Archives de catégorie : lectures/comptes rendus/ reviews

[CR] Pierre Monatte, lettres d’un syndicaliste sous l’uniforme, 19115-1918, lettres choisies et annotées par Julien Chuzeville, Éditions Smolny, 2018

            Le collectif Smolny[1], qui édite des textes de l’histoire du mouvement ouvrier et en particulier les œuvres complètes de Rosa Luxemburg, publie un corpus de lettres écrites entre 1915 et 1918 par Pierre Monatte[2], « un syndicaliste sous l’uniforme » aujourd’hui trop souvent oublié, et annotées par l’historien Julien Chuzeville[3].

            Né à Monlet (Haute-Loire) le 15 janvier 1881 d’une mère dentellière et d’un père maréchal ferrant-forgeron, Pierre Monatte réussit sa scolarité et prend goût précocement à la lecture des journaux et brochures du mouvement ouvrier. Il devient correcteur d’imprimerie et militant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dès le début des années 1900. En 1904, il devient membre du Comité confédéral de la CGT en tant que représentant de la Bourse du Travail de Bourg-en-Bresse. Ses responsabilités l’amènent à se lier d’amitié avec de nombreux militants : le médecin Fritz Brupbacher, qu’il rencontre au cours de son exil en Suisse en 1908, mais surtout Alfred Rosmer, Alphonse Merrheim et Marcel Martinet. C’est avec ces trois militants que Pierre Monatte entretient une correspondance suivie lorsqu’il est mobilisé. C’est aussi avec ces trois militants qu’il dirige une revue dont il est le fondateur en 1909 à « l’apogée du syndicalisme révolutionnaire »[4] : La Vie Ouvrière.

            Au moment où la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Pierre Monatte est ébranlé par la catastrophe. Alors que les directions de la SFIO et de la CGT basculent en quelques jours vers le ralliement à l’Union Sacrée[5], une opposition à la guerre tout d’abord très minoritaire se révèle dès l’automne 1914 à la CGT – tout comme à la SFIO –  autour des rédacteurs de la Vie Ouvrière parmi lesquels on trouve Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre et Marcel Martinet en liaison avec quelques révolutionnaires russes dont Léon Trotsky.

            Dans une lettre écrite à René Nicod, secrétaire de la Fédération socialiste de l’Ain, Pierre Monatte fait part de leur incompréhension et de leur tristesse de voir la quasi-totalité des militants de la SFIO, de la CGT et de nombreux anarchistes rejeter ce qu’ils avaient prôné pendant de longues années[6].

            En décembre 1914, il marque son désaccord avec la direction de la CGT en démissionnant avec éclat du Comité Confédéral National où il siège. Il rédige ainsi une lettre le 7 décembre où il expose ses motivations[7]. « Après avoir rappelé les différentes formes de collaboration avec l’Etat pratiquées par la CGT depuis le début du conflit, puis les textes des résolutions contre la guerre votés lors des congrès socialistes internationaux de Stuttgart (1907), Copenhague (1910) et Bâle (1912), il évoque en contrepartie les positions affirmées par Keir Hardie en Grande-Bretagne, l’attitude de neutralité des socialistes suisses et italiens et enfin le récent refus de Karl Liebknecht et d’une minorité de socialistes allemands de voter les crédits de guerre »[8]. C’est parce qu’il croit «que  la CGT s’est déshonorée par son vote du 6 décembre » que Pierre Monatte décide alors de démissionner de ses responsabilités.

            Dès les premiers mois du conflit, Monatte exprime sa fidélité à ses convictions internationalistes. Dans une lettre adressée à James Guillaume[9] le 15 janvier 1915, il affirme que la social-démocratie allemande « a fait faillite et s’est déshonorée ». Il agit très tôt pour la constitution d’un mouvement internationaliste contre la guerre et la formation d’une « nouvelle Internationale » avec les révolutionnaires allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg[10].

            Au début de l’année 1915, Pierre Monatte passe en conseil de révision et se retrouve mobilisé au 252ème régiment d’infanterie à Montélimar. Il est d’abord en caserne puis part au front. La vie à la caserne est difficile[11]. Il se retrouve ainsi « un peu isolé et perdu dans le troupeau »[12] et éloigné de l’action militante même s’il parvient à rencontrer des militants lors de ses permissions et se fait envoyer des journaux[13] comme La Bataille Syndicaliste et L’Humanité[14] pour rester informé de la situation politique générale et des débats internes à la SFIO – même s’il n’en est pas membre – et de la CGT. Malgré la censure et la surveillance policière, Monatte parvient à suivre l’action des opposants à la guerre, qui se réunissent sur l’orientation adoptée par la Conférence internationale contre la guerre de Zimmerwald[15], tenue en septembre 1915. Il donne des conseils et se montre particulièrement attentif aux manifestations de remise en cause de l’Union Sacrée au sein de la SFIO : Monatte apprend avec satisfaction dans le journal Le Progrès que les socialistes zimmerwaldiens emmenés par Albert Bourderon et Fernand Loriot ont présenté un texte contre la guerre et contre l’Union Sacrée qui a recueilli 5% des suffrages lors du congrès fédéral (de la SFIO) de la Seine à la fin du mois de décembre 1915[16].

            Le courant zimmerwaldien dénonce la guerre comme un produit de l’impérialisme et condamne l’Union Sacrée. Il veut une révolution mondiale afin d’arrêter la guerre et de garantir la paix en dépassant les frontières. Un événement apporte alors un grand espoir à tous les socialistes, quoique pour des raisons différentes: la chute du tsarisme en mars 1917 et la révolution en Russie. De façon réaliste, les zimmerwaldiens y voient une révolution contre la guerre. Pierre Monatte indique à son ami Marcel Martinet qu’il s’est réjoui « sans une minute d’hésitation » et loue « le caractère populaire du mouvement » et voyant « les révolutionnaires qui vont rentrer de partout »[17]. Comme le précise Julien Chuzeville, les minoritaires du mouvement ouvrier placent une grande attente dans la révolution russe et veulent y voir un effet d’entrainement dans le monde entier[18].

            Dans ses lettres, Monatte évoque enfin ses perspectives après le conflit comme la reparution de la Vie Ouvrière[19], revue qu’il a fondée en 1909 et dont il a décidé la suspension pour éviter la censure au début de la guerre[20]. Tout au long du conflit, Pierre Monatte est un antimilitariste et internationaliste convaincu qui n’abandonne jamais ses activités militantes. Le corpus choisi et annoté par Julien Chuzeville permet ainsi une immersion dans l’agitation socialiste et syndicaliste de l’époque, et qui voit Pierre Monatte être l’un des acteurs qui s’inscrit dans une séquence longue de presque dix ans aboutissant à la scission du Parti socialiste SFIO et la création du Parti communiste en France au-delà du seul Congrès de Tours en 1920.

Florent Godguin


[1] http://www.collectif-smolny.org

[2] Il apparaît indispensable de citer la principale biographie consacrée à Pierre Monatte :

Colette CHAMBELLAND, Pierre Monatte, une autre voix syndicaliste, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.

[3] Julien CHUZEVILLE, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 p.

[4] Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p.57.

[5] Ibid, pp. 80-84.

[6] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[7] Lettre de démission du Comité confédéral de la CGT, 7 décembre 1914.

[8] Ibid, p. 90.

[9] Pour approfondir la connaissance de la vie et de l’œuvre de James Guillaume, nous signalons ce carnet de recherche : https://jguillaume.hypotheses.org

[10] Lettre à James Guillaume, Paris, 15 janvier 1915.

[11] Lettre à Marcel Martinet, vendredi 23 juillet 1915.

[12] Lettre à Marcel et Renée Martinet, Souspierre, 7 mars 1915.

[13] Le Comité d’action, formé par la SFIO et la CGT, avait notamment pour mission d’envoyer les journaux du mouvement ouvrier aux militants qui étaient mobilisés.

[14] Lettre à Marcel Martinet, jeudi 8 juillet 1915.

[15] Julien CHUZEVILLE, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 p.

[16] Lettre à Marcel Martinet, mardi 21 décembre 1915.

[17] Lettre à Marcel Martinet, samedi 24 mars 1917.

[18] Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017, p. 89.

[19] Lettre à Fritz Brupbacher, mardi 11 septembre 1917.

[20] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[LECTURE] Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

 « Le socialisme en France (1898–1912) », troisième volume des œuvres complètes de Rosa Luxembourg propose de revenir en 40 articles sur l’attention que porte la militante internationaliste sur les évènements marquants de la vie politique en France : l’Affaire Dreyfus, la crise « ministérialiste » et la critique du syndicalisme révolutionnaire, ainsi que l’unité des socialistes. Recueillis par Daniel Guérin et Lucie Roignant, préfacé par Jean-Numa Ducange, ces articles illustrent une bataille politique où la militante se met au combat contre le tournant impulsé par Eduard Bernstein au sein de la social-démocratie allemande. L’exemple français lui fournit à juste titre des illustrations pratiques pour son combat politique au sein du SPD, faisant sienne la formule des marxistes : la lutte des classes est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. La révision de la méthode du marxisme par Bernstein et l’entrée de Millerand au gouvernement n’ont-elles pas porté indice d’une crise à venir au sein de l’Internationale ouvrière ? C’est avec lucidité que Rosa Luxemburg a senti se profiler la crise internationale du socialisme.

Pour défendre sa méthode, celle du marxisme, et souligner une unité de pensée résolument nourrie du feu révolutionnaire, Rosa Luxembourg, informe le lecteur allemand de l’actualité politique et sociale en France. Elle leur révèle la précarité des jeunes institutions républicaines de la IIIème République en proie aux attaques monarchistes et cléricales. En conséquence, c’est l’échec du parti radical qui est décrit en décortiquant à chaque fois tous les mécanismes à l’œuvre dans les situations les plus dangereuses pour la République. Pour elle, la bourgeoisie ne peut plus assurer la défense des acquis démocratiques, seul le mouvement ouvrier organisé avec son parti unique peut aller à la défense et à la conquête des libertés. Ainsi, la défense de la République et le combat anticlérical ne peuvent justifier d’alliances profondes avec les radicaux, ni avec les républicains de gauche. Dans un autre registre, elle critique les positions anarchistes sur la grève générale comme étant la face contraire de l’adaptation insidieuse des socialistes au parlementarisme « bourgeois ». Elle met donc en garde les socialistes sur l’adaptation aux positions radicales dont Jaurès constitue une incarnation à ces yeux. Elle qui pourtant a encensé sa position dreyfusarde devant le silence de Guesde dont elle se sent le plus proche politiquement. Ainsi, l’unification des socialistes ne peut se faire à n’importe quel prix. La nécessité d’une clarification des buts et des méthodes a certainement montré un degré de confusion théorique révélant davantage l’éclectisme et la jeunesse des organisations socialistes en France. C’est pourquoi il est recommandé de lire avec attention un article, le plus important en taille comme en contenu « La crise socialiste en France » qui recentre toute son attention sur la défense des principes socialistes et de l’indépendance du mouvement socialiste, en somme, la pierre angulaire de cette anthologie.

La compilation présente chronologiquement des articles rédigés à chaud sur les suites de l’Affaire Dreyfus, les grèves des fonctionnaires et le 1er mai. Mais aussi des indications sur la progression électorale des socialistes et des débats préfigurant l’unité socialiste.  Cette présentation chronologique, permet de saisir toute la subtilité d’une pensée militante et de renseigner davantage sur l’évolution des débats qui ont eu lieu au sein de l’Internationale ouvrière. Aussi, elle permet d’entrevoir des pistes nouvelles quant à l’évolution du paysage politique européen. La mise en abîme de la crise internationale du socialisme par la situation française est une des préfigurations de la « crise » mondiale du 4 aout 1914.

 

Ryad Bendif

[LECTURE] Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

 

Denis Lefebvre, journaliste et secrétaire de l’OURS, nous propose dans le présent ouvrage une étude originale et novatrice, sur les rapports historiques entre les organisations maçonniques et socialistes. L’auteur se propose d’éclairer en cinq chapitres, documentés et illustrés, la nature des débats et des actes qui ont façonné les rapports entre ces organisations ayant influencé le paysage politique de la France depuis la Belle Epoque jusqu’au congrès de Tours de la SFIO. Rapports houleux et sulfureux… au travers de portraits militants et de débats de congrès.

Aux heures de gloire de la IIIème République, sur la base du combat républicain et anticlérical, s’est affirmée pour les militants ouvriers la reconstruction des organisations socialistes. L’exil depuis la Commune a poussé un grand nombre de militants (anciens blanquistes ou internationaux) à chercher des appuis organisationnels afin de se structurer et convaincre de la nécessité du socialisme. Il faut noter que l’auteur commence son étude avec un chapitre consacré aux Chevaliers du Travail dont l’historiographie relativement maigre est à souligner (voir Maurice Dommanget). C’est effectivement depuis cette structure pré-syndicale, aux fortes allures maçonniques, importée des Etats-Unis en France en 1893 que les premiers liens se nouent. Nous y retrouvons entre autres Aristide Briand, Benoit Malon, Marcel Sembat…

Toutefois, le paysage politique changeant, il ne leur est plus possible de reprendre leur place sur la scène politique. La division des organisations socialistes jusqu’en 1905, grâce notamment à la constitution de la SFIO, a été une rude bataille politique dans laquelle de nombreux débats difficiles, anathèmes et exclusions ont jalonné la formation. Parmi ces discussions, l’appartenance à la franc-maçonnerie, alors associée au Parti radical, occupe une place centrale. Il est en effet utile de se pencher sur cette question lorsque l’on traite de l’histoire du socialisme en France (voire aussi en Belgique). De manière contradictoire, les loges sont alors très fréquentées par les socialistes. Ils tentent d’amener la franc-maçonnerie sur le terrain de la révolution, alors que de vives critiques antimaçonniques fleurissent dans la presse socialiste. Ainsi, plusieurs tentatives d’interdiction d’appartenance aux loges sous l’accusation de collaboration de classe sont monnaie courante. Depuis 1905, les résolutions se discutent systématiquement en congrès jusqu’à la scission au congrès de Tours en 1920.

La proximité des obédiences maçonniques avec le Parti Radical tend cependant à favoriser un potentiel rapprochement entre les différentes organisations. Le ralliement à la défense de la République avec le Bloc des gauches et la bataille anticléricale ont-ils été cependant des facteurs de dilution de la pensée socialiste ? C’est bien de cela dont il est question et cela pousse le débat dans les jeunes organisations socialistes en recherche d’indépendance et de construction. Les partis formulent alors un besoin de se délimiter. Comment concevoir la construction de partis ouvriers si les militants se consacrent à autre chose ? Comment le parti, luttant pour l’indépendance de classe, ne pourrait-il pas se compromettre avec les radicaux bourgeois ? Sous cette critique, Jules Guesde et Paul Lafargue se présentent comme résolument opposés à la double appartenance. Pourtant Alexandre Zévaès, guesdiste, est lui-même initié. Contrairement aux guesdistes, les allemanistes du POSR adoptent une attitude plus modérée. Jean Allemane, ancien communard, a été initié au Grand Orient de France dans la loge des Renovateurs, celle de Jean-Baptiste Clément, communard et auteur du célèbre Temps des Cerises. Jean Jaurès, non-initié, se fait néanmoins remarquer par son indifférence dans le débat malgré son poids politique. Cependant, si l’influence socialiste est devenue importante au sein des loges, il ne s’agit pas d’une volonté organisée, mais bien plus d’initiatives militantes individuelles et singulières.

Malgré tout, il reste une grande absente dans cet ouvrage : la bataille pour la séparation entre les Eglises et l’Etat. Nous ne saurons pas non plus si l’Internationale Ouvrière s’est intéressée à la question en France. Par ailleurs, il faut noter que l’ouvrage fait un grand bond de 1912 à 1920 (Congrès de Tours) pour mettre à l’index les communistes et l’Etat né de la Révolution Russe de 1917. Ce silence de huit ans interroge… Qu’en est-il du « tournant du siècle » : de la Grande guerre et du ralliement des socialistes à l’Union sacrée, raison de la construction de la IIIème Internationale ? Rappelons que Marcel Sembat était un des fers de lance de l’Union sacrée et qu’Alexandre Zévaès fut l’avocat de Raoul Villain, assassin de Jaurès… Les principes du radicalisme ont-ils déteint en partie sur les socialistes par l’entremise des loges ? Les socialistes se sont-ils fourvoyés par cette promiscuité ? Au travers de ces deux cents pages, la lecture facile et agréable nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages à la forte personnalité qui ont marqué la pensée du socialisme en France et constitue une bonne introduction à l’étude de ce courant politique et plus généralement du mouvement ouvrier, mais aussi de la pensée politique sous le régime de la IIIème République.

 

Ryad Bendif