Archives de catégorie : Normandie / Normandy

Le GRR EuroSoc a également pour objectif de valoriser la recherche normande et dispose pour cela d’une catégorie particulière pour cette région.

Pierre Renaudel, socialiste normand (2/2)

Vous pouvez retrouver la première partie ici.

 

Plusieurs autres documents évoquent la préparation de ces élections, avec l’organisation de la campagne électorale : ces éléments sont connus grâce aux procès verbaux des réunions de la « concentration socialiste ». Des « souscriptions » dont chaque groupe doit s’acquitter et « des soirées et causeries familiales » sont envisagées pour permettre de financer la campagne[1]. Cette organisation matérielle de la campagne électorale est assurée par une commission électorale dirigée par Renaudel dès le 22 janvier[2]. Par ailleurs, la décision de présenter une liste socialiste semble motivée par le contexte social dans le département avec les conflits menés dans l’industrie textile : « nos candidats sont des syndiqués connus comme militants du socialisme ou de l’action syndicale, c’est à dire qu’ils représentent l’élément du travail dans sa plus haute expression[3] ».

La venue de Jean Jaurès à Rouen le samedi 2 juillet 1904[4] pour une conférence sur la Séparation des Eglises et de l’Etat est un moment important de la vie militante des socialistes de Seine-Inférieure. Pierre Renaudel préside la conférence en tant que délégué à la rédaction du Peuple. Organisée conjointement par L’Humanité, Le Peuple de Rouen et le Groupe socialiste rouennais, cette conférence[5] rassemble près de 2600 citoyens parmi lesquels figurent de nombreux délégués des différentes organisations ouvrières (coopératives et syndicats) et des conseillers municipaux socialistes de la région. Dans un contexte où la collaboration entre radicaux et socialistes fonctionne au niveau parlementaire avec la Délégation des gauches, le dialogue semble rompu à Rouen. En effet, l’absence des « notabilités radicales » est soulignée dans le compte-rendu de la conférence. Jaurès essaie d’expliquer cette situation en évoquant la situation locale où les radicaux sont considérés comme « mous et hésitants » et semblent avoir peur de la pénétration des idées socialistes qui peuvent « effrayer les masses ». Après la conférence, Pierre Renaudel invite tous les socialistes présents à adhérer au Groupe socialiste rouennais afin de « mener les luttes communes », « verser sa cotisation pour permettre l’organisation d’une propagande, impossible sans argent » et « s’unir avec ceux qui peuvent comme lui faire une action énergique ». Ce souci de l’unité des différentes organisations socialistes et ouvrières est partagé conjointement par Pierre Renaudel et Jean Jaurès. D’ailleurs, le compte-rendu de la conférence fait davantage place aux positions des deux militants sur ce sujet plus qu’aux paroles de Jaurès sur la Séparation. Un autre thème est abordé par Pierre Renaudel lors de cette conférence : le soutien aux ouvriers en grève. Le lendemain dans l’Humanité, on lit que « Renaudel a appelé l’attention des travailleurs présents sur la grève des ouvriers menuisiers. Il a fait appel à l’esprit de solidarité et d’organisation. Une quête pour les grévistes a produit 184 francs. »[6] 

Pierre Renaudel est par ailleurs un organisateur de la propagande socialiste en Seine-Inférieure. Cette dimension s’observe manifestement avec la présence de nombreux manuscrits d’articles du journal Le Peuple de Rouen au sein du premier dossier. Les socialistes cherchent avant tout à répandre leurs idées chez les ouvriers. Malgré des possibilités financières limitées, ils cherchent à mettre en œuvre plusieurs moyens de propagande comme les conférences, les fêtes et les concerts, les coopératives de consommation. La presse se développe avec l’existence de deux journaux hebdomadaires : Le Progrès fondé au Havre par Hanriot en 1894 et qui parait sans interruption jusqu’en 1914, et Le Peuple, crée par Raoul Fauconnet et Ernest Lepez en 1901, qui paraît jusqu’au 14 août 1904 surtout dans la région rouennaise. De nombreux militants collaborent à sa rédaction dont Emile Buré[7] qui est chargé de rédiger la « chronique parlementaire » de chaque numéro[8]. Cette chronique est un moyen d’informer les socialistes et les ouvriers de Seine-Inférieure des débats à la Chambre des députés : le rachat des chemins de fer, « l’affaire Delsor », la limitation des heures de travail, les bureaux de placement, la politique anticléricale, l’enseignement congréganiste sont constitutifs de la diversité de thèmes abordés dans le journal socialiste et ouvrier rouennais.

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie
Collaborateur du projet EuroSoc


[1] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[2] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0002.pdf

[3] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0005.pdf

[4] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0014.pdf

[5] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0011.pdf

[6] L’Humanité, n°77, 3 juillet 1904.

[7] Emile Buré (1876-1952) est un militant socialiste et journaliste qui a collaboré au Mouvement socialiste dirigé par Hubert Lagardelle et à La Vie Socialiste dirigée par Francis de Pressensé, dont Pierre Renaudel est alors secrétaire de la rédaction de novembre 1904 à août 1905.

[8] Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0017.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0018.pdf

    Fonds Renaudel – 19FP_4-001_0019.pdf

Le mouvement ouvrier à Cherbourg, 1890-1958. Dynamiques des organisations ouvrières et de la conflictualité sociale.

Le mouvement ouvrier à Cherbourg, 1890-1958. Dynamiques des organisations ouvrières et de la conflictualité sociale.

Nous publions ici le résumé de thèse de Nicolas VABRE qui a soutenu sa thèse le 25 mars 2015 portant sur Le mouvement ouvrier à Cherbourg – Dynamiques des organisations et de la conflictualité sociale (1890 – 1958), devant un jury composé de CAZALS Remy (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse 2), Nicolas MARIOT (Directeur de recherche au CNRS – Centre européen de sociologie et de science politique – UMR 8209), Xavier VIGNA (Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, Habilité à diriger des recherches), Michel PIGENET (Professeur d’histoire à l’université Paris 1), John BARZMAN (Professeur d’histoire à l’université du Havre), Christian CHEVANDIER (directeur de thèse et Professeur d’histoire à l’université du Havre).

Carte postale illustrant une vue du port cherbourgeois vers 1900.

L’agglomération de Cherbourg se distingue des autres ports de la Manche par la présence d’un port militaire et d’un arsenal adossés à la plus grande rade artificielle d’Europe, héritage d’une époque où les dirigeants français organisaient leurs efforts militaires en prévision d’un affrontement avec la Grande-Bretagne. À la fin du 19ème siècle, des organisations politiques et syndicales dont la colonne vertébrale se recrute parmi les ouvriers du chantier naval apparaissent et constituent rapidement un des bastions du mouvement ouvrier bas-normand.

Il n’existe pas beaucoup d’ouvrages universitaires prenant Cherbourg comme cadre de leur étude, et, si des érudits locaux ou des journalistes ont apporté leur éclairage qui sur une entreprise, qui sur une page de l’histoire locale, pratiquement rien n’a été écrit sur le mouvement ouvrier. Cette thèse comble donc un manque dans le champ de la connaissance monographique de l’agglomération. Précisons en effet tout de suite qu’il ne s’agit pas de limiter notre étude à la seule commune de Cherbourg, mais de l’étendre aux « communes suburbaines », pour reprendre l’expression en usage en 1890, liées à Cherbourg par la logique spatiale d’un bassin d’emploi certes dominé par la Marine, mais cependant pas limité à ses activités propres ou même induites.

Cette thèse noue deux fils problématiques. Le premier explique la relative longue durée de ce travail. Il s’agit d’examiner les dynamiques de flux et reflux à l’œuvre au sein du mouvement ouvrier cherbourgeois, à la fois sur un plan exogène dans son rapport au reste de la société, dans la place qu’il y prend, et sur un plan endogène, celui des rapports de force qui se nouent entre ses composantes. Car, à l’image de ce qui se passe dans le reste de la France, nous postulons l’existence à Cherbourg de trois « courants » – socialiste, chrétien, communiste – dans le mouvement ouvrier cherbourgeois. Ils coexistent, collaborent ou s’affrontent tour à tour, et se recomposent mutuellement.

Le deuxième axe de la problématique consiste à ne pas limiter l’expression « mouvement ouvrier » aux organisations ouvrières, même prises dans une acception large (partis, syndicats, associations) et à inclure une autre de ses dimensions, celle des luttes menées tout ou partie par la classe ouvrière. Cette double définition de l’expression « mouvement ouvrier » permet en effet d’interroger les rapports entre les organisations, leurs dirigeants, leurs militants et les milieux plus larges des simples adhérents voire des travailleurs se tenant en marge des organisations. Rapports d’adhésion, marqués par le respect de la hiérarchie et la discipline syndicales, mais aussi rapports de défiance, qu’il s’agisse de bouder les convocations du secrétaire ou bien au contraire de passer à l’action sans attendre ses consignes. En ce sens, on peut dire que les principaux protagonistes de cette histoire sont les ouvriers de la Marine, les dockers, les métallurgistes ou les travailleurs du bâtiment. Les salariés au sens large, tels les agents des banques, les cheminots, les instituteurs ou les gaziers et électriciens, les rejoignent au fil du temps ou ponctuellement. Ils sont imités plus rarement par les membres de catégories sociales liées à la classe ouvrière par d’autres liens que l’appartenance au monde du salariat ou même du travail, comme les ménagères ou les équipages de la flotte de guerre.

Vue sur le quai Alexandre III et le bassin du Commerce de Cherbourg, 1890-1900.

Nos recherches nous ont permis de croiser des sources de différentes origines, qu’il s’agisse de rapports de police, d’articles de presse, syndicales, ou – mais plus rarement – patronales, dont le recoupement a permis de valider ou d’infirmer bon nombre d’hypothèses. La principale difficulté aura consisté à les utiliser de manière à tenter de déceler, derrière les paroles des chefs syndicaux ou les appréciations des policiers et en dépit des biais multiples que comportent ces sources, l’état d’esprit des travailleurs du rang. Notre démarche s’est aussi notablement appuyé sur une prosopographie empirique, nourrie notamment par les notices du Maîtron, dont l’objectif était de donner à voir la chair et le sang des courants autant que des luttes du mouvement ouvrier cherbourgeois. Incarnée dans des personnes, voire des personnages, notre étude plonge aussi ses racines dans un substrat urbain dont l’identité spatio-temporelle justifie le bornage chronologique retenu. Disons juste ici que le tissu urbain a connu davantage de mutations dans la décennie postérieure à notre période que du fait des destructions de la Deuxième Guerre mondiale, si bien que notre entreprise revient par moment à exhumer un monde englouti, à l’instar de la Maison du peuple bâtie pour partie des mains des militants du bâtiment et supplantée il y a 50 ans par des immeubles HLM.

Enfin, nous avons cherché tout au long de la thèse à interroger nos hypothèses en confrontant le cas cherbourgeois à ceux d’autres villes portuaires françaises. Cette démarche comparatiste s’est heurté de façon presque continuelle au manque de monographies consacrées aux villes d’arsenaux maritimes, et en tout cas à la faiblesse insigne des développements consacrés au mouvement ouvrier contemporain. C’est l’exemple du Havre qui s’est in fine imposé comme le contrepoint le plus utile. Aussi limitée dans sa portée ou sa continuité soit-elle, cette démarche nous paraissait un garde-fou indispensable contre l’étroitesse de vue qu’induit l’enquête monographique.

Nous ne pouvons que souhaiter que ce travail ouvre la voie à d’autres et contribue à élargir la compréhension des mouvements ouvriers des villes maritimes.

Nicolas Vabre
Docteur en histoire