Élément bibliographique (2/2)

Nous vous proposons ici des travaux soutenus ou en cours.

Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire, Thèse de doctorat sous la direction de Richard MARIN, Université Toulouse Jean Jaurès, 2015.

 

Pour ce qui est de son parcours en France, Vauthier a connu un itinéraire révélateur d’une certaine sensibilité française, autant comme ingénieur et membre de l’élite technique du pays, que comme fouriériste et quarante-huitard. En tant que grand défenseur du développement technique, son activité d’ingénieur semble comporter une vision libérale du monde et de l’industrie. Puis, politiquement, c’est après 1848 que son radicalisme républicain s’affiche clairement dans l’opposition au gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte et où sa trajectoire est bien représentative d’une certaine culture politique française quarante-huitarde et bourgeoise. Au moins jusqu’à sa sortie de prison, Vauthier était au cœur de l’opposition républicaine et, restant parmi les principaux prisonniers politiques français, il a entretenu des rapports étroits avec des personnalités de la gauche de diverses sensibilités politiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs de la prison. Puis, à partir de la Commune et pendant la Troisième République, dans une période où la nouvelle génération républicaine avait pris le devant de la scène, son parcours, représentatif du sort des « vieilles barbes », échappe, en même temps, aux étiquettes politiques utilisées pour la période.

En effet, à force d’être exemplaire dans différents domaines, son itinéraire a fini par avoir une certaine originalité, de sorte que les étiquettes le plus souvent utilisées pour le situer politiquement et professionnellement, ne tiennent pas toujours compte de la complexité de son cheminement. En effet, son positionnement politique et sa carrière d’ingénieur oscillent entre deux sensibilités distinctes. Non seulement sa carrière hybride le fait balancer entre le monde des ingénieurs d’État et celui des ingénieurs civils, mais, par ailleurs, son réformisme social n’est pas toujours facile à classer parmi les différentes sensibilités de la gauche française de l’époque. Fouriériste, en même temps proche des dirigeants et critique envers certaines directives de l’École sociétaire, Vauthier a un engagement parfois discret, parfois enthousiaste. De même, bourgeois et soucieux de son enrichissement personnel, il était aussi très préoccupé par la question ouvrière, même s’il n’a jamais été révolutionnaire. Pendant la Commune, il ne peut être classé ni comme Versaillais, ni comme Communard, mais plutôt parmi ceux qui, tout en défendant une certaine autonomie de Paris, ont, jusqu’à la fin, tenté la médiation pour éviter la guerre civile. Enfin, sous la Troisième République, il n’a jamais été simple de le classer chez les Radicaux ou les Opportunistes. Marqué par le fouriérisme pendant toute sa vie, Vauthier avait, d’une part, certains positionnements qui pourraient être considérés comme très radicaux et progressistes. C’est le cas, par exemple, de sa position sur le droit des femmes, la laïcité, le droit au travail et la question de l’association des travailleurs. Cependant, l’ingénieur n’a jamais été un révolutionnaire, mais plutôt un légaliste, un réformateur social, largement préoccupé par les questions techniques. Ainsi, d’autre part, il était aussi très modéré sur certains sujets et reconnaissait les progrès de la Troisième République, tout en restant très critique envers ceux qui choisissaient la voie de la révolution.

Face à ce parcours si riche, et partagé entre le Brésil et la France, nous nous sommes également intéressées à la manière dont la mémoire de Vauthier a évolué dans les deux pays concernés. En France, après son décès, l’invisibilité du personnage s’est rapidement installée, et ce jusqu’à aujourd’hui. Si le fait de ne pas être un personnage de premier plan chez les quarante-huitards est un aspect à prendre en compte, la mauvaise réputation de la Révolution de 1848 joue également un rôle important dans l’invisibilité des hommes de sa génération. Même la grande visibilité de Vauthier au Pernambouc à partir des années 1940 n’a pas éveillé l’intérêt des chercheurs français pour le personnage.

En réalité, au Brésil, la mémoire de Vauthier s’est construite après la découverte de son journal intime tenu au Pernambouc et de la publication du livre de Gilberto Freyre sur son parcours à Recife. Ainsi, tout au long du XXe siècle, l’image du Français comme bienfaiteur de la ville a souvent été réactualisée et, tout en restant associée au grand sociologue, elle s’est étendue au-delà des milieux universitaires. Il existe en effet, aujourd’hui encore, une véritable instrumentalisation de l’image de Vauthier au Pernambouc. Ici aussi, c’est un bilan mitigé qui ressort. D’une part, peut-elle être considérée comme une sorte de « mémoire obligée » définie par Paul Ricœur dans le sens d’un « devoir de mémoire » d’une région souvent négligée au niveau national. En ce sens, la notion de dette et de nécessité de reconnaissance de ses valeurs et de son histoire dans l’ensemble du pays apparait comme légitime. D’autre part, en tant que mémoire d’élite, les usages de personnages comme Vauthier servent à légitimer le pouvoir des traditionnelles élites du Nordeste.

Enfin, l’idée principale qui ressort de cette thèse est que Vauthier est un personnage de l’entre-deux, difficile à classer. Et ces « entre-deux » sont nombreux. Entre-deux pays d’abord, mais il est aussi de l’entre-deux par sa carrière d’ingénieur, par son positionnent politique, par les modalités de son engagement fouriériste et même par la façon dont sa mémoire s’est construite. Enfin, Vauthier est aussi un homme de l’entre-deux par les résultats de son action, qui se prêtent à des interprétations du progrès et de la justice sociale qui s’inscrivent tant dans un courant libéral, un discours messianique et impérialiste à la française, que dans une pensée socialiste et humaniste.

 

Emanuele Carvalheira de Maupeou
Maître de conférences
Université de Rouen-Normandie

 


Doctorat en histoire – Université Toulouse Jean-Jaurès

Titre de la thèse : « Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire. »

Date de soutenance : le 11 septembre 2015

Directeur de thèse : Richard MARIN, Professeur d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Membres du jury :

Christine Rufino DABAT, Professeur d’histoire, Université Fédérale du Pernambouc (UFPE), Brésil (rapporteur)

Socorro FERRAZ, Professeur d’histoire, Université Fédérale du Pernambouc (UFPE)

Didier FOUCAULT, Professeur d’histoire, Université Toulouse Jean Jaurès

Laurent VIDAL, Professeur d’histoire, Université de La Rochelle (rapporteur)

Mention : Très Honorable avec Félicitations du Jury

Élément bibliographique (1/2)

Nous vous proposons ici des travaux soutenus ou en cours.

Emanuele Carvalheira de Maupeou, Louis-Léger Vauthier : un ingénieur fouriériste entre France et Brésil. Histoire et mémoire, Thèse de doctorat sous la direction de Richard MARIN, Université Toulouse Jean Jaurès, 2015.

Résumé :

Cette thèse est une étude biographique de l’ingénieur français Louis-Léger Vauthier, de sa jeunesse à sa postériorité mémorielle. Cet ingénieur fouriériste a activement participé à la vie sociale et politique de son pays tout au long du XIXe siècle, mais est devenu célèbre par son passage, dans sa jeunesse, par le Pernambouc, dans le Nordeste du Brésil. En France, ce représentant de l’élite technique – polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées – a eu, parallèlement à sa carrière professionnelle, un engagement politique qui, à plusieurs reprises, a joué un rôle central dans ses choix et sa trajectoire de vie. Vauthier était un militant fouriériste actif et proche du noyau dirigeant de l’École sociétaire. Grâce à cet engagement politique, en 1849, il s’est fait élire représentant du peuple dans le département du Cher, mais, la même année, il a été condamné dans l’affaire du Conservatoire des Arts et Métiers, proscrit, et après plusieurs années de prison et d’exil, il a fini sa carrière politique comme conseiller municipal à Paris, sous la Troisième République.

Cependant, cette trajectoire n’a pas permis à Vauthier de sortir de l’anonymat dans son pays. C’est au Brésil, plus particulièrement à Recife, que Vauthier deviendra un personnage connu. Dans cette ville, où il a vécu à peine six ans, de 1840 et 1846, il avait été embauché pour diriger les travaux publics de la Province du Pernambouc. Il a été l’un des grands responsables des réformes de modernisation et d’urbanisation de la région, parmi lesquelles la construction du grand théâtre de la ville, qui lui a conféré une grande visibilité. Dans cette société rurale qui connaissait à ce moment-là un élan d’urbanisation, Vauthier a non seulement bâti des édifices, mais il a également introduit une rationalisation technique dans la manière de construire, il a participé à la vie sociale et politique des élites locales, a diffusé des idées fouriéristes parmi ses membres et s’est trouvé mêlé aux querelles du pouvoir local.

Explorer le parcours de Vauthier est donc apparu comme la possibilité d’explorer un vaste champ de recherche concernant tant l’histoire de la France que celle du Brésil, ou encore celui des échanges entre ces deux pays. À partir des deux entrées principales qui ressortent de sa trajectoire de vie, c’est-à-dire sa carrière d’ingénieur et sa trajectoire politique et intellectuelle, l’objectif proposé a été de placer cette étude dans le cadre de l’histoire sociale en considérant le personnage comme un révélateur, un cristallisateur de contradictions inhérentes aux sociétés étudiées. En mettant l’accent sur le réseau personnel de Vauthier, sur son rôle de passeur et sur sa postériorité mémorielle, la démarche a pris également en compte les contributions de l’histoire culturelle et des rapports entre histoire et mémoire.

Ce qui ressort de cette étude est que le bilan des actions de Vauthier est complexe et mitigé. Tout d’abord, en ce qui concerne le Brésil, il est indéniable qu’il a été le passeur d’une certaine rationalité technique et des idées socialistes au Pernambouc, et ce rôle de passeur est perceptible tant dans son activité d’ingénieur-en-chef que dans sa propagande fouriériste. Il agissait en accord avec ses convictions et cherchait à promouvoir le « progrès » de la société locale, un « progrès » basé sur la modernisation technique, la valorisation des travailleurs libres et la construction d’une classe moyenne solide. Toutefois, en voulant s’éloigner des secteurs les plus agraires et traditionnels de l’élite locale, Vauthier s’est rapproché des secteurs urbains, formés tant par des professeurs et des diplômés en droit que par des riches commerçants de Recife. Avec ces hommes, Vauthier s’est impliqué dans des projets de promotion de « l’esprit associatif », par le biais de la formation de compagnies d’investissements, et a trouvé des financements pour la majorité des projets pour lesquels il a travaillé au Brésil. D’une part, certaines des personnes touchées par son activité de propagande, ont fait partie, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, des secteurs les plus avancés de l’élite locale, qui défendaient des réformes ambitieuses pour le pays, en particulier au sujet de l’abolition de l’esclavage. D’autre part, les commerçants fortunés, financeurs des travaux publics du Pernambouc, étaient également trafiquants d’esclaves, dans une période où la traite atlantique était déjà interdite au Brésil. Il y a donc un lien clair entre le projet de modernisation promu par Vauthier et la traite négrière.

De même, l’action de Vauthier au Pernambouc cristallisait beaucoup des contradictions existantes dans les rapports établis entre la France et le Brésil. Il est indéniable que son action a été le fruit d’une vraie croyance dans un projet de réforme sociale. Toutefois, ceci n’a pas empêché qu’il devienne un instrument au service d’un projet des élites francophiles brésiliennes qui sélectionnaient et s’appropriaient de certaines idées françaises en fonction de leurs propres intérêts. En même temps, son comportement en dit long sur un certain discours messianique français, basé sur une volonté d’exporter son modèle culturel de par le monde. Ainsi, les activités de l’ingénieur au Brésil contiennent en même temps les idéaux de progrès social venant de l’Hexagone et une pensée impérialiste s’appuyant sur un certain libéralisme à la française.

 

Emanuele Carvalheira de Maupeou
Maître de conférences
Université de Rouen-Normandie

Numérisation des archives du BSI, le fonds George Haupt

Fin 2017, notre partenaire de la FMSH a mis en ligne près d’un millier de documents d’archives du Bureau Socialiste International (BSI), organe de la Deuxième Internationale. Cette numérisation a été rendue possible par le projet EuroSoc.
Vous pouvez retrouver à ce propos trois billets consacrés à cette opération de numérisation sur le carnet de notre partenaire :

Ces documents furent donnés à l’historien Georges Haupt par Camille Huysmans, secrétaire durant près de 17 ans de la Deuxième Internationale et permettent de rendre compte de la richesse des échanges entre les différents partis socialistes en Europe mais plus largement à l’échelle mondiale. Outre la possibilité de proposer une analyse croisée, ces documents permettent également d’en étudier le fonctionnement interne.  sur son évolution, son rôle, ses objectifs et moyens d’action. C’est également se rendre compte de son activité quotidienne, de son organisation tant en interne qu’à l’externe et des réactions face aux événements majeurs du début du XXe siècle. Participer à une telle entreprise de numérisation d’un acteur aussi central que le BSI, c’est pouvoir disposer de documents précieux pour l’analyse des mouvements socialistes. Plusieurs documents sont ainsi disponibles : correspondances entre les différentes personnalités et responsables des partis adhérents ou souhaitant le devenir, lettres circulaires pour la tenues des réunions, manifestations et transmission les décisions, minutes des congrès et des réunions, ainsi qu’un ensemble de documentations dont se servait Camille Huysmans afin de demeurer toujours au fait de l’évolution des partis socialistes. Les archives reçues par Haupt, attestent de la régularité et de la précision avec lesquelles Camille Huysmans classait chacun de ces documents. L’historien de la Deuxième Internationale a ainsi pu établir un tri au regard de ses axes de recherche et par ordre chronologique. Ainsi n’est-il pas rare de croiser dans les documents Huysmans ceux de l’historien. L’indexation fut au centre des interrogations -et des difficultés- des archivistes. Exemple est donné avec la multiplicité des noms des partis socialistes. Ainsi trouver une « forme normalisée de chaque (parti) socialiste d’Europe » fut dès lors un enjeu significatif. Pour ce faire, les archivistes ont su compter sur deux ouvrages centraux : l’index publié dans Haupt, George. La deuxième Internationale 1889-1914, Paris, La Haye, Éditions Mouton & Co, 1964, 394 p. ; ainsi qu’une seconde référence conseillée par des historiens lors d’une séance du séminaire d’EueroSoc : Lamb, Peter. Historical dictionary of socialism. Lanham : Rowman & Littlefield, 2016, 601 p. Landry Riche de rappeler, afin d’illustrer l’ampleur de la tâche que 83 noms d’organismes et 212 noms de personnes sont utilisés.

Les différents billets rédigés par Landry Riche permettent de revenir tant sur les difficultés associées à ces opérations de numérisation et d’archivage que sur l’utilisation de la plateforme Nabu sur laquelle sont déposées les différents documents que nous venons d’évoquer. Nous ne pouvons que vous en recommander une lecture attentive.

EuroSoc tient à remercier tout particulièrement Julien Pomart et Landry Riche des archives de la FMSH.

European Socialism | Socialisme européen