Archives de catégorie : France

[LECTURE] Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

Denis Lefebvre, Socialisme et franc-maçonnerie. Le tournant du siècle (1880-1920), Paris, Bruno Leprince Éditeur, 2000, 221 p.

 

Denis Lefebvre, journaliste et secrétaire de l’OURS, nous propose dans le présent ouvrage une étude originale et novatrice, sur les rapports historiques entre les organisations maçonniques et socialistes. L’auteur se propose d’éclairer en cinq chapitres, documentés et illustrés, la nature des débats et des actes qui ont façonné les rapports entre ces organisations ayant influencé le paysage politique de la France depuis la Belle Epoque jusqu’au congrès de Tours de la SFIO. Rapports houleux et sulfureux… au travers de portraits militants et de débats de congrès.

Aux heures de gloire de la IIIème République, sur la base du combat républicain et anticlérical, s’est affirmée pour les militants ouvriers la reconstruction des organisations socialistes. L’exil depuis la Commune a poussé un grand nombre de militants (anciens blanquistes ou internationaux) à chercher des appuis organisationnels afin de se structurer et convaincre de la nécessité du socialisme. Il faut noter que l’auteur commence son étude avec un chapitre consacré aux Chevaliers du Travail dont l’historiographie relativement maigre est à souligner (voir Maurice Dommanget). C’est effectivement depuis cette structure pré-syndicale, aux fortes allures maçonniques, importée des Etats-Unis en France en 1893 que les premiers liens se nouent. Nous y retrouvons entre autres Aristide Briand, Benoit Malon, Marcel Sembat…

Toutefois, le paysage politique changeant, il ne leur est plus possible de reprendre leur place sur la scène politique. La division des organisations socialistes jusqu’en 1905, grâce notamment à la constitution de la SFIO, a été une rude bataille politique dans laquelle de nombreux débats difficiles, anathèmes et exclusions ont jalonné la formation. Parmi ces discussions, l’appartenance à la franc-maçonnerie, alors associée au Parti radical, occupe une place centrale. Il est en effet utile de se pencher sur cette question lorsque l’on traite de l’histoire du socialisme en France (voire aussi en Belgique). De manière contradictoire, les loges sont alors très fréquentées par les socialistes. Ils tentent d’amener la franc-maçonnerie sur le terrain de la révolution, alors que de vives critiques antimaçonniques fleurissent dans la presse socialiste. Ainsi, plusieurs tentatives d’interdiction d’appartenance aux loges sous l’accusation de collaboration de classe sont monnaie courante. Depuis 1905, les résolutions se discutent systématiquement en congrès jusqu’à la scission au congrès de Tours en 1920.

La proximité des obédiences maçonniques avec le Parti Radical tend cependant à favoriser un potentiel rapprochement entre les différentes organisations. Le ralliement à la défense de la République avec le Bloc des gauches et la bataille anticléricale ont-ils été cependant des facteurs de dilution de la pensée socialiste ? C’est bien de cela dont il est question et cela pousse le débat dans les jeunes organisations socialistes en recherche d’indépendance et de construction. Les partis formulent alors un besoin de se délimiter. Comment concevoir la construction de partis ouvriers si les militants se consacrent à autre chose ? Comment le parti, luttant pour l’indépendance de classe, ne pourrait-il pas se compromettre avec les radicaux bourgeois ? Sous cette critique, Jules Guesde et Paul Lafargue se présentent comme résolument opposés à la double appartenance. Pourtant Alexandre Zévaès, guesdiste, est lui-même initié. Contrairement aux guesdistes, les allemanistes du POSR adoptent une attitude plus modérée. Jean Allemane, ancien communard, a été initié au Grand Orient de France dans la loge des Renovateurs, celle de Jean-Baptiste Clément, communard et auteur du célèbre Temps des Cerises. Jean Jaurès, non-initié, se fait néanmoins remarquer par son indifférence dans le débat malgré son poids politique. Cependant, si l’influence socialiste est devenue importante au sein des loges, il ne s’agit pas d’une volonté organisée, mais bien plus d’initiatives militantes individuelles et singulières.

Malgré tout, il reste une grande absente dans cet ouvrage : la bataille pour la séparation entre les Eglises et l’Etat. Nous ne saurons pas non plus si l’Internationale Ouvrière s’est intéressée à la question en France. Par ailleurs, il faut noter que l’ouvrage fait un grand bond de 1912 à 1920 (Congrès de Tours) pour mettre à l’index les communistes et l’Etat né de la Révolution Russe de 1917. Ce silence de huit ans interroge… Qu’en est-il du « tournant du siècle » : de la Grande guerre et du ralliement des socialistes à l’Union sacrée, raison de la construction de la IIIème Internationale ? Rappelons que Marcel Sembat était un des fers de lance de l’Union sacrée et qu’Alexandre Zévaès fut l’avocat de Raoul Villain, assassin de Jaurès… Les principes du radicalisme ont-ils déteint en partie sur les socialistes par l’entremise des loges ? Les socialistes se sont-ils fourvoyés par cette promiscuité ? Au travers de ces deux cents pages, la lecture facile et agréable nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages à la forte personnalité qui ont marqué la pensée du socialisme en France et constitue une bonne introduction à l’étude de ce courant politique et plus généralement du mouvement ouvrier, mais aussi de la pensée politique sous le régime de la IIIème République.

 

Ryad Bendif

[SORTIE] Gilles Candar, Édouard Vaillant, L’invention de la gauche, Paris, Armand Colin, 2018

Gilles CandarÉdouard Vaillant, L’invention de la gauche, Paris, Armand Colin, 2018.

Intellectuel révolutionnaire, Vaillant adhère à l’Association internationale des Travailleurs et devient un des principaux organisateurs de la Commune de Paris (1871), chargé notamment de l’éducation et de la culture.
Exilé à Londres, ami sans suivisme de Marx et d’Engels, il anime avec les partisans de Blanqui la Commune révolutionnaire. De retour en France, il s’impose comme le troisième homme du socialisme français avec Jaurès et Guesde. Député de Paris tout en conservant de fortes attaches dans le Berry, artisan de l’unité socialiste et « grand-père de la CGT », il préconise une « action totale » du mouvement ouvrier. Anticolonialiste, prêt à la grève révolutionnaire simultanée en cas de danger de guerre, il est convaincu en 1914 de la nécessité de la défense nationale.
Dirigeant historique de la gauche française, Vaillant en façonne des caractéristiques essentielles pour plus d’un siècle : discours révolutionnaire au service d’une action politique dans le cadre républicain, réforme parlementaire et refus de la participation ministérielle, primat de l’éducation et de la laïcité, volontiers anticléricale, autonomie du parti, du syndicat et des coopératives, antimilitarisme et internationalisme complémentaires d’un patriotisme assumé.

 

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Robert Stuart Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

Compte-rendu de lecture Robert Stuart, Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

 

En quoi le guesdisme est-il un Marxisme ? Cette simple question à elle seule peut résumer la ligne directrice de l’historien australien de culture communiste Robert Stuart dans son ouvrage Marxism at Work[1]. Cette étude questionne la réception et l’utilisation qui fut faite par le Parti Ouvrier, puis le Parti Ouvrier Français [POF], de Jules Guesde entre 1882 et 1905 de la pensée de Marx et d’Engels. Réception difficile, d’autant plus que les écrits de Marx avant la Révolution Russe d’Octobre 1917 et la formation du Parti Communiste Français en 1920 ne sont que partiellement connus, partiellement diffusés et restent le bagage intellectuel d’une minorité au sein des socialistes. Cependant, cela n’empêche pas la diffusion de leurs idées. C’est en cela que le parti « guesdiste » est « marxiste ». Robert Stuart reprend les principes méthodologiques énoncés entre autres par Quentin Skinner en 1969 dans un article qui fit autorité pour le courant de l’histoire des idées, Meaning and Understanding in the History of Ideas[2]. Il ne s’agit plus d’étudier l’œuvre pour elle-même et par elle-même mais de voir comment les propos de l’auteur lui échappent et finissent par vivre en dehors de ses écrits, si bien que celui-ci en perd le contrôle. C’est le cas des idées de Marx et d’Engels avec le « guesdisme », ce qui a fait dire à Karl Marx, commentant la pensée de Jules Guesde et de Paul Lafargue, le 3 août 1882 : « Ce que je sais, c’est que je ne suis pas marxiste ! ». Dans son ouvrage Robert Stuart sort d’une lecture dogmatique des partis marxistes, où lire Marx permet de connaître la pensée de tous ceux qui s’en réclament, pour regarder la pensée POF et voir ce qu’elle tient de Marx et d’Engels. En bref, pour lui il s’agit d’étudier « l’invention » d’un marxisme français[3] à travers les idées tirées de Marx et d’Engels par Guesde et ses proches, tout en ne perdant pas de vue, comme le souligne la dernière biographie en date de Jules Guesde, qu’il n’a pas la prétention de connaître au mot près l’œuvre de Marx et qu’il s’adresse à un public sans formation théorique[4].

Robert Stuart propose ainsi une plongée dans la pensée guesdiste en recherchant les fonctionnalités de son architecture interne et en portant son attention non pas uniquement sur les textes des principaux porte-paroles du Marxisme français Paul Lafargue et Jules Guesde, mais en accordant une place aux auteurs considérés comme secondaires. Cela lui permet d’approcher la diffusion des idées de Marx et d’Engels au-delà de la minorité qui a pu lire Le Capital ou encore rencontrer et correspondre avec les maîtres. Une approche qui justifie une utilisation massive des revues L’Égalité et Le Socialiste. Même si comme l’auteur l’admet lui-même, son entreprise d’analyse de la diffusion du marxisme est limitée de fait par la culture ouvrière qui, contrairement à d’autres milieux sociaux de l’époque, ne couche pas par écrit sa mémoire. Son projet revient donc à questionner pourquoi certains pans de la pensée de Marx ont été pris sans déformations, d’autres pris avec un biais, d’autres encore passés sous silence par les « intellectuels du parti ». Ce qui permet de rentrer dans la « culture politique » du parti, en montrant l’existence d’un fond idéologique partagé[5]. Même s’il est possible de reprocher à l’auteur de ne pas suffisamment s’être interrogé sur la connaissance réelle des écrits de Marx et d’Engels, il s’éloigne en cela de l’article de Marie Ymonet, qui a pourtant été consulté pour son travail et qui proposait une première datation de la réception des écrits de Marx en France[6]. De même la dimension européenne du socialisme visible au travers de la correspondance épistolaire entre les partis socialistes et les congrès de l’Internationale qui travaillent sur les idées de Marx en France sont négligés.

De plus, l’auteur grâce à sa grande connaissance de la glose marxiste confronte la théorie guesdiste avec la théorie pensée par Marx et Engels, ce qui interroge la réception de ceux-ci sur chacune de ces questions. Là est l’une des forces de l’auteur. Elle lui permet de montrer la diffusion approximative, voire vulgarisée, des textes des deux maîtres et de mettre en avant l’axiome qu’est la lutte des classes. Cette idée sur laquelle les guesdistes ne s’interrogent pas, malgré les évolutions du contexte ainsi que les changements internes au parti, est un état de fait qu’ils acceptent comme vrai et qui sert de base à l’ensemble de leur pensée. Contrairement à la définition du prolétariat, à la réflexion sur la propriété et la lecture de l’actualité sociale. L’auteur souligne aussi les incohérences du discours qui doit s’adapter aux circonstances sans perdre de vue la lutte des classes. Même si par moment il décrit des incohérences à travers des matériaux historiques, par une réalité que les contemporains ne pouvaient pas percevoir sauf à lancer une grande enquête sociologique et économique dont ils n’avaient pas les moyens. Il met également la pensée guesdiste en rapport avec d’autres autorités du marxisme, telle que la figure de Lénine, qui elles aussi ont récupéré Marx mais d’une manière plus textuelle. Cependant il s’agit d’une mise en rapport qui par moment flirte avec l’anachronisme.

Cependant cette recherche n’est pas une étude pure sur l’idéologie socialiste, mais l’étude d’un parti et de son idéologie dans le cadre des aléas d’une vie politique donnée. L’auteur définit le Parti Ouvrier dans son contexte historique, politique et avec ses filiations idéologiques dans la galaxie des théories socialistes. Il propose une analyse interrogeant les raisons pour lesquelles les guesdistes ont pensé tel problème de telle manière, de savoir pourquoi la question du rapport au Lumpenproletariat fut commentée, de comprendre le questionnement sur la place à accorder aux paysans, au monde du commerce, à la classe moyenne, au parti, au suffrage universel… Enfin, il montre les relations que le Parti Ouvrier affirme devoir entretenir avec les syndicats, les autres partis politiques, l’Etat etc.[7] Robert Stuart apporte une réponse systématique par différentes analyses. Outre le retour constant à l’axiome de la lutte des classes qui guide toute la pensée du parti et une mise en relation avec la pensée socialiste du temps, l’analyse du contexte électoral où sont diffusées ses idées est d’égale importance. A partir du moment où les Guesdistes s’implantent dans les industries textiles du Nord de la France, ils adaptent le discours du parti aux ouvriers du Nord. Ce qui conditionne la limite spatiale de ce parti, puisqu’il se révèle incapable de sortir de ses terres électorales en généralisant sa vision sociale et du coup son discours, géographiquement ciblé, au reste du pays.

Enfin la pensée guesdiste est également insérée dans le champs politique de l’époque. D’un parti révolutionnaire à sa création, le POF se coule dans le moule politique de la IIIème République et en adopte les codes politiques[8]. Le POF part chasser des voix sur les terres des radicaux, des anarchistes, voire même sur l’extrême-droite nationaliste et antisémite improprement qualifiée de « fasciste ». Les motifs de l’opposition à Paul Brousse et à ses partisans, les raisons de l’opposition au millerandisme, la prise de position durant les différentes crises politiques de la IIIème République sont entre autres également développés.

Les guesdistes sont ainsi présentés comme un parti politique pris en son temps, suivant un axiome idéologique plus ou moins fidèlement. Le marxisme des guesdistes est ainsi présenté non pas comme la continuité de la philosophie de Marx et d’Engels, ou encore de leur « science », mais bien comme une pensée politique dérivée de leur pensée par sa mise au travail d’une réalité.

Maxime Surman


 

[1] Robert Stuart Marxism at work : ideology, class and french socialisme during the Third Republic, Cambridge, Cambridge university press, 1992.

[2] Quentin Skinner « Meaning and Understanding in the History of Ideas » in History and Theory, Vol. 8, No. 1 (1969), pp. 3-53.

[3] Christophe Prochasson « L’invention du Marxisme » in Jean-Jacques Becker (dir) Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2005.

[4] Jean-Numa Ducange Jules Guesde, l’anti-Jaurès ?, Paris, Armand Colin, 2017.

[5] Serge Berstein (dir) Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999.

[6] Ymonet Marie. « Les héritiers du Capital, L’invention du marxisme en France au lendemain de la Commune ». in: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 55, novembre 1984. Les philosophes et la politique. pp. 3-14

[7] Depuis Robert Stuart au travers de divers articles a poursuivi son oeuvre en étudiant les rapports entre le catholicisme et les socialistes marxistes et également entre le socialisme et les femmes. Points qu’il avait survolé dans cet ouvrage.

[8] Serge Berstein. Michel Winock (dir), L’invention de la démocratie, 1789-1914,Paris, Le Seuil, 2002.