Archives par mot-clé : Jules Guesde

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Compte Rendu d’ouvrage

CABOT Bastien, « A bas les Belges ! » L’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892), Rennes, PUR, 2017.

 

Cet ouvrage fait référence à un événement oublié : les émeutes xénophobes de la part des mineurs français du Pas-de-Calais à l’encontre de leurs congénères belges en août-septembre 1892. Il ne s’agit pas d’une simple étude historique, il fait également office de manuel méthodologique d’une rigueur appréciable. Page après page, il montre sans le moindre relâchement ce que doit être le travail de l’historien, devant sans cesse questionner ses sources, se méfier des conclusions trop rapides en variant les degrés de lecture, replaçant chaque source dans son contexte historique et social. « Une histoire au ras du sol » pour reprendre l’expression de Jacques Revel.

Le cas historique que l’auteur a choisi de traiter se prête particulièrement bien à l’exercice. En effet, en août 1892, une altercation violente entre deux mineurs (l’un français, l’autre belge) dans un coron de Liévin, à la sortie d’un cabaret, va échauffer les esprits et entraîner une vague de violence à l’encontre des mineurs belges et de leurs familles. Tel un virus, cette vague de violence va se propager de fosse en fosse dans l’espace minier du Pas-de-Calais, entraînant un départ massif de nombreux mineurs belges, ainsi que de leurs familles. Dans une forme « d’effet miroir », pareilles violences se manifestèrent de l’autre côté de la frontière, rajoutant aux troubles politiques et sociaux à l’œuvre une dimension internationale.

Ne souhaitant pas céder à la facilité apparente des faits, l’auteur tente de traiter les différents aspects du sujet, les différents champs qu’il recouvre, afin d’apporter des éléments de réponse « globaux » à sa problématique, montrant que seule la prise en compte de ces aspects permet une réponse satisfaisante. Malgré cela, à aucun moment il n’entend asséner une vérité immuable, prenant toujours une distance « scientifique » vis-à-vis de ses propres conclusions.
La grande question de cet ouvrage est pourquoi. Pourquoi une simple rixe de cabaret, comme il en existe des milliers, eut de telles conséquences ? Quels éléments sous-jacents permettent d’expliquer un tel déferlement de haine à l’égard des ouvriers belges et de leurs familles, en pleine période d’essor du socialisme et du discours de solidarité internationales des travailleurs, à la base même de la doctrine véhiculée par ses théoriciens et dirigeants ?

Encore une fois, les explications avancées concourent à nuancer les schémas de pensée préétablis, prenant notamment l’exemple d’un Jules Guesde toujours prompt à tenir un discours aux forts accents internationalistes à la Chambre des Députés, mais à céder aux sirènes du nationalisme lors de ses déplacements en circonscription. Il semble que l’internationalisme ne soit en cette période qu’une utopie partagée par les dirigeants des mouvements ouvriers, mais encore peu assimilée parmi les masses laborieuses. Il invoque, toujours à titre d’illustration, des réunions organisées par des députés ouvriers du département, ainsi que par des dirigeants syndicaux afin de « calmer le jeu » auprès de leurs administrés. Ils vont eux-mêmes orienter ou travestir les revendications des mineurs dans un sens plus acceptable à l’égard des canons du socialisme, en expliquant ces phénomènes par le classique antagonisme de classe entre le prolétariat et les compagnies privées, cassant le mouvement syndical en embauchant des ouvriers belges prêts à travailler davantage pour des salaires moindres. S’appuyant notamment sur des sources de police, l’auteur peut relativiser cette explication en montrant que lors d’une réunion non autorisée, à laquelle les élus et responsables syndicaux n’assistèrent pas, les discours et les revendications devinrent beaucoup moins « policées » et prirent très nettement des relents « nationalistes », pointant la nationalité des ouvriers belges comme le problème central.

L’un des grands apports de l’historien Bastien Cabot est justement cette capacité de décodage de discours « ré-encodés » par les dirigeants syndicaux et politiques, développée dans un second temps, nous livrant une histoire sociale et nous plongeant dans l’état d’esprit réel des mineurs, et non pas seulement ce qui nous fut rapporté par les articles de presse ou les communiqués.

Examinons un peu plus largement cette thématique de la nationalité, ainsi que ce décalage entre les discours des responsables et les exigences « crues » de la base ouvrière. Cette thématique de la question nationale et du mouvement ouvrier, à propos de laquelle nous avons travaillé pour l’aire géographique de l’Europe centrale (plus spécifiquement la partie autrichienne de l’Europe Habsbourg), autorise quelques rapprochements . Un parallèle intéressant peut être dressé avec les querelles nationalitaires au sein de l’Autriche-Hongrie qui se déroulèrent au même moment entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Les troubles nationaux étaient au cœur des problématiques politiques de l’Empire, et n’épargnèrent pas la social-démocratie autrichienne, alors la deuxième plus puissante d’Europe, derrière sa cousine allemande.

Cette social-démocratie autrichienne connut, pour des raisons certes différentes, des tensions voire des « affrontements » nationaux sur fond de mépris des slaves et de sentiment de supériorité germanique. Les sources que nous avons pu étudier (presse ouvrière, réclame électorale, comptes rendus de congrès) font aussi apparaître un discours édulcoré de la part des élites du parti, mésestimant peut-être la force du phénomène, son enracinement dans la base, afin de maintenir le projet internationaliste, base idéologique du socialisme, ou tout du moins le cadre politique de la Double-Monarchie. Nous pensons également à cette lettre du dirigeant Viktor Adler, à son homologue allemand August Bebel, écrite en 1911 : « le mythe selon lequel nous autres, sociaux-démocrates, serions immunisés contre le nationalisme est définitivement détruit », montrant bien le caractère européen de ce phénomène nationaliste dans les rangs ouvriers, même si les causes spécifiques demeurent distinctes pour les différents cas.

Une histoire transnationale de ces phénomènes n’est-elle à pas écrire ? A la fin de son ouvrage, Bastien Cabot établit une similitude pertinente avec la tragédie d’Aigues-Mortes, survenue en 1893, contre les immigrés italiens cette fois, attestant du caractère non anecdotique du Pas-de-Calais. Même si, derechef, et il prend le soin de le faire, chaque événement doit être traité de manière propre, afin d’en dégager les spécificités et ne pas tirer de généralisations hâtives, cet exemple nous montre combien le cas belge qu’il étudie n’est pas isolé.

Pour conclure, voilà un ouvrage riche, traitant le sujet de manière rigoureuse et globale, allant jusqu’à consacrer sa dernière partie à ces belges retournant « à Ithaque », tentant de se réinsérer dans ce pays qu’ils avaient fait le choix de quitter, pensant trouver de meilleures conditions de travail de l’autre côté de la frontière… Quitte à retenter l’expérience ultérieurement d’une nouvelle migration !

Alexandre Riou

Vous pouvez retrouver la fiche éditeur ici.

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Jules Guesde

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

Sortie il y a quelques mois déjà, la biographie de Jules Guesde de l’historien Jean-Numa Ducange a été remarquée par le philosophe Serge Audier et fait partie des « coups de cœur » du « Monde des Livres » pour l’été.

Jean-Numa Ducange revient sur la trajectoire de cette figure qui contribua, aux côtés de Jean Jaurès, à la création de la S.F.I.O. Figure certes centrale dans la construction du socialisme français mais qui demeurait jusque-là assez méconnue. L’entretien conduit par Gilles Candar peut être retrouvé ici.

Retrouvez l’ouvrage sur le site de l’éditeur

DUCANGE Jean-Numa, Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

LE PARTI SOCIALISTE OUVRIER ESPAGNOL 1870-1914 (2/3)

La première partie peut être retrouvée ici

Des tendances lourdes

Cette construction, qui a constitué un moment de l’évolution du courant antiautoritaire, s’est également imbriquée dans les objectifs et les arguments repris du guesdisme parce que lui aussi proclamait fortement une rupture sociale. Le groupe constitué par Lafargue l’avait assumée malgré ses divergences radicales avec ce qu’il considérait comme un double langage à l’égard du Conseil général. Il a fallu attendre longtemps pour qu’il surmonte les pesanteurs induite la culture politique antiautoritaire. Après la proclamation d’une République, en février 1873, Engels, devenu délégué du Conseil général pour l’Espagne, avait presque mis en demeure de former un parti ouvrier qui, en participant à la défense du nouveau régime, pourrait jouer un rôle dans les grandes confrontations qui n’allaient pas tarder. Il n’avait reçu que des réponses dilatoires. Il n’est pas surprenant que derrière un rapport à la politique, apparemment semblable à celui des autres partis ouvriers, et tout particulièrement à celui du guesdisme, le PSO s’en soit écarté dans certaines de ses plus significatives initiatives.

Ainsi lorsqu’il a fondé en 1888 une fédération syndicale, l’UGT (Unión general de trabajadores), dont la vie a été très discrète jusqu’au début du XX° siècle, il lui a imposé les modalités de résistance que la FRE avait maintenues avec obstination jusqu’au bout de sa vie publique. Elles devaient empêcher les grèves de mettre en danger l’existence de l’organisation ouvrière ou de ses diverses instances. Sauf dans les cas, très rares, où le succès était assuré d’avance, elles devaient attendre l’autorisation de la fédération. Elles dépendaient donc de l’état des ressources, à l’augmentation desquelles les sections étaient constamment appelées –en périodes tensions entre patrons et ouvriers elles étaient presque toujours insuffisantes. Du point de vue anarchiste, ainsi que de celui de la vulgate marxiste hors de l’Espagne, cette modalité ne pouvait que couper les organisations des luttes réelles et délaisser les catégories ouvrières moins structurées et plus portées aux actions spontanées. Alors que les libertaires y avaient explicitement renoncé dans la deuxième partie des années 1880, l’UGT en avait fait, à partir de 1888, son règlement spécifique des grèves. Il s’adressait donc d’abord à la partie la plus organisée des ouvriers des métiers –leurs sections de défense géraient parfois des secours pour ceux qui perdaient leur travail. Ces interlocuteurs souhaités étaient d’autant plus portés vers un repliement identitaire sur la classe qu’ils tenaient à ce que leurs confrontations avec leurs patrons continuent à se dérouler sans intermédiaires institutionnels. Cette préférence pour des salariés qualifiés et encadrés est significative du type de soutiens sociaux que le PSO a cherché à rassembler et, plus encore, d’un attentisme qui s’en remettait de fait aux progrès à venir des collectifs ouvriers. Il craignait aussi bien les larges mouvements sociaux que les ruptures de la légalité.

L’histoire des relations du socialisme espagnol avec les secteurs salariés a été ainsi durablement marquée, même au-delà de la Première guerre mondiale, par un modèle d’action qui s’écartait des formes de mobilisations plus habituelles dans les contextes industriels. Dans au moins un cas, celui de Bilbao, celles-ci ont cependant permis aux socialistes locaux de lier, à l’exemple d’autres partis ouvriers, la participation aux luttes et la conquête de positions politiques, notamment municipales. Le parti s’y est ainsi implanté, et bien mieux que dans d’autres aires, non à partir d’organisations structurées mais des mouvements des ouvriers industriels et, en premier lieu, de ceux des mineurs. Face à un patronat qui ne voulait pas discuter, les socialistes de Biscaye ont usé de la pression sur les autorités et de l’interpellation politique. A partir de 1891 ils ont été les premiers à avoir une influence électorale. Les modèles initiaux de l’UGT n’en ont pas été modifiés –le parti, de son côté, donnait toujours un caractère prioritaire à l’organisation. Face à la question de la démocratisation des institutions –et d’une éventuelle république– le repli sur la défense de la classe ne proposait pas d’autre perspective que la construction d’un espace fondamentalement social qui apportait la preuve de son caractère strictement ouvrier. Le PSO, en même temps qu’il prenait part aux premières activités d’un « Instituto de reformas sociales » que l’État avait fondé sans moyens en 1903, construisait avec ses  « Casas del Pueblo » des lieux de solidarité et de sociabilité ouvrière qui disaient son souci constant de s’occuper de la « classe ». Il n’est pas étonnant que derrière cet activisme le socialisme espagnol n’ait pas été un lieu de débats politiques. Ses publications n’ont, par exemple, pratiquement pas mentionné les thèses de Bernstein ni les débats qu’elles avaient suscités.

Diverses échéances importantes auxquelles a été confronté le socialisme espagnol à partir de la deuxième moitié des années 1880 montrent bien la permanence du souci prioritaire d’étendre l’espace ouvrier organisé et de refuser toute relation avec les instances politiques entachées de présence « bourgeoise », qu’il s’agisse de l’État ou du mouvement de démocratisation longtemps disqualifié. La journée internationale du Premier mai que la nouvelle Internationale appelait à organiser en est un exemple très net. Reprise, pourtant timidement, par les socialistes –en 1890 ils déplacent souvent les manifestations au dimanche 4 mai–, elle accroissait leur visibilité. Mais, alors que l’adhésion pacifique et inattendue de presque toutes les manifestations ouvrières du pays à une forte diminution de la journée de travail interpellait les responsables politiques, le gouvernement libéral allait s’en tirer à bon compte. Puisque, selon Iglesias, il ne pouvait que servir le capital et qu’il effacerait très vite ce qu’il concéderait, le parti ouvrier n’avait aucune raison de lui demander quoi que ce soit. Il laissait ainsi aux républicains le bénéfice de la compréhension de l’injustice sociale. Il laissait par ailleurs à leur logique les collectifs anarchisants qui, pour compenser leur attentisme à l’égard de l’initiative, forcément politique, des partis ouvriers, avaient essayé de donner un tour violent à quelques conflits. Cette défense de ce qui serait décisif plus tard, l’organisation, allait souvent mettre en porte-à-faux les socialistes espagnols. Au début du siècle, elle irait jusqu’à condamner des mouvements sociaux ou populaires d’ampleur inédite : les grèves « générales » de Gijón, en 1901, de Barcelone, en 1902, et le grand soulèvement populaire dans la capitale catalane de juillet 1909, «La semaine tragique ».

L’attitude socialiste à l’égard de  la guerre de Cuba (1895-1898) a été tout aussi significative. Le PSO s’est attaqué aux injustices dont seuls étaient victimes, et souvent tragiquement, les conscrits pauvres, faute d’aides familiales pour payer un remplacement. Sous le mot d’ordre « Tous ou personne » (Todos o ninguno) sa campagne a donné un certain écho aux inquiétudes populaires face à l’ambiance patriotique alimentée par la plupart des courants politiques et par la presse. La mesure simple que supposait le slogan dépendait de la capacité des collectifs ouvriers à créer un mouvement d’opinion solidaire. Mais, alors que le parti montrait une capacité à aller au-delà de ses habituels territoires sociaux, elle estompa et le problème colonial –pour le PSO la guerre était l’affrontement de deux bourgeoisies qui défendaient des intérêts différents– et celui de la place problématique de l’armée dans le régime.

Dans les années qui précédent la première guerre mondiale, la base sociale du PSO s’était relativement élargie : il atteignait une petite partie des classes moyennes urbaines et, aussi, de la paysannerie sans terre du Sud. Les difficultés du régime et une présence accrue en Europe des thèmes centraux de la II° internationale avaient provoqué une prise en compte plus nette des questions politiques. La guerre a accentué ce mouvement : malgré une neutralité de l’État espagnol qui pouvait pousser au pacifisme, les socialistes espagnols se sont prononcés en faveur de l’Alliance franco-anglaise contre les États dont la victoire menacerait l’acquis des démocraties. C’était plus qu’une réponse à des circonstances exceptionnelles. Mais la défiance à l’égard de la prise en compte d’une convergence démocratique était prête à resurgir. Lorsqu’il évoquait sa trajectoire le parti rappelait qu’il avait su maintenir l’« intransigeance ». Le docteur Vera, un des rares dirigeants non ouvriers avait proclamé, un peu avant le conflit mondial qu’il faudrait « bénir la sainte intransigeance » des début –il n’avait pourtant pas admis dans les années 1880 le refus de toute forme d’alliance avec les républicains. Les tendances fortes au repli sur le parti pendant les années finales de la Restauration et, plus encore, pendant la dictature de Primo de Rivera (1923-1930) avaient d’assez longs antécédents.

Michel RALLE
Professeur émérite de civilisation espagnole contemporaine à l’Université de Paris-Sorbonne