Archives par mot-clé : Georges Clemenceau

Élément bibliographique – Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914

Jean-Marie CAHAGNE, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, mémoire de maitrise sous la direction de Jean Vidalenc et Marcel Boivin, Université de Rouen, 1975, 251 p.

 

Nous publions ici une présentation détaillée du mémoire de maitrise de Jean-Marie Cahagne, Les socialistes en Seine-Inférieure de 1900 à 1914, écrit sous la direction de Jean Vidalenc et avec les conseils de Marcel Boivin en 1975. Ce billet, rédigé par Florent Godguin, professeur d’histoire-géographie et collaborateur d’EUROSOC, rend compte du contenu des recherches de l’auteur puis donne à voir la bibliographie et les sources utilisées pour la réalisation de ce mémoire. Ce travail, qui mérite réexamen à partir de l’exploitation d’archives nouvelles, porte sur l’histoire de la fédération socialiste de Seine-Inférieure et de l’Eure entre 1900 et 1914. Ce billet s’inscrit dans la dynamique du projet EUROSOC à un double niveau : l’attention à l’histoire du socialisme avant 1914 à l’échelle régionale d’une part et la valorisation du fonds d’archives Pierre Renaudel d’autre part, sur lequel nous reviendrons bientôt sur ce carnet.

 

Table des matières

 

            La première partie du mémoire est consacrée aux débuts de la fédération socialiste de Seine-Inférieure (1900-1904), période durant laquelle elle est confrontée à plusieurs défis : sa structuration, la réalisation de son unité et le développement de son influence notamment électorale. Constituée de différents groupes et tendances, la fédération socialiste de Seine-Inférieure se structure véritablement lors du congrès du 15 août 1900 qui se déroule à la salle Franklin au Havre.

Liste des groupes et des syndicats ayant participé au congrès fédéral du Havre le 15 août 1900 – Document I, p.132.

Elle se dote d’un organe directeur, le conseil fédéral, et d’un journal qui assure la propagande de l’activité militante et diffuse les positions des socialistes sur l’actualité politique, Le Progrès, fondé par Hippolyte Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914. L’organisation de congrès fédéraux et le rôle des groupes, véritable cellule de base du parti, sont deux marqueurs de cette structuration. Les socialistes de « Seine-Inférieure et de l’Eure » (dénomination officielle à partir de 1903) s’engagent très tôt dans la dynamique unitaire à l’échelle départementale. Dans un contexte d’échec provisoire de l’unité socialiste au niveau national [1], l’élan unitaire se développe localement, par exemple lorsque les socialistes havrais décident de s’organiser en un seul groupe le 14 août 1902. Lors du congrès de Tours, la fédération départementale décide de se rattacher au Parti socialiste français : elle se positionne à la gauche de ce parti et y joue un rôle fondamental notamment par la voix de Pierre Renaudel, sollicité dès la fin de l’année 1900 pour représenter la Seine-Inférieure au Comité Général des organisations socialistes. Au cours de ces années qui précèdent l’unité, la fédération socialiste départementale prend part aux multiples débats qui rythment la vie politique nationale: la participation à un gouvernement bourgeois suite à l’affaire Millerand, le rapport aux radicaux, l’anticléricalisme et le problème de la séparation des Eglises et de l’Etat. Par ailleurs, les relations entre parti et syndicat sont questionnées lors des conflits sociaux dans le département : le soutien aux ouvriers en grève, notamment par la voie de la solidarité financière, est une constante dans l’attitude des socialistes de Seine-Inférieure. Ils affirment également leurs positions antimilitaristes lorsque Hanriot alerte sur les risques de guerre entre la Russie et le Japon dès 1901. L’influence des socialistes dans le département est mesurée par l’auteur à l’aune de trois indicateurs : les élections, les groupes et les moyens de propagande. Les socialistes de Seine-Inférieure sont faiblement représentés en ce qui concerne leur poids électoral lors de chaque scrutin entre 1901 et 1904. La méfiance à l’égard du suffrage universel et de la pratique du vote pour transformer la société capitaliste en société collectiviste est une position répandue. Les tentatives sont dans un premier temps un échec [2]. Les élections deviennent un moyen pour les socialistes de faire connaître leurs idées. Pour y parvenir, ils utilisent la presse avec deux journaux, Le Progrès dans la région havraise et Le Peuple dans la région rouennaise, les conférences – comme celle donnée par Aristide Briand à Sotteville sur la grève générale le 18 janvier 1902 -, les fêtes et les concerts mais aussi les coopératives de consommation.

            La deuxième partie du mémoire explore « le temps de l’unité » (1905-1908) qui revient au premier plan des préoccupations des socialistes de Seine-Inférieure, à l’échelle départementale et nationale. Du congrès international d’Amsterdam en août 1904 au congrès fédéral d’unification du 18 juin 1905 à Elbeuf, les militants de Seine-Inférieure participent activement à la réalisation de cette unité, notamment par la voix de Pierre Renaudel. L’auteur cherche à expliquer dans quelle mesure l’unification réussit et permet de renforcer ou d’amoindrir les positions socialistes dans le département. Le nombre des groupes, les effectifs des adhérents et les résultats électoraux sont à nouveau mobilisés pour tenter de répondre à cette question. En juin 1905, les groupes socialistes sont au nombre de 14, nombre qui semble être en recul par rapport à 1904. Les fusions de groupes sont un élément d’explication avancé par l’auteur : par exemple, deux groupes rouennais fusionnent : le groupe socialiste rouennais et le « réveil social de six cantons » de Rouen (Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire). Au total, à la fin de l’année 1908, la fédération compte un nombre relativement faible de sections : 14 dont 11 en Seine-Inférieure. Malgré le départ d’adhérents et après le recul aux élections législatives de 1906, l’année 1907 ouvre de meilleures perspectives sur le plan électoral notamment avec l’élection au conseil d’arrondissement du candidat Eugène Tilloy dans le canton de Sotteville. Aux élections municipales des 3 et 10 mai 1908 lorsqu’ils présentent des candidats, les socialistes établissent un programme municipal comme à Petit-Quevilly, au Havre et à Oissel. Durant cette période, les relations entre les socialistes et les radicaux connaissent une profonde évolution : d’abord alliés sur la question cléricale avec l’adoption de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat, les rapports entre les deux partis se détériorent et sont marqués par la méfiance et l’indignation, suscitées notamment par la répression gouvernementale lorsque le journal Le Semeur est poursuivi pour avoir affiché son soutien aux antimilitaristes lors des procès qui leur sont faits. Par ailleurs, les socialistes dénoncent la vie chère en 1906 et 1907, soutiennent les grèves qui éclatent dans le département comme celle des dockers de Rouen et celle de l’usine Weastphalen-Lemaitre à Lillebonne en août 1908. Ils militent aussi pour l’application du repos hebdomadaire en protestant contre la déclaration du garde des Sceaux qui, en juin 1907, dit qu’aucun commerçant contrevenant ne sera poursuivi [3]. Enfin, le rapport entre parti et syndicat est analysé au regard des positions adoptées lors des congrès fédéraux (Evreux en octobre 1906, Fécamp en août 1907) et nationaux (de 1906 à 1908 à Limoges, Nancy et Toulouse). Pierre Renaudel est le représentant de la fédération départementale qui se situe toujours dans la tendance majoritaire du Parti socialiste unifié conduite par Jean Jaurès : il est partisan de l’autonomie du syndicat par rapport au parti et distingue l’action économique de l’action politique.

            La troisième partie du mémoire explore l’évolution de la fédération départementale socialiste à l’aune de la « montée des périls » entre 1909 et 1914. Cette période est notamment marquée par l’affirmation de positions qui ancrent la fédération dans le socialisme réformiste et parlementaire ainsi que par le renforcement de son implantation à travers l’amélioration des résultats électoraux mais également par la vitalité de l’activité militante qui domine surtout dans les régions havraise et rouennaise. Les socialistes manifestent leur défiance et leur hostilité à l’égard des gouvernements qui se succèdent comme ceux de Georges Clémenceau et d’Aristide Briand. En témoigne l’analyse faite par Ernest Poisson au sujet du discours programme de Briand à Périgueux : « Des mots enfilés les uns au bout des autres comme des perles, des lieux communs renoués depuis l’origine du monde, des couplets fatals comme la Marseillaise à la fin des banquets et voilà tout ce que l’on trouve… » [4] Cette attitude n’est pas contradictoire avec la promotion de l’action parlementaire. En effet, cette question est l’objet de débats entre les socialistes de Seine-Inférieure. Par exemple, les socialistes havrais considèrent le parlementarisme comme imparfait mais nécessaire car l’action des syndicats et des coopératives, dont ils sont partisans, n’est pas suffisante[5]. Au sujet de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes adoptée le 31 mars 1910 [6], sur laquelle socialistes et syndicalistes ont des vues divergentes [7], Pierre Renaudel reproche à certains de ne vouloir aboutir à rien, de vouloir « déshonorer toute action parlementaire ». Sur le plan électoral, les socialistes connaissent une progression en nombre de voix qui en font une force politique émergente à l’échelle départementale. Pour les élections législatives des 26 avril et 10 mai 1914, les socialistes présentent des candidats dans chacune des circonscriptions du département : Waroquier (Rouen, 1ère), Tilloy (Rouen, 2ème), Poisson (Rouen, 3ème), Bazire (Rouen, 4ème), Le Chapelain (Le Havre, 1ère), Lartigue (Le Havre, 2ème), Richard (Le Havre, 3ème), Leymarie (Dieppe, 1ère), Gicquel (Dieppe, 2ème), Delaville (Neufchâtel) et Caumont (Yvetot). Selon l’auteur, la progression de l’audience électorale des socialistes est liée au renforcement de l’activité militante : à la veille de la Grande Guerre, la Seine-Inférieure compte 29 sections.

Liste des sections socialistes dans le département en 1914 – Annexe XXX, p.234.

 

Même si la Seine-Inférieure demeure un département de faible implantation militante, le nombre de cotisants progresse de manière continue : il passe de 350 en 1909 à 800 en 1913. Les ouvriers sont les plus nombreux à fournir les rangs socialistes, comme ceux de la métallurgie au Havre et à Sotteville (ajusteurs, tourneurs, fraiseurs…) et ceux du textile à Bolbec, Darnétal et dans la vallée du Cailly. Malgré des efforts de pénétration, l’audience socialiste dans les campagnes demeure limitée voire inexistante. Les employés – chemins de fer à Sotteville et postes au Havre – ainsi que les instituteurs occupent eux aussi une place importante au sein de la fédération. L’auteur termine son étude par la « crainte de la guerre » qui est croissante chez les socialistes du département et conclut avec un constat presque implacable : « les socialistes de Seine-Inférieure comme beaucoup d’autres socialistes français ont cru à la puissance dissuasive de la classe ouvrière organisée pour empêcher la guerre. Comme les autres, sur ce point, ils se sont trompés ».

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

La bibliographie, les sources et les archives utilisées par l’auteur pour la réalisation de ce mémoire sont mises à disposition :

[1] Après le congrès de Lyon de mai 1901, deux partis socialistes sont crées : le Parti socialiste  de France, dominé par Jules Guesde, et le Parti socialiste français, dominé par Jean Jaurès.

[2] La Dépêche, n° du 2 mai 1904.

[3] Le Progrès, n°26 du 1er juillet 1907.

[4] Le Semeur, n°119 du 16 octobre 1909.

[5] Le Progrès, n°5 du 5 février 1909.

[6] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61057346/f11.image.r=.langFR

[7] Bruno DUMONS, Gilles POLLET. Les socialistes français et la question des retraites (1880-1914). In Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°38, avril-juin 1993. pp. 34-46.

Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International

English version below

pierre-renaudel-02

Le projet EUROSOC s’implique dans la valorisation de la partie du fonds de Pierre Renaudel relatif à l’histoire du socialisme en Normandie, fonds conservée à la Fondation Jean-Jaurès.

Né à Morgny-la-Pommeraye le 19 décembre 1871, fils d’instituteurs, lui-même vétérinaire diplômé de l’École nationale d’Alfortville (Seine), Pierre Renaudel s’investit tôt dans le socialisme. À l’origine blanquiste, c’est-à-dire membre d’une tendance très anticléricale et attachée aux traditions révolutionnaires françaises, de 1793 à la Commune de Paris (1871), il participe au rassemblement socialiste promu par Jaurès à l’occasion des remous de l’affaire Dreyfus. Il milite au sein du Parti Socialiste Français (1902-1905). Ce parti inséré dans le Bloc des gauches majoritaire est considéré comme « réformiste » face au Parti Socialiste De France qui se veut « révolutionnaire » et regroupe les « marxistes » emmenés par Jules Guesde et Paul Lafargue et les « blanquistes » d’Édouard Vaillant. Mais Renaudel occupe une position originale car il anime une aile gauche au sein du PSF, critique envers la participation ministérielle et les compromissions jugées trop droitières des parlementaires. Il n’hésite pas à affronter Jaurès lors des congrès, ce qui offre l’occasion pour les deux hommes de se connaître et de fonder une relation de confiance entre eux. Ce que comprend bien Rosa Luxemburg, évidemment plus critique, quand elle dénonce le rôle de cette opposition : non un « contrepoids » mais une « cuirasse » pour Jaurès, déclare-t-elle au congrès international d’Amsterdam (17 août 1904).

            Orateur et organisateur, Renaudel devient incontournable au sein du socialisme français. Sa tendance regroupe plus de 40 % des mandats au sein du PSF et joue un rôle de pivot dans le processus qui, après un dernier congrès du PSF tenu en mars 1905 à Rouen, conduit à la formation du Parti Socialiste, Section Française de l’Internationale Ouvrière (avril 1905). Renaudel délaisse vite les missions internes qui lui sont confiées (secrétaire-adjoint du parti, puis délégué permanent à la propagande), pour s’investir comme responsable de la rédaction de L’Humanité. Avec le havrais Philippe Landrieu, administrateur, il accompagne le développement du journal et en assure la gestion sous la houlette confiante de Jaurès. Il bataille à ses côtés, renforce les relations avec les milieux syndicalistes et garde l’œil sur les diverses manœuvres susceptibles de remettre en cause la prééminence du « patron ». Au congrès de Saint-Quentin (avril 1911), il assure son triomphe. Il suit de près les affaires du parti et assume pendant les premières années la représentation de la fédération de la Seine-Inférieure. Le centre du pouvoir étant toutefois alors au Palais-Bourbon, il tente de se faire élire député dans le Var et il y parvient en 1914.

            Pendant la Grande Guerre, il dirige L’Humanité, pratiquant une politique de « défense nationale » qu’il s’efforce de maintenir dans la fidélité aux principes. Il refuse les outrances nationalistes et, avec son ami Jean Longuet, rencontre le 12 avril 1915 à Berne, en territoire neutre, les sociaux-démocrates allemands, Haase et Kautsky. L’initiative est réitérée en août, mais elle ne débouche sur aucun résultat concret. Face à la minorité « pacifiste », Renaudel représente de plus en plus la majorité du parti. Pourtant très hostile en 1917 au gouvernement Clemenceau, de plus en plus contesté, il perd la direction de L’Humanité en octobre 1918 au profit de Marcel Cachin, naguère très « union sacrée » mais désormais « centriste » rallié à la nouvelle majorité.

            Toujours actif, Renaudel est marginalisé au sein du parti. Il pèse toujours au sein de l’Internationale. Il est l’homme des contacts avec les Géorgiens dont la république menchevik (1918-1921) est anéantie par les soviétiques, le correspondant de Kautsky et bien d’autres. À nouveau député du Var à partir de 1924, Renaudel anime une tendance, La Vie socialiste, située à la droite de la SFIO, favorable à une entente avec les radicaux qui l’amène à faire scission en 1932-1933 et à lancer un Parti Socialiste de France-Union Jean Jaurès fort disparate. Il ne faut pourtant pas caricaturer son action. Libre penseur, dirigeant de la Ligue des droits de l’homme, Renaudel mène campagne pour la grâce de Sacco et Vanzetti ou contre la peine de mort. Il soutient l’entreprise de Maghreb (1932-1935) pour des réformes coloniales associées à la promotion d’élites indigènes. Bref, comme le diront à sa mort (1er avril 1935) nombre de responsables socialistes (Bracke, Longuet…), le choix assumé d’une action réformiste se fait toujours dans la continuité des principes socialistes de sa jeunesse.

Gilles Candar

ENGLISH VERSION

Pierre Renaudel was born on December 19th 1871 in Morgny-la-Pommeraye. The son of schoolteachers, he graduated from l’École nationale d’Alfortville (Seine department) and became a veterinarian. He threw himself into socialism at a young age. Originally, he was a Blanquist, that is to say a member of a trend attached to the French revolutionary traditions – from 1793 to the Paris Commune in 1871 – and very anticlerical. He attended the socialist rally promoted by Jean Jaurès during the turmoil of the Alfred Dreyfus case and was an activist in the French Socialist Party (FSP, 1902-1905). This party was inserted in the Lefts Bloc and perceived as “reformist”, contrary to the Socialist Party of France which sought to be “revolutionary” and gathered together the “Marxists” led by Jules Guesde, Paul Lafargue and the “Blanquists” of Édouard Vaillant. However, Renaudel occupied a special position because he led the left wing of the FSP; a wing which was critical of ministerial involvement and the compromises of principles – that they considered going too far right – reached by the parliamentarians.  He did not hesitate to confront Jaurès during conventions; it gave them the opportunity to know each other and build a relationship based on mutual trust. This was perfectly understood by Rosa Luxemburg who was obviously more critical when she condemned the role of this conflict: Renaudel was not a “counterweight” but a “shield” for Jaurès, she said at the International Socialist Congress in Amsterdam (August 17th 1904).

As a speaker and organizer, Renaudel became essential to French socialism. His orientation gathered together more than 40% of the mandates within the FSP and played a pivotal role in the process which, after the last congress of the FSP held in March 1905 in Rouen, led to the formation of the Socialist Party: the French Section of the Workers’ International (SFIO, April 1905). Renaudel quickly abandoned the internal missions he was entrusted with – he served as Assistant Secretary of the party and then as permanent delegate for propaganda – to invest himself in fulfilling his role as editor-in-chief of L’Humanité. With Philippe Landrieu – from Le Havre and administrator of L’Humanité – he supported the development of the newspaper and ensured its management under the leadership and with the trust of Jaurès. He fought alongside him, strengthened the relationships with the trade union milieu and kept an eye on the various manoeuvres which may have challenged the supremacy of “the boss”. At the Congress of Saint Quentin (April 1911), he ensured his triumph. He closely monitored the party’s internal affairs and took on the representation of the federation of the Seine-Inférieure department in the early years. However, as the center of power was at the National Assembly, he tried to get elected as Member of Parliament (MP) for the Var department and succeeded in becoming one in 1914.

During the Great War, he ran the newspaper L’Humanité and practiced an editorial policy based on “national defense” that he strived to preserve while being loyal to its principles. He refused to give in to nationalist excesses and met, with his friend Jean Longuet, the German Social Democrats Haase and Kautsky in neutral territory on April 12th 1915 in Bern. They met again in August but this initiative produced no concrete results. Against the “pacifist” minority, Renaudel increasingly represented the views of the party’s majority. Although he was very much opposed to the government led by Georges Clemenceau, he was more and more challenged and ended up losing his job as editor-in-chief of L’Humanité in favour of Marcel Cachin – A MP formerly very much in favour of “L’union sacrée” who became a “centrist” and joined the new majority – in October 1918.

Still active, Renaudel was marginalized within the party but his opinion still carried a lot of weight in the SFIO. Moreover, he was the one who came into contact with the Georgian Mensheviks whose Democratic Republic (1918-1921) was wiped out by Soviet Russia and was also the pen friend of Kautsky and many other people. He got elected as MP representing Var once again in 1924 and founded the socialist weekly publication, La Vie Socialiste, whose orientation represented the right wing of the SFIO and supported an arrangement with the radicals. This led him to split from the SFIO in 1932-1933 and launch The Socialist Party of France – Jean Jaurès Union; a party whose members varied a great deal. Yet, his work must not be caricaturized: he was a free thinker; he was at the head of the Human Rights League and campaigned for the pardon of Sacco and Vanzetti or against the death penalty. He supported the initiative of the Moroccan nationalist journal Maghreb (1932-1935) in favour of colonial reforms combined with the promotion of indigenous elites. In short, as many socialist leaders (Bracke, Longuet, etc.) said when he died on April 1st 1935: he consciously chose to be in favour of a reformist action and this choice was always consistent with the socialist principles of his youth.

Gilles Candar

Version française .pdf

English version .pdf

Cite this article as: "Pierre Renaudel de la Normandie à l’Internationale / Pierre Renaudel from Normandy to the Second International," in EUROSOC Normandie, 13/03/2016, https://eurosoc.hypotheses.org/311.