Archives de catégorie : éléments bibliographiques / bibliography

Collection Biblioteca menscevica

L’éditeur Biblion de Milan – qui publie déjà, entre autres, la Rivista storica del socialismo/nuova serie – propose une nouvelle collection, la “Biblioteca menscevica” (Bibliothèque menchevique”).

Composé du comité scientifique suivant :
André Liebich, Genève ; Lars Lih, Montréal ; Andrea Panaccione, Milano. *

Ce choix pose le but de mettre à disposition du lecteur des textes –inédits en langue italienne – d’une culture politique qui peut paraître “inactuelle” mais qui permettent de mieux comprendre l’histoire longue et complexe des rapports entre les mondes russes et “orientaux” et les mondes européens depuis la fin du XIX siècle à nos jours.

La collection permet aux lecteurs de mieux connaître les courants variés du mouvement socialiste russe, ses rapports avec les socialismes occidentaux et l’effet de la révolution de 1917 à l’intérieur et ainsi qu’à l’extérieur de l’URSS.

Les organisations et les cultures politiques mencheviques sont actives aussi pendant l’entre-deux-guerres et permettent de porter un regard original d’un “autre socialisme” quant aux problèmes du choix du “socialisme dans un seul pays” , des relations internationales ou bien encore des problèmes de la démocratie ainsi que de la guerre et de la paix. Le marxisme menchevique a su aussi mettre en lumière, sous l’idéologie de l’ “État ouvrier”, les contradictions et les conflits sociaux des classes et des couches populaires dans l’URSS, hérités de l’Empire russe mais aussi nouveaux, dans le feu des terribles années Trente du XXe siècle.

On peut consulter ici les premiers titres :

Julij O. Martov, Un punto di svolta nel movimento operaio ebraico, a cura di Andrea Panaccione

 

Elena O. Kabo, L’alimentazione dell’operaio russo prima e dopo la guerra, a cura di Maria Grazia Meriggi

 

[CR] Pierre Monatte, lettres d’un syndicaliste sous l’uniforme, 19115-1918, lettres choisies et annotées par Julien Chuzeville, Éditions Smolny, 2018

            Le collectif Smolny[1], qui édite des textes de l’histoire du mouvement ouvrier et en particulier les œuvres complètes de Rosa Luxemburg, publie un corpus de lettres écrites entre 1915 et 1918 par Pierre Monatte[2], « un syndicaliste sous l’uniforme » aujourd’hui trop souvent oublié, et annotées par l’historien Julien Chuzeville[3].

            Né à Monlet (Haute-Loire) le 15 janvier 1881 d’une mère dentellière et d’un père maréchal ferrant-forgeron, Pierre Monatte réussit sa scolarité et prend goût précocement à la lecture des journaux et brochures du mouvement ouvrier. Il devient correcteur d’imprimerie et militant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dès le début des années 1900. En 1904, il devient membre du Comité confédéral de la CGT en tant que représentant de la Bourse du Travail de Bourg-en-Bresse. Ses responsabilités l’amènent à se lier d’amitié avec de nombreux militants : le médecin Fritz Brupbacher, qu’il rencontre au cours de son exil en Suisse en 1908, mais surtout Alfred Rosmer, Alphonse Merrheim et Marcel Martinet. C’est avec ces trois militants que Pierre Monatte entretient une correspondance suivie lorsqu’il est mobilisé. C’est aussi avec ces trois militants qu’il dirige une revue dont il est le fondateur en 1909 à « l’apogée du syndicalisme révolutionnaire »[4] : La Vie Ouvrière.

            Au moment où la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Pierre Monatte est ébranlé par la catastrophe. Alors que les directions de la SFIO et de la CGT basculent en quelques jours vers le ralliement à l’Union Sacrée[5], une opposition à la guerre tout d’abord très minoritaire se révèle dès l’automne 1914 à la CGT – tout comme à la SFIO –  autour des rédacteurs de la Vie Ouvrière parmi lesquels on trouve Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre et Marcel Martinet en liaison avec quelques révolutionnaires russes dont Léon Trotsky.

            Dans une lettre écrite à René Nicod, secrétaire de la Fédération socialiste de l’Ain, Pierre Monatte fait part de leur incompréhension et de leur tristesse de voir la quasi-totalité des militants de la SFIO, de la CGT et de nombreux anarchistes rejeter ce qu’ils avaient prôné pendant de longues années[6].

            En décembre 1914, il marque son désaccord avec la direction de la CGT en démissionnant avec éclat du Comité Confédéral National où il siège. Il rédige ainsi une lettre le 7 décembre où il expose ses motivations[7]. « Après avoir rappelé les différentes formes de collaboration avec l’Etat pratiquées par la CGT depuis le début du conflit, puis les textes des résolutions contre la guerre votés lors des congrès socialistes internationaux de Stuttgart (1907), Copenhague (1910) et Bâle (1912), il évoque en contrepartie les positions affirmées par Keir Hardie en Grande-Bretagne, l’attitude de neutralité des socialistes suisses et italiens et enfin le récent refus de Karl Liebknecht et d’une minorité de socialistes allemands de voter les crédits de guerre »[8]. C’est parce qu’il croit «que  la CGT s’est déshonorée par son vote du 6 décembre » que Pierre Monatte décide alors de démissionner de ses responsabilités.

            Dès les premiers mois du conflit, Monatte exprime sa fidélité à ses convictions internationalistes. Dans une lettre adressée à James Guillaume[9] le 15 janvier 1915, il affirme que la social-démocratie allemande « a fait faillite et s’est déshonorée ». Il agit très tôt pour la constitution d’un mouvement internationaliste contre la guerre et la formation d’une « nouvelle Internationale » avec les révolutionnaires allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg[10].

            Au début de l’année 1915, Pierre Monatte passe en conseil de révision et se retrouve mobilisé au 252ème régiment d’infanterie à Montélimar. Il est d’abord en caserne puis part au front. La vie à la caserne est difficile[11]. Il se retrouve ainsi « un peu isolé et perdu dans le troupeau »[12] et éloigné de l’action militante même s’il parvient à rencontrer des militants lors de ses permissions et se fait envoyer des journaux[13] comme La Bataille Syndicaliste et L’Humanité[14] pour rester informé de la situation politique générale et des débats internes à la SFIO – même s’il n’en est pas membre – et de la CGT. Malgré la censure et la surveillance policière, Monatte parvient à suivre l’action des opposants à la guerre, qui se réunissent sur l’orientation adoptée par la Conférence internationale contre la guerre de Zimmerwald[15], tenue en septembre 1915. Il donne des conseils et se montre particulièrement attentif aux manifestations de remise en cause de l’Union Sacrée au sein de la SFIO : Monatte apprend avec satisfaction dans le journal Le Progrès que les socialistes zimmerwaldiens emmenés par Albert Bourderon et Fernand Loriot ont présenté un texte contre la guerre et contre l’Union Sacrée qui a recueilli 5% des suffrages lors du congrès fédéral (de la SFIO) de la Seine à la fin du mois de décembre 1915[16].

            Le courant zimmerwaldien dénonce la guerre comme un produit de l’impérialisme et condamne l’Union Sacrée. Il veut une révolution mondiale afin d’arrêter la guerre et de garantir la paix en dépassant les frontières. Un événement apporte alors un grand espoir à tous les socialistes, quoique pour des raisons différentes: la chute du tsarisme en mars 1917 et la révolution en Russie. De façon réaliste, les zimmerwaldiens y voient une révolution contre la guerre. Pierre Monatte indique à son ami Marcel Martinet qu’il s’est réjoui « sans une minute d’hésitation » et loue « le caractère populaire du mouvement » et voyant « les révolutionnaires qui vont rentrer de partout »[17]. Comme le précise Julien Chuzeville, les minoritaires du mouvement ouvrier placent une grande attente dans la révolution russe et veulent y voir un effet d’entrainement dans le monde entier[18].

            Dans ses lettres, Monatte évoque enfin ses perspectives après le conflit comme la reparution de la Vie Ouvrière[19], revue qu’il a fondée en 1909 et dont il a décidé la suspension pour éviter la censure au début de la guerre[20]. Tout au long du conflit, Pierre Monatte est un antimilitariste et internationaliste convaincu qui n’abandonne jamais ses activités militantes. Le corpus choisi et annoté par Julien Chuzeville permet ainsi une immersion dans l’agitation socialiste et syndicaliste de l’époque, et qui voit Pierre Monatte être l’un des acteurs qui s’inscrit dans une séquence longue de presque dix ans aboutissant à la scission du Parti socialiste SFIO et la création du Parti communiste en France au-delà du seul Congrès de Tours en 1920.

Florent Godguin


[1] http://www.collectif-smolny.org

[2] Il apparaît indispensable de citer la principale biographie consacrée à Pierre Monatte :

Colette CHAMBELLAND, Pierre Monatte, une autre voix syndicaliste, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.

[3] Julien CHUZEVILLE, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 p.

[4] Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p.57.

[5] Ibid, pp. 80-84.

[6] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[7] Lettre de démission du Comité confédéral de la CGT, 7 décembre 1914.

[8] Ibid, p. 90.

[9] Pour approfondir la connaissance de la vie et de l’œuvre de James Guillaume, nous signalons ce carnet de recherche : https://jguillaume.hypotheses.org

[10] Lettre à James Guillaume, Paris, 15 janvier 1915.

[11] Lettre à Marcel Martinet, vendredi 23 juillet 1915.

[12] Lettre à Marcel et Renée Martinet, Souspierre, 7 mars 1915.

[13] Le Comité d’action, formé par la SFIO et la CGT, avait notamment pour mission d’envoyer les journaux du mouvement ouvrier aux militants qui étaient mobilisés.

[14] Lettre à Marcel Martinet, jeudi 8 juillet 1915.

[15] Julien CHUZEVILLE, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 p.

[16] Lettre à Marcel Martinet, mardi 21 décembre 1915.

[17] Lettre à Marcel Martinet, samedi 24 mars 1917.

[18] Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017, p. 89.

[19] Lettre à Fritz Brupbacher, mardi 11 septembre 1917.

[20] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 1/2

L’ouvrage de Patrizia Dogliani, intitulé Le Socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre,est une publication en version française revue et actualisée de sa thèse soutenue en 1991 sous la direction de Madeleine Rebérioux[1]. Le livre est également le premier d’une nouvelle collection, Gauches d’ici et d’ailleurs, dirigée par Gilles Candar aux éditions de l’ArbreBleu.

            En s’intéressant particulièrement à la période qui va de la loi du 5 avril 1884, qui donne le droit aux conseils municipaux d’élire leurs maires, au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, l’historienne réalise ici une histoire plurielle du socialisme municipal[2] qu’elle désigne comme « les politiques et pratiques appliquées aux communes par les organisations ouvrières et socialistes » (p.17). 

Dans la première partie de l’ouvrage, la conquête et la gestion de nombreuses municipalités, à partir des années 1880, sont scrutées finement au miroir des idées et débats à l’occasion des réunions d’élus et congrès qui traversent jusqu’en1914 le socialisme, apparaissant progressivement comme une force politique émergente sur la scène nationale. La première municipalité conquise par les socialistes est Commentry dans l’Allier en 1882. L’une des originalités du travail de Patrizia Dogliani est l’inscription du socialisme municipal français dans une logique inter-nationale : l’auteure s’applique à rendre compte des influences réciproques entre les différents partis socialistes et ouvriers de la Deuxième Internationale (SPD, Parti travailliste, Parti Socialiste Italien, Parti Ouvrier Belge, etc.) au niveau de la conception des programmes,des propositions débattues et des réalisations achevées dans les communes lorsque les socialistes dirigent des municipalités.

La naissance du socialisme municipal s’inscrit dans le prolongement de l’expérience communarde qui a influencé son développement et sa mise en œuvre.Après la répression et l’exil auxquels les militants ouvriers furent confrontés, les années 1870 sont marquées par une « vitalité ouvrière intense » et « l’immortel congrès » de Marseille en 1879, pourre prendre la formule employée par Jules Guesde, marque le point de départ de la volonté de fonder un parti socialiste unique en France. Très rapidement, la tactique électorale et la vision de la lutte politique constituent un moment d’affrontement doctrinal entre les partisans de Jules Guesde, qui considèrent que la transformation de la société capitaliste en société collectiviste peut se réaliser grâce à la conquête du pouvoir d’Etat, et ceux de Paul Brousse ou« possibilistes » (Benoit Malon, Jean-Baptiste Clément, Jules Joffrin,etc.) pour qui « la question communale est plus de la moitié de la question sociale »[3]. En effet, ce deuxième courant envisage le socialisme municipal comme un champ d’expérimentation pratique qui est le résultat progressif de conquêtes sectorielles. La question municipale s’inscrit alors dans une pédagogie de l’action qui permet un apprentissage politique et administratif avec la généralisation des services publics.

Les socialistes français, et surtout les « possibilistes » sont influencés par le texte fondateur De l’organisation des services publics dans la société future, présenté par le Belge César De Paepe au VIIe Congrès de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT) en septembre 1874. Ce moment ouvre la discussion au niveau international sur la question du gouvernement local et développe une articulation des rôles entre l’échelon communal et l’échelon étatique. Ces réflexions vont influencer les programmes comme celui de Montmartre en 1881défendu par les socialistes parisiens avec la candidature de Jules Joffrin aux élections partielles du mois de décembre.

En dépit de divergences dans les programmes et les tâches à accomplir, les débats autour du socialisme municipal s’inscrivent donc dans le cadre international. Alors que les « guesdistes » veulent faire prévaloir le marxisme et exclure lesanarchistes de l’Internationale reconstituée en 1889, les broussistes concentrent leurs efforts à rassembler dans un organisme international unique ces forces politiques et syndicales favorables à la réforme sociale et au développement des services publics locaux et internationaux. Benoit Malon et Paul Brousse établissent des contacts avec des militants des partis étrangers,comme l’Italien Andrea Costa. Paul Brousse joue notamment le rôle d’intermédiaire entre le Parti Socialiste Italien et les travaillistes anglais[4].Les influences dans le contenu des programmes qui s’élaborent sont réciproques : entre 1895 et 1897, le PSI élabore un Programme politique et administratif commun[5]qui prévoit la mise en œuvre d’une série de services urbains réclamés ou expérimentés au cours des années précédentes par les Belges, les Français etles Anglais comme la municipalisation de la distribution du gaz, de l’eau et de l’électricité.

La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude de « la genèse d’un réformisme socialiste français à la lumière du socialisme municipal »(p.18). Pour l’auteur, « les pratiques locales socialistes doivent être lues comme le résultat d’une évolution du socialisme tout entier » (p.18).

En effet,le socialisme se dissocie et s’autonomise avec l’unification de ses différents courants dans la SFIO qui l’incarne à côté du radicalisme dans le champ partisan. Les socialistes français font alors l’expérience du gouvernement local, permettent la lente et progressive intégration de la classe ouvrière dans la vie politique nationale et apportent leur contribution à l’instauration d’un Etat social. Le socialisme communal et l’activité parlementaire deviennent alors indissociables. Ainsi, « dans la législation sociale proposée parles radicaux et les socialistes de 1890 et 1914, la mise en place des services publics devient un outil indispensable pour passer à une nouvelle étape, plus élaborée, du contrôle de l’Etat et des travailleurs sur l’économie »(p.124). La prise de conscience des nouvelles potentialités d’action dont dispose l’administration publique pour transformer la vie économique et sociale de la classe ouvrière est permise grâce à un groupe socialiste dirigeant renouvelé autour des figures Albert Thomas et Edgar Milhaud, provenant des milieux intellectuels parisiens, et disposant de locaux et de publications comme les revues – Les Annales de la régie directe qui apparaît en 1908.

Le socialisme municipal est à la recherche d’un programme mais aussi de nouvelles alliances : le débat dépasse alors les milieux socialistes et le contact est alors recherché avec les milieux bourgeois et patronaux qui poursuivent eux-mêmes une réflexion sur l’économie et les services publics, en particulier les milieux catholiques formés à l’économie sociale de l’école Le Play et les milieux protestants à l’origine d’institutions comme Le Musée Social de Paris. Les pratiques et expériences socialistes à l’échelle municipale doivent aussi contribuer à former la doctrine du nouveau parti : cette question est débattue par le parti tout entier lors du congrès de Saint-Quentin en 1911.

L’auteure revient ainsi amplement sur la teneur des débats qui se polarisent sur deux thèmes majeurs : la tactique électorale et plus précisément l’alliance avec les radicaux ainsi que l’élaboration d’un programme municipal à caractère national. La résolution finale adoptée et rédigée par Pierre Renaudel est le résultat d’un compromis : elle « invite les sections à faire tous leurs efforts pour lutter au premier tour avec les seules forces socialistes », tolère « à titre exceptionnel les coalitions, qui ne devront jamais être dangereuses pour le maintien des libertés économiques et politiques de la classe ouvrière ». La résolution n’impose pas de décision nationale et laisse aux fédérations et aux unions des sections des grandes villes la responsabilité de décider sous quelle forme se présenter au second tour des élections. Ainsi, en même temps que le parti travaille à la rédaction d’un programme communal national, il laisse à ses organisations de larges possibilités d’adaptation aux possibilités d’alliance au niveau local[6].


 [1] Patrizia DOGLIANI, « Un laboratoire de socialismemunicipal : France. 1880-1920 », thèse de doctorat en histoire,sous la direction de Madeleine Rebérioux, Université de Paris VIII, 1991, 661p.

[2] Quelques références bibliographiques méritent d’être signalées sur le sujet :

Aude CHAMOUARD, Une autre histoire du socialisme : les politiques à l’épreuve du terrain, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Rémi LEFEBVRE, Le Socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980) : jeux d’échelles, thèse de science politique sous la direction deFrédéric Sawicki, université Lille-2, 2001.

Citons également« Les socialistes et la ville, 1880-1914 », Cahiers Jaurès, n°177-178, juillet-décembre 2005, ensemble coordonné par Frédéric Moret avec des articles de Thierry Bonzon, Juliette Aubrun, Jean Lorcin, Rémi Lefebvre, Yannick Marec et conclu par Jacques Girault.

[3] Benoit MALON, Le nouveau parti, Paris, Derveaux, vol. 1, 1881, p. 95.

[4] Voir Fonds Costa, n°4168, lettre de Brousse à Costa, s.d. (1888). A l’occasion d’un voyage à Vienne pour un congrès d’hygiène, Brousse présenta A. Smith,des trade unions, à Costa dans l’idée d’organiser un congrès trade-unioniste international au cours de l’année 1888.

[5] « Programma minimo amministrativo (1895-1897) », dans F. PEDONE, Il PSI nei suoi congressi, I, 1892-1902, Milan, Avanti !, 1960 ; Congresso nazionale del PSI, Bologna 18-19-20 settembre 1897. Relazione per la riforma del Programma minimo politico ed amministrativo (relatori Giuseppe Canepa-Filippo Turati), Milan, 1897, p.35.

[6] Texte de la résolution relative aux élections municipales dans Le Socialiste, n°306, 23 avril-7 mai 1911.