Archives par mot-clé : Maria Grazia Meriggi

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione

APPEL A COMMUNICATIONS / CALL FOR PAPERS

English version below

 

Séminaire sur l’histoire transnationale des socialismes 2018-2019
(Seconde moitié du xixe siècle, jusqu’en 1914) : 

Appel à communication

 

Séminaire international organisé dans le cadre du projet EUROSOC (GRR-CSN Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Jean-Numa Ducange https://eurosoc.hypotheses.org/), avec le soutien du projet PEACE (Université de Caen – Université de Rouen – région Normandie, coordonné par Thomas Hippler et Jean-Numa Ducange)

Comité d’organisation

Andrea Benedetti (doctorant, université de Strasbourg)
Frank-Olivier Chauvin (doctorant, université de Rouen)
Lucie Guesnier (docteure, université de Paris 1)
Elisa Marcobelli (post-doctorante, université de Rouen)
Steffi Marung (enseignante-chercheuse, université de Leipzig)

Comité scientifique

Sylvie Aprile (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Gilles Candar (Président de la Société d’études jaurésiennes)
Maurice Carrez (Institut d’étude Politique de Strasbourg, Dynamiques Européennes)
Patrizia Dogliani (Université de Bologne, Dipartimento di Storia Culture Civiltà)
Jean-Numa Ducange (Université de Rouen, Groupe de recherches d’Histoire)
Talbot C. Imlay (Université de Laval – Canada, Département des Sciences Historiques)
Xu Juezai (Académie des Sciences de Shanghai, directeur de la revue Annales pour l’histoire du socialisme)
Matthias Middell (Université de Leipzig, Center for Areas Studies)
Marion Fontaine (Université d’Avignon, Centre Norbert Elias)
Thomas Hippler (Université de Caen, Centre de recherche d’histoire quantitative)
Marcel van der Linden (Université d’Amsterdam, Institut International d’Histoire sociale)
Thierry Merel (Directeur du secteur « Histoire et Archives » de la Fondation Jean-Jaurès)
Maria Grazia Meriggi (Université de Bergame, Dipartimento di Lingue, letterature e culture straniere)
Bertel Nygaard (Université d’Aarhus, Institut for Kultur og Samfund)
Arnault Skornicki (Université de Nanterre, Institut des sciences sociales du politique)
Blaise Wilfert-Portal (Ecole Normale Supérieure, Paris, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)

Deux siècles après la naissance de Marx, l’intérêt renouvelé de nombreux chercheurs pour les socialismes, Marx et les marxismes, se produit à un moment où les organisations issues des « mouvements ouvriers » traditionnels sont presque partout en difficulté.

Les études en cours sur ces sujets intègrent souvent une dimension internationale et transnationale ; l’internationalisme peut être ainsi traité sous un nouveau jour. Pour penser cette histoire, le chercheur doit sortir de sa propre sphère culturelle et linguistique et « décentrer » son regard, en accord avec le souhait formulé par Marcel Van der Linden [Van der Linden, 2017].

Le présent séminaire se propose d’étudier les relations entre les socialismes et les socialistes des différents pays à partir de ces nouvelles méthodes. Le cadre de l’État-nation demeurant prégnant dans l’étude des transmissions et diffusions des idées et des savoirs, il est nécessaire de le surmonter afin d’appréhender le défi global [Middell, 2004] et d’inscrire les études sur le socialisme dans le global turn.

C’est en s’insérant dans cette perspective que ce séminaire souhaite s’intéresser à toutes ces manifestations “transnationales” du socialisme : circulation des textes, des idées et des acteurs socialistes entre les différents pays, travail transfrontalier, mouvements transnationaux, positions des socialistes lors des conflits – tout ce qui de quelque manière dépasse, voire efface les frontières. Une attention singulière sera portée aux traductions politiques, champ relativement délaissé jusqu’ici alors même qu’il permet de réexaminer les processus de transmission sous un nouveau jour. Les populations particulièrement concernées par les pratiques transnationales (un des « transnationalismes » parmi les plus discutés à l’époque étant le cas polonais) méritent à ce propos une attention spécifique.

Ces séances pourront également aborder la question des relations institutionnelles entre les différentes « nations » et Empires ; proposer une histoire transnationale permet d’étudier les enchevêtrements et les interconnexions des institutions socialistes et d’autres formes de solidarité internationale. Ceci peut être fait par l’étude des institutions telles que les Internationales socialistes et le Bureau socialiste international et les diverses rencontres internationales, à l’occasion desquelles les socialistes ont essayé de mettre en pratique la dimension internationale de leurs principes.

À l’instar de ce qui a été proposé par Michel Espagne et Michael Werner [Espagne et Werner, 1988], qui ont dédié leurs analyses à la diffusion de la pensée allemande en France, il est fondamental de s’occuper des outils qui permettent la diffusion et la circulation des idées et des savoirs. Mais trop longtemps, l’étude des représentations et des transmissions ont fait la part belle aux idées ; les vecteurs matériels de ces transferts, également importants, ont été peu traités. L’étude de la circulation des ouvrages socialistes entre les différents centres et foyers socialistes (le rôle des traductions étant là un élément déterminant), sans oublier la place de la littérature grise dans ces échanges peut constituer de ce point de vue, un élément essentiel. Les propositions devront s’intéresser non plus au rayonnement du cadre national vers l’étranger, qui induit une logique diffusionniste, mais devront dépasser cette perspective en tenant compte des influences extérieures et réciproques dans le processus de construction d’une « pensée internationaliste ».

Le séminaire se propose également d’interroger les divergences d’opinions au sein des familles politiques et entre les nations elles-mêmes sur la question de l’internationalisme, problématique centrale de la pensée socialiste. Tout comme l’historiographie a tenté de conceptualiser une « ère des révolutions » [Hobsbawm, 1962] ne peut-on pas parler d’une « ère des internationalismes » qui dépasse le cadre européen ? Ainsi peut-on s’intéresser aux socialistes en exil [Aprile, 2010], volontaire ou non, qui ont pu se rapprocher des partis socialistes étrangers. Les contributions devront veiller à ne pas négliger les discours et représentations de l’internationalisme socialiste confrontés aux pratiques.

Une place spécifique sera réservée aux contributions relatives à la paix et aux pacifismes, éléments clefs du langage et de la pratique socialiste, étudiés principalement jusqu’ici pays par pays alors que s’impose là encore une nécessaire prise en compte de la dimension transnationale du processus.

Les propositions devront concerner d’une manière ou d’une autre l’histoire du socialisme mais pourront traiter également d’autres univers politico-idéologiques dans une perspective comparatiste.

Bibliographie indicative

  • APRILE Sylvie, Le siècle des exilés Bannis et proscrits, de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010.
  • DOGLIANI Patrizia, « Socialisme et internationalisme », Cahiers Jaurès, n° 191/1, 2009, p. 11‑30.
  • DUCANGE Jean-Numa et FONTAINE Marion (dir.),  Georges Haupt, l’Internationale pour méthode », Cahiers Jaurès, n° 203, janvier-mars 2012.
  • ESPAGNE Michel et WERNER Michael (textes réunis et présentés par), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988.
  • FORMAN, Michael, Nationalism and the international Labour Movement, the idea of the Nation in Socialist and Anarchist Theory, University Park, Pennsylvania State University press, 1998.
  • GEYER, Martin et PAULMANN Johannes, The Mechanics of Internationalism: culture, society and politics from the 1840s to the First World War, Oxford, University Press, 2001.
  • GRANDTNER, Margarete, ROTHERMUND Dietmar et SCHWENTKER, Wolfgang (dir.), Globalisierung und Globalgeschichte, Vienne, Mandelbaum Verlag, 2005.
  • HAUPT, Georges, L’Historien et le mouvement social, Paris, Maspero, 1980.
  • HOBSBAWM, Eric J., L’ère des révolutions, Paris, Fayard, 2011.
  • JOUSSE, Emmanuel (dir.), Actes du colloque « 1914. L’Internationale et les internationalismes face à la guerre », tenu à Paris le 24 et 25 mars 2014, Cahiers Jaurès, nº 212-213, 2014 et nº 215-216, 2015.
  • MIDDELL Matthias, « Histoire universelle, histoire globale, transfert culturel », Revue germanique internationale [En ligne], 21 | 2004.
  • RASMUSSEN, Anne, « Tournant, inflexions, ruptures : le moment internationaliste », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 19, 2001, p. 27‑41.VAN HOLTHOON, Frits et VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), Internationalism in the Labour Movement 1830-1940, Brill, Leiden, 1988.
  • VAN DER LINDEN, Marcel (dir.), The Formation of labour movements, 1870-1914, Brill, Leiden, 1990.
  • VAN DER LINDEN, Marcel, Workers of the World. Essays toward a Global Labor History, Leiden et Boston, Brill Academic Publishers, 2008.
  • VAN DER LINDEN, Marcel et al., « Labor history, tournant de ‘l’histoire globale’ et marxismes », Actuel Marx, 2017/2, n° 62, p. 181-196.

Modalités pratiques

Les propositions de contributions sont à envoyer avant le 10 mai 2018 à

socialismetransnational@gmail.com

À part la séance du 30 mai, le programme des autres séances sera organisé en fonction des réponses à l’appel. Les réponses seront transmises avant le 25 mai.

Les langues de communication lors de ces séances sont le français, l’anglais et l’allemand.

Les frais de déplacement, logement, et restauration seront couverts.

Dates prévisionnelles et thématiques des séances (les thèmes sont susceptibles d’élargissement en fonction des propositions)

 

  • 30 mai 2018 : Université de Rouen. Réunion du projet EUROSOC – première séance du séminaire avec Marcel Van der Linden (Amsterdam), « Pacifisme, internationalisme, transnationalisme ». (Responsables : Frank-Olivier Chauvin et Elisa Marcobelli)
  • 28 septembre 2018 : École Normale Supérieure (Ulm). « Traduire la politique en Europe au XIXe siècle » (Responsables : Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal)
  • 6 novembre : Université de Strasbourg. « Les ‘institutions’ socialistes internationales » (Responsables : Andrea Benedetti et Lucie Guesnier)
  • 7-8 décembre : Université de Leipzig (Allemagne). « Quelle histoire transnationale du socialisme avant la Première guerre mondiale ? » (Responsable : Steffi Marung)
  • Début 2019 (date à définir) : conclusions du projet EUROSOC à l’Université de Rouen. Perspectives du projet PEACE.

ENGLISH VERSION

Workshop on Transnational History of Socialism
(Second Half of 19th Century to 1914)

Call for Papers

Two centuries after the birth of Karl Marx, European researchers show a renewed interest in socialism studies. However, this has coincided with the unprecedented decline of the traditional workers’ movement.

Frequently, these studies involve an international and transnational dimension. Internationalism can be studied under this light. According to Marcel Van der Linden, to assess and analyse this school of history, the researcher must get out of his own cultural and linguistic sphere and be removed from domestic history [Van der Linden, 2017].

Using new methods, the current seminar aims to study the relations and differences between socialism and socialists of different nationalities. The framework of the nation-state, still predominant in the studies about the transmission and diffusion of the Left ideas, must be transcended to grasp the global challenge [Middell, 2004]. Moreover, refocusing socialism studies in this global direction means finally exceeding the classic Eurocentric vision.

According that, this seminar is interested in all these « transnational » manifestations of socialism : circulation of texts, ideas and socialist actors between the different countries, cross-border labour, transnational movements, and positions of socialists in conflict period. In short, this means any topic that transcends or even clears borders. Specific attention will be given to translation of politic wrights or speeches, a relatively neglected field, so far as this allows for a re-examining of the transmission process in a new light. Populations particularly concerned by transnational practices (one of the most controversial cases of « transnationalism » at the time was the Polish case) deserve specific attention in this respect.

Additionally, these sessions may also address the issue of institutional relations between different nations and empires. Proposing a transnational history makes it possible to study the entanglements and interconnections of socialist institutions and other forms of international solidarity. This can be done through the study of institutions such as the Socialist International, the Bureau Socialiste International and the various international meetings at which socialists tried to put into practice the international dimension of their principles.

As it was proposed by Michel Espagne and Michael Werner, who dedicated their analysis to the diffusion of the German thought in France, it is essential to focus on tools that allow for the diffusion and circulation of ideas and knowledge [Espagne & Werner, 1988]. For too long, however, studies on representations and transmissions has given precedence to ideas ; the material vectors of these transfers, equally important, have been neglected. Studying the circulation of socialist works between various socialist centers (the role of translations being a key element), not to mention the role that grey literature played in these exchanges, may constitute an essential component from this point of view. Studies should also focus on the influence of the national framework to the foreign countries, which induces a diffusionist logic, but must go beyond this perspective taking into account external and reciprocal influences in the process of building an « internationalist thinking ».

The seminar also aims to question differences of opinion within political families and between nations on the question of internationalism, one of the main problems of the socialist thought. Just as historiography has attempted to conceptualize an « Era of Revolutions » [Hobsbawm, 1962] can we not speak of an « Era of Socialism » that goes beyond the European framework? Thus we can also expand analysis to socialists in exile [Aprile, 2010], voluntary or not, who have been able to get closer to foreign socialist elements. Contributions should be careful not to neglect the discourse and representations of socialist internationalism confronted with practices.

A special place will be reserved for contributions relating to peace and pacifism, key elements of socialist language and practice. This has been studied mainly on a country-by-country basis, but there is a need to take into account the transnational dimension of process.

Proposals must be concerned with history of socialism but can also be about another aspect of the political and ideological spectrum in a comparative perspective.

Practical arrangements

Proposals are expected to be received before May 10th  2018 :

socialismetransnational@gmail.com

Responses will be sent before May 25th

Work languages are: French, English and German

Travelling and accommodation expenses will be covered

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi