Archives par mot-clé : Elisa Marcobelli

[LECTURE] l’internationalisme a l’épreuve des crises

L’internationalisme à l’épreuve des crises. La IIe Internationale et les socialistes français, allemands et italiens (1889-1915) par Elisa Marcobelli

 

Préface de Christophe Prochasson

Elisa Marcobelli a soutenu une thèse remarquée à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) dont le présent livre est issu. Étudier Les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la IIe Internationale (1889-1915), c’est en fait revenir au problème lancinant de la catastrophe initiale, la Grande Guerre, et de l’impossibilité de l’empêcher dans laquelle se sont trouvés peuples, gouvernements et partis. De grands historiens, comme Jacques Droz, Madeleine Rebérioux et Georges Haupt, ont déjà travaillé ces questions, mais les recherches d’Elisa Marcobelli permettent aujourd’hui d’aller plus loin. Non seulement elle dispose de leur acquis qu’elle connaît et maîtrise excellemment, mais elle renouvelle et rafraîchit connaissance et compréhension par une approche transnationale active. Au couple classique du socialisme français et de la social-démocratie allemande, décisif dans la perspective d’une stratégie pacifiste, du moins anti-belliciste, des socialistes, elle ajoute le cas original de l’Italie qui permet un élargissement et un décalage fructueux. Nous obtenons ainsi une étude belle et puissante, appuyée sur la connaissance directe des meilleures sources pour le socialisme de chaque pays. La réflexion, attentive et nuancée, aborde les difficultés de la période, et sait les mettre à profit pour mieux saisir la signification pour les hommes et les femmes d’alors du socialisme, de la nation et de l’Internationale. Les mots, les attentes, les sociétés ont évolué, mais les problèmes alors posés n’ont pas disparu de notre horizon.

 

Elisa Marcobelli est docteure en Histoire contemporaine de l’EHESS et de la Freie Universität de Berlin. Elle est membre du conseil d’administration de la Société d’études jaurésiennes, du groupe EuroSoc de l’Université de Rouen et du comité de rédaction des Cahiers Jaurès. Elle est l’auteure de plusieurs publications scientifiques sur l’histoire du socialisme français, allemand et italien d’avant 1914.

 

L’équipe EuroSoc tient à féliciter Elisa pour l’accomplissement de cet excellent ouvrage qui fera date.

 

 

Voir la fiche sur le site de l’éditeur

[AGENDA] Les gauches et l’international (XIXe – XXIe siècles)

La Fondation a été partenaire de deux programmes de recherche dont elle souhaite valoriser le bilan scientifique et les perspectives ouvertes tant du côté de l’histoire politique et de l’histoire des idées que de celles des relations internationales : d’une part le séminaire Eurosoc à l’université de Rouen, qui a visé depuis 2016 à établir et consolider un réseau de recherche sur l’histoire du socialisme européen (des années 1870 à l’avant 1914) aux niveaux régional, national et européen ; d’autre part le séminaire « les gauches et l’international, XXe – XXIe siècles » initié en 2017 au Centre d’histoire de Sciences Po, qui proposait d’explorer l’histoire des familles politiques socialistes, sociales-démocrates et communistes dans la perspective des relations internationales et transnationales.

 


Fondation Jean-Jaurès,
12 cité Malesherbes, 75009 Paris

Quand
17 octobre
14h-19h

Pour vous inscrire

PROGRAMME

 

14h Accueil

14h15-15h Introduction : retours sur deux séminaires pluriannuels

  • Mathieu Fulla (Sciences Po Paris)
  • Jean-Numa Ducange (université de Rouen)
  • Michele Di Donato (université de Pise)
  • Elisa Marcobelli (université de Rouen)

15h-16h45 : Gauche, internationalisme et nation
Le rapport du mouvement socialiste à la nation et à l’internationalisme constitue une des questions les plus controversées de son histoire. Le cadre national fut pensé tour à tour comme un obstacle, un mal nécessaire, mais aussi parfois comme un point d’appui pour développer la perspective d’une société plus juste. Cette table-ronde, à partir d’exemples concrets, entend revenir sur ces enjeux dont la portée est loin d’être épuisée.

Table-ronde animée par Jean-Numa Ducange (université de Rouen), avec :

  • Nicolas Delalande, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris : « Les dilemmes de la solidarité internationale. Retour sur un demi-siècle d’expériences et de débats au sein du mouvement ouvrier (1860-1914) »
  • Héloïse Kiriakou, université Paris 1 Panthéon Sorbonne : « Gauche, internationalisme et nation : exemples africains »
  • Céline Marangé, Institut de recherches stratégiques de l’École militaire, Paris : « Communisme et construction nationale au Vietnam »
  • Romain Robinet, université d’Angers : « Une grande lueur à l’ouest ? La Révolution mexicaine : échos européens, lectures américaines (1910-1940) »

17h-18h30 : Gauche et mouvements sociaux
Par-delà leurs objectifs révolutionnaires, les Internationales ouvrières du XIXe siècle ont permis l’édification de réseaux de solidarité transnationaux, dont l’ambition était de construire une solidarité alternative des travailleurs contre la domination du capital et des États perçus comme bourgeois et impérialistes. Si cette culture tend à s’éroder au XXe siècle, elle ne disparaît jamais complètement et prend souvent d’autres voies, plus informelles, que celles de l’Internationale socialiste officielle. S’appuyant sur des recherches publiées et en cours, cette table-ronde propose d’étudier les circulations d’idées, de pratiques et d’acteurs entre les gauches européennes politiques, syndicales et associatives. Une réflexion sur leurs manières de penser et de répondre aux (nombreux) défis sociaux, sociétaux et environnementaux qui émergent après 1945 apparaît en effet particulièrement utile pour saisir, dans la longue durée, les transformations du rapport des gauches à l’international.

Table-ronde animée par Mathieu Fulla (Sciences Po Paris) et Michele Di Donato (université de Pise), avec :

  • Gerd Rainer Horn, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris : « Les Gauches et les mouvements sociaux dans les années 1960 et 1970 »
  • Emeline Fourment, Centre d’études européennes, Sciences Po Paris : « Les conditions de transnationalisation des idées féministes. Réflexion à partir des milieux libertaires montréalais et berlinois »
  • Renaud Bécot, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) : « Un nouvel internationalisme ? Les gauches et la question écologique »

18h30 : Conclusions
Marc Lazar
, professeur des universités en histoire et sociologie politique (Sciences Po Paris)

Billet original

Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Une série de billets va retracer les présentations qui se sont déroulées lors du colloque « Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide » tenu à l’Université de Rouen les 28 et 29 mars 2019.

Première partie : Internationalisme socialiste égal paix ? (1889-1914)

La modération de la première séance est assurée par Thierry Mérel de la Fondation Jean Jaurès qui introduit comme l’usage le souhait les différentes communications de la première séance « Internationalisme socialiste égal paix ? (1889-1914) ».

Elisa Marcobelli de l’Université de Rouen discute de « La IIème Internationale face aux crises diplomatiques (1889-1915). Un parcours d’apprentissage ». La communication revient notamment sur trois différentes causes des réactions du socialisme international face aux crises diplomatiques. La première s’attarde sur les institutions socialistes internationales comme étant dorénavant capables de mobiliser les ressources suffisantes en cas de guerre. La seconde cause identifiée revient quant à elle sur la question de l’opposition à la guerre qui s’affirme de plus en plus au sein des débats jusqu’à en devenir la question centrale. La troisième raison s’attarde sur les initiatives prises par le BSI ou l’Internationale ce qui implique que les idées et les pratiques des représentants socialistes peuvent diverger voire s’opposer.

Pour visionner la communication : WebTv

Andrea Benedetti de l’Université de Strasbourg revient quant à lui sur la direction de la Deuxième internationale et particulièrement sur celle du Bureau socialiste dans une communication intitulée « Le Bureau Socialiste International et les premières initiatives humanitaires : entre opposition de principe et convergence pratique pour la paix, 1900-1914 ». Une communication qui vient proroger celle d’Elisa Marcobelli. Andrea Benedetti s’intéresse ici aux liens entre le Bureau et les « pacifismes bourgeois » reprenant l’expression de Rémi Fabre. S’il s’agit d’un milieu « élitiste quoique hétéroclite » Andrea Benedetti souligne que les ligues de la paix réclament l’organisation d’un droit international et le règlement des conflits à travers des procédures d’arbitrage. Très légalistes, les leaders de ces ligues tentent particulièrement de s’affranchir des antimilitaristes et des patriotes et forment un embryon, une genèse d’une communauté internationale qui sera traduite quelques années plus tard à travers des institutions telles que la Société des nations ou l’OIT. Le premier problème qui se pose pour ces « légalistes de la paix » est celle de la définition ; il est en effet affublé de nombreux noms : bourgeois, humanitaire, humaniste, libéral, juridique ou encore légaliste recouvrant le terme de nombreuses réalités pourtant très différentes. Second problème, la question de la paix comme problématique majeure au sein de l’Internationale ne survient que tardivement et n’est traitée que sous l’angle de l’antimilitarisme. Troisième problème, avant 1900, la Deuxième internationale n’a d’existence que lors des congrès avec par extension une autonomie de chaque parti comme idée maîtresse des relations entre les partis eux-mêmes. Du Congrès de Paris en 1889 où l’idée de fin de guerre ne trouvera sa solution que dans « le triomphe du socialisme » au congrès de Bruxelles en 1891 où l’idée se précise un peu plus en intégrant notamment la variable de l’économie et jusqu’au congrès de Paris en 1900 (où sera crée le BSI), durant lequel une résolution adoptée s’inscrit en faux vis-à-vis des conférences de la paix qui « ne peuvent aboutir qu’à des déceptions fâcheuses », l’on assiste à une modélisation progressive d’une idée commune.

Pour visionner la communication : WebTv

Le professeur Paul Miller (Mc Daniel College) porte son attention sur la veille de la Première Guerre mondiale et particulièrement sur quelques grandes figures du mouvement antimilitariste à travers sa communication : « Revolutionaries Revisited: French Antimilitarists on the Verge of War ». Paul Miller revient tant sur les recherches faisant autorité que sur les publications les plus récentes. Ainsi présente-t-il les travaux des historiens tels que Julius Braunthal, Gilles Candar, Vincent Duclert, Patrice Buffotot, Romain Ducolombier et de s’arrêter notamment sur les disparités de traitement réservées à cette idée d’antimilitarisme prégnant parmi les socialistes français.

Pour visionner la communication : WebTv