Archives par mot-clé : Georgij V. Plechanov

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione