Archives par mot-clé : Gilles Candar

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Histoire des gauches en France

Jean-Jacques BECKER et Gilles CANDAR (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, la Découverte, coll. « L’Espace de l’Histoire », 2004, 2 volumes, 584 p. et 776 p.

 

Véritable œuvre encyclopédique, l’Histoire des gauches en France apparaît comme la référence bibliographique incontournable pour tout historien, chercheur, étudiant, militant ou simple lecteur curieux sur le sujet. La parution en 2004 de ces deux tomes chronologiques permet le rassemblement de connaissances issues de nombreux travaux et contributions scientifiques d’historiens expérimentés et de jeunes chercheurs sous la direction de deux éminents historiens du politique, Jean-Jacques Becker et Gilles Candar. L’ouvrage offre ainsi au lecteur une analyse pluridisciplinaire des gauches, « étudiée dans leur unité, dans leur diversité dans leur profondeur mentale » (p.13) : historiens mais aussi politistes, sociologues, littéraires et philosophes contribuent à ce travail qui apporte un profond renouvellement historiographique[1], qui s’est révélé particulièrement fécond en ce qui concerne la droite[2].

Le premier volume est dédié à « l’héritage du XIXème siècle ». Il se caractérise par la formation de la gauche qui est confrontée aux problèmes de la société : « cette première partie s’interroge sur les origines de la gauche, analyse la naissance de ses traditions, détermine ses acquis et les débats auxquels elle doit s’affronter, dont deux prééminents, la question sociale et la question nationale » (p.15). Les premières contributions donnent le ton : Michel Vovelle et Maurice Agulhon questionnent la filiation entre les Lumières et la Révolution, période durant laquelle on assiste à la « naissance d’une notion » (p.50) avec la gauche politique et parlementaire au XIXème siècle. Au cours de cette période fondatrice, la gauche participe activement à des conquêtes pour notre société politique contemporaine. Le premier des combats mené est celui de la réalisation de la République. Ces combats sont tout d’abord marqués par des échecs, sous les monarchies censitaires (Nicolas Bourguinat) où « les gauches se caractérisent avant tout par la frustration que leur inspirent les institutions ou les autorités en place, et par le projet qui en découle de les renverser ou de les faire évoluer, comme si elles n’étaient qu’une étape transitoire de la marche à la liberté » (p.67). C’est à la fin du siècle qu’apparaît le moment où « la société française apprend dès lors à distinguer une conception large de la gauche, qui joue pour la défense de la République, et une conception plus exigeante qui attend que la République soit vraiment sociale » (p.129). La lutte pour le suffrage universel (Christine Guionnet), la liberté de la presse (Dominique Kalifa) ou encore l’instruction publique (Jean-François Chanet) sont autant de conquêtes qui ne s’obtinrent pas sans heurts ; d’où l’importance que tiennent la barricade et l’insurrection (Marianne Cayatte et Philippe Oulmont). Par ses conquêtes mais aussi ses traditions et ses sociabilités, comme les banquets et les enterrements (Emmanuel Fureix) qui furent des moments d’ « apprentissage de la démocratie concrète » (p.197), la gauche s’est donc progressivement intégrée à la société politique.

Le second volume est consacré au XXème siècle, où la gauche est « à l’épreuve de l’histoire ». Cette première épreuve est celle de l’expérience du pouvoir : en effet, les gauches doivent faire face à la question fondamentale « de leur expérimentation, à la gestion gouvernementale, à la politique des hommes et à l’administration des choses » (p.16). La Grande Guerre apparaît comme un tournant pour la gauche qui fait alors face à un « curieux paradoxe » (p.313). Le rapport de la gauche à la guerre, la nation et à la révolution fait l’objet d’un fil conducteur à travers de nombreuses contributions sur les deux guerres mondiales, la Libération, la guerre froide et la décolonisation. « La chair humaine » est également étudiée à travers les différentes familles politiques : les radicaux (Serge Berstein), les socialistes (Frédéric Sawicki) et les communistes (Bernard Pudal). Les partis politiques, les syndicalistes, les associations comme la Ligue des droits de l’Homme, côtoient d’autres courants de manière temporaire comme les gaullistes de gauche (Yves Billard). Les contributions qui expliquent les grands moments des gouvernements de gauche, du Bloc des gauches (Gilles Candar) à la gauche plurielle (Jean-Jacques Becker) en passant par le Front Populaire (Frédéric Monier) et l’Union de la gauche puis l’ère Mitterrand (Alain Bergounioux et Gérard Grunberg) invitent le lecteur à penser dans le temps long le rapport que la gauche entretient avec « l’exercice du pouvoir ». Les évolutions stratégiques (sur l’économie, l’Europe ou le rapport à l’Etat), les frontières idéologiques (notamment sur le marxisme) et les identités culturelles (l’anticléricalisme et la laïcité mais aussi les mœurs, les loisirs, l’art et la littérature) apparaissent comme des lignes de force qui résultent du nécessaire choix opéré par les auteurs de cette entreprise collective. Ainsi, Gilles Candar et Jean-Jacques Becker relèvent les thématiques absentes de l’ouvrage comme par exemple la gauche et l’étranger ou la gauche et les paysans. Ce livre est un acquis de la recherche et constitue une œuvre majeure qui ne demande qu’à être prolongée par l’inscription dans des ensembles plus vastes et faisant appel à d’autres cultures politiques et historiographiques.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Nous nous limitons à citer ici : Jacques DROZ (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 vol., Paris, P.U.F, 1972-1977.

Une présentation plus détaillée de l’historiographie des gauches et plus spécifiquement du socialisme fera l’objet d’un billet ultérieurement.

[2] René REMOND, La Droite en France, Paris, Montaigne, 1954 ; rééd. Les Droites en France, Paris, Aubier-Flammarion, Paris, 1982.

Jean-François SIRINELLI (dir.), Histoire des droites en France, 3 vol., Paris, Gallimard, 1992.

Nous tenons également à signaler la récente parution d’un ouvrage qui contribue à un profond renouvellement historiographique sur les droites : Gilles RICHARD, Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 2017.

Rencontre autour de Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux

Rencontre autour de
Pour que vive l’histoire, écrits de Madeleine Rebérioux
Belin, 2017

 

Mercredi 31 mai, amphithéâtre François Furet, EHESS 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris, sous la présidence de Gilles Pécout, recteur de l’académie de Paris, chancelier des Universités, assisté de Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès) et de Jean-Numa Ducange (Fondation Gabriel Péri)

15 h – 15 h 15
Ouverture par Vincent Duclert (histoire d’un livre), Marion Fontaine (Madeleine Rebérioux à travers ses œuvres), Gilles Candar (l’économie du livre), éditeurs de Pour que vive l’histoire

15 h 15 – 15 h 30
Histoire politique, table ronde animée par Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS, directeur de Mil Neuf Cent, revue d’histoire intellectuelle : « Madeleine Rebérioux, un nouveau regard sur l’histoire du socialisme »

  • Adeline Blaszkiewicz-Maison, professeure agrégée d’histoire et doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (CHS XXe siècle) : « De Jaurès au continent socialiste : diversité de la gauche dans l’œuvre de Madeleine Rebérioux »
  • Patrizia Dogliani, professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne : « Madeleine Rebérioux et l’histoire du socialisme : du municipalisme à l’internationalisme »
  • Elisa Marcobelli, docteure en histoire à l’EHESS : « La gauche italienne face à la révolution de 1917 »
  • Frank Olivier Poisson-Chauvin, doctorant en histoire, membre du GRHis de l’Université de Rouen : « Relire L’Internationale et l’Orient »
  • Étienne Rouannet, doctorant en histoire à l’EHESS-CESPRA : « Sur les pas de Gustave Rouanet. Faire des recherches buissonnières avec Madeleine Rebérioux »

15 h 30 – 16 h 30 Pause (dix min)
Histoire sociale, table ronde animée par Michelle Perrot, professeure émérite à l’Université Paris Diderot

  • Bastien Cabot, professeur agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS-Histoire et civilisations : « Madeleine Rebérioux. Socialisme, histoire sociale et jeux d’échelles »
  • Patrick Fridenson, directeur d’études à l’EHESS, ancien directeur du Mouvement social : « Madeleine Rebérioux, l’histoire du travail et de ce qu’il fait aux femmes et aux hommes »
  • Catherine Moulin, professeure agrégée d’histoire : « Prendre le train avec Jean Jaurès et Madeleine Rebérioux »

16 h 40 – 17 h 15
Histoire culturelle, table ronde animée par Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes

  • Sarah Al-Matary, maître de conférences en littérature à l’Université Lyon 2, UMR 5317 IHRIM : « Pratiques d’écriture de Madeleine Rebérioux »
  • Mélanie Fabre, élève de l’ENS-LSH et doctorante en histoire : « Femmes engagées dans l’éducation : une stratégie de contournement sur les traces de la citoyenneté sociale »
  • Anne-Solène Rolland, conservatrice en chef du patrimoine, directrice de la recherche et des collections au musée du Louvre : « L’histoire et le musée : actualité de Madeleine Rebérioux »

17 h 15 – 18 h
Conclusions, par Vincent Duclert, professeur associé à Sciences Po, chercheur à l’EHESS-CESPRA

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Cahiers Jaurès

Cahiers Jaurès 2016/1-2 (N° 219-220). 172 pages.

L’œuvre de Maurice Agulhon (1926-2014) a contribué, par bien des aspects, au renouvellement de l’histoire politique contemporaine, qu’il s’agisse de l’analyse des sociabilités et des formes de politisation en milieu populaire, ou encore de l’étude des symboles et de la symbolique républicaines. Le présent billet propose un résumé des différentes tables rondes organisées dans le cadre de la journée d’études qui a eu lieu en décembre 2015 à l’Université d’Avignon. Celle-ci est consacrée au rôle joué par les travaux de Maurice Agulhon dans les études menées autour de Jaurès et de l’insertion de ce dernier dans le contexte tertio-républicain. « L’enjeu plus général était d’interroger les modes d’appropriation actuels d’Agulhon par les historiens et la place qu’ils tiennent dans les voies nouvelles suivies à la fois par l’histoire du politique et de la République dans les dernières décennies » (p.4).

Historien spécialiste des gauches en France et co-auteur d’une biographie de Jean Jaurès qui fait référence[1], Gilles Candar entreprend une analyse du rapport de Jaurès à l’élection présidentielle entre 1885 et 1913 : le positionnement de l’artisan de l’unité socialiste est ainsi marqué par le « choix majoritaire dans deux cas sur trois, avec un progressif glissement à gauche » (p.6).

Alain Chatriot, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Paris et auteur d’une biographie de Pierre Mendès France, propose quant à lui une réflexion sur les enjeux de la représentation politique à travers la production philatélique en France mais aussi à l’étranger. Il procède tout d’abord à une description des formes de politisation des choix de figuration philatélique puis il analyse les spécificités du cas français.

Vincent Duclert, historien du politique contemporain et spécialiste des engagements intellectuels, propose une relecture des travaux de Maurice Agulhon. Il revient notamment sur l’influence et l’inspiration que ce dernier, véritable pionnier d’une « histoire sensible et anthropologique de la République » (p.37) peut encore susciter chez les historiens qui tentent d’approcher la République, « non seulement par les institutions, les lois, les péripéties politiques, mais aussi par les symboles et les formes, les formes de vie collective en général qui ont permis peu à peu d’incarner l’expérience républicaine au cœur de la société française » (p.46).

Professeur d’histoire-géographie en lycée et doctorant à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) qui mène des recherches sur l’histoire du socialisme breton entre 1905 et 1940[2], Benoit Kermoal livre une réflexion sur la politisation au sein du socialisme breton avant 1914. Il explore les différents éléments constitutifs de ce processus d’apprentissage du politique (expression électorale, presse militante, intermédiaires culturels). Des vecteurs originaux de la politisation des masses comme la pratique du chant ou l’étude de l’onomastique des bateaux à Concarneau et au Guilvinec sont également mis en évidence comme grille de lecture du développement et de l’affirmation du socialisme en Bretagne dans le cadre de la République d’avant 1914.

Marion Fontaine, historienne politique du sport, analyse le lien entre les sociabilités sportives et la politisation : l’auteur étudie le processus d’apprentissage du politique au prisme du sport à partir d’exemples comme la pratique de la gymnastique sous la Troisième République[3] et les sociétés de tir en Italie dans la seconde moitié du XIXème siècle[4]. Les relations entre sociabilités sportives et politique sont également mises en évidence à partir d’un cas précis dans le bassin minier du Nord au cours des années 1940[5].

Jacqueline Lalouette, auteur d’une thèse sur la libre pensée en France dirigée par Maurice Agulhon et publiée en 1997, s’inscrit dans la lignée des travaux du défunt historien sur la « statuomanie » de Jaurès et élargit ses travaux en s’intéressant aux représentations sculptées d’autres penseurs et leaders socialistes français ayant existé en place publique après la Première Guerre mondiale.

Frédéric Cépède (OURS[6]) et Eric Lafon (Musée de l’Histoire vivante) dressent un inventaire et proposent une typologie des photographies de Jean Jaurès. Celles-ci sont associées à des grands moments de ses combats comme en témoigne la photographie prise le 25 mai 1913 lors du meeting au Pré Saint-Gervais contra la loi des trois ans. Les auteurs insistent sur le rôle de ces images (108 photographies recensées à ce jour) qui participent à la construction de son histoire et de sa mémoire posthume.

Pour conclure, Jonathan Barbier et Bruno Bertherat s’intéressent à la place des masques mortuaires (d’après un répertoire de 30 masques) dans l’histoire politique de la République à travers trois dimensions : leurs origines, leurs usages et leur postérité tout en intégrant une chronologie qui tient compte de leur essor et de leur déclin. Ce nouvel objet de recherche, qui propose des pistes nouvelles à explorer, témoigne de la vitalité du renouvellement des études sur l’histoire de la République.

Compte-rendu de lecture par
Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Gilles CANDAR et Vincent DUCLERT, Jean Jaurès, Paris, Fayard, 2014, 688 p.

[2] https://enklask.hypotheses.org

[3] Pierre ARNAUD (dir.), Les athlètes de la République, Gymnastique, sport et idéologie républicaine, 1870-1914, Toulouse, Privat, 1897.

[4] Gilles PECOUT, « Les sociétés de tir dans l’Italie unifiée de la seconde moitié du XIXème siècle », MFER, 102, 1990, 2, pp. 533-576.

[5] Marion FONTAINE, Le Racing Club de Lens et les « Gueules Noires ». Essai d’histoire sociale, Paris, Les Indes Savantes, coll. « La Boutique de l’histoire », 2010.

[6] Office Universitaire de Recherche Socialiste.

Billet complet.pdf