Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

[2] Quentin Skinner « Meaning and Understanding in the History of Ideas » in History and Theory, Vol. 8, No. 1 (1969), pp. 3-53.

[3] Christophe Prochasson « L’invention du Marxisme » in Jean-Jacques Becker (dir) Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2005.

[4] Jean-Numa Ducange Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

[5] Serge Berstein (dir) Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999.

[6] Ymonet Marie. « Les héritiers du Capital, L’invention du marxisme en France au lendemain de la Commune ». in: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 55, novembre 1984. Les philosophes et la politique. pp. 3-14

[7] Depuis Robert Stuart au travers de divers articles a poursuivi son oeuvre en étudiant les rapports entre le catholicisme et les socialistes marxistes et également entre le socialisme et les femmes. Points qu’il avait survolé dans cet ouvrage.

[8] Serge Berstein. Michel Winock (dir), L’invention de la démocratie, 1789-1914,Paris, Le Seuil, 2002.

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 2/2

La première partie de ce billet peut-être retrouvée ici.

Ces deux conditions permettent au cours de la décennie 1890, le passage progressif d’un noyau groupusculaire essentiellement localisé dans le chef-lieu Troyes à une structure partisane à l’échelle départementale.  De multiples groupes voient le jour à partir de l’agglomération troyenne, composés de jeunes militants révolutionnaires locaux présents avant 1889 puis de nouvelles forces conséquentes rejoignent le Parti ouvrier. La méthode relève d’un schéma identique : réunions publiques régulières, constitution d’un noyau militant puis d’un groupe solide, ensuite subdivision du groupe si l’effectif et l’assiduité militante la permettent. Géographiquement, le mouvement socialiste s’implante, s’affirme et s’impose électoralement dans l’ouest et le sud-ouest aubois (Troyes, le Pays d’Othe, le Barséquanais) qui si l’on regarde les résultats des autres forces politiques sont des terres foncièrement républicaines. En 1900, près de 800 cotisants sont recensés.

Sur le plan électoral, le recueil des voix s’effectue pour l’essentiel dans les bourgs textiles de cet espace dont Romilly-sur-Seine apparaît le plus important puisque les guesdistes y gagnent la municipalité. En sus de Romilly, une commune industrieuse de l’agglomération troyenne, Sainte-Savine, tombe dans l’escarcelle du parti dès 1896. L’espace rural n’est toutefois pas totalement hermétique aux idées socialistes. Les vignerons de la région des Riceys fournissent bon nombre des voix rurales du guesdisme. La municipalité est enlevée en 1896 et conservée en 1900. Toutefois les résultats demeurent bien maigres en proportion du nombre important de « tournées de propagande » dans les campagnes.Il faut cependant attendre la période postérieure à l’unité pour percevoir des indicateurs incontestables du succès de l’implantation. Les effectifs fédéraux avoisinent le millier de militants et des socialistes sont élus à la Chambre : Léandre Nicolas (1906, 1910) et Célestin Philbois en 1914. A la veille du premier conflit mondial, ils sont par ailleurs aux portes de la mairie de Troyes.

  1. Léandre Nicolas (1844-1915), premier député socialiste aubois en 1906, réélu en 1914. Membre de la commission de l’agriculture, il participe par ses contributions à la Chambre à la délimitation de la Champagne viticole et à la reconnaissance des vins de Champagne.

L’examen de la culture politique socialiste locale, a mis en lumière sa coloration fortement libre-penseuse donnant au guesdisme aubois une tonalité originale. En effet, contrairement à l’idée répandue selon laquelle il s’agit du courant socialiste s’intéressant le moins à la question religieuse, les dirigeants assimilent la lutte contre « l’exploitation capitaliste » au combat contre les « oppresseurs cléricaux » parfois au grand regret de Jules Guesde. Au quotidien, cette coloration se traduit alors par des conférences anticléricales mais aussi des baptêmes et enterrements civils mis en place dans les municipalités conquises.

            Justement, la pratique électorale par les socialistes participe de l’élaboration de leur culture politique.  La question du rapport à la République s’est ainsi posée régulièrement notamment à travers les liens avec les radicaux. La progression de l’audience socialiste sur la scène électorale fait de la fédération une force politique incontournable du jeu républicain. De plus, alors que la S.F.I.O auboise est toujours dominée par les guesdistes, elle devient partisane du régime parlementaire qu’elle veut améliorer en militant pour la représentation proportionnelle dans les années 1910.

« LE » guesdisme se révèle donc dans notre cas fortement influencé par le terreau socioculturel sur lequel il se greffe. Et si, est régulièrement souligné sa rigidité doctrinale dans les études à grands traits, l’exemple aubois démontre qu’à hauteur d’hommes la chose n’est pas si simple.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

L’implantation du socialisme dans le département de l’Aube (1876 – 1914) 1/2

Abstract

The French department of the Aube is no longer a land favourable towards the Socialist Party. However, at the beginning of the Third French Republic, the establishment of Socialism was a success to such an extent that the local federation became a bastion of Jules Guesde’s party.

Le département de l’Aube n’est plus depuis longtemps une terre favorable au Parti socialiste. Pourtant, dans la France de la IIIe République, le socialisme y réussit son implantation à tel point que la fédération locale devient un bastion du Parti Ouvrier Français de Jules Guesde et du guesdisme.

L’étude de l’implantation du socialisme guesdiste dans l’Aube a permis de mettre en lumière les ressorts de celle-ci, qui, jusqu’à présent, étaient expliquée exclusivement par des facteurs socio-économiques (industrialisation, concentration industrielle, « prolétarisation » des ouvriers du textile) à travers la focale du déterminisme marxiste. Or ce prisme ne permettait pas de comprendre comment le guesdisme avait réussi une percée dans certaines parties rurales du département. Aussi qu’avaient en commun l’ouvrier bonnetier d’usine d’un faubourg troyen, le bûcheron de la forêt de Géraudot et le vigneron de la Côte des Bars ? Une analyse de la culture politique des guesdistes aubois, tant de sa genèse que de ses manifestations quotidiennes, a solutionné ce problème et fait ressortir une spécificité au sein de cette « école » du socialisme français d’avant 1914 qui était loin d’être monolithique.


1. Carte administrative du département de l’Aube (fin XIXe – début du XXe)

La période courant de 1876 au début des années 1890 correspond à aux balbutiements d’un mouvement sur le plan local comprenant chambres syndicales et groupes politiques. Le département n’est pas exempt de ce qui peut paraître a posteriori comme des « guerres picrocholines » entre socialistes. Autant ce moment peut nous sembler dérisoire, autant en y regardant de plus près, les thématiques privilégiées par les militants sont révélatrices notamment du fond commun philosophique de chacun de ses groupes : anticlérical et libre penseur. Là où Claude Willard dans sa thèse présentait la libre-pensée comme un simple canal d’implantation locale au début du siècle nous montrons que ce courant de pensée est consubstantiel au « milieu écologique » aubois. Le guesdisme vient se greffer sur un terreau de militants avant tout « mangeurs de curés » qui font leur, la « question sociale ». Sur ce premier temps, chacun choisit ses orientations à l’occasion de la tenue des conférences publiques des meneurs venant de Paris. Un événement et une personnalité jouent le rôle de catalyseur dans l’histoire du guesdisme aubois : le congrès de Troyes d’envergure nationale en 1888 et l’arrivée d’un « meneur » charismatique du département voisin de la Marne, Etienne Pédron.

2. Etienne Pédron (1849-1931), tract à l’occasion des législatives de 1900. Arrivé dans le département en 1889 à la demande de Jules Guesde. Surnommé le « Juif errant du socialisme », son aura dans le milieu militant local lui permet d’être candidat quatre ans après son départ pour Ivry.

Enseignant certifié à Reims, Stéphane PIROUELLE est l’auteur d’un mémoire de master (2009) intitulé Le socialisme dans l’Aube (1876-1914) : étude sur la formation et l’implantation d’une culture politique sous la direction de BUTON Philippe de l’université de Reims Champagne-Ardenne.