Archives par mot-clé : Alexandre Riou

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Compte Rendu d’ouvrage

CABOT Bastien, « A bas les Belges ! » L’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892), Rennes, PUR, 2017.

 

Cet ouvrage fait référence à un événement oublié : les émeutes xénophobes de la part des mineurs français du Pas-de-Calais à l’encontre de leurs congénères belges en août-septembre 1892. Il ne s’agit pas d’une simple étude historique, il fait également office de manuel méthodologique d’une rigueur appréciable. Page après page, il montre sans le moindre relâchement ce que doit être le travail de l’historien, devant sans cesse questionner ses sources, se méfier des conclusions trop rapides en variant les degrés de lecture, replaçant chaque source dans son contexte historique et social. « Une histoire au ras du sol » pour reprendre l’expression de Jacques Revel.

Le cas historique que l’auteur a choisi de traiter se prête particulièrement bien à l’exercice. En effet, en août 1892, une altercation violente entre deux mineurs (l’un français, l’autre belge) dans un coron de Liévin, à la sortie d’un cabaret, va échauffer les esprits et entraîner une vague de violence à l’encontre des mineurs belges et de leurs familles. Tel un virus, cette vague de violence va se propager de fosse en fosse dans l’espace minier du Pas-de-Calais, entraînant un départ massif de nombreux mineurs belges, ainsi que de leurs familles. Dans une forme « d’effet miroir », pareilles violences se manifestèrent de l’autre côté de la frontière, rajoutant aux troubles politiques et sociaux à l’œuvre une dimension internationale.

Ne souhaitant pas céder à la facilité apparente des faits, l’auteur tente de traiter les différents aspects du sujet, les différents champs qu’il recouvre, afin d’apporter des éléments de réponse « globaux » à sa problématique, montrant que seule la prise en compte de ces aspects permet une réponse satisfaisante. Malgré cela, à aucun moment il n’entend asséner une vérité immuable, prenant toujours une distance « scientifique » vis-à-vis de ses propres conclusions.
La grande question de cet ouvrage est pourquoi. Pourquoi une simple rixe de cabaret, comme il en existe des milliers, eut de telles conséquences ? Quels éléments sous-jacents permettent d’expliquer un tel déferlement de haine à l’égard des ouvriers belges et de leurs familles, en pleine période d’essor du socialisme et du discours de solidarité internationales des travailleurs, à la base même de la doctrine véhiculée par ses théoriciens et dirigeants ?

Encore une fois, les explications avancées concourent à nuancer les schémas de pensée préétablis, prenant notamment l’exemple d’un Jules Guesde toujours prompt à tenir un discours aux forts accents internationalistes à la Chambre des Députés, mais à céder aux sirènes du nationalisme lors de ses déplacements en circonscription. Il semble que l’internationalisme ne soit en cette période qu’une utopie partagée par les dirigeants des mouvements ouvriers, mais encore peu assimilée parmi les masses laborieuses. Il invoque, toujours à titre d’illustration, des réunions organisées par des députés ouvriers du département, ainsi que par des dirigeants syndicaux afin de « calmer le jeu » auprès de leurs administrés. Ils vont eux-mêmes orienter ou travestir les revendications des mineurs dans un sens plus acceptable à l’égard des canons du socialisme, en expliquant ces phénomènes par le classique antagonisme de classe entre le prolétariat et les compagnies privées, cassant le mouvement syndical en embauchant des ouvriers belges prêts à travailler davantage pour des salaires moindres. S’appuyant notamment sur des sources de police, l’auteur peut relativiser cette explication en montrant que lors d’une réunion non autorisée, à laquelle les élus et responsables syndicaux n’assistèrent pas, les discours et les revendications devinrent beaucoup moins « policées » et prirent très nettement des relents « nationalistes », pointant la nationalité des ouvriers belges comme le problème central.

L’un des grands apports de l’historien Bastien Cabot est justement cette capacité de décodage de discours « ré-encodés » par les dirigeants syndicaux et politiques, développée dans un second temps, nous livrant une histoire sociale et nous plongeant dans l’état d’esprit réel des mineurs, et non pas seulement ce qui nous fut rapporté par les articles de presse ou les communiqués.

Examinons un peu plus largement cette thématique de la nationalité, ainsi que ce décalage entre les discours des responsables et les exigences « crues » de la base ouvrière. Cette thématique de la question nationale et du mouvement ouvrier, à propos de laquelle nous avons travaillé pour l’aire géographique de l’Europe centrale (plus spécifiquement la partie autrichienne de l’Europe Habsbourg), autorise quelques rapprochements . Un parallèle intéressant peut être dressé avec les querelles nationalitaires au sein de l’Autriche-Hongrie qui se déroulèrent au même moment entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Les troubles nationaux étaient au cœur des problématiques politiques de l’Empire, et n’épargnèrent pas la social-démocratie autrichienne, alors la deuxième plus puissante d’Europe, derrière sa cousine allemande.

Cette social-démocratie autrichienne connut, pour des raisons certes différentes, des tensions voire des « affrontements » nationaux sur fond de mépris des slaves et de sentiment de supériorité germanique. Les sources que nous avons pu étudier (presse ouvrière, réclame électorale, comptes rendus de congrès) font aussi apparaître un discours édulcoré de la part des élites du parti, mésestimant peut-être la force du phénomène, son enracinement dans la base, afin de maintenir le projet internationaliste, base idéologique du socialisme, ou tout du moins le cadre politique de la Double-Monarchie. Nous pensons également à cette lettre du dirigeant Viktor Adler, à son homologue allemand August Bebel, écrite en 1911 : « le mythe selon lequel nous autres, sociaux-démocrates, serions immunisés contre le nationalisme est définitivement détruit », montrant bien le caractère européen de ce phénomène nationaliste dans les rangs ouvriers, même si les causes spécifiques demeurent distinctes pour les différents cas.

Une histoire transnationale de ces phénomènes n’est-elle à pas écrire ? A la fin de son ouvrage, Bastien Cabot établit une similitude pertinente avec la tragédie d’Aigues-Mortes, survenue en 1893, contre les immigrés italiens cette fois, attestant du caractère non anecdotique du Pas-de-Calais. Même si, derechef, et il prend le soin de le faire, chaque événement doit être traité de manière propre, afin d’en dégager les spécificités et ne pas tirer de généralisations hâtives, cet exemple nous montre combien le cas belge qu’il étudie n’est pas isolé.

Pour conclure, voilà un ouvrage riche, traitant le sujet de manière rigoureuse et globale, allant jusqu’à consacrer sa dernière partie à ces belges retournant « à Ithaque », tentant de se réinsérer dans ce pays qu’ils avaient fait le choix de quitter, pensant trouver de meilleures conditions de travail de l’autre côté de la frontière… Quitte à retenter l’expérience ultérieurement d’une nouvelle migration !

Alexandre Riou

Vous pouvez retrouver la fiche éditeur ici.

1917, Les révolutions russes : regards des socialistes Français et Européens

Inscription en ligne : cliquez ici.

Le 31 juillet 1914 Jaurès est assassiné, la guerre qui commence sépare les socialistes européens. Tous en grande majorité entendent défendre leur patrie et son indépendance, seule une minorité de socialistes, les Serbes et les Russes, prêchent le défaitisme révolutionnaire. Subissant défaites sur défaites, la Russie tsariste est à la fin du mois de février 1917 vigoureusement secouée par des manifestations qui virent rapidement à l’insurrection, puis à la Révolution. En France, l’abdication du tsar est saluée par les organisations ouvrières et socialistes avec enthousiasme. La révolution de février ouvre un nouveau champ des possibles, notamment celui en direction de la paix, mais remet également à l’ordre du jour la question sociale, l’émancipation, et interroge les schémas révolutionnaires. La Russie paysanne, peu développée, sans tradition démocratique, sortant de trois siècles d’autocratie tsariste peut-elle brûler les étapes et déboucher sur une révolution socialiste ? A cette question les plus radicaux des sociaux-démocrates russes, la fraction bolchevique réunie autour de Lénine, répondent positivement en octobre en s’emparant du pouvoir par un coup de force. Le bolchevisme se présente alors comme la seule voie possible vers la conquête du pouvoir et le socialisme. Il devient aussitôt le socle sur lequel le mouvement socialiste international se divise durablement pour aboutir aux scissions de l’année 1920.
Le 12 octobre, une journée d’études propose de revenir, en trois tables-rondes, sur les temps forts de la séquence historique ouverte par les Révolutions de février et d’octobre 1917 en Russie et d’interroger les regards que portent les partis socialistes et des dirigeants socialistes, français et européens, sur ces événements.
Cette journée d’études propose de revenir, en trois tables-rondes, sur les temps forts de la séquence historique ouverte par les Révolutions de février et d’octobre 1917 en Russie et d’interroger les regards que portent les partis socialistes et des dirigeants socialistes, français et européens, sur ces événements.

Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès est assassiné, et la guerre qui commence divise les socialistes européens. Tous en grande majorité entendent défendre leur patrie et son indépendance, seule une minorité de socialistes, les Serbes et les Russes, prêchent le défaitisme révolutionnaire. Subissant défaites sur défaites, la Russie tsariste est à la fin du mois de février 1917 vigoureusement secouée par des manifestations qui virent rapidement à l’insurrection, puis à la révolution. En France, l’abdication du tsar est saluée par les organisations ouvrières et socialistes avec enthousiasme. La révolution de février ouvre un nouveau champ des possibles, notamment celui en direction de la paix, mais remet également à l’ordre du jour la question sociale, l’émancipation, et interroge les schémas révolutionnaires. La Russie paysanne, peu développée, sans tradition démocratique, sortant de trois siècles d’autocratie tsariste peut-elle brûler les étapes et déboucher sur une révolution socialiste ? À cette question les plus radicaux des sociaux-démocrates russes, la fraction bolchevique réunie autour de Lénine, répondent positivement en octobre en s’emparant du pouvoir par un coup de force. Le bolchevisme se présente alors comme la seule voie possible vers la conquête du pouvoir et le socialisme. Il devient  aussitôt le socle sur lequel le mouvement socialiste international se divise durablement pour aboutir aux scissions de l’année 1920.

Cette journée d’études est organisée par la Fondation Jean-Jaurès, la Fondation Gabriel Péri, l’OURS, le Musée de l’histoire vivante, la Société d’études jaurésiennes, le projet Eurosoc (IRHIS-GRHIS Rouen) et le programme Paprik@2F.

Elle s’inscrit dans le cadre de l’exposition présentée jusqu’au 31 décembre 2017 à Montreuil au Musée de l’histoire vivante, « Les révolutions russes vues de France ».

9h30 : Accueil

9h45 : Introduction scientifique
Alain Bergounioux, président de l’OURS, administrateur de la Fondation Jean-Jaurès

10h : Intervention préliminaire
Romain Ducoulombier, docteur en histoire, lycée Angellier (Nord) : Les socialistes dans la tourmente : la SFIO et la guerre 1914-1917

10h30-12h : Table 1. Février 1917 : les socialistes français face à l’événement

Table-ronde présidée par Éric Lafon, directeur scientifique du Musée de l’histoire vivante
Rapporteur : Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes

  • Adeline Blaszkiewicz Maison, doctorante, université Paris 1 Panthéon Sorbonne (CHS XXème siècle) : « Albert Thomas et les révolutions russes : de l’espoir de février à l’antibolchevisme d’octobre »
  • Denis Lefebvre, secrétaire général de l’OURS : « Marcel Sembat face aux révolutions russes »

Discussion

14h-15h45 : Table 2. Les socialistes européens face aux révolutions russes

Table-ronde présidée et animée par Jean-Numa Ducange, maître de conférences à l’université de Rouen, Fondation Gabriel Péri

  • Elisa Marcobelli, docteur en Histoire, EHESS : « Les socialistes italiens et les révolutions de 1917 »
  • Bastien Cabot, docteur en histoire, EHESS : « Itinéraires croisés de la gauche belge en Russie révolutionnaire (1917-1921) »
  • Alexandre Riou, historien, université de Rouen : « Regards des socialistes tchèques sur les événements d’octobre 1917 »
  • Lucie Guesnier, docteur en histoire, université Paris 1 Panthéon Sorbonne : « Les socialistes roumains et le projet de Confédération balkanique socialiste pour la paix »
  • Andréa Benedetti, doctorant, université de Strasbourg : « Le Bureau socialiste international et les révolutions de 1917 »

Discussion

16h15-17h45 : Table 3. La Révolution d’Octobre et la vie du socialisme français

Table-ronde présidée et animée par Jean Vigreux, professeur, université de Bourgogne

  • Gilles Candar, président de la Société d’études jaurésiennes : « Jean Longuet : prudence et sympathie »
  • Julien Chuzeville, historien : « Fernand Loriot »
  • Frédéric Monier, professeur, université d’Avignon : « Léon Blum : aux origines d’un antibolchevisme fondateur »

Discussion

17h45 Conclusion
Sophie Cœuré, professeure, université Paris Diderot

 

___________________________________________________________________________

Dates
12 octobre, 9h30 – 18h

Lieu
Fondation Jean-Jaurès, 12 Cité Malesherbes, 75009 Paris

Organisateur
Fondation Jean Jaurès

Inscription en ligne : cliquez ici.

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai, April 2017)

A First Assessment of the EUROSOC Project/April 2017 (Shanghai,  Academy of Social Sciences CASS – Institut of Chinese Marxism, 28 April 2017)

 Second to the left : Professor Fang Songhua (director of Institut of Marxism), then Jean-Numa Ducange, Serge Wolikow, Xu Juezai (director of the journal Yearbook of World Socialism), Chen Xianqing, Ma Lyia. 

Launched in February 2016, the EUROSOC project set several objectives, the first of which was to establish a network of researchers on the history of socialisms for the period 1870-1914, without excluding an interest for a broader chronology. From its early stages, the project has developed links with diverse university structures and foundations  sharing a strong interest for this object. In addition to the colleagues from the University of Rouen and Le Havre, colleagues from foreign universities (Denmark, Italy, Germany, and China predominately) and from other French universities (Dijon, Strasbourg, EHESS[1], Paris 1 among others) participated in several meetings and seminar sessions. The Jean-Jaurès and Gabriel-Péri Foundations supported several initiatives. The Consortium Mondes Contemporains (Consortium “Archives of the contemporary worlds”) also intensively supported the project, particularly for the document digitization projects; we shall return to this point later. It is worth noting that the project was enhanced within the framework of the seminar for Master students called “French revolution, Revolutions of the 19th-21th centuries” coorganized by Michel Biard and myself at the University of Rouen and where, for example, Emmanuel Jousse – the author of a noteworthy thesis on the history of reformist socialism in France – took part in it. The seminar also hosted a full-day session dedicated to historian Georges Haupt and his archives.

The EUROSOC notebook

Here, I shall already underline several concrete implementations. First, the EUROSOC online notebook has been regularly supplied with high-quality posts, published almost every week and covering the various aspects of the project : bibliography, historiography, information content (publications of books on the topic), brief reports of speeches coming from study days, reports of research studies defences (master, thesis), etc. Most of the posts are in French but a significant number of them were translated in English for the sake of internationalisation. The general coordination of this notebook, which will soon lead to the creation of a denser and stronger website, was entrusted to Frank-Olivier Chauvin, a doctoral student since September 1st 2016 under Michel Biard’s and my supervision.

Master’s degrees and doctorates

Several students were able to write their Master’s thesis in relation to this project (among the most active ones were Alexandre Riou on the history of Czech socialism and Frank-Olivier Chauvin on the revolutionary tradition in the Ottoman Empire). Other ongoing and upcoming Master’s theses, as well as several theses projects under development, are within the project’s perspective. Doctoral students and doctors are now already part of the EUROSOC project. This is evidenced, for example, by the publication of several posts by Andrea Benedetti, a doctoral student at the university of Strasbourg, or Elisa Marcobelli, doctor of the EHESS. Lastly, it should be noted that Pierre Alayrac took part in our activities – Pierre Alayrac is the 2016 Jean-Jaurès Foundation award recipient and the author of a Master’s thesis on the 1896 London Congress which he defended at the École Normale Supérieure under Blaise Wilfert-Portal’s and my supervision.

Digitization

In terms of document digitization, two archival fonds were treated thanks to the EUROSOC funds. The first one is a part of the Pierre Renaudel fonds (kept at the Jean-Jaurès Foundation) which contains unpublished archives on the establishment of socialism in Normandy for the period 1899-1905, particularly on the history of the French Socialist Party. The richness of this fonds has already been emphasized and is currently being exploited by Florent Godguin, history and geography teacher and collaborator of the EUROSOC project. This exploitation will soon lead to a university Master’s thesis.

The other digitized fonds corresponds to the international vocation of EUROSOC: the fonds of Romanian historian Georges Haupt. It contains numerous original documents from the Socialist International (The Second International before 1914) and notably a part of the correspondence of the International Socialist Bureau that Haupt had recovered from Camille Huysmans. Its scientific promotion is ongoing, notably thanks to Lucie Guesnier, doctor from the University of Paris 1 and author of a noteworthy thesis on the history of Romanian socialism before the First World War.

Translation

On this matter, regarding the successful cooperation, I wish to underline the active participation of our colleagues from the Institute of Marxism of the Shanghai Academy of Social Sciences. A letter written by Hardling and addressed to Huysmans about the early developments of socialism in China – a letter in English in the Haupt fonds – was translated in Chinese and published in the Yearbook of socialism (Shanghai) in 2016, as part of the partnership established by EUROSOC. This letter was partially quoted by Haupt himself – a letter he thus possessed – in La Deuxième Internationale et l’Orient (The Second International and the East, cowritten with Madeleine Rebérioux in 1967) but had remained in its entirety completely unpublished. Ma Lyia, a colleague of the Academy, has published in the journal Austriaca (edited by Rouen Press University) a very interesting article about the reception of Otto Bauer’s theory in China.

The acquisition of works

At the bibliographical level, the fonds led to the acquisition of rare journals and books related to the history of socialism. Examples include several volumes of the collection “Historical materialism” published by Brill or the last copies of the journal Beiträge Zur Marx-Engels Forschung. It is a journal devoted to Marx and the marxisms and which contains important historical input on the history of the archival centers related to the socialist movement.

2017-1018

In anticipation, the EUROSOC project intends to continue its activities in the same fields by diversifying the places of its seminar sessions and holding them in several sites. The document digitization will continue in order to further enhance regional and international resources that are still hard to access for researchers. On this matter, the cooperation between the archival centers will have to be strengthened. At the end of the project, EUROSOC will organize in September-October 2018 a symposium which should emphasize the different levels of integration of the project; various historians from several countries will for instance be invited. Publications are also under study, along with the possibilities to perpetuate the project.

[1] The School for Advanced Studies in the Social Sciences (French: École des hautes études en sciences sociales).