Archives par mot-clé : anarchisme

Mobilités de papier : les imprimes anarchistes et leurs circulations transnationales, 1880-1914

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

L’étude de la culture de l’imprimé et de ses circulations comme vecteurs d’échanges dans les mondes anarchistes et syndicalistes constitue un champ d’études en développement, qu’il s’agisse de ses modalités symboliques mais également pratiques, si complexes à déterminer.[1] La presse anarchiste communiste française et les autres types de publications associées au mouvement (livres théoriques ou de fiction, brochures, affiches) occupent une place importante dans ces circulations de papier. Ce billet explore le fonctionnement pratique de ces échanges. La presse anarchiste est connue pour la viralité de ses contenus, pour emprunter un terme désormais cher aux spécialistes d’histoire de la presse : comment, concrètement, fonctionnait cette viralité ? Mon interrogation principale ici porte sur l’acheminement des publications anarchistes d’un pays à l’autre, ce qui permet d’aborder brièvement quelques autres grandes questions. Quels obstacles entravaient la circulation, et comment étaient-ils surmontés ? Comment les « correspondances » internationales figurant dans la presse française étaient-elles obtenues et, en retour, selon quelles modalités les informations sur la France étaient-elles envoyées à l’étranger ? À travers ces diverses questions, il s’agit d’esquisser un bref état des lieux des connaissances sur les réseaux internationaux de l’imprimé anarchiste et leur fonctionnement.

 

Un tableau d’ensemble

Il faut toutefois commencer par souligner que l’on en sait davantage sur ce qui fait obstacle aux circulations que sur leur opération, c’est-à-dire avant tout la censure, les saisies de documents lors du passage des frontières (qui en revanche constituent une source importante pour les historiens), ou encore la surveillance rapprochée des « passeurs » identifiés et des distributeurs locaux. Divers inventaires quantitatifs et travaux de visualisation permettent de se faire une idée de l’importance de ces circulations en termes de volume, de distance géographique et des langues concernées, notamment le travail très conséquent de Tom Goyens sur les réseaux de correspondance du périodique allemand Freiheit[2], ou encore ma propre tentative pour visualiser et classer les circulations de textes, d’informations, d’argent, de correspondances et d’imprimés mises en œuvre par l’éditeur Emile Pouget dans la série londonienne du Père Peinard en seulement quelques mois, entre septembre 1894 et février 1895, ce qui permet de se faire une idée de l’importance constitutive de ces liens pour toutes les fonctions du journal[3]. Un projet collaboratif de très grande ampleur sur les réseaux des Temps Nouveaux (1895-1914) – à la fois tels qu’ils sont réfractés dans le journal, et réseaux de diffusion et de lecteurs – est je l’espère à venir. Au plan qualitatif, c’était un des enjeux de ma biographie récente de l’éditeur des Temps Nouveaux, Jean Grave and the Networks of French Anarchism (Palgrave, 2021) mais tout le travail de cartographie et de quantification reste à faire. Il est néanmoins clair que ce journal était internationalisé dans ses moindres recoins, avec des variations spatiales et chronologiques qui doivent être soulignées.

 

Le rôle des individus dans la circulation internationale des imprimés

Un premier point de synthèse essentiel à souligner est l’importance des individus dans ces circulations, avec divers rôles. Tout d’abord les éditeurs, qui sont les récipiendaires et organisateurs des communications dans la plupart des cas. Par exemple, dans le cas du Père Peinard, la correspondance régulière entre l’émigré français Louis Goaziou aux États-Unis et Émile Pouget a permis de tisser des liens étroits entre leurs périodiques respectifs. C’est d’ailleurs ce même Goaziou qui correspond régulièrement avec Grave et son journal Le Révolte, et qui constitue un maillon essentiel dans l’émergence du mouvement révolutionnaire franco-américain, à partir de son activisme parmi les mineurs d’anthracite de Pennsylvanie, pour reprendre les travaux de Michel Cordillot et Ronald Creagh sur la question[4], ainsi d’ailleurs que divers travaux doctoraux récents ou en cours[5]. En Afrique du Sud, on pourrait citer l’exemple du britannique Henry Glasse, installé à Port Elizabeth dans les années 1880, et qui correspondait avec Freedom à Londres et diverses publications françaises, traduisit Kropotkine et diffusait du matériel anarchiste d’origine européenne[6]. Ce rôle des individus dans un mouvement comme l’anarchisme n’est certes guère surprenant, mais il l’est un peu plus si l’on considère l’ampleur et la densité de ce maillage intense de circulations. Ce sont ces échanges individuels, soutenus ou ponctuels qui, dans la durée, ont constitué l’anarchisme comme mouvement mondial et contribué à faire de l ’internationalisme anarchiste une pratique.

 

Entre circulation transparente et contournement de la censure

De nombreuses sources suggèrent que les journaux et imprimés circulaient souvent par simple voie postale, et souvent sur abonnement. Voir l’exemple du Droit Social (Lyon), dont l’encadré en bas à gauche, montre que cette pratique des abonnements et envois vers l’étranger était déjà bien installée et a priori pas trop surveillée.

 

@Gallica

 

De même, les journaux anarchistes étaient vendus ouvertement dans les « librairies internationales », comme celles d’Achille Leroy à Paris ou Armand Lapie à Londres. Dans certains cas, néanmoins, l’acheminement était clairement problématique et nécessitait donc de nombreuses précautions pour éviter les saisies. Ainsi, les sources font apparaitre des subterfuges bien plus complexes pour permettre la circulation des périodiques : intervention d’un tiers parti, utilisation de l’antiphrase de la première à la dernière ligne dans Le Rothschild (Londres, 1891) qui concluait avec l’appel « Exploiteurs de tous les pays, unissez-vous » ; cacher cette publication dans une autre ; changer de titre à chaque numéro comme ce fut le cas du Père Peinard londonien[7].

Une autre technique rodée était bien sûr l’intervention de passeurs, par exemple des femmes ou des passeurs expérimentés comme Jacques Gross, membre de la Première Internationale et par la suite anarchiste qui reste à ce jour décrit sur le site de l’Institut international d’histoire sociale (IISG) comme « l’un des distributeurs et passeurs les plus importants de publications anarchistes et socialistes interdites, telles que L’Avant-GardeLe Révolté Freiheit and Der Sozialdemokrat[8] ».

 

Les correspondances privées entre éditeurs, traducteurs et correspondants

La carte adressée à Charles Malato par le journal uruguayen Adelante! illustre comment se met en place un échange de journaux, suivant le principe de réciprocité dans l’échange qui était fondamental pour la presse anarchiste:

 

@https://twitter.com/MundosTrabalho/status/1267557956444401670

Avec mes remerciements à Gino Negro pour le partage de ce document.

 

On note au passage l’utilisation du français comme lingua franca anarchiste, d’autant plus intéressante ici que Malato était justement l’un des compagnons multilingues qui ont tant fait pour rendre possibles ces liens transnationaux concrets, au même titre par exemple que Voltairine de Cleyre aux États-Unis, Max Nettlau ou encore Aristide Pratelle.

Cependant, là encore, il ne faut pas surestimer le multilinguisme anarchiste et la viralité des circulations : Jean Grave lui-même expliquait avoir tardé à prendre conscience de la gravité des tortures de Montjuich en Espagne car il n’avait pas pu déchiffrer la première lettre en espagnol qui lui avait été adressée à ce sujet.

Enfin, il semble clair que ces correspondances entre éditeurs et activistes pouvaient être rares mais denses ; en ce sens, on peut souvent parler de réseaux limités mais efficaces. Une même lettre de quelques pages entre deux militants pouvait ainsi assurer beaucoup de fonctions concernant les circulations financières, d’imprimés et d’informations entre plusieurs publications: renseignements sur le mouvement social international bientôt publiés, discussions théoriques et éditoriales, envois de littérature dans les deux sens et organisation des paiements afférents, informations pour la mise en vente de publications diverses dans les journaux, échanges des coordonnées de tiers partis pour se procurer d’autres publications ou informations…

 

Circulations et migrations de masse

On possède peu d’informations sur des diffusions plus massives de ces publications dans le cadre de migrations industrielles et professionnelles internationales. Par exemple, les rapports d’espions sur les périodiques produits à Londres par les exilés français suggèrent des envois de l’ordre de quelques centaines maximum, mais cela ne parait pas vraiment plausible, ou du moins pas habituel si l’on considère les modalités pratiques de la diffusion évoquées plus haut. Les réseaux aux États-Unis du Père Peinard publié à Londres semblent néanmoins s’inscrire dans des migrations de masse. Les logiques de diffusion de ce journal et des flux d’informations, d’argent et d’imprimé dans les deux sens qui l’entourent suggèrent un essaimage local. Dans un rayon de 200 miles environ autour de Pittsburg, où se trouve alors Louis Goaziou, le journal se diffusait dans des grands centres urbains dans lesquels se trouvaient déjà des groupes anarchistes immigrés ou natifs très dynamiques, ainsi que dans les centres industriels francophones du nord est.

 

Conclusion

Ces circulations s’opèrent entre légalité et illégalité, entre la transparence la plus complète sur les lieux de vente et tarifs de circulation et d’autre part, des pratiques plus secrètes concernant par exemple le nom des abonnés, jusqu’à des stratégies de contournement de la censure souvent élaborées. Ceci reflète bien sûr l’histoire de la censure et la charge subversive incarnée par les écrits anarchistes à cette période. Ce vaste chantier assez méconnu des réalités matérielles de la diffusion nécessite plus de travail sur les archives policières, en dépouillant d’autres fonds (locaux et internationaux notamment), et toujours grâce à des collaborations internationales pour bien restituer la multidirectionnalité des circulations.

 

Constance Bantman,
University of Surrey, UK

 


 

[1] Voir par exemple James Yeoman, Print Culture and the Formation of the Anarchist Movement in Spain, 1890-1915 (Londres et New York: Routledge, 2019); Andrew Hoyt, ‘And They Called Them “Galleanisti”: The Rise of the Cronaca Sovversiva and the Formation of America’s Most Infamous Anarchist Faction (1895-1912)’ (Thèse non publiee, University of Minnestoa, 2018).

[2]  Tom Goyens, ‘Freiheit: Geographical Reach of an Anarchist Newspaper (1879-1910)’, https://txgoyens.wixsite.com/tomgoyens/mapping-anarchism, Consultee le 3 décembre 2021.

[3] Carte des réseaux du Père Peinard de Londres, Google Maps, https://www.google.com/maps/d/viewer?ll=6.019079094140949%2C-37.78759179999996&z=3&mid=1fzhe9frmxJPmriv6KDZ3Viut0hc8OA3K, consulté le 3 décembre 2021.

[4] Michel Cordillot, La Sociale en Amérique, dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922 (Paris : Editions de l’Atelier, 2002), p. 201. Ronald Creagh, ‘Socialism in America: The French-Speaking Coal-Miners in the Late Nineteenth Century’, dans Marianne Debouzy (ed.), The Shadow of the Statue of Liberty: Immigrants, Workers, and Citizens in the American Republic, 1880-1920 (Urbana, Chicago: University of Illinois Press, 1992).

[5] Stacy Swiney, ‘Radicals on the Move: French Migrants in the United States, 1850-1900’ (Thèse non publiée, University of Texas at Arlington, 2021). Spencer Austin explore certains des échanges qui se nouent en Pennsylvanie, dans le cadre son doctorat en cours, sur les mouvements sociaux transnationaux en Europe et aux Etats-Unis, à l’Université de Stoney Brook aux Etats-Unis.

[6] Bantman, Jean Grave and the Networks of French Anarchism, p. 38, p. 122.

[7] Constance Bantman, The French Anarchists in London, 1880-1914. Exile and transnationalism in the first globalization (Liverpool: Liverpool University Press, 2021 (2013)), pp. 77-79.

[8] Notice de Jacques Gross sur le site de l’IISG, https://search.iisg.amsterdam/Record/ARCH00500, consultée le 3 décembre 2021.

Quand le soleil se lève à l’ouest. Les anarchistes français et la Révolution mexicaine (1911-1913)

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

 

La controverse sur la nature de la Révolution mexicaine a fait rage en 1911-1912 au sein du mouvement anarchiste français. Fallait-il s’engager dans un soutien enthousiaste, ou au contraire rester circonspect ? L’épisode apporte un éclairage sur les circuits d’information internationale à l’époque et ses médiateurs.

En France, les anarchistes et syndicalistes révolutionnaires furent les premiers, dès mars 1917, à prendre fait et cause pour la Révolution russe. Les informations fiables se faisant rares, ils scrutaient la presse bourgeoise pour y déceler les indices susceptibles d’alimenter leur enthousiasme. Cette « envie d’y croire » a été étudiée [1]. Ce qui est moins connu, c’est que ce phénomène avait eu sa préfiguration six ans plus tôt, avec la Révolution mexicaine.

La Révolution mexicaine débute en novembre 1910, sous la forme d’un affrontement armé entre deux factions de la bourgeoisie : à droite les partisans du vieux général Porfirio Diaz, à gauche ceux du démocrate Francisco Madero. Ce n’est que six mois plus tard que les anarchistes français découvrent, médusés, qu’il existe, dans cette guerre, un « troisième front », de classe, ouvert par une organisation de tendance libertaire curieusement nommée Parti libéral mexicain (PLM). Cofondé par Ricardo Florès Magon, ce PLM est dirigé par une « junte » en exil à Los Angeles, dispose d’un hebdomadaire titré Regeneración, et d’une armée de volontaires qui a planté son drapeau rouge frappé du slogan « Terre et liberté » sur plusieurs villes mexicaines… Stupeur et fébrilité.

La principale organisation libertaire française, la Fédération révolutionnaire communiste (FRC), s’engage alors : elle édite 2 000 grandes affiches exaltant violemment la « révolution sociale » au Mexique, qualifiée de « communiste » ; elle fait circuler une souscription en faveur du PLM ; elle cherche à envoyer des militants outre-Atlantique (impossible, faute d’argent) ; surtout, son hebdomadaire, Le Libertaire, suit assidûment les événements, en tâchant de les interpréter au mieux.

Ce soutien à la Révolution mexicaine n’est cependant pas unanime dans le mouvement libertaire. L’hebdomadaire de Jean Grave, Les Temps nouveaux, affiche son scepticisme et juge que l’épopée du PLM en Basse-Californie relève de ce qu’on qualifierait aujourd’hui de storytelling – au grand scandale de la FRC, qui n’a de cesse de lui opposer des preuves de la sincérité des libertaires mexicains [2].

Les deux titres s’abreuvent à des sources anarchistes différentes. Au Libertaire, on lit Mother Earth (anglophone, New York), d’Emma Goldman et Voltairine de Cleyre, L’Era nuova (italophone, New Jersey), Cultura proletaria (hispanophone, New York). Enfin, à partir de juillet 1911, le journal reçoit un service direct de Regeneración dont il peut, avec trois semaines de décalage, commenter les informations. Les Temps nouveaux, eux, s’appuient sur des correspondants aux États-Unis qui relaient parfois les dénigrements anti-PLM de La Cronaca sovversiva (Vermont, italophone).

La controverse se prolongera près d’un an, jusqu’à ce qu’en avril 1912, après que la grande voix de Kropotkine s’est prononcée en faveur du PLM, Les Temps nouveaux s’inclinent. Le Libertaire poursuivra sa chronique quasi hebdomadaire des événements, puis l’espacera courant 1913, quand la Révolution mexicaine aura pris l’aspect d’une suite de coups de main entre factions militaires [3].

 

Trois choses à retenir de cet épisode : primo, le décalage des temporalités ; secundo, l’importance des intellectuels polyglottes pour orienter le débat ; tertio, la singularité de la FRC et du Libertaire dans leur enthousiasme.

 

 

Le décalage des temporalités

Ironie de l’histoire, au moment où, en mai 1911, la FRC prend fait et cause pour les Fuerzas Insurgentes du PLM, celles-ci sont déjà quasiment vaincues, et avec elles la tentative de créer une « base rouge » en Basse-Californie [4]. Le schéma ci-dessous résume le décalage des temporalités.

 

Les grands quotidiens comme Le Matin, reliés par fil télégraphique aux principales capitales du monde, évoquaient l’actualité mexicaine environ quarante-huit heures après les faits. Les circuits de la presse militante étaient nettement plus lents et erratiques. La FRC s’informait en lisant Mother Earth, puis directement Regeneración. Cependant, certains numéros cruciaux ne parvinrent vraisemblablement jamais en France. Ainsi, un texte aussi fondamental que le Manifeste du 23 septembre 1911 où, pour la première fois, le PLM affichait son programme anarchiste-communiste, ne fut connu à Paris et publié par Le Libertaire que six mois plus tard, en mars 1912, après que Les Temps nouveaux, beaux joueurs, lui en aient transmis une traduction ! [5].

 

L’importance des intellectuels polyglottes

Dans le mouvement anarchiste d’avant 1914, plusieurs circuits d’information se superposent.

Le plus épisodique est celui des congrès internationaux : Paris 1889, Zurich 1893, Londres 1896, Paris 1900, Amsterdam 1907. Le congrès anarchiste international de Londres, en août 1914, devait débattre de la Révolution mexicaine, mais la guerre empêchera sa tenue.

Autre circuit : celui des travailleurs migrants et exilés politiques, en lien épistolaire avec leurs pays d’origine. De grandes villes cosmopolites comme Paris, Londres et New York, sont de ce point de vue des nœuds de réseau. Rien qu’entre 1909 et 1911, le mouvement anarchiste parisien a pu compter un groupe allemand, un italien, sept russes, et sans doute des Espagnols [6]. Les Temps nouveaux disposent d’un réseau non négligeable de correspondants français émigrés à l’étranger.

Un troisième circuit, enfin, est celui des intellectuels polyglottes, véritables vigies pour ce qui se passe dans les contrées plus lointaines – Japon, Chine, Amérique latine. Des gens comme le Cubain Tarrida del Marmol, le Russe Alexandre Schapiro ou le Français Aristide Pratelle en sont les meilleurs représentants. On peut y ajouter une célébrité comme Charles Malato. Lui qui, en 1896, a initié le Comité français de Cuba libre, possède des connexions en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne, et en 1908 le PLM l’a mandaté pour le représenter en Europe.

C’est Aristide Pratelle qui, le premier, en mars 1911, signale l’existence du PLM et cite Ricardo Florès Magón [7]. Quant à Tarrida del Marmol, il publiera une analyse équilibrée sur le « mouvement socialiste, expropriateur, nettement libertaire, dont le général Emiliano Zapata est le bras […] et dont l’agitateur anarchiste Ricardo Flores Magón a été l’inspirateur et reste le cerveau » [8].

 

L’« envie d’y croire » de la FRC et du Libertaire

Comme pour la Russie de 1917, l’enthousiasme pour le Mexique de 1911 donne un indice de la sincérité et de la volonté révolutionnaires des différentes tendances du mouvement ouvrier français.  À cette aune, la FRC et Le Libertaire se singularisent nettement.

Côté socialiste, la Révolution mexicaine ne rencontre guère d’écho. L’Humanité publie de rares articles de l’Espagnol Fabra Ribas, alignés sur la grille de lecture des sociaux-démocrates états-uniens, s’en tenant à un soutien au démocrate Madero. Plus à gauche, on aurait pu s’attendre à ce que La Guerre sociale, le très influent hebdomadaire de Gustave Hervé, enfant terrible de la direction du Parti socialiste, relaie la Révolution mexicaine, de la même façon qu’il avait chroniqué la Révolution portugaise de 1910. Or La GS reste muette. Un désintérêt qui ne manque pas d’être remarqué par ses rivaux de la FRC, et qui s’explique vraisemblablement par le recentrage d’un Gustave Hervé en train de se convertir au parlementarisme.

Du côté syndicaliste, les réformistes se désintéressent totalement du Mexique. En revanche, le quotidien officieux de la majorité syndicaliste révolutionnaire de la CGT, La Bataille syndicaliste, s’empare du sujet. Il appelle à envoyer des fonds au PLM, dont il surestime largement les forces [9], et salue lui aussi une « révolution communiste » [10]. Rien d’étonnant quand on sait que Malato officie à La BS et que ce quotidien joue parfois un rôle de passerelle entre la direction confédérale de la CGT et la FRC. En revanche, le mensuel syndicaliste de Pierre Monatte, La Vie ouvrière, reste muet.

Du côté anarchiste enfin, du fait de la circonspection des Temps nouveaux et du mutisme de l’hebdomadaire individualiste L’Anarchie, seule la mouvance de la FRC et du Libertaire s’engage avec passion. Pour la FRC, qui considère que, « depuis le mouvement communaliste de 1871, le mouvement le plus important pour la classe ouvrière […] est bien l’insurrection prolétarienne mexicaine » [11], la cécité de la presse de gauche et d’extrême gauche est révélatrice d’une inconséquence coupable. À quoi riment toutes les proclamations anticapitalistes si, au moment précis où une révolution sociale éclate à l’étranger, chacun détourne les yeux et change de sujet ?

Cette passion, cette envie d’y croire, on les retrouvera en 1917, quand la mouvance anarchiste-communiste sera dans les premières à saluer la Révolution russe.

 

Guillaume Davranche

 


[1]Jean Maitron, Histoire du mouvement anarchiste en France, tome II, Gallimard, 1992 ; David Berry, A History of the French Anarchist Movement, 1917 to 1945, AK Press, 2009.

[2]Pour un récit de ces échanges, on peut lire en ligne « Controverse : la Révolution mexicaine est-elle communiste ? » dans le dossier spécial Révolution mexicaine d’Alternative libertaire, décembre 2010. »

[3]« La Révolution mexicaine », Le Libertaire, 26 avril 1913.

[4]Sur cette tentative révolutionnaire, lire « Les anarchistes dans la Révolution mexicaine », dossier spécial, Alternative libertaire, décembre 2010.

[5]« La Révolution mexicaine : Manifeste de la junta du Partido Liberal mexicain », Le Libertaire du 30 mars 1912.

[6]Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’Insomniaque/Libertalia, 2014.

[7] « L’Intervention », Les Hommes du jour, 1er avril 1911.

[8] Tarrida del Marmol, « La Révolution mexicaine », Les Temps nouveaux du 2 février 1912.

[9]« Une révolution sociale va commencer au Mexique », La Bataille syndicaliste, 10 mai 1911.

[10]« Le caractère communiste de la Révolution mexicaine s’accentue », La Bataille syndicaliste, 14 mai 1911.

[11] « Au Mexique : Le communisme ou la mort ! », Le Libertaire, 2 septembre 1911.

Journée d’études “syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la communication à la “Belle Epoque”.

Après-midi d’études en ligne, jeudi 7 octobre, 14h-16h :

“Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque » “

organisée par Jean-Numa Ducange (Université de Rouen, GRHis-IUF) et Dominique Pinsolle (Université Bordeaux Montaigne, CEMMC) dans le cadre du projet EuroSoc

 

Programme :

Dominique Pinsolle : introduction

Lise Augot (Université de Rouen) : “L’impact des relations entre l’Irlande et les États-Unis et la Grande-Bretagne dans l’apparition et le développement du syndicalisme révolutionnaire irlandais, 1907-1914.”

Constance Bantman (University of Surrey, UK) : “Mobilités de papier : Les imprimés anarchistes et leurs circulations transnationales, 1880-1914”

Guillaume Davranche  (auteur de “Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre”, 2014) : “Échos de la Révolution mexicaine dans le mouvement anarchiste français (1911-1914)”

– (sous réserve) Mathieu Houle-Courcelles (PhD, Université de Laval/Université Paris 1) : “Les anarchistes du yiddishland montréalais : ancrages locaux d’un réseau transnational”

Emmanuel Plat (Docteur en histoire) : “Les connexions transfrontalières entre les  milieux ouvriers de la côte basque à la Belle Epoque. Tentatives de mise en application d’un internationalisme « circonscrit ».”

Jean-Numa Ducange : conclusions

Lien Zoom :
https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/85313482360?pwd=SW5RNlpkV1Vzd3NpT2lIRVRCcFdZQT09