Archives par mot-clé : Claudie Weill

[COMPTE-RENDU] BAUER Otto, Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie, Wien, Wien Verlag, 1907

Edition française : Bauer O., La question des nationalités, Paris, Editions Syllepse, 2017

 

Initialement pensé comme une brochure explicative à la demande de son mentor, Karl Renner, censée compléter et approfondir la question nationale développée dans l’ouvrage Staat und Nation (1899), La Question Nationale et la Social-Démocratie se révèle comme le plus puissant et le plus abouti ouvrage de réflexion du courant dit « austromarxiste ». Dépassant de loin toutes les attentes et les espérances de ses commanditaires, sa parution et sa réception permettent à son auteur de se hisser parmi les grands théoriciens de la social-démocratie européenne.

En partant d’une approche globale clairement ancrée dans le matérialisme historique de Karl Marx, Otto Bauer s’attacha, de manière rigoureuse, à définir les concepts historiques de nation, d’État et d’État multinational. En effet, à de multiples reprises, en cette période de la fin du XIXe-début XXe, la question nationale ou le moyen de faire coexister différents peuples, différentes nations au sein d’un Etat multinational (en l’occurrence la Cisleithanie), prend un tournant dramatique en raison de la montée des courants nationalistes encouragée notamment par les rivalités croissantes entre Tchèques et Allemands d’Autriche. Une montée des nationalismes qui n’épargne pas la social-démocratie et pousse donc certains de ses responsables à s’emparer de ce sujet afin de tenter d’y apporter des réponses novatrices.

L’objectif affiché de cet ouvrage est donc double. D’une part une motivation théorique et doctrinale, celle de compléter l’œuvre de Karl Marx et Friedrich Engels en menant une analyse « marxiste » du principe des nationalités là où Marx s’est limité à développer une conception matérialiste de l’histoire autour « des luttes politiques et sociales ainsi que des mutations dans l’ordre juridique et étatique en rapport avec le développement économique ». D’autre part à apporter des réponses politiques aux tensions nationales à l’œuvre dans l’Empire en cherchant justement à dépolitiser ces questions. C’est la fameuse théorie de l’autonomie nationale, que Bauer développe dans la quatrième partie de son ouvrage, en s’appuyant très clairement sur les travaux de Karl Renner, construite autour du principe de nationalité. Il s’agirait de laisser le choix au citoyen de décider à quelle nationalité il s’identifie, lequel serait inscrit sur un territoire national correspondant, et ainsi donc intégré à une corporation de droit public dont la mission serait de pourvoir aux besoins dits culturels de la nation (éducation, culture, aide juridique…). Les nations les plus faibles ne seraient alors plus sous la domination juridique et politique des plus puissantes, la lutte se déplaçant sur le champ culturel.

Les suites, nous les connaissons : l’Empire ne sut se réformer de l’intérieur, les tensions continuèrent de s’exacerber, et la Première Guerre mondiale en sonna le glas. Cependant, un échec n’est pas synonyme de défaite ou d’oubli. La redécouverte, et la réintroduction des théories austromarxistes dans le milieu universitaire français sous l’impulsion d’Yvon Bourdet dans les années 1970, la traduction de cet ouvrage phare, après maintes péripéties, enrichie d’une introduction de Claudie Weill, ainsi que de la préface à la seconde édition (1924) et des remarques parues dans Die Neue Zeit, montrent la place stratégique qu’occupe à nouveau le champ des théories des socialistes allemands d’Autriche dans l’histoire des mouvements ouvriers européens, ainsi que la pertinence contemporaine de ces écrits dans un contexte européen tenant la comparaison avec l’Autriche-Hongrie d’avant 1914 : de l’utilité de ces réflexions pour nous aider à analyser ces nationalismes, et faire office de source d’inspiration afin d’en puiser idées et concepts permettant d’apporter des réponses politiques, peut-être pas toutes novatrices, mais d’une certaine manière révolutionnaire.

 

Voir la fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Alexandre Riou
Historien

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

The archives of Georges Haupt: new research on the history of socialism

A few months ago, the Fondation Maison des Sciences de l’Homme library in Paris made public the archival fonds of historian Georges Haupt (1928-1978). This fonds includes important archives related to the history of European socialism before the First World War, especially about socialism history in Eastern Europe and the Balkans. In particular, Haupt kept a significant part of Camille Huysmans’ archives – a Belgian politician who was Secretary of the International Socialist Bureau (ISB), the governing body of the Socialist International at the beginning of the 20th century and founded in 1900. In this fonds, many unpublished documents were discovered, including correspondences between the ISB and numerous socialists in Europe and in the world. Haupt had published in his lifetime the first part of these correspondences.

In all, more than a thousand original documents that were entrusted to Georges Haupt can be found in this archival fonds, some of them being completely unpublished. This is the case, for instance, of a letter written by Hardling and addressed to Huymans about the early developments of socialism in China. This letter written in English will be translated in Chinese and published in the Yearbook of socialism (Shanghai) in 2016, in the framework of the partnership established by EUROSOC. That letter was partially quoted by Haupt himself – a letter he thus possessed – in La Deuxième Internationale et l’Orient (The Second International and the East, cowritten with Madeleine Rebérioux in 1967) but had remained in its entirety completely unpublished. Extensive research will certainly allow us to identify the same type of documents.

Georges Haupt’s archives also contain many manuscripts – some of whom are unpublished – on the history of socialism. In particular, he devoted a lot of time to working on the figure of Christian Rakovski, the socialist and then communist revolutionary. Several French researchers are thus currently working on this rich archival fonds; for example, Lucie Guesnier will defend a doctoral thesis under the supervision of Michel Dreyfus on the history of socialism in Romania in September 2016.

The readers who are keen to better know Georges Haupt’s life may refer to the special issue of the Cahiers Jaurès coordinated by Jean-Numa Ducange and Marion Fontaine (Cahiers Jaurès « Georges Haupt, l’Internationale pour méthode », Cahiers Jaurès, n° 203, January-March 2012), whose texts essentially come from a study day held at the University of Bergamo, new partner of EUROSOC.

A few biographical elements can be here reminded. Haupt was born in Romania in 1928 and died prematurely of a heart attack in Rome in 1978. He was born in Satu Mare, Transylvania, in a family of the Jewish Bourgeoisie and spent his teenage years in Auschwitz as a deported Jew. When the war ended, he first led a lightning academic career in the new Socialist Republic of Romania. After studying in Leningrad, he became a young professor at the Academy of Sciences as expert in the history of socialism, especially on the relationships between Romanian and Russian social democrats before 1914. In 1958, while attending a symposium in Paris, he decided to stay and not go back to Romania. After serious difficulties, he obtained a teaching position at the School for Advanced Studies in the Social Sciences (French: École des Hautes Études en Sciences Sociales, EHESS) and led a seminar on the history of the Second International where the best specialists of the time were invited. He defended a thesis under the supervision of Ernest Labrousse – the great economic historian and expert on the history of socialism – that was published in 1964: La Deuxième Internationale, 1889-1914. Etude critique des sources. Essai bibliographique (Translation: The Second International, 1899-1914. Critical study of the sources. A Bibliographic Essay). At the same time, he led an active publication policy, especially as part of the publishing house of François Maspero where he was the editor of the “Bibliothèque socialiste” (socialist library) collection as from 1963. The collection published many classics as well as rare material – even unknown ones – on the history of labor movements in their different sensitivities. Forty books were published in this collection, many of whom remain usable references nowadays. It is worth mentioning the whole collection[1]:

— 1. BOUKHARINE Nicolas & PREOBRAJENSKY Eugène, The Rudiments of Communism, preface by Pierre Broué, Paris, Maspero, 1963.

— 2. LUXEMBURG Rosa, Mass Strikes, Party and Trade Unions, Paris, Maspero, 1964.

— 3. LUXEMBURG Rosa, The Russian Revolution, preface by Robert Paris, Paris, Maspero, 1964.

— 4. COLLECTIF, The Bolsheviks and the October Revolution, Minutes of the Central Committee of the Bolshevik party, August 1917-February 1918, introduction by Guiseppe Boffa, Paris, Maspero, 1964.

— 5. LAFARGUE Paul, The Right to Be Idle, preface by Jean-Marie Brohm, Paris, Maspero, 1965.

— 6. HAUPT Georges, The Failed Congress: The International on the Eve of the First World War, Paris, Maspero, 1965.

— 7. COLLECTIF, Stalin Against Trotsky, 1924-1926. The Permanent Revolution and Socialism in a Single Country, introduction and selection of texts by Guiliano Procacci, Paris, Maspero, 1965.

— 8. FRÖLICH Paul, Rosa Luxemburg, Her Life, Her Work, Paris, Maspero, 1965.

— 9. FISCHER Georges, The Labour Party and the Decolonization of India, Paris, Maspero, 1966.

— 10. ADLER Max, Democracy and Workers’ Councils, translation and introduction by Yvon Bourde, Paris, Maspero, 1967.

— 11. LUXEMBURG Rosa, The Accumulation of the Capital, introduction by Irène Petit, 2 volumes., Paris, Maspero, 1967.

— 12. ARCHIVES MONATTE, Revolutionary Trade Unionism and Communism, introduction by Colette Chambelland and Jean Maitron , Paris, Maspero, 1968.

— 13. HAUPT Georges & MARIE Jean-Jacques, The Bolsheviks As They Described Themselves, Paris, Maspero, 1969.

— 14. BERNSTEIN Samuel, Auguste Blanqui, Paris, Maspero, 1970.

— 15. KOSIK Karel, The Dialectic of Hard Facts, Paris, Maspero, 1970 et 1978.

— 16. DOMMANGET Maurice, On Gracchus Babeuf and the Conspiracy of the Equals, Paris, Maspero, 1970.

— 17. LIEBKNECHT Karl, Militarism, War, Revolution, selection of texts and introduction by Claudie Weill, Paris, Maspero, 1970.

— 18. LOWY Michaël, The Theory of Revolution in Young Marx’s works, Paris, Maspero, 1970.

— 19. SADOUL Jacques, Notes about the Bolshevik Revolution, Paris, Maspero, 1971.

— 20. GRAS Christian, Alfred Rosmer and the International Revolutionary Movement, Paris, Maspero, 1971.

— 21. NETTL John Peter, The Life and Works of Rosa Luxemburg, Volume 1, Paris, Maspero, 1972.

— 22. NETTL John Peter, The Life and Works of Rosa Luxemburg, Volume 2, Paris, Maspero, 1972.

— 23. FLECHTHEIM Ossip K., The German Communist Party under the Weimar Republic, Paris, Maspero, 1972.

— 24. CONFINO Michaël, Violence in the Violence, the Debate Bakounine-Netchaïev,  Paris, Maspero, 1973.

— 25. KOLLONTAÏ Alexandra, Marxism and the Sexual Revolution, preface and introduction by Judith Stora-Sandor, Paris, Maspero, 1975.

— 26. GRANDJONC Jacques, Marx and the German Communists, Paris, Maspero, 1974.

— 27. HAUPT Georges, LOWY Michael & WEILL Claudie, Marxists and the National Issue 1848-1914, Paris, Maspero, 1974.

— 28. MAITRON Jean, The Anarchist Movement in France. I – from its origins to 1914, Paris, Maspero, 1975.

— 29. MAITRON Jean, The Anarchist Movement in France. I – from 1914 to the present day, Paris, Maspero, 1975.

— 30. HEMERY Daniel, Vietnamese Revolutionaries and Colonial Power in Indochina, Paris, Maspero, 1975.

—31. LUXEMBURG Rosa, Long Live the Fight ! Correspondence 1891-1914, Paris, Maspero, 1975.

— 32. MONATTE Pierre, The Union Struggle, Paris, Maspero, 1976.

— 33. WEILL Claudie, Russian Marxists and German Social Democracy 1898-1904, Paris, Maspero, 1977.

— 34. LUXEMBURG Rosa, I was, I am, I will be ! Correspondence 1914-1919, Paris, Maspero, 1977.

— 35. SERGE Victor & TROTSKY Léon, The Struggle Against Stalinisn, Paris, Maspero, 1977.

— 36. BOURDÉ Guy, The Defeat of the Popular Front, Paris, Maspero, 1977.

— 37. COHEN Stephen, Nicolas Boukharine, The Life of a Bolshevik, Paris, Maspero, 1979.

— 38. LOWY Michaël, Marxism in Latin American from 1909 to the present day: an anthology, Paris, Maspero, 1980.

— 39. HAUPT Georges, The Historian and the Social Movement, Paris, Maspero, 1980.

— 40. LUKACS György, Letters from the Youth: 1908-1917, selection of letters, prefaced and annotated by Éva Fekete et Éva Karádi, translated from Hungarian and German by István Fodor, József Herman, Ernö Kenéz and Éva Szilágyi, Paris, Maspero, 1981.

The list of these works allows one to measure just how much the Maspero collection contributed to socialism knowledge in the world, its theorists, and it history. As shown by these archives, many other projects existed. In other publishing houses, Haupt also published several outstanding contributions on the history of Bolshevism and the international labor movement. For example, he also coordinated a dictionary relating to the history of the Austrian labor movement. Moreover, it is interesting to note the book that he published with Michael Löwy et Claudie Weill : Les marxistes et la question nationale (reedited by l’Harmattan publishing house). This book reunited numerous texts about the controversial issue that is the nation and nationalisms in international labor movements.

Several of the most noteworthy articles are reunited in a collection published post-mortem in 1980: L’historien et le mouvement social (Maspero publishing house). An English version of this work, different from the French edition, was published and prefaced by the famous British historian Eric Hobsbawm (Aspects of International Socialism 1871-1914, Cambridge-Paris, 1986).

A study day will be held at the University of Rouen – during a EUROSOC meeting – on Georges Haupt’s archives on 7 December 2016. EUROSOC, with other partners, is engaged in a valuation process of these archives. The study day will be the opportunity to deal with the elements we have here briefly presented in depth.

Jean-Numa Ducange
EUROSOC coordinator

[1] We are using the list established by the Smolny group on the very rich website by confronting it to the Bibliothèque Nationale de France catalogue.

Full version.pdf