Archives de catégorie : lectures/comptes rendus/ reviews

[CR] Eduard Bernstein, ou la liberté de celui qui pense autrement (2/2)

 

La première partie peut-être retrouvée ici

 

Zurück zu Bernstein!

On regrettera peut-être le terme employé d’ « essai politique » pour qualifier l’écrit de Strohschneider, qui relève surtout de la présentation factuelle, d’ordre historique et politique. D’une soixantaine de pages, le texte offre une bonne présentation du personnage et de la pensée atypique d’Eduard Bernstein, corrigeant nombre d’idées reçues à son sujet.

Une ou deux pages de l’essai se révèlent néanmoins plus directement politiques. Strohschneider y rappelle que Karl Marx et Eduard Bernstein considérèrent tout deux le socialisme comme héritier du libéralisme. Ces deux courants de pensée recherchent un but commun : le développement de la liberté. Une liberté qui ne peut se réaliser, d’un point de vue socialiste, que par le collectif.

Dans cette perspective, Strohschneider critique les exigences actuelles d’augmentation de salaires, car ces mesures ne nous rapprocheraient en rien du socialisme. À l’inverse, la réduction collective du temps de travail, ainsi que des mesures visant une démocratie économique, permettraient, dans une perspective bernsteinienne, de faire progresser, d’un même mouvement, la liberté de l’individu et l’intérêt de la société[1].

Strohschneider met bien évidemment en garde son lecteur vis-à-vis du risque pratique que comporte la démarche de Bernstein pour l’action socialiste, celui de perdre les principes directeurs au profit d’un réalisme étriqué[2]. Par ailleurs, il souligne que le grand Publizist que fut Bernstein se révèle être un penseur avant tout critique. Comme Marx, il se serait donc opposé à ce qu’on fît de lui un « isme », avec toute la rigidification dogmatique que cela suppose.

Quelles que soient ces précautions, l’ouvrage s’inscrit néanmoins dans une réflexion du socialisme sur lui-même, qui trouve ces derniers temps en Eduard Bernstein une figure inspirante à laquelle rattacher ses propres conceptions et interrogations. Ainsi, du premier chapitre de l’ouvrage désormais classique de Chantale Mouffe et Ernesto Laclau, Hégémonie et stratégie socialiste, en passant par les remarques d’Axel Honneth dans L’idée du socialisme, de plus en plus de penseurs revendiquent l’héritage bernsteinien comme source d’un socialisme contemporain renouvelé[3].

Pour une pensée socialiste critique, réaliste et innovante

Au sujet des écrits de Bernstein, nous pouvons certainement nous réjouir avec l’éditeur de ce que les trois textes présents soient enfin réimprimés en langue originale. La réédition des deux premiers remontait en effet à 1976. Quant au troisième, retranscription d’une conférence prononcée à Amsterdam en 1911, il n’avait, selon Strohschneider, jamais été republié depuis l’édition originale parue la même année. 

Comme nous l’avons écrit, et bien que l’on y saisisse l’intérêt de l’éditeur et journaliste pour la démocratisation de la société prônée par Bernstein, on trouvera difficilement, dans « l’essai politique » de Strohschneider comme dans les textes de Bernstein, des solutions concrètes applicables directement pour la gauche contemporaine. La finalité n’est pas là, et l’auteur de l’essai introductif le rappelle d’ailleurs explicitement[4].

Par contre, ainsi que le suggère le titre de l’ouvrage, ce qui semble surtout en question est la démarche générale avec laquelle la gauche fait aujourd’hui de la politique. Car Eduard Bernstein et l’exemplarité de son parcours rappellent à chacun une certaine forme d’exigence dans l’analyse politique et intellectuelle ainsi que dans l’action. Une exigence de vérité et de réalisme, une volonté de clairvoyance, contre deux écueils en miroir : d’une part, l’utopie irréaliste, l’aveuglement dogmatique, si répandus chez le militant et l’intellectuel, face au présent et à la nouveauté qu’il recèle ; d’autre part, le défaitisme du « TINA », celui d’un réel inéluctablement soumis à la dictature du marché.

Penser la nouveauté, avec rigueur et réalisme, comme Marx en son temps, pour se rendre capable de transformer effectivement le monde, c’est bien là une des grandes missions à laquelle cet ouvrage nous invite, et qu’il revient à tous ceux qui en saisissent la nécessité d’accomplir et de perpétuer.

 

Martin GEORGES,
doctorant en philosophie
Université de Liège

 


[1]Ibid. pp. 20-22. Par cette volonté de réinstaurer une alliance entre liberté individuelle et organisation collective, l’essai de Strohschneider rejoint l’ouvrage récent d’axel Honneth sur l’idée du Socialisme et son concept de « liberté sociale » [soziale Freiheit], cf. infra.

[2]Comme Strohschneider l’écrit, peut-être inspiré par un poème d’Antonio Machado, « la devise de Bernstein aurait pu être que le chemin ne se trouve qu’en marchant » (page 21). Il ajoute directement que ce chemin ne peut se faire sans conserver des principes directeurs.

[3]Ernesto Laclau, Chantal Mouffe, Hegemony and Socialist Strategy: Towards a Radical Democratic Politics, Verso, London–New-York, 19851, 20012 [Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une radicalisation de la démocratie, trad. fr. Julien Abriel, coll. « Pluriel », Fayard, Paris, 2019 (1re éd. fr. 2009).] ; Axel Honneth, Die Idee des Sozialismus, Suhrkamp Verlag, Berlin, 2015 [L’idée du socialisme. Un essai d’actualisation, trad. fr. Pierre Rusch, Gallimard, collection « NRF Essais », 2017, note 14 page 149].

[4]Cela reviendrait en effet à appliquer des constatations et des idées d’un autre temps à une société en évolution Cf. Tom Strohschneider, « Bernstein: Kritisches Denken in Bewegung. Ein Politischer Essay », op.cit., pp. 21‑22.

[CR] Eduard Bernstein, ou la liberté de celui qui pense autrement (1/2)

Eduard Bernstein, ou la liberté de celui qui pense autrement

 

Tom Strohschneider (Hrsg.), Eduard Bernstein oder: Die Freiheit des Andersdenkenden, Karl Dietz Verlag Berlin, 2019.

Et si Eduard Bernstein, grand militant de la deuxième internationale, intime et exécuteur testamentaire d’Engels, Député SPD, père intellectuel de la révision du marxisme, constituait une figure on ne peut plus actuelle pour penser une politique progressiste ? C’est l’intuition qui a guidé le journaliste berlinois Tom Strohschneider dans l’écriture et la coordination de cet ouvrage. Un ouvrage qui fera date dans la réception politique de Bernstein, puisqu’il réhabilite, dans le camp de l’extrême gauche, celui qui passe encore et toujours pour le modèle type du traître à la cause.

Un livre-manifeste pour une réhabilitation d’Eduard Bernstein

Le titre du volume, provocateur, fera probablement bondir plus d’un Conseilliste. Il reprend la célèbre citation de Rosa Luxembourg pour l’accoler à celui dont elle n’aura eu de cesse de combattre la pensée, notamment dans sa célèbre brochure « Réforme ou révolution ? ».

Mais le sacrilège ne s’arrête pas là. C’est chez Dietz Berlin, l’ex-maison d’édition officielle des écrits de Marx-Engels en RDA que ce livre vient d’être publié. Une maison d’édition passée depuis sous l’égide de la Rosa-Luxembourg-Stiftung, fondation intellectuelle du parti Die Linke.

Il faut préciser que le responsable de cette audacieuse publication est un franc-tireur du camp socialiste : Tom Strohschneider. Journaliste et compagnon de route de la gauche radicale, il est l’auteur de plusieurs ouvrages politiques et ancien rédacteur en chef de Neues Deutschland, journal d’ex-Allemagne de l’Est également proche de Die Linke[1].

L’une des motivations principales du livre semble être de rendre justice au personnage d’Eduard Bernstein. Un penseur visionnaire qui serait « arrivé trop tôt »[2] pour être correctement compris et entendu, tout autant de ses défenseurs que de ses opposants.

Une mécompréhension qui se serait prolongée jusqu’à nos jours avec, d’une part, un SPD qui prétend s’être rallié fort tôt aux conceptions bernsteiniennes, ce que les faits infirment[3] ; d’autre part, des socialistes révolutionnaires qui, sous le patronage de Rosa Luxembourg, Lénine ou Trotsky, continuent de présenter en toute bonne foi Bernstein comme le « traître », ce que les faits infirment également[4].

Si d’autres livres ont évidemment paru en Allemagne concernant l’apport de la pensée de Bernstein à la réflexion politique[5], cette publication représente donc un moment important dans sa réhabilitation au sein de l’aile gauche du socialisme, traditionnellement la plus opposée au « bernsteinisme ».

  1. Bernstein précurseur

La première partie de l’ouvrage consiste en un essai de Tom Strohschneider, intitulé « Bernstein : une pensée critique en mouvement ». Dans celui-ci, T. Strohschneider se propose de nous présenter la contemporanéité de la pensée de Bernstein, sa dimension critique et sa réception historique en Allemagne.

Concernant sa contemporanéité, se référant à l’ouvrage de Thomas Meyer, Bernsteins konstruktiver Sozialismus[6]. Strohschneider nous décrit un penseur en avance sur son temps, ayant compris  notamment l’erreur théorique d’un avènement brusque et nécessaire du socialisme ainsi que ses conséquences pratiques. S’éloignant du dogme de la révolution imminente et inéluctable du prolétariat, Bernstein se fera le promoteur d’un socialisme compris comme démocratisation approfondie et progressive des différents domaines de la société.

Comme le montre Tom Strohschneider, cette voie de démocratisation ne signifie pas pour Bernstein un abandon du but final, ainsi qu’une phrase malheureusement tronquée et répétée à l’envi le laisse penser : « le but du socialisme n’est rien, le mouvement est tout ». Au contraire, citations à l’appui, l’essayiste démontre que le but final est, pour Bernstein, « une question tout à fait fondamentale dans la stratégie socialiste »[7].

C’est d’ailleurs la discordance entre la théorie marxiste d’une part, celle de l’attente révolutionnaire fondée sur un déterminisme historique ; et la pratique réformiste d’autre part, celle de la politique concrète d’un parti pour qui ces conceptions ne jouent progressivement plus aucun rôle, qui sera, selon Strohschneider, le point de départ de la pensée de Bernstein[8]. Une pensée qui exigerait donc le maintien de la visée du but final du socialisme. Un but qu’il situe, non pas dans les nuées de l’utopie, mais dans la pratique, dans la concordance et l’horizon du réel.

La deuxième partie de l’essai, plus biographique, contextualise et retrace à grands traits le parcours intellectuel de Bernstein, en s’intéressant plus particulièrement à la période entourant la querelle du révisionnisme.

Enfin, Tom Strohschneider conclut par quelques pages sur la réception intellectuelle et politique de la pensée de Bernstein en Allemagne. Il y distingue la réception ouest‑allemande de celle qui eut court en RDA. Dans cette dernière, nous pourrions presque parler d’une « anti-réception », tant Bernstein y représenta surtout, selon les mots de Strohschneider, un véritable « tabou politique ».

  1. Trois écrits de Bernstein

Après cette salutaire mise au point, la deuxième partie de l’ouvrage se compose de trois écrits de celui que Kautsky et ses camarades appelaient affectueusement « Ede » :

– « Le révisionnisme dans la Social-démocratie » [Der Revisionismus in der Sozialdemokratie] 1909;

– « Comment un socialisme scientifique est-il possible ? » [Wie ist wissenschaftlicher Sozialismus möglich?] 1901;

– « De la secte au Parti. La Social-démocratie allemande hier et aujourd’hui » [Von der Sekte zur Partei. Die deutsche Sozialdemokratie einst und jetzt] 1911.

Le premier texte, « le révisionnisme dans la social-démocratie », est la retranscription d’une conférence prononcée en 1909 dans laquelle Bernstein s’en prend à l’opposition qui existerait entre marxisme et révisionnisme.

Pour Bernstein, le mouvement socialiste se doit en effet de comprendre le réel. Cette volonté de compréhension, qui est aussi celle de Marx, passe par l’amendement de la théorie socialiste là où les évolutions économiques et sociales lui donnent tort. Si nous ne voulons pas retomber dans l’utopie, il faut donc accepter la « révision » de ce qui, dans la théorie de Marx, est contredit ou se trouve dépassé par les faits.

Le deuxième texte, « Comment un socialisme scientifique est-il possible ? » est une allocution originellement prononcée à Berlin en 1901 devant une association étudiante. Publié la même année dans le journal de tendance révisionniste Sozialistische Monatshefte, Bernstein y réfléchit au sens et au rapport qu’entretient le socialisme vis-à-vis de la science.

Selon Bernstein, le socialisme est une volonté et une théorie d’un monde à venir. En ce sens, il ne peut-être considéré comme une science pure et impartiale, ne s’occupant que de faits. Mais le socialisme peut néanmoins être considéré comme scientifique en tant que cette théorie « prend pour guide la science des forces sociales et de leur liaison dans l’organisme social »[9]. Dans une perspective qu’il juge kantienne, et afin d’éviter les malentendus, Bernstein propose donc de renommer « socialisme critique » le socialisme dit « scientifique », pour insister sur la parenté de méthode et prévenir un amalgame erroné et dommageable des deux domaines de la science et du socialisme.

Le troisième et dernier texte, « De la secte au Parti », retrace l’évolution historique du mouvement socialiste en Allemagne. Trois ans avant la Première Guerre mondiale, cet écrit se clôture par la mise en avant de deux enjeux qui pèseront lourd pour l’avenir du Parti. Premièrement, le problème pratique et non résolu de la division du SPD entre réformistes et radicaux ; deuxièmement, la position politique que peut et doit adopter la Social-démocratie en matière d’armements et de conflits, au vu de son caractère internationaliste.

 

Martin GEORGES,
doctorant en philosophie
Université de Liège

 


[1]« Chefredakteur “Neues Deutschland”: Ich bin so frei. Seite 2/2: Mitglied der Linken ist er nicht. Parteien gegenüber sei er skeptisch » https://www.zeit.de/2013/12/Neues-Deutschland-Tom-Strohschneider/seite-2, consulté le lundi 5 août 2019.

[2]Tom Strohschneider, « Bernstein: Kritisches Denken in Bewegung. Ein Politischer Essay », pp. 16‑22, dans Tom Strohschneider (Hrsg.), Eduard Bernstein oder: Die Freiheit des Andersdenkenden, Karl Dietz Verlag Berlin, 2019. Sauf mention contraire, toutes les traductions en français sont de nous.

[3]Au congrès de Hanovre, en 1899, le SPD vote une résolution déclarant qu’ « il n’existe aucune raison pour que le parti change son programme, sa tactique ou son nom » et qu’il « repousse toute tentative visant à voiler ou à déplacer sa position à l’égard de l’ordre politique et social existant » (cité par Pierre Angel, dans Eduard Bernstein et l’évolution du socialisme allemand, Thèse pour le Doctorat ès Lettres présentée devant la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Paris, Librairie Marcl Didier, coll. « Gemanica », Paris, 1961, pp. 265-267). Par la suite, le Parti condamnera officiellement les thèses bernsteiniennes lors du congrès de Dresde en 1903, à 288 voix contre 11 (Tom Strohschneider, « Bernstein: kritisches Denken in Bewegung », op. cit. pp. 47-48. ; Pierre Angel, Eduard Bernstein et l’évolution du socialisme allemand, op.cit. Page 292). Il faudra attendre le remplacement du programme d’Erfurt par le programme de Görlitz en 1921 et ensuite le programme de Heidelberg, en 1925, pour que certaines thèses de Bernstein l’emportent officiellement. Et pour cause, Bernstein en sera le rédacteur (Ibid., pp. 420-423). De là, à faire d’Eduard Bernstein le précurseur du programme suivant, celui de Bad-Godesberg, dans lequel le parti reconnaîtra la libre concurrence et la libre entreprise, il y a un pas ; un pas accompli par certains sociaux-démocrates et que  Strohschneider présente comme illégitime.

[4]Tom Strohschneider rappelle notamment que Bernstein le « traître » s’opposa vigoureusement à la Première Guerre mondiale durant la guerre et fut d’ailleurs membre du parti dissident et pacifiste USPD, aux côtés de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht (à ce sujet, cf. aussi Pierre Angel, Eduard Bernstein et l’évolution du socialisme allemand, op.cit., pp. 391-402).

[5]Thomas Meyer, Bo Gustafsson…

[6]Thomas Meyer, Bernsteins konstruktiver Sozialismus, J. H. W. Dietz Nachf., Bonn-Bad Godesberg, 1977.

 

[7]Tom Strohschneider, « Bernstein: Kritisches Denken in Bewegung. Ein Politischer Essay », op.cit., page 12, nous traduisons.

[8]Id. Et de citer en ce sens Bernstein, critiquant vivement les Fabiens anglais en tant que contre modèle, dont « le socialisme se réduit à une série de mesures de politiques sociales » dégagées des conceptions fondamentales du socialisme.

[9]Eduard Bernstein, « Wie ist wissenschaftlicher Sozialismus möglich? », dans Tom Strohschneider (Hrsg.), Eduard Bernstein oder: Die Freiheit des Andersdenkenden, op.cit., p. 136 ; trad. fr. d’Ed. Schneider, dans Edouard (sic) Bernstein, Socialisme et Science. Conférence faite à un groupe d’Etudiants de Berlin, Libraires‑Éditeurs V. Giard & E. Brière, Paris, 1902, p. 48.

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione