Archives par mot-clé : Camille Huysmans

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (2/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

La première partie peut-être retrouvée ici

Table des matières de l’ouvrage Bureau Socialiste International, op. cit.

Parmi les documents reproduits, présentés par ordre strictement chronologique, nous en trouvons de différentes typologies : comptes-rendus officiels des réunions plénières, manifestes rédigés au nom de l’ensemble du BSI, circulaires traitant de sujets d’intérêt général envoyées par le BSI à l’ensemble des partis affiliés, rapports d’activité du BSI, etc. Comme dit auparavant, Haupt choisit de présenter exclusivement des documents officiels émanant directement du BSI assumant le choix de ne pas reproduire toute une autre vaste série de documents. Ce qui manque alors ce sont les documents relatant la multitude d’échanges bilatéraux entre les membres du BSI (entre ses délégués en général et entre les membres de son Comité exécutif)[1], ainsi qu’entre les membres du BSI et les divers partis affiliés, les divers protagonistes du mouvement ouvrier et socialiste international (militants politiques, syndicalistes, coopératives, presse, élus), les divers militants des mouvements pacifistes, anti-militaristes, etc. Manquent aussi tous les documents relatant les résolutions de l’Internationale d’avant 1900, ainsi que les débats en son sein, quant aux motivations qui ont portées à la création d’un organe exécutif ; ou encore les discussions et résolutions de l’Internationale qui traitent de la place du BSI en son sein après 1900.

Le recueil se structure en deux parties. Une première partie intitulée « Documents » et une deuxième intitulée « Annexes. Rapports mensuels du Secrétariat du BSI. 1905-1907 ».

La première partie exprime davantage la grande variété de documents produits par le BSI. Malgré la présentation chronologique, plusieurs axes thématiques sont identifiables et servent de dénominateur commun à de nombreux textes. Nous avons d’abord les documents « internes » au BSI, qui concernent son fonctionnement, telle la circulaire annonçant sa création et la définition des tâches les plus urgentes (doc. 1), les documents de préparation des travaux du BSI et des congrès socialistes internationaux tant au niveau technique que politique (docs. 5, 8.2, 13, 38, 42, 43, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 54, 56), les comptes rendus des réunions plénières du BSI (docs. 10, 14, 19, 22, 24, 27, 57, 66, 69), la circulaire annonçant la nomination de Huysmans (doc. 29), les comptes rendus des réunions de la Commission Interparlementaire Socialiste (docs. 62, 71).

Nous avons ensuite des documents qui traitent des préoccupations politiques majeures du socialisme international à l’époque – documents qui sont destinés parfois à l’usage interne (BSI, partis affiliés) et parfois à l’usage externe (presse, gouvernements, société civile) -, telle la documentation sur la situation des socialistes en Russie entre fragmentation et répression (docs. 3, 12, 16.1, 18, 28, 30, 31, 32, 35, 36, 39, 41, 44, 45, 46, 53, 55, 59, 60, 61, 63, 64, 65, 67, 70), les circulaires sur l’unité socialiste en France (docs. 6, 26, 34), les protestations contre la politique coloniale et impérialiste (docs. 2, 7, 8.1, 9, 15, 33), dont la crise marocaine (docs. 37.1, 40) et la question macédonienne (doc. 68), les protestations dénonçant la situation des Noirs américains (docs. 20, 21), les manifestes apportant un soutien international aux différentes grèves (docs. 16.2, 25, 37.2), les appels annuels pour la Journée internationale des travailleurs du 1er Mai (docs. 4, 11, 17, 23, 58).

Quant à la deuxième partie, Haupt nous présente vingt documents reproduisant les Rapports mensuels du Secrétariat du BSI pour la période de février 1905 à août 1907. La pratique de rédaction de ces Rapports mensuels est l’une des nouveautés inaugurées suite à la nomination de Huysmans au poste de Secrétaire. Ils répondent à l’exigence de celui-ci de renforcer le Bureau par une hiérarchisation encore plus poussée : à travers la lecture des rapports, nous nous apercevons progressivement de comment le Comité exécutif et le Secrétariat prennent le dessus sur les réunions plénières du BSI dans un souci d’efficacité. Les rapports sont aussi l’occasion pour Huysmans d’exposer sa démarche et ses premiers succès dans la constitution d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste, ainsi que dans la constitution d’un Inventaire de tous les documents du Bureau. Les rapports contiennent également des parties classées « confidentielles » avec nombre d’informations sur l’état des finances du BSI : Huysmans établit de manière de plus en plus régulière et schématique un compte financier, présentant les cotisations reçues ainsi que l’avancement des collectes des fonds répondant aux divers appels à souscription lancés par le Bureau (pour soutenir les socialistes victimes de répression, les grévistes, mais surtout le fonds de soutien aux révolutionnaires russes). L’inégalité de participation aux charges du fonctionnement du Bureau de la part des partis affiliés émerge de l’étude des comptes financiers. Pour le reste, les rapports traitent une grande variété de questions, à la fois « internes » tels l’avancement des travaux ordinaires du BSI et des demandes d’affiliations à celui-ci, et « externes » telles que la présentation des notes, rapports et propositions reçues de la part des partis affiliés.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] Haupt publiera néanmoins deux recueils dédiés à ces échanges bilateraux : HAUPT (Georges), Correspondance entre Lénine et Camille Huysmans, 1905-1914, Paris/La Haye, Mouton, 1963 ; HAUPT (Georges), HOWORTH (Jolyon), « Edouard Vaillant, délégué au Bureau socialiste international : correspondance avec le Secrétariat international (1900-1915) », dans Annali della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, n.17, Milan, Feltrinelli, 1976, pp.219-305.

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969. (1/2)

Georges HAUPT, Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

Première partie

Dans la préface, Georges Haupt expose les raisons et la démarche scientifique d’un projet global de collecte de la documentation du Bureau Socialiste International (BSI), organe de direction de l’Internationale Socialiste depuis le Congrès de Paris de 1900. Le projet initial prévoyait la publication de quatre volumes : trois consacrés à la collection des documents produits par le BSI et se rapportant à son activité (de 1900 à 1907 ; de 1907 à 1914 ; de 1914 à 1918), ainsi qu’un quatrième proposant une étude d’ensemble sur l’histoire du BSI. La mort de Haupt, le 15 mars 1978, mis fin à ce vaste projet et seul le premier volume fut publié, recueillant les documents du BSI de 1900 à 1907.

D’abord, pourquoi un tel projet de collecte des documents du BSI ? L’intention de Haupt est de contribuer à l’essor des études sur l’histoire de l’Internationale Socialiste, qui se multiplient dans les années 1960, tout en leur fournissant une base scientifique rigoureuse via la publication des sources majeures. Son projet se veut une réponse à l’appel formulé en ce sens en 1965 par la Commission internationale d’histoire des faits et des mouvements sociaux. Haupt veut combler des lacunes scientifiques et des retards qui affectaient le travail des historiens de l’Internationale Socialiste : il prend notamment l’exemple des historiens de la Première Internationale (AIT) qui avaient déjà procédé à la publication de sources primaires[1]. Pour ce qui est des sources de l’Internationale Socialiste, Haupt reconnait que le problème principal n’est pas la carence de documentation mais son volume, qui impose une hiérarchisation de la part de l’historien. Un deuxième problème est celui de l’éparpillement des sources : les quelques travaux d’éditions sont restés souvent partiels, alors que la plupart des documents inédits se trouvent dans des archives divers (partis affiliés, dirigeants, militants, presse), parfois en exemplaire unique et/ou en état de détérioration.

Ensuite, pourquoi cet intérêt particulier pour les documents du BSI ? Haupt estime que les archives du BSI constituent une catégorie de sources toute particulière, sorte d’exception dans cette carence d’archives internes aux organisations ouvrières et socialistes. Si les archives des militants sont nombreuses, celles des organisations en tant que telles sont plus rares et sont souvent confondues avec les premières. Si la documentation du BSI fait exception, c’est grâce à l’œuvre de Camille Huysmans (1871-1968), nommé secrétaire du BSI en 1905. Huysmans, en effet, a non seulement mis en exécution la résolution du Congrès de Paris préconisant la création d’archives internationales du mouvement ouvrier et socialiste ; il a également sauvé une grande partie de documents mis en péril par les deux guerres mondiales. La documentation qui reste est donc, selon Haupt, largement suffisante pour « connaître de manière précise le fonctionnement de la Deuxième Internationale, le rôle du BSI, ses compétences, la portée de ses initiatives, les limites de son influence, la nature, l’esprit et l’orientation de ses préoccupations et de son activité »[2]. À travers l’étude des documents du BSI il est donc possible de retracer à la fois une histoire « externe » de l’Internationale, en tant qu’organisation politique visant à renforcer la coopération et la solidarité entre les socialistes à l’échelle mondiale, et une histoire « interne » de l’Internationale, par l’évolution des institutions dont elle se dote, leurs pratiques de travail, de prises de décisions, de communications, et leurs méthodes d’intervention.

Enfin, pourquoi un premier volume de 1900 à 1907 ? La réponse exige quelques précisions supplémentaires quant à l’histoire du Bureau Socialiste International. Crée suite aux résolutions adoptées au 5ème Congrès socialiste international (Paris, 23-27 septembre 1900), visant à fournir une instance exécutive à l’Internationale pour pérenniser ses travaux d’un congrès à l’autre. Le BSI a une existence problématique lors de ses quatre premières années pour plusieurs raisons : les tâches définies dans les résolutions explicitant son mandat sont à la fois limitées dans la portée et imprécises quant aux moyens concrets avec lesquels les mettre en œuvre ; les limites entre la souveraineté du BSI et celles des congrès de l’Internationale restent indéfinies ; nombre de partis socialistes tardent à rentrer dans la dynamique nouvelle inaugurée par le BSI, n’envoyant donc ni de contributions sur les questions politiques les plus urgentes ni de délégués au Bureau ; les pratiques de travail de ce dernier demeurent dans une phase d’expérimentation et certaines lacunes perturbent régulièrement son travail. C’est seulement avec la nomination de Camille Huysmans au poste de Secrétaire du BSI (« Secrétariat Socialiste International »), en 1905, que commence un véritable renforcement de ce dernier, prenant la place d’envergure qui était la sienne au sein du mouvement socialiste international. Le processus d’affirmation du BSI atteint son apogée en 1907 lorsque son Règlement et les Statuts de la Commission Interparlementaire Socialiste sont approuvés au 7ème Congrès socialiste international (Stuttgart, 18-24 août 1907). Le BSI franchit alors un cap, passant d’un simple exécutif à un véritable organisme de direction et impulsion de l’Internationale ; son contrôle sur d’autres institutions, telles la Commission Interparlementaire et la Commission des Journalistes Socialistes, en sort également renforcé. C’est ce qui explique le choix de Haupt de conclure le premier volume de collecte de documents du BSI à la veille du Congrès de Stuttgart. Pour ce qui est de sa structure interne, malgré des évolutions dans la dénomination de certaines instances ainsi que des changements quantitatifs et qualitatifs dans sa composition, le BSI fonctionne de manière hiérarchique avec des réunions plénières, un Comité exécutif et un Secrétariat (seul poste rémunéré). Les langues de travail sont trois : le français, l’anglais et l’allemand. De 1905 à 1914, le siège du BSI est à la Maison du Peuple de Bruxelles, salle 6.

Quant au contenu de l’ouvrage, Haupt nous explique les critères de sélection adoptés. Tous les documents contenant des redites ou traitant des questions purement techniques ont été écartés. Pour les comptes rendus des réunions plénières, plusieurs variantes existaient et Haupt a privilégié la reproduction des versions établies officiellement par le Secrétariat du BSI, écartant celles établies par la presse ou par les divers délégués. Les textes reproduits sont pour la plupart les originaux français des documents, ou la traduction effectuée à l’époque par le BSI lui-même.

Andrea BENEDETTI
Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] FREYMOND (Jacques), LANGFELDT (Knut), BURGELIN (Henri), MOLNÁR (Miklós), La Première Internationale, Genève, Droz, 1962, 2 vol.

[2] HAUPT (Georges), Bureau Socialiste International, vol. I, 1900-1907. Comptes rendus des réunions. Manifestes et circulaires, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969, p.16.