Archives de catégorie : lectures/comptes rendus/ reviews

[LECTURE] Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

 

Denis Lefebvre, journaliste et secrétaire de l’OURS, nous propose dans le présent ouvrage une étude originale et novatrice, sur les rapports historiques entre les organisations maçonniques et socialistes. L’auteur se propose d’éclairer en cinq chapitres, documentés et illustrés, la nature des débats et des actes qui ont façonné les rapports entre ces organisations ayant influencé le paysage politique de la France depuis la Belle Epoque jusqu’au congrès de Tours de la SFIO. Rapports houleux et sulfureux… au travers de portraits militants et de débats de congrès.

Aux heures de gloire de la IIIème République, sur la base du combat républicain et anticlérical, s’est affirmée pour les militants ouvriers la reconstruction des organisations socialistes. L’exil depuis la Commune a poussé un grand nombre de militants (anciens blanquistes ou internationaux) à chercher des appuis organisationnels afin de se structurer et convaincre de la nécessité du socialisme. Il faut noter que l’auteur commence son étude avec un chapitre consacré aux Chevaliers du Travail dont l’historiographie relativement maigre est à souligner (voir Maurice Dommanget). C’est effectivement depuis cette structure pré-syndicale, aux fortes allures maçonniques, importée des Etats-Unis en France en 1893 que les premiers liens se nouent. Nous y retrouvons entre autres Aristide Briand, Benoit Malon, Marcel Sembat…

Toutefois, le paysage politique changeant, il ne leur est plus possible de reprendre leur place sur la scène politique. La division des organisations socialistes jusqu’en 1905, grâce notamment à la constitution de la SFIO, a été une rude bataille politique dans laquelle de nombreux débats difficiles, anathèmes et exclusions ont jalonné la formation. Parmi ces discussions, l’appartenance à la franc-maçonnerie, alors associée au Parti radical, occupe une place centrale. Il est en effet utile de se pencher sur cette question lorsque l’on traite de l’histoire du socialisme en France (voire aussi en Belgique). De manière contradictoire, les loges sont alors très fréquentées par les socialistes. Ils tentent d’amener la franc-maçonnerie sur le terrain de la révolution, alors que de vives critiques antimaçonniques fleurissent dans la presse socialiste. Ainsi, plusieurs tentatives d’interdiction d’appartenance aux loges sous l’accusation de collaboration de classe sont monnaie courante. Depuis 1905, les résolutions se discutent systématiquement en congrès jusqu’à la scission au congrès de Tours en 1920.

La proximité des obédiences maçonniques avec le Parti Radical tend cependant à favoriser un potentiel rapprochement entre les différentes organisations. Le ralliement à la défense de la République avec le Bloc des gauches et la bataille anticléricale ont-ils été cependant des facteurs de dilution de la pensée socialiste ? C’est bien de cela dont il est question et cela pousse le débat dans les jeunes organisations socialistes en recherche d’indépendance et de construction. Les partis formulent alors un besoin de se délimiter. Comment concevoir la construction de partis ouvriers si les militants se consacrent à autre chose ? Comment le parti, luttant pour l’indépendance de classe, ne pourrait-il pas se compromettre avec les radicaux bourgeois ? Sous cette critique, Jules Guesde et Paul Lafargue se présentent comme résolument opposés à la double appartenance. Pourtant Alexandre Zévaès, guesdiste, est lui-même initié. Contrairement aux guesdistes, les allemanistes du POSR adoptent une attitude plus modérée. Jean Allemane, ancien communard, a été initié au Grand Orient de France dans la loge des Renovateurs, celle de Jean-Baptiste Clément, communard et auteur du célèbre Temps des Cerises. Jean Jaurès, non-initié, se fait néanmoins remarquer par son indifférence dans le débat malgré son poids politique. Cependant, si l’influence socialiste est devenue importante au sein des loges, il ne s’agit pas d’une volonté organisée, mais bien plus d’initiatives militantes individuelles et singulières.

Malgré tout, il reste une grande absente dans cet ouvrage : la bataille pour la séparation entre les Eglises et l’Etat. Nous ne saurons pas non plus si l’Internationale Ouvrière s’est intéressée à la question en France. Par ailleurs, il faut noter que l’ouvrage fait un grand bond de 1912 à 1920 (Congrès de Tours) pour mettre à l’index les communistes et l’Etat né de la Révolution Russe de 1917. Ce silence de huit ans interroge… Qu’en est-il du « tournant du siècle » : de la Grande guerre et du ralliement des socialistes à l’Union sacrée, raison de la construction de la IIIème Internationale ? Rappelons que Marcel Sembat était un des fers de lance de l’Union sacrée et qu’Alexandre Zévaès fut l’avocat de Raoul Villain, assassin de Jaurès… Les principes du radicalisme ont-ils déteint en partie sur les socialistes par l’entremise des loges ? Les socialistes se sont-ils fourvoyés par cette promiscuité ? Au travers de ces deux cents pages, la lecture facile et agréable nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages à la forte personnalité qui ont marqué la pensée du socialisme en France et constitue une bonne introduction à l’étude de ce courant politique et plus généralement du mouvement ouvrier, mais aussi de la pensée politique sous le régime de la IIIème République.

 

Ryad Bendif

[SORTIE] Gilles Candar, Édouard Vaillant, L’invention de la gauche, Paris, Armand Colin, 2018

Gilles CandarÉdouard Vaillant, L’invention de la gauche, Paris, Armand Colin, 2018.

Intellectuel révolutionnaire, Vaillant adhère à l’Association internationale des Travailleurs et devient un des principaux organisateurs de la Commune de Paris (1871), chargé notamment de l’éducation et de la culture.
Exilé à Londres, ami sans suivisme de Marx et d’Engels, il anime avec les partisans de Blanqui la Commune révolutionnaire. De retour en France, il s’impose comme le troisième homme du socialisme français avec Jaurès et Guesde. Député de Paris tout en conservant de fortes attaches dans le Berry, artisan de l’unité socialiste et « grand-père de la CGT », il préconise une « action totale » du mouvement ouvrier. Anticolonialiste, prêt à la grève révolutionnaire simultanée en cas de danger de guerre, il est convaincu en 1914 de la nécessité de la défense nationale.
Dirigeant historique de la gauche française, Vaillant en façonne des caractéristiques essentielles pour plus d’un siècle : discours révolutionnaire au service d’une action politique dans le cadre républicain, réforme parlementaire et refus de la participation ministérielle, primat de l’éducation et de la laïcité, volontiers anticléricale, autonomie du parti, du syndicat et des coopératives, antimilitarisme et internationalisme complémentaires d’un patriotisme assumé.

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

[COMPTE-RENDU] BAUER Otto, Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie, Wien, Wien Verlag, 1907

Edition française : Bauer O., La question des nationalités, Paris, Editions Syllepse, 2017

 

Initialement pensé comme une brochure explicative à la demande de son mentor, Karl Renner, censée compléter et approfondir la question nationale développée dans l’ouvrage Staat und Nation (1899), La Question Nationale et la Social-Démocratie se révèle comme le plus puissant et le plus abouti ouvrage de réflexion du courant dit « austromarxiste ». Dépassant de loin toutes les attentes et les espérances de ses commanditaires, sa parution et sa réception permettent à son auteur de se hisser parmi les grands théoriciens de la social-démocratie européenne.

En partant d’une approche globale clairement ancrée dans le matérialisme historique de Karl Marx, Otto Bauer s’attacha, de manière rigoureuse, à définir les concepts historiques de nation, d’État et d’État multinational. En effet, à de multiples reprises, en cette période de la fin du XIXe-début XXe, la question nationale ou le moyen de faire coexister différents peuples, différentes nations au sein d’un Etat multinational (en l’occurrence la Cisleithanie), prend un tournant dramatique en raison de la montée des courants nationalistes encouragée notamment par les rivalités croissantes entre Tchèques et Allemands d’Autriche. Une montée des nationalismes qui n’épargne pas la social-démocratie et pousse donc certains de ses responsables à s’emparer de ce sujet afin de tenter d’y apporter des réponses novatrices.

L’objectif affiché de cet ouvrage est donc double. D’une part une motivation théorique et doctrinale, celle de compléter l’œuvre de Karl Marx et Friedrich Engels en menant une analyse « marxiste » du principe des nationalités là où Marx s’est limité à développer une conception matérialiste de l’histoire autour « des luttes politiques et sociales ainsi que des mutations dans l’ordre juridique et étatique en rapport avec le développement économique ». D’autre part à apporter des réponses politiques aux tensions nationales à l’œuvre dans l’Empire en cherchant justement à dépolitiser ces questions. C’est la fameuse théorie de l’autonomie nationale, que Bauer développe dans la quatrième partie de son ouvrage, en s’appuyant très clairement sur les travaux de Karl Renner, construite autour du principe de nationalité. Il s’agirait de laisser le choix au citoyen de décider à quelle nationalité il s’identifie, lequel serait inscrit sur un territoire national correspondant, et ainsi donc intégré à une corporation de droit public dont la mission serait de pourvoir aux besoins dits culturels de la nation (éducation, culture, aide juridique…). Les nations les plus faibles ne seraient alors plus sous la domination juridique et politique des plus puissantes, la lutte se déplaçant sur le champ culturel.

Les suites, nous les connaissons : l’Empire ne sut se réformer de l’intérieur, les tensions continuèrent de s’exacerber, et la Première Guerre mondiale en sonna le glas. Cependant, un échec n’est pas synonyme de défaite ou d’oubli. La redécouverte, et la réintroduction des théories austromarxistes dans le milieu universitaire français sous l’impulsion d’Yvon Bourdet dans les années 1970, la traduction de cet ouvrage phare, après maintes péripéties, enrichie d’une introduction de Claudie Weill, ainsi que de la préface à la seconde édition (1924) et des remarques parues dans Die Neue Zeit, montrent la place stratégique qu’occupe à nouveau le champ des théories des socialistes allemands d’Autriche dans l’histoire des mouvements ouvriers européens, ainsi que la pertinence contemporaine de ces écrits dans un contexte européen tenant la comparaison avec l’Autriche-Hongrie d’avant 1914 : de l’utilité de ces réflexions pour nous aider à analyser ces nationalismes, et faire office de source d’inspiration afin d’en puiser idées et concepts permettant d’apporter des réponses politiques, peut-être pas toutes novatrices, mais d’une certaine manière révolutionnaire.

 

Voir la fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Alexandre Riou
Historien