Archives par mot-clé : Michel Dreyfus

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

Seminario su socialismo e rivoluzione russa / Séminaire « Socialisme et révolution russe »

Seminario su socialismo e rivoluzione russa (Bergamo, 11 settembre 2017)

 

Il seminario si terrà a Bergamo, in Aula riunioni (piazza Rosate, 2).

Ecco il programma:

ore 10

  • Lucie Guesnier, Paris I: Il socialismo dell’Europa orientale, Haupt e la Romania
  • Michel Dreyfus, Cnrs, Paris I: Haupt storico del passaggio fra la prima e la seconda Internazionale
  • Andrea Panaccione, già università di Modena e RE: La prima guerra mondiale e la rivoluzione russa nell’opera di Haupt.

Discussione

ore 15

  • Giovanni Scirocco, università di Bergamo: la rivoluzione russa e il socialismo italiano nel primo dopoguerra
  • Jacopo Perazzoli, fondazione Einaudi: la rivoluzione russa e il socialismo italiano nel secondo dopoguerra

Discussione

Coordina Maria Grazia Meriggi, università di Bergamo

_________________________________________________

Séminaire « socialisme et révolution russe »  (Bergame, 11 septembre 2017)

Le séminaire se tiendra à Bergame, dans la salle de réunion.

Au programme :

10 heures

  • Lucie Guesnier (Université Paris I) : le socialisme d’Europe orientale, Haupt et la Roumanie.
  • Michel Dreyfus (CNRS, Paris I) : Haupt historien de la période entre la Première et la Deuxième Internationale.
  • Andrea Panaccione (Université de Modène et RE) : La Première Guerre mondiale et la révolution russe dans le travail de Haupt.

Discussion

15 heures

  • Giovanni Scirocco (Université de Bergame) : la révolution Russe et le socialisme italien pendant la Première Guerre mondiale.
  • Jacopo Perazzoli (Fondation Einaudi) : La révolution russe et le socialisme italien pendant la Seconde Guerre mondiale.

Discussion

Coordonné par Maria Grazia Meriggi, Université de Bergame