Archives par mot-clé : Florent Godguin

Pierre Renaudel, socialiste normand (2/2)

Vous pouvez retrouver la première partie ici.

 

Plusieurs autres documents évoquent la préparation de ces élections, avec l’organisation de la campagne électorale : ces éléments sont connus grâce aux procès verbaux des réunions de la « concentration socialiste ». Des « souscriptions » dont chaque groupe doit s’acquitter et « des soirées et causeries familiales » sont envisagées pour permettre de financer la campagne[1]. Cette organisation matérielle de la campagne électorale est assurée par une commission électorale dirigée par Renaudel dès le 22 janvier[2]. Par ailleurs, la décision de présenter une liste socialiste semble motivée par le contexte social dans le département avec les conflits menés dans l’industrie textile : « nos candidats sont des syndiqués connus comme militants du socialisme ou de l’action syndicale, c’est à dire qu’ils représentent l’élément du travail dans sa plus haute expression[3] ».

La venue de Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904[4] pour une conférence sur la Séparation des Eglises et de l’Etat est un moment important de la vie militante des socialistes de Seine-Inférieure. Pierre Renaudel préside la conférence en tant que délégué à la rédaction du Peuple. Organisée conjointement par L’Humanité, Le Peuple de Rouen et le Groupe socialiste rouennais, cette conférence[5] rassemble près de 2600 citoyens parmi lesquels figurent de nombreux délégués des différentes organisations ouvrières (coopératives et syndicats) et des conseillers municipaux socialistes de la région. Dans un contexte où la collaboration entre radicaux et socialistes fonctionne au niveau parlementaire avec la Délégation des gauches, le dialogue semble rompu à Rouen. En effet, l’absence des « notabilités radicales » est soulignée dans le compte-rendu de la conférence. Jaurès essaie d’expliquer cette situation en évoquant la situation locale où les radicaux sont considérés comme « mous et hésitants » et semblent avoir peur de la pénétration des idées socialistes qui peuvent « effrayer les masses ». Après la conférence, Pierre Renaudel invite tous les socialistes présents à adhérer au Groupe socialiste rouennais afin de « mener les luttes communes », « verser sa cotisation pour permettre l’organisation d’une propagande, impossible sans argent » et « s’unir avec ceux qui peuvent comme lui faire une action énergique ». Ce souci de l’unité des différentes organisations socialistes et ouvrières est partagé conjointement par Pierre Renaudel et Jean Jaurès. D’ailleurs, le compte-rendu de la conférence fait davantage place aux positions des deux militants sur ce sujet plus qu’aux paroles de Jaurès sur la Séparation. Un autre thème est abordé par Pierre Renaudel lors de cette conférence : le soutien aux ouvriers en grève. Le lendemain dans l’Humanité, on lit que « Renaudel a appelé l’attention des travailleurs présents sur la grève des ouvriers menuisiers. Il a fait appel à l’esprit de solidarité et d’organisation. Une quête pour les grévistes a produit 184 francs. »[6] 

Pierre Renaudel est par ailleurs un organisateur de la propagande socialiste en Seine-Inférieure. Cette dimension s’observe manifestement avec la présence de nombreux manuscrits d’articles du journal Le Peuple de Rouen au sein du premier dossier. Les socialistes cherchent avant tout à répandre leurs idées chez les ouvriers. Malgré des possibilités financières limitées, ils cherchent à mettre en œuvre plusieurs moyens de propagande comme les conférences, les fêtes et les concerts, les coopératives de consommation. La presse se développe avec l’existence de deux journaux hebdomadaires : Le Progrès fondé au Havre par Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914, et Le Peuple, crée par Raoul Fauconnet et Ernest Lepez en 1901, qui paraît jusqu’au 14 août 1904 surtout dans la région rouennaise. De nombreux militants collaborent à sa rédaction dont Emile Buré[7] qui est chargé de rédiger la « chronique parlementaire » de chaque numéro[8]. Cette chronique est un moyen d’informer les socialistes et les ouvriers de Seine-Inférieure des débats à la Chambre des députés : le rachat des chemins de fer, « l’affaire Delsor », la limitation des heures de travail, les bureaux de placement, la politique anticléricale, l’enseignement congréganiste sont constitutifs de la diversité de thèmes abordés dans le journal socialiste et ouvrier rouennais.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie
Collaborateur du projet EuroSoc


[1] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[2] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[3] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0005.pdf

[4] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0014.pdf

[5] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0011.pdf

[6] L’Humanité, n°77, 3 juillet 1904.

[7] Emile Buré (1876-1952) est un militant socialiste et journaliste qui a collaboré au Mouvement socialiste dirigé par Hubert Lagardelle et à La Vie Socialiste dirigée par Francis de Pressensé, dont Pierre Renaudel est alors secrétaire de la rédaction de novembre 1904 à août 1905.

[8] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0017.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0018.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0019.pdf

ÉLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE – Histoire des gauches en France

Jean-Jacques BECKER et Gilles CANDAR (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, la Découverte, coll. « L’Espace de l’Histoire », 2004, 2 volumes, 584 p. et 776 p.

 

Véritable œuvre encyclopédique, l’Histoire des gauches en France apparaît comme la référence bibliographique incontournable pour tout historien, chercheur, étudiant, militant ou simple lecteur curieux sur le sujet. La parution en 2004 de ces deux tomes chronologiques permet le rassemblement de connaissances issues de nombreux travaux et contributions scientifiques d’historiens expérimentés et de jeunes chercheurs sous la direction de deux éminents historiens du politique, Jean-Jacques Becker et Gilles Candar. L’ouvrage offre ainsi au lecteur une analyse pluridisciplinaire des gauches, « étudiée dans leur unité, dans leur diversité dans leur profondeur mentale » (p.13) : historiens mais aussi politistes, sociologues, littéraires et philosophes contribuent à ce travail qui apporte un profond renouvellement historiographique[1], qui s’est révélé particulièrement fécond en ce qui concerne la droite[2].

Le premier volume est dédié à « l’héritage du XIXème siècle ». Il se caractérise par la formation de la gauche qui est confrontée aux problèmes de la société : « cette première partie s’interroge sur les origines de la gauche, analyse la naissance de ses traditions, détermine ses acquis et les débats auxquels elle doit s’affronter, dont deux prééminents, la question sociale et la question nationale » (p.15). Les premières contributions donnent le ton : Michel Vovelle et Maurice Agulhon questionnent la filiation entre les Lumières et la Révolution, période durant laquelle on assiste à la « naissance d’une notion » (p.50) avec la gauche politique et parlementaire au XIXème siècle. Au cours de cette période fondatrice, la gauche participe activement à des conquêtes pour notre société politique contemporaine. Le premier des combats mené est celui de la réalisation de la République. Ces combats sont tout d’abord marqués par des échecs, sous les monarchies censitaires (Nicolas Bourguinat) où « les gauches se caractérisent avant tout par la frustration que leur inspirent les institutions ou les autorités en place, et par le projet qui en découle de les renverser ou de les faire évoluer, comme si elles n’étaient qu’une étape transitoire de la marche à la liberté » (p.67). C’est à la fin du siècle qu’apparaît le moment où « la société française apprend dès lors à distinguer une conception large de la gauche, qui joue pour la défense de la République, et une conception plus exigeante qui attend que la République soit vraiment sociale » (p.129). La lutte pour le suffrage universel (Christine Guionnet), la liberté de la presse (Dominique Kalifa) ou encore l’instruction publique (Jean-François Chanet) sont autant de conquêtes qui ne s’obtinrent pas sans heurts ; d’où l’importance que tiennent la barricade et l’insurrection (Marianne Cayatte et Philippe Oulmont). Par ses conquêtes mais aussi ses traditions et ses sociabilités, comme les banquets et les enterrements (Emmanuel Fureix) qui furent des moments d’ « apprentissage de la démocratie concrète » (p.197), la gauche s’est donc progressivement intégrée à la société politique.

Le second volume est consacré au XXème siècle, où la gauche est « à l’épreuve de l’histoire ». Cette première épreuve est celle de l’expérience du pouvoir : en effet, les gauches doivent faire face à la question fondamentale « de leur expérimentation, à la gestion gouvernementale, à la politique des hommes et à l’administration des choses » (p.16). La Grande Guerre apparaît comme un tournant pour la gauche qui fait alors face à un « curieux paradoxe » (p.313). Le rapport de la gauche à la guerre, la nation et à la révolution fait l’objet d’un fil conducteur à travers de nombreuses contributions sur les deux guerres mondiales, la Libération, la guerre froide et la décolonisation. « La chair humaine » est également étudiée à travers les différentes familles politiques : les radicaux (Serge Berstein), les socialistes (Frédéric Sawicki) et les communistes (Bernard Pudal). Les partis politiques, les syndicalistes, les associations comme la Ligue des droits de l’Homme, côtoient d’autres courants de manière temporaire comme les gaullistes de gauche (Yves Billard). Les contributions qui expliquent les grands moments des gouvernements de gauche, du Bloc des gauches (Gilles Candar) à la gauche plurielle (Jean-Jacques Becker) en passant par le Front Populaire (Frédéric Monier) et l’Union de la gauche puis l’ère Mitterrand (Alain Bergounioux et Gérard Grunberg) invitent le lecteur à penser dans le temps long le rapport que la gauche entretient avec « l’exercice du pouvoir ». Les évolutions stratégiques (sur l’économie, l’Europe ou le rapport à l’Etat), les frontières idéologiques (notamment sur le marxisme) et les identités culturelles (l’anticléricalisme et la laïcité mais aussi les mœurs, les loisirs, l’art et la littérature) apparaissent comme des lignes de force qui résultent du nécessaire choix opéré par les auteurs de cette entreprise collective. Ainsi, Gilles Candar et Jean-Jacques Becker relèvent les thématiques absentes de l’ouvrage comme par exemple la gauche et l’étranger ou la gauche et les paysans. Ce livre est un acquis de la recherche et constitue une œuvre majeure qui ne demande qu’à être prolongée par l’inscription dans des ensembles plus vastes et faisant appel à d’autres cultures politiques et historiographiques.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie,
Collaborateur du projet EUROSOC.

[1] Nous nous limitons à citer ici : Jacques DROZ (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 vol., Paris, P.U.F, 1972-1977.

Une présentation plus détaillée de l’historiographie des gauches et plus spécifiquement du socialisme fera l’objet d’un billet ultérieurement.

[2] René REMOND, La Droite en France, Paris, Montaigne, 1954 ; rééd. Les Droites en France, Paris, Aubier-Flammarion, Paris, 1982.

Jean-François SIRINELLI (dir.), Histoire des droites en France, 3 vol., Paris, Gallimard, 1992.

Nous tenons également à signaler la récente parution d’un ouvrage qui contribue à un profond renouvellement historiographique sur les droites : Gilles RICHARD, Histoire des droites en France, de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 2017.