Archives de catégorie : France

[CR] Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, 2018, 169p.

Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix, Préface de Michel Dreyfus. Nancy, Arbre bleu éditions, Nancy, 2018, 169p.

Ce livre de Maria Grazia Meriggi poursuit une recherche entreprise depuis quelques années sur les relations internationales des travailleurs. L’auteure focalise ici son regard sur la France de l’entre-deux-guerres, dans la région parisienne et en partie dans le Nord. Il s’agit avant tout d’une recherche en histoire sociale des relations – dans le travail et dans les nombreuses luttes de cette période – entre les différents mondes ouvriers : celui des ouvriers « autochtones » et celui issu d’une immigration nombreuse et variée : européenne, « coloniale » et frontalière notamment via la frontière belge. Cette histoire a dans le même temps, des retombé politiques très fortes.

La France en effet est, depuis la fin de la Grande guerre jusqu’au Front populaire, un véritable laboratoire politique et social. Il s’agit du pays européen qui accueille une immigration ouvrière la plus importante pendant l’entre-deux-guerres, favorisée en cela par sa situation économique et surtout démographique. La France devient alors le choix de nombreuses migrations produites par les transformations du marché du travail au niveau international mais aussi du fait des nombreuses crises politiques qui ont traversées certains pays d’Europe mais également par sa tradition –et mythe– du « pays des droits de l’Homme ». Son système économique fait néanmoins face au choc de la Grande crise et des changements intervenus entre les années 20 et les années 30, mais sous des formes plus diluées et prolongées. Son système politique est quant à lui marqué par une gauche politique et syndicale divisée et en concurrence qui s’efforce ensuite de surmonter ces divisions? La présence d’une droite nationaliste, xénophobe et antisémite –dont le caractère séminal a été étudié par Zeev Sternhell– est également enracinée dans la société ainsi que dans le monde du travail.

Ce croisement entre l’histoire sociale et l’histoire politique comprend, comme l’auteure l’analyse pertinemment, le point de vue des organisations internationales des travailleurs, surtout celle de l’Internationale communiste qui se rapporte aux mouvements ouvriers nationaux comme à des facteurs de sa stratégie politique. La possibilité de lire la « grande histoire » dans la vie et dans les rapports des travailleurs est un élément principal du livre, qui peut intéresser le lecteur d’un point de vue tant historiographique que méthodologique.

L’auteure compose un tableau extrêmement fouillé des grèves dans la région parisienne où vivent et travaillent une immigration très variée d’un point de vue de la nationalité et des métiers exercés et de consacrer une attention particulière aux luttes des travailleurs juifs attribuées –selon la logique « étatiste » des statistiques – à l’immigration polonaise. Il s’agit de luttes qui souvent sont menées contre des patrons juifs, qui reproduisent dans ce nouveau milieu social une expérience déjà très riche produite dans l’ancienne « zone de résidence » juive de l’empire russe, façonnée par le Bund (l’Union des travailleurs juifs de Russie, Pologne et Lituanie). Grâce à cette expérience, le Bund joue un rôle d’avant-garde à partir des secteurs où les travailleurs juifs sont le plus représentés : des ateliers peuplés surtout par une main d’œuvre féminine, des activités encore presque artisanales fondées sur une qualification professionnelle importante.

Selon les catégories d’un marxisme schématique et mal compris ces milieux n’auraient pas pu développer une véritable « lutte des classe », en considération de l’absence d’une classe ouvrière de la grande industrie. Cette présence des travailleurs juifs dans les luttes de la région parisienne, encore une fois dans des secteurs « atypiques » par rapports aux lieux considérés comme « typiques » du conflit industriel (textile, outillage, maroquinerie, cuirs-et peaux, casquetterie, habillement et haute couture, reliure etc.) aide à démentir un préjugé présent au sein de la gauche occidentale jusqu’à l’affaire Dreyfus (souvent parmi les dreyfusards eux-mêmes) : le préjugé suivant lequel il n’y a pas de prolétariat juif. Même les histoires, nombreuses, de l’antisémitisme au sein de la gauche ne croisent pas la conscience, désormais diffusée depuis la fondation du Bund qui avait précédée celle du Parti ouvrier social-démocrate russe, du rôle d’avant-garde des travailleurs juifs pour tout le mouvement ouvrier russe, un rôle qui aurait été reconnu aux assises de la Deuxième Internationale par le « père » de la social-démocratie russe – et sûrement pas un ami du Bund, Georgij V. Plechanov. Implicitement également par l’inspirateur du « socialisme national polonais », Jόzef Piłsudski, qui a consacré son énergie afin de convaincre les travailleurs juifs de la Pologne russe à se reconnaître en tant que Polonais. Mais la participation active des travailleurs juifs au sein des luttes en France de l’entre-deux guerre est aussi un facteur de mobilisation de l’antisémitisme de la droite réactionnaire, surtout dans le tournant des années 30.

Cette place que Meriggi consacre aux travailleurs immigrés juifs par rapports aux autres communautés d’immigration et à leurs enracinements dans les relations de travail permet aussi d’autres observations intéressantes. Concernant par exemple les chauffeurs et les immigrés russes en général, qui représentent des parcours et trajectoires opposés, marqués par le souvenir de la guerre civile et par le sceau de l’anticommunisme. Les communautés d’immigrés entrent dans une relation complexe avec les organisations et les associations françaises et l’auteure consacre aussi son étude à l’organisation des solidarités et des conflits entre le marché du travail, les lieux de la production et la vie quotidienne. Ces relations marqueront profondément leurs protagonistes. C’est le cas par exemple de deux dirigeants syndicaux italiens Bruno Buozzi et Giuseppe Di Vittorio.

Pour terminer, ce travail si détaillé soit-il, ouvre aussi un regard, comme l’observe Michel Dreyfus dans sa préface (pp. 10-11), sur des enjeux de notre présent : des mouvements migratoires particulièrement importants dans un monde de travail profondément divisé jusqu’au morcellement.

 

Andrea Panaccione

[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 1/2

L’ouvrage de Patrizia Dogliani, intitulé Le Socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre,est une publication en version française revue et actualisée de sa thèse soutenue en 1991 sous la direction de Madeleine Rebérioux[1]. Le livre est également le premier d’une nouvelle collection, Gauches d’ici et d’ailleurs, dirigée par Gilles Candar aux éditions de l’ArbreBleu.

            En s’intéressant particulièrement à la période qui va de la loi du 5 avril 1884, qui donne le droit aux conseils municipaux d’élire leurs maires, au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, l’historienne réalise ici une histoire plurielle du socialisme municipal[2] qu’elle désigne comme « les politiques et pratiques appliquées aux communes par les organisations ouvrières et socialistes » (p.17). 

Dans la première partie de l’ouvrage, la conquête et la gestion de nombreuses municipalités, à partir des années 1880, sont scrutées finement au miroir des idées et débats à l’occasion des réunions d’élus et congrès qui traversent jusqu’en1914 le socialisme, apparaissant progressivement comme une force politique émergente sur la scène nationale. La première municipalité conquise par les socialistes est Commentry dans l’Allier en 1882. L’une des originalités du travail de Patrizia Dogliani est l’inscription du socialisme municipal français dans une logique inter-nationale : l’auteure s’applique à rendre compte des influences réciproques entre les différents partis socialistes et ouvriers de la Deuxième Internationale (SPD, Parti travailliste, Parti Socialiste Italien, Parti Ouvrier Belge, etc.) au niveau de la conception des programmes,des propositions débattues et des réalisations achevées dans les communes lorsque les socialistes dirigent des municipalités.

La naissance du socialisme municipal s’inscrit dans le prolongement de l’expérience communarde qui a influencé son développement et sa mise en œuvre.Après la répression et l’exil auxquels les militants ouvriers furent confrontés, les années 1870 sont marquées par une « vitalité ouvrière intense » et « l’immortel congrès » de Marseille en 1879, pourre prendre la formule employée par Jules Guesde, marque le point de départ de la volonté de fonder un parti socialiste unique en France. Très rapidement, la tactique électorale et la vision de la lutte politique constituent un moment d’affrontement doctrinal entre les partisans de Jules Guesde, qui considèrent que la transformation de la société capitaliste en société collectiviste peut se réaliser grâce à la conquête du pouvoir d’Etat, et ceux de Paul Brousse ou« possibilistes » (Benoit Malon, Jean-Baptiste Clément, Jules Joffrin,etc.) pour qui « la question communale est plus de la moitié de la question sociale »[3]. En effet, ce deuxième courant envisage le socialisme municipal comme un champ d’expérimentation pratique qui est le résultat progressif de conquêtes sectorielles. La question municipale s’inscrit alors dans une pédagogie de l’action qui permet un apprentissage politique et administratif avec la généralisation des services publics.

Les socialistes français, et surtout les « possibilistes » sont influencés par le texte fondateur De l’organisation des services publics dans la société future, présenté par le Belge César De Paepe au VIIe Congrès de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) en septembre 1874. Ce moment ouvre la discussion au niveau international sur la question du gouvernement local et développe une articulation des rôles entre l’échelon communal et l’échelon étatique. Ces réflexions vont influencer les programmes comme celui de Montmartre en 1881défendu par les socialistes parisiens avec la candidature de Jules Joffrin aux élections partielles du mois de décembre.

En dépit de divergences dans les programmes et les tâches à accomplir, les débats autour du socialisme municipal s’inscrivent donc dans le cadre international. Alors que les « guesdistes » veulent faire prévaloir le marxisme et exclure lesanarchistes de l’Internationale reconstituée en 1889, les broussistes concentrent leurs efforts à rassembler dans un organisme international unique ces forces politiques et syndicales favorables à la réforme sociale et au développement des services publics locaux et internationaux. Benoit Malon et Paul Brousse établissent des contacts avec des militants des partis étrangers,comme l’Italien Andrea Costa. Paul Brousse joue notamment le rôle d’intermédiaire entre le Parti Socialiste Italien et les travaillistes anglais[4].Les influences dans le contenu des programmes qui s’élaborent sont réciproques : entre 1895 et 1897, le PSI élabore un Programme politique et administratif commun[5]qui prévoit la mise en œuvre d’une série de services urbains réclamés ou expérimentés au cours des années précédentes par les Belges, les Français etles Anglais comme la municipalisation de la distribution du gaz, de l’eau et de l’électricité.

La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude de « la genèse d’un réformisme socialiste français à la lumière du socialisme municipal »(p.18). Pour l’auteur, « les pratiques locales socialistes doivent être lues comme le résultat d’une évolution du socialisme tout entier » (p.18).

En effet,le socialisme se dissocie et s’autonomise avec l’unification de ses différents courants dans la SFIO qui l’incarne à côté du radicalisme dans le champ partisan. Les socialistes français font alors l’expérience du gouvernement local, permettent la lente et progressive intégration de la classe ouvrière dans la vie politique nationale et apportent leur contribution à l’instauration d’un Etat social. Le socialisme communal et l’activité parlementaire deviennent alors indissociables. Ainsi, « dans la législation sociale proposée parles radicaux et les socialistes de 1890 et 1914, la mise en place des services publics devient un outil indispensable pour passer à une nouvelle étape, plus élaborée, du contrôle de l’Etat et des travailleurs sur l’économie »(p.124). La prise de conscience des nouvelles potentialités d’action dont dispose l’administration publique pour transformer la vie économique et sociale de la classe ouvrière est permise grâce à un groupe socialiste dirigeant renouvelé autour des figures Albert Thomas et Edgar Milhaud, provenant des milieux intellectuels parisiens, et disposant de locaux et de publications comme les revues – Les Annales de la régie directe qui apparaît en 1908.

Le socialisme municipal est à la recherche d’un programme mais aussi de nouvelles alliances : le débat dépasse alors les milieux socialistes et le contact est alors recherché avec les milieux bourgeois et patronaux qui poursuivent eux-mêmes une réflexion sur l’économie et les services publics, en particulier les milieux catholiques formés à l’économie sociale de l’école Le Play et les milieux protestants à l’origine d’institutions comme Le Musée Social de Paris. Les pratiques et expériences socialistes à l’échelle municipale doivent aussi contribuer à former la doctrine du nouveau parti : cette question est débattue par le parti tout entier lors du congrès de Saint-Quentin en 1911.

L’auteure revient ainsi amplement sur la teneur des débats qui se polarisent sur deux thèmes majeurs : la tactique électorale et plus précisément l’alliance avec les radicaux ainsi que l’élaboration d’un programme municipal à caractère national. La résolution finale adoptée et rédigée par Pierre Renaudel est le résultat d’un compromis : elle « invite les sections à faire tous leurs efforts pour lutter au premier tour avec les seules forces socialistes », tolère « à titre exceptionnel les coalitions, qui ne devront jamais être dangereuses pour le maintien des libertés économiques et politiques de la classe ouvrière ». La résolution n’impose pas de décision nationale et laisse aux fédérations et aux unions des sections des grandes villes la responsabilité de décider sous quelle forme se présenter au second tour des élections. Ainsi, en même temps que le parti travaille à la rédaction d’un programme communal national, il laisse à ses organisations de larges possibilités d’adaptation aux possibilités d’alliance au niveau local[6].


 [1] Patrizia DOGLIANI, « Un laboratoire de socialismemunicipal : France. 1880-1920 », thèse de doctorat en histoire,sous la direction de Madeleine Rebérioux, Université de Paris VIII, 1991, 661p.

[2] Quelques références bibliographiques méritent d’être signalées sur le sujet :

Aude CHAMOUARD, Une autre histoire du socialisme : les politiques à l’épreuve du terrain, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Rémi LEFEBVRE, Le Socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980) : jeux d’échelles, thèse de science politique sous la direction deFrédéric Sawicki, université Lille-2, 2001.

Citons également« Les socialistes et la ville, 1880-1914 », Cahiers Jaurès, n°177-178, juillet-décembre 2005, ensemble coordonné par Frédéric Moret avec des articles de Thierry Bonzon, Juliette Aubrun, Jean Lorcin, Rémi Lefebvre, Yannick Marec et conclu par Jacques Girault.

[3] Benoit MALON, Le nouveau parti, Paris, Derveaux, vol. 1, 1881, p. 95.

[4] Voir Fonds Costa, n°4168, lettre de Brousse à Costa, s.d. (1888). A l’occasion d’un voyage à Vienne pour un congrès d’hygiène, Brousse présenta A. Smith,des trade unions, à Costa dans l’idée d’organiser un congrès trade-unioniste international au cours de l’année 1888.

[5] « Programma minimo amministrativo (1895-1897) », dans F. PEDONE, Il PSI nei suoi congressi, I, 1892-1902, Milan, Avanti !, 1960 ; Congresso nazionale del PSI, Bologna 18-19-20 settembre 1897. Relazione per la riforma del Programma minimo politico ed amministrativo (relatori Giuseppe Canepa-Filippo Turati), Milan, 1897, p.35.

[6] Texte de la résolution relative aux élections municipales dans Le Socialiste, n°306, 23 avril-7 mai 1911.

[LECTURE] Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

 

Denis Lefebvre, journaliste et secrétaire de l’OURS, nous propose dans le présent ouvrage une étude originale et novatrice, sur les rapports historiques entre les organisations maçonniques et socialistes. L’auteur se propose d’éclairer en cinq chapitres, documentés et illustrés, la nature des débats et des actes qui ont façonné les rapports entre ces organisations ayant influencé le paysage politique de la France depuis la Belle Epoque jusqu’au congrès de Tours de la SFIO. Rapports houleux et sulfureux… au travers de portraits militants et de débats de congrès.

Aux heures de gloire de la IIIème République, sur la base du combat républicain et anticlérical, s’est affirmée pour les militants ouvriers la reconstruction des organisations socialistes. L’exil depuis la Commune a poussé un grand nombre de militants (anciens blanquistes ou internationaux) à chercher des appuis organisationnels afin de se structurer et convaincre de la nécessité du socialisme. Il faut noter que l’auteur commence son étude avec un chapitre consacré aux Chevaliers du Travail dont l’historiographie relativement maigre est à souligner (voir Maurice Dommanget). C’est effectivement depuis cette structure pré-syndicale, aux fortes allures maçonniques, importée des Etats-Unis en France en 1893 que les premiers liens se nouent. Nous y retrouvons entre autres Aristide Briand, Benoit Malon, Marcel Sembat…

Toutefois, le paysage politique changeant, il ne leur est plus possible de reprendre leur place sur la scène politique. La division des organisations socialistes jusqu’en 1905, grâce notamment à la constitution de la SFIO, a été une rude bataille politique dans laquelle de nombreux débats difficiles, anathèmes et exclusions ont jalonné la formation. Parmi ces discussions, l’appartenance à la franc-maçonnerie, alors associée au Parti radical, occupe une place centrale. Il est en effet utile de se pencher sur cette question lorsque l’on traite de l’histoire du socialisme en France (voire aussi en Belgique). De manière contradictoire, les loges sont alors très fréquentées par les socialistes. Ils tentent d’amener la franc-maçonnerie sur le terrain de la révolution, alors que de vives critiques antimaçonniques fleurissent dans la presse socialiste. Ainsi, plusieurs tentatives d’interdiction d’appartenance aux loges sous l’accusation de collaboration de classe sont monnaie courante. Depuis 1905, les résolutions se discutent systématiquement en congrès jusqu’à la scission au congrès de Tours en 1920.

La proximité des obédiences maçonniques avec le Parti Radical tend cependant à favoriser un potentiel rapprochement entre les différentes organisations. Le ralliement à la défense de la République avec le Bloc des gauches et la bataille anticléricale ont-ils été cependant des facteurs de dilution de la pensée socialiste ? C’est bien de cela dont il est question et cela pousse le débat dans les jeunes organisations socialistes en recherche d’indépendance et de construction. Les partis formulent alors un besoin de se délimiter. Comment concevoir la construction de partis ouvriers si les militants se consacrent à autre chose ? Comment le parti, luttant pour l’indépendance de classe, ne pourrait-il pas se compromettre avec les radicaux bourgeois ? Sous cette critique, Jules Guesde et Paul Lafargue se présentent comme résolument opposés à la double appartenance. Pourtant Alexandre Zévaès, guesdiste, est lui-même initié. Contrairement aux guesdistes, les allemanistes du POSR adoptent une attitude plus modérée. Jean Allemane, ancien communard, a été initié au Grand Orient de France dans la loge des Renovateurs, celle de Jean-Baptiste Clément, communard et auteur du célèbre Temps des Cerises. Jean Jaurès, non-initié, se fait néanmoins remarquer par son indifférence dans le débat malgré son poids politique. Cependant, si l’influence socialiste est devenue importante au sein des loges, il ne s’agit pas d’une volonté organisée, mais bien plus d’initiatives militantes individuelles et singulières.

Malgré tout, il reste une grande absente dans cet ouvrage : la bataille pour la séparation entre les Eglises et l’Etat. Nous ne saurons pas non plus si l’Internationale Ouvrière s’est intéressée à la question en France. Par ailleurs, il faut noter que l’ouvrage fait un grand bond de 1912 à 1920 (Congrès de Tours) pour mettre à l’index les communistes et l’Etat né de la Révolution Russe de 1917. Ce silence de huit ans interroge… Qu’en est-il du « tournant du siècle » : de la Grande guerre et du ralliement des socialistes à l’Union sacrée, raison de la construction de la IIIème Internationale ? Rappelons que Marcel Sembat était un des fers de lance de l’Union sacrée et qu’Alexandre Zévaès fut l’avocat de Raoul Villain, assassin de Jaurès… Les principes du radicalisme ont-ils déteint en partie sur les socialistes par l’entremise des loges ? Les socialistes se sont-ils fourvoyés par cette promiscuité ? Au travers de ces deux cents pages, la lecture facile et agréable nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages à la forte personnalité qui ont marqué la pensée du socialisme en France et constitue une bonne introduction à l’étude de ce courant politique et plus généralement du mouvement ouvrier, mais aussi de la pensée politique sous le régime de la IIIème République.

 

Ryad Bendif