Archives de catégorie : lectures/comptes rendus/ reviews

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione

[CR] Pierre Monatte, lettres d’un syndicaliste sous l’uniforme, 19115-1918, lettres choisies et annotées par Julien Chuzeville, Éditions Smolny, 2018

            Le collectif Smolny[1], qui édite des textes de l’histoire du mouvement ouvrier et en particulier les œuvres complètes de Rosa Luxemburg, publie un corpus de lettres écrites entre 1915 et 1918 par Pierre Monatte[2], « un syndicaliste sous l’uniforme » aujourd’hui trop souvent oublié, et annotées par l’historien Julien Chuzeville[3].

            Né à Monlet (Haute-Loire) le 15 janvier 1881 d’une mère dentellière et d’un père maréchal ferrant-forgeron, Pierre Monatte réussit sa scolarité et prend goût précocement à la lecture des journaux et brochures du mouvement ouvrier. Il devient correcteur d’imprimerie et militant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dès le début des années 1900. En 1904, il devient membre du Comité confédéral de la CGT en tant que représentant de la Bourse du Travail de Bourg-en-Bresse. Ses responsabilités l’amènent à se lier d’amitié avec de nombreux militants : le médecin Fritz Brupbacher, qu’il rencontre au cours de son exil en Suisse en 1908, mais surtout Alfred Rosmer, Alphonse Merrheim et Marcel Martinet. C’est avec ces trois militants que Pierre Monatte entretient une correspondance suivie lorsqu’il est mobilisé. C’est aussi avec ces trois militants qu’il dirige une revue dont il est le fondateur en 1909 à « l’apogée du syndicalisme révolutionnaire »[4] : La Vie Ouvrière.

            Au moment où la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Pierre Monatte est ébranlé par la catastrophe. Alors que les directions de la SFIO et de la CGT basculent en quelques jours vers le ralliement à l’Union Sacrée[5], une opposition à la guerre tout d’abord très minoritaire se révèle dès l’automne 1914 à la CGT – tout comme à la SFIO –  autour des rédacteurs de la Vie Ouvrière parmi lesquels on trouve Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre et Marcel Martinet en liaison avec quelques révolutionnaires russes dont Léon Trotsky.

            Dans une lettre écrite à René Nicod, secrétaire de la Fédération socialiste de l’Ain, Pierre Monatte fait part de leur incompréhension et de leur tristesse de voir la quasi-totalité des militants de la SFIO, de la CGT et de nombreux anarchistes rejeter ce qu’ils avaient prôné pendant de longues années[6].

            En décembre 1914, il marque son désaccord avec la direction de la CGT en démissionnant avec éclat du Comité Confédéral National où il siège. Il rédige ainsi une lettre le 7 décembre où il expose ses motivations[7]. « Après avoir rappelé les différentes formes de collaboration avec l’Etat pratiquées par la CGT depuis le début du conflit, puis les textes des résolutions contre la guerre votés lors des congrès socialistes internationaux de Stuttgart (1907), Copenhague (1910) et Bâle (1912), il évoque en contrepartie les positions affirmées par Keir Hardie en Grande-Bretagne, l’attitude de neutralité des socialistes suisses et italiens et enfin le récent refus de Karl Liebknecht et d’une minorité de socialistes allemands de voter les crédits de guerre »[8]. C’est parce qu’il croit «que  la CGT s’est déshonorée par son vote du 6 décembre » que Pierre Monatte décide alors de démissionner de ses responsabilités.

            Dès les premiers mois du conflit, Monatte exprime sa fidélité à ses convictions internationalistes. Dans une lettre adressée à James Guillaume[9] le 15 janvier 1915, il affirme que la social-démocratie allemande « a fait faillite et s’est déshonorée ». Il agit très tôt pour la constitution d’un mouvement internationaliste contre la guerre et la formation d’une « nouvelle Internationale » avec les révolutionnaires allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg[10].

            Au début de l’année 1915, Pierre Monatte passe en conseil de révision et se retrouve mobilisé au 252ème régiment d’infanterie à Montélimar. Il est d’abord en caserne puis part au front. La vie à la caserne est difficile[11]. Il se retrouve ainsi « un peu isolé et perdu dans le troupeau »[12] et éloigné de l’action militante même s’il parvient à rencontrer des militants lors de ses permissions et se fait envoyer des journaux[13] comme La Bataille Syndicaliste et L’Humanité[14] pour rester informé de la situation politique générale et des débats internes à la SFIO – même s’il n’en est pas membre – et de la CGT. Malgré la censure et la surveillance policière, Monatte parvient à suivre l’action des opposants à la guerre, qui se réunissent sur l’orientation adoptée par la Conférence internationale contre la guerre de Zimmerwald[15], tenue en septembre 1915. Il donne des conseils et se montre particulièrement attentif aux manifestations de remise en cause de l’Union Sacrée au sein de la SFIO : Monatte apprend avec satisfaction dans le journal Le Progrès que les socialistes zimmerwaldiens emmenés par Albert Bourderon et Fernand Loriot ont présenté un texte contre la guerre et contre l’Union Sacrée qui a recueilli 5% des suffrages lors du congrès fédéral (de la SFIO) de la Seine à la fin du mois de décembre 1915[16].

            Le courant zimmerwaldien dénonce la guerre comme un produit de l’impérialisme et condamne l’Union Sacrée. Il veut une révolution mondiale afin d’arrêter la guerre et de garantir la paix en dépassant les frontières. Un événement apporte alors un grand espoir à tous les socialistes, quoique pour des raisons différentes: la chute du tsarisme en mars 1917 et la révolution en Russie. De façon réaliste, les zimmerwaldiens y voient une révolution contre la guerre. Pierre Monatte indique à son ami Marcel Martinet qu’il s’est réjoui « sans une minute d’hésitation » et loue « le caractère populaire du mouvement » et voyant « les révolutionnaires qui vont rentrer de partout »[17]. Comme le précise Julien Chuzeville, les minoritaires du mouvement ouvrier placent une grande attente dans la révolution russe et veulent y voir un effet d’entrainement dans le monde entier[18].

            Dans ses lettres, Monatte évoque enfin ses perspectives après le conflit comme la reparution de la Vie Ouvrière[19], revue qu’il a fondée en 1909 et dont il a décidé la suspension pour éviter la censure au début de la guerre[20]. Tout au long du conflit, Pierre Monatte est un antimilitariste et internationaliste convaincu qui n’abandonne jamais ses activités militantes. Le corpus choisi et annoté par Julien Chuzeville permet ainsi une immersion dans l’agitation socialiste et syndicaliste de l’époque, et qui voit Pierre Monatte être l’un des acteurs qui s’inscrit dans une séquence longue de presque dix ans aboutissant à la scission du Parti socialiste SFIO et la création du Parti communiste en France au-delà du seul Congrès de Tours en 1920.

Florent Godguin


[1] http://www.collectif-smolny.org

[2] Il apparaît indispensable de citer la principale biographie consacrée à Pierre Monatte :

Colette CHAMBELLAND, Pierre Monatte, une autre voix syndicaliste, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.

[3] Julien CHUZEVILLE, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 p.

[4] Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p.57.

[5] Ibid, pp. 80-84.

[6] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[7] Lettre de démission du Comité confédéral de la CGT, 7 décembre 1914.

[8] Ibid, p. 90.

[9] Pour approfondir la connaissance de la vie et de l’œuvre de James Guillaume, nous signalons ce carnet de recherche : https://jguillaume.hypotheses.org

[10] Lettre à James Guillaume, Paris, 15 janvier 1915.

[11] Lettre à Marcel Martinet, vendredi 23 juillet 1915.

[12] Lettre à Marcel et Renée Martinet, Souspierre, 7 mars 1915.

[13] Le Comité d’action, formé par la SFIO et la CGT, avait notamment pour mission d’envoyer les journaux du mouvement ouvrier aux militants qui étaient mobilisés.

[14] Lettre à Marcel Martinet, jeudi 8 juillet 1915.

[15] Julien CHUZEVILLE, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 p.

[16] Lettre à Marcel Martinet, mardi 21 décembre 1915.

[17] Lettre à Marcel Martinet, samedi 24 mars 1917.

[18] Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017, p. 89.

[19] Lettre à Fritz Brupbacher, mardi 11 septembre 1917.

[20] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[LECTURE] Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

 « Le socialisme en France (1898–1912) », troisième volume des œuvres complètes de Rosa Luxembourg propose de revenir en 40 articles sur l’attention que porte la militante internationaliste sur les évènements marquants de la vie politique en France : l’Affaire Dreyfus, la crise « ministérialiste » et la critique du syndicalisme révolutionnaire, ainsi que l’unité des socialistes. Recueillis par Daniel Guérin et Lucie Roignant, préfacé par Jean-Numa Ducange, ces articles illustrent une bataille politique où la militante se met au combat contre le tournant impulsé par Eduard Bernstein au sein de la social-démocratie allemande. L’exemple français lui fournit à juste titre des illustrations pratiques pour son combat politique au sein du SPD, faisant sienne la formule des marxistes : la lutte des classes est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. La révision de la méthode du marxisme par Bernstein et l’entrée de Millerand au gouvernement n’ont-elles pas porté indice d’une crise à venir au sein de l’Internationale ouvrière ? C’est avec lucidité que Rosa Luxemburg a senti se profiler la crise internationale du socialisme.

Pour défendre sa méthode, celle du marxisme, et souligner une unité de pensée résolument nourrie du feu révolutionnaire, Rosa Luxembourg, informe le lecteur allemand de l’actualité politique et sociale en France. Elle leur révèle la précarité des jeunes institutions républicaines de la IIIème République en proie aux attaques monarchistes et cléricales. En conséquence, c’est l’échec du parti radical qui est décrit en décortiquant à chaque fois tous les mécanismes à l’œuvre dans les situations les plus dangereuses pour la République. Pour elle, la bourgeoisie ne peut plus assurer la défense des acquis démocratiques, seul le mouvement ouvrier organisé avec son parti unique peut aller à la défense et à la conquête des libertés. Ainsi, la défense de la République et le combat anticlérical ne peuvent justifier d’alliances profondes avec les radicaux, ni avec les républicains de gauche. Dans un autre registre, elle critique les positions anarchistes sur la grève générale comme étant la face contraire de l’adaptation insidieuse des socialistes au parlementarisme « bourgeois ». Elle met donc en garde les socialistes sur l’adaptation aux positions radicales dont Jaurès constitue une incarnation à ces yeux. Elle qui pourtant a encensé sa position dreyfusarde devant le silence de Guesde dont elle se sent le plus proche politiquement. Ainsi, l’unification des socialistes ne peut se faire à n’importe quel prix. La nécessité d’une clarification des buts et des méthodes a certainement montré un degré de confusion théorique révélant davantage l’éclectisme et la jeunesse des organisations socialistes en France. C’est pourquoi il est recommandé de lire avec attention un article, le plus important en taille comme en contenu « La crise socialiste en France » qui recentre toute son attention sur la défense des principes socialistes et de l’indépendance du mouvement socialiste, en somme, la pierre angulaire de cette anthologie.

La compilation présente chronologiquement des articles rédigés à chaud sur les suites de l’Affaire Dreyfus, les grèves des fonctionnaires et le 1er mai. Mais aussi des indications sur la progression électorale des socialistes et des débats préfigurant l’unité socialiste.  Cette présentation chronologique, permet de saisir toute la subtilité d’une pensée militante et de renseigner davantage sur l’évolution des débats qui ont eu lieu au sein de l’Internationale ouvrière. Aussi, elle permet d’entrevoir des pistes nouvelles quant à l’évolution du paysage politique européen. La mise en abîme de la crise internationale du socialisme par la situation française est une des préfigurations de la « crise » mondiale du 4 aout 1914.

 

Ryad Bendif