Archives par mot-clé : Elisa Marcobelli

[AGENDA] Où va la social-démocratie ? Regards croisés sur les social-démocraties germanophones (XIXème – XXème siècles)

Organisateurs : Société française d’histoire politique en partenariat avec UMR SIRICE (Sorbonne Université), UMR SAGE (Université de Strasbourg), GRHIS (Université de Rouen), Institut Universitaire de France.

Lieu : Maison de la recherche, Sorbonne Université, 28 Rue Serpente, 75006, Paris (D323, sous réserve des conditions sanitaires).

Date : 25 juin 2021, 9 h 30 – 18 h.

Contacts : jean-numa.ducange@univ-rouen.fr & karim.fertikh@unistra.fr

Si les débats sur la « social-démocratie » comme modèle pour le parti socialiste et ceux sur la crise de la social-démocratie sont constants en France depuis au moins les années 1970, les recherches sur les social-démocraties de langue allemande y ont longtemps été limitées à quelques travaux de grande valeur, souvent synthétiques et désormais assez anciens (Jacques-Pierre Gougeon, Joseph Rovan ou encore Gilbert Badia).

Cependant, les social-démocraties des espaces germanophones sont désormais empiriquement investies par de nombreux chercheurs, soit dans le cadre d’études comparatives et croisées, soit dans le cadre de recherches monographiques ou biographiques. Cet ensemble de travaux relève de plusieurs disciplines (principalement l’histoire, la science politique et les études germaniques).


Au-delà de la diversité qui caractérise ces travaux, un même ensemble de questionnements et de problématiques se dégage, démontrant la vivacité des recherches en cours sur l’histoire politique d’un des courants les plus anciens et influents de la vie politique en Allemagne, Autriche et Suisse alémanique. Ces travaux revisitent les grands moments et les grands hommes de la social-démocratie en essayant de déconstruire certains mythes historiographiques stabilisés durant les décennies d’après-guerre : pourquoi le SPD n’a-t-il pas reconquis ses fiefs en Allemagne de l’Est après la réunification ? Comment Willy Brandt est-il devenu un père de l’Europe ? La social-démocratie suisse était-elle réellement consensuelle ? Caractérisées par l’importance de leur travail empirique et de leur réflexion méthodologique, ces travaux permettent de jeter une lumière neuve sur le développement des social-démocraties germanophones aux 19 e et 20 e siècles.


Aussi la présente journée entend présenter ces recherches passées et en cours autour de deux axes forts, sous la forme de tables-rondes.

La première traitera de l’histoire croisée avec d’autres pays. Fondées dans la seconde moitié du 19 e siècle, dans un contexte où l’internationalisme semblait être un horizon certain malgré les difficultés rencontrées, les social-démocraties de langue allemande ne peuvent être séparées de l’évolution plus globale du socialisme international. De la création du SPD, « parti modèle » revendiqué comme tel à la fin du XIXème siècle, jusqu’aux positions internationales des sociaux-démocrates autrichiens en passant par les rapports complexes avec le voisin français, une histoire transnationale de la social-démocratie s’impose désormais.


La seconde table-ronde reviendra sur les modalités pratiques et théoriques de l’orientation du parti social-démocrate allemand à travers l’examen de plusieurs études de cas au cours de son histoire. Cette seconde séquence regroupera notamment des chercheurs ayant travaillé de près sur les grands moments de refondation (le célèbre congrès de Bad-Godesberg en 1959 puis la réunification allemande en 1989 tout particulièrement), tout en intégrant des questions primordiales des transformations contemporaines des social-démocraties, allant du militantisme féminin à celle des transformations de l’organisation partisane et des formes du courtage électoral.

Cette journée se veut une première approche d’une démarche plus globale visant à donner une plus grande visibilité aux travaux français portant les forces politiques dans le monde germanophone.

 

Programme

 

Introduction (9 h 30) : Jean-Numa Ducange et Karim Fertikh

Première table-ronde : Histoires croisées des social-démocraties des pays germanophones (10 h – 13 h)

Pierre-Henri Lagedamon, Les relations entre socialismes français et autrichiens (1890-1930) (doctorant, Université de Rouen)

Elisa Marcobelli, Sociaux-démocrates allemands et socialistes français face aux crises internationales (1889-1912) (post-doc en histoire, Université de Picardie Jules Verne)

Jean-Numa Ducange, L’impossible union de la social-démocratie germanophone (1860-1920), (professeur en histoire contemporaine, Université de Rouen, IUF)


Laure Gallouët, Le SPÖ et la vocation internationale de la Seconde République d’Autriche, (docteure en études germaniques, ATER à l’Université de Nantes)

Pénélope L. Patry :, « Hele folket i arbeid! » (« Tout le peuple au travail ! »), ou comment, pendant son exil scandinave, Willy Brandt (re)devient social-démocrate (professeure agrégée, docteure en Études germaniques)


Nicolas Batteux, Parti au pouvoir vs. parti d’opposition, Bundestag vs. Assemblée nationale, « 68er Bewegung » vs. « années 1968 » : les députés SPD et FGDS face au phénomène soixante-huitard dans une perspective comparée (1967-1972) » (doctorant, Sorbonne
Université, ATER à l’Université de Bourgogne)

Seconde table-ronde : Histoires sociales des idées et des enjeux partisans (14 h – 17 h)

Anne-Laure Briatte, Mouvement prolétaire féminin et mouvement féministe allemands : l’impossible convergence des luttes (1890-1918), (maîtresse de conférences en études germaniques, Sorbonne Université)

Karim Fertikh : Bad Godesberg (1959) revisité : pour une histoire sociale d’une rupture idéologique (années 1920-années 2000), (maître de conférences en science politique, Sciences Po Strasbourg, IUF)

Etienne Dubslaff, Les enjeux identitaires lors de la fusion des deux partis sociaux-démocrates en 1990 (maître de conférences en études germaniques, Université de Montpellier)

Sophie Bouiller, Les débats programmatiques du SPD à l’aube des années 1990 (professeure de CPGE à Nantes, docteure en études germaniques)

Zoé Kergomard, Ni « rouge » ni « pauvre type »? Le parti socialiste suisse à la recherche de son électorat dans les années du « consensus de la croissance » (années 1940-1980), (chercheuse en histoire, Institut historique allemand de Paris)


Conclusion 17 h – 17 h 30 : Hélène Miard-Delacroix, Professeure à Sorbonne Université

[LECTURE] l’internationalisme a l’épreuve des crises

L’internationalisme à l’épreuve des crises. La IIe Internationale et les socialistes français, allemands et italiens (1889-1915) par Elisa Marcobelli

 

Préface de Christophe Prochasson

Elisa Marcobelli a soutenu une thèse remarquée à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) dont le présent livre est issu. Étudier Les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la IIe Internationale (1889-1915), c’est en fait revenir au problème lancinant de la catastrophe initiale, la Grande Guerre, et de l’impossibilité de l’empêcher dans laquelle se sont trouvés peuples, gouvernements et partis. De grands historiens, comme Jacques Droz, Madeleine Rebérioux et Georges Haupt, ont déjà travaillé ces questions, mais les recherches d’Elisa Marcobelli permettent aujourd’hui d’aller plus loin. Non seulement elle dispose de leur acquis qu’elle connaît et maîtrise excellemment, mais elle renouvelle et rafraîchit connaissance et compréhension par une approche transnationale active. Au couple classique du socialisme français et de la social-démocratie allemande, décisif dans la perspective d’une stratégie pacifiste, du moins anti-belliciste, des socialistes, elle ajoute le cas original de l’Italie qui permet un élargissement et un décalage fructueux. Nous obtenons ainsi une étude belle et puissante, appuyée sur la connaissance directe des meilleures sources pour le socialisme de chaque pays. La réflexion, attentive et nuancée, aborde les difficultés de la période, et sait les mettre à profit pour mieux saisir la signification pour les hommes et les femmes d’alors du socialisme, de la nation et de l’Internationale. Les mots, les attentes, les sociétés ont évolué, mais les problèmes alors posés n’ont pas disparu de notre horizon.

 

Elisa Marcobelli est docteure en Histoire contemporaine de l’EHESS et de la Freie Universität de Berlin. Elle est membre du conseil d’administration de la Société d’études jaurésiennes, du groupe EuroSoc de l’Université de Rouen et du comité de rédaction des Cahiers Jaurès. Elle est l’auteure de plusieurs publications scientifiques sur l’histoire du socialisme français, allemand et italien d’avant 1914.

 

L’équipe EuroSoc tient à féliciter Elisa pour l’accomplissement de cet excellent ouvrage qui fera date.

 

 

Voir la fiche sur le site de l’éditeur

[AGENDA] Les gauches et l’international (XIXe – XXIe siècles)

La Fondation a été partenaire de deux programmes de recherche dont elle souhaite valoriser le bilan scientifique et les perspectives ouvertes tant du côté de l’histoire politique et de l’histoire des idées que de celles des relations internationales : d’une part le séminaire Eurosoc à l’université de Rouen, qui a visé depuis 2016 à établir et consolider un réseau de recherche sur l’histoire du socialisme européen (des années 1870 à l’avant 1914) aux niveaux régional, national et européen ; d’autre part le séminaire « les gauches et l’international, XXe – XXIe siècles » initié en 2017 au Centre d’histoire de Sciences Po, qui proposait d’explorer l’histoire des familles politiques socialistes, sociales-démocrates et communistes dans la perspective des relations internationales et transnationales.

 


Fondation Jean-Jaurès,
12 cité Malesherbes, 75009 Paris

Quand
17 octobre
14h-19h

Pour vous inscrire

PROGRAMME

 

14h Accueil

14h15-15h Introduction : retours sur deux séminaires pluriannuels

  • Mathieu Fulla (Sciences Po Paris)
  • Jean-Numa Ducange (université de Rouen)
  • Michele Di Donato (université de Pise)
  • Elisa Marcobelli (université de Rouen)

15h-16h45 : Gauche, internationalisme et nation
Le rapport du mouvement socialiste à la nation et à l’internationalisme constitue une des questions les plus controversées de son histoire. Le cadre national fut pensé tour à tour comme un obstacle, un mal nécessaire, mais aussi parfois comme un point d’appui pour développer la perspective d’une société plus juste. Cette table-ronde, à partir d’exemples concrets, entend revenir sur ces enjeux dont la portée est loin d’être épuisée.

Table-ronde animée par Jean-Numa Ducange (université de Rouen), avec :

  • Nicolas Delalande, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris : « Les dilemmes de la solidarité internationale. Retour sur un demi-siècle d’expériences et de débats au sein du mouvement ouvrier (1860-1914) »
  • Héloïse Kiriakou, université Paris 1 Panthéon Sorbonne : « Gauche, internationalisme et nation : exemples africains »
  • Céline Marangé, Institut de recherches stratégiques de l’École militaire, Paris : « Communisme et construction nationale au Vietnam »
  • Romain Robinet, université d’Angers : « Une grande lueur à l’ouest ? La Révolution mexicaine : échos européens, lectures américaines (1910-1940) »

17h-18h30 : Gauche et mouvements sociaux
Par-delà leurs objectifs révolutionnaires, les Internationales ouvrières du XIXe siècle ont permis l’édification de réseaux de solidarité transnationaux, dont l’ambition était de construire une solidarité alternative des travailleurs contre la domination du capital et des États perçus comme bourgeois et impérialistes. Si cette culture tend à s’éroder au XXe siècle, elle ne disparaît jamais complètement et prend souvent d’autres voies, plus informelles, que celles de l’Internationale socialiste officielle. S’appuyant sur des recherches publiées et en cours, cette table-ronde propose d’étudier les circulations d’idées, de pratiques et d’acteurs entre les gauches européennes politiques, syndicales et associatives. Une réflexion sur leurs manières de penser et de répondre aux (nombreux) défis sociaux, sociétaux et environnementaux qui émergent après 1945 apparaît en effet particulièrement utile pour saisir, dans la longue durée, les transformations du rapport des gauches à l’international.

Table-ronde animée par Mathieu Fulla (Sciences Po Paris) et Michele Di Donato (université de Pise), avec :

  • Gerd Rainer Horn, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris : « Les Gauches et les mouvements sociaux dans les années 1960 et 1970 »
  • Emeline Fourment, Centre d’études européennes, Sciences Po Paris : « Les conditions de transnationalisation des idées féministes. Réflexion à partir des milieux libertaires montréalais et berlinois »
  • Renaud Bécot, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) : « Un nouvel internationalisme ? Les gauches et la question écologique »

18h30 : Conclusions
Marc Lazar
, professeur des universités en histoire et sociologie politique (Sciences Po Paris)

Billet original