Archives de catégorie : Billets

Vous trouverez ici tous les éléments publiés sur le Carnet EUROSOC.

[CR] Pierre Monatte, lettres d’un syndicaliste sous l’uniforme, 19115-1918, lettres choisies et annotées par Julien Chuzeville, Éditions Smolny, 2018

            Le collectif Smolny[1], qui édite des textes de l’histoire du mouvement ouvrier et en particulier les œuvres complètes de Rosa Luxemburg, publie un corpus de lettres écrites entre 1915 et 1918 par Pierre Monatte[2], « un syndicaliste sous l’uniforme » aujourd’hui trop souvent oublié, et annotées par l’historien Julien Chuzeville[3].

            Né à Monlet (Haute-Loire) le 15 janvier 1881 d’une mère dentellière et d’un père maréchal ferrant-forgeron, Pierre Monatte réussit sa scolarité et prend goût précocement à la lecture des journaux et brochures du mouvement ouvrier. Il devient correcteur d’imprimerie et militant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dès le début des années 1900. En 1904, il devient membre du Comité confédéral de la CGT en tant que représentant de la Bourse du Travail de Bourg-en-Bresse. Ses responsabilités l’amènent à se lier d’amitié avec de nombreux militants : le médecin Fritz Brupbacher, qu’il rencontre au cours de son exil en Suisse en 1908, mais surtout Alfred Rosmer, Alphonse Merrheim et Marcel Martinet. C’est avec ces trois militants que Pierre Monatte entretient une correspondance suivie lorsqu’il est mobilisé. C’est aussi avec ces trois militants qu’il dirige une revue dont il est le fondateur en 1909 à « l’apogée du syndicalisme révolutionnaire »[4] : La Vie Ouvrière.

            Au moment où la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Pierre Monatte est ébranlé par la catastrophe. Alors que les directions de la SFIO et de la CGT basculent en quelques jours vers le ralliement à l’Union Sacrée[5], une opposition à la guerre tout d’abord très minoritaire se révèle dès l’automne 1914 à la CGT – tout comme à la SFIO –  autour des rédacteurs de la Vie Ouvrière parmi lesquels on trouve Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre et Marcel Martinet en liaison avec quelques révolutionnaires russes dont Léon Trotsky.

            Dans une lettre écrite à René Nicod, secrétaire de la Fédération socialiste de l’Ain, Pierre Monatte fait part de leur incompréhension et de leur tristesse de voir la quasi-totalité des militants de la SFIO, de la CGT et de nombreux anarchistes rejeter ce qu’ils avaient prôné pendant de longues années[6].

            En décembre 1914, il marque son désaccord avec la direction de la CGT en démissionnant avec éclat du Comité Confédéral National où il siège. Il rédige ainsi une lettre le 7 décembre où il expose ses motivations[7]. « Après avoir rappelé les différentes formes de collaboration avec l’Etat pratiquées par la CGT depuis le début du conflit, puis les textes des résolutions contre la guerre votés lors des congrès socialistes internationaux de Stuttgart (1907), Copenhague (1910) et Bâle (1912), il évoque en contrepartie les positions affirmées par Keir Hardie en Grande-Bretagne, l’attitude de neutralité des socialistes suisses et italiens et enfin le récent refus de Karl Liebknecht et d’une minorité de socialistes allemands de voter les crédits de guerre »[8]. C’est parce qu’il croit «que  la CGT s’est déshonorée par son vote du 6 décembre » que Pierre Monatte décide alors de démissionner de ses responsabilités.

            Dès les premiers mois du conflit, Monatte exprime sa fidélité à ses convictions internationalistes. Dans une lettre adressée à James Guillaume[9] le 15 janvier 1915, il affirme que la social-démocratie allemande « a fait faillite et s’est déshonorée ». Il agit très tôt pour la constitution d’un mouvement internationaliste contre la guerre et la formation d’une « nouvelle Internationale » avec les révolutionnaires allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg[10].

            Au début de l’année 1915, Pierre Monatte passe en conseil de révision et se retrouve mobilisé au 252ème régiment d’infanterie à Montélimar. Il est d’abord en caserne puis part au front. La vie à la caserne est difficile[11]. Il se retrouve ainsi « un peu isolé et perdu dans le troupeau »[12] et éloigné de l’action militante même s’il parvient à rencontrer des militants lors de ses permissions et se fait envoyer des journaux[13] comme La Bataille Syndicaliste et L’Humanité[14] pour rester informé de la situation politique générale et des débats internes à la SFIO – même s’il n’en est pas membre – et de la CGT. Malgré la censure et la surveillance policière, Monatte parvient à suivre l’action des opposants à la guerre, qui se réunissent sur l’orientation adoptée par la Conférence internationale contre la guerre de Zimmerwald[15], tenue en septembre 1915. Il donne des conseils et se montre particulièrement attentif aux manifestations de remise en cause de l’Union Sacrée au sein de la SFIO : Monatte apprend avec satisfaction dans le journal Le Progrès que les socialistes zimmerwaldiens emmenés par Albert Bourderon et Fernand Loriot ont présenté un texte contre la guerre et contre l’Union Sacrée qui a recueilli 5% des suffrages lors du congrès fédéral (de la SFIO) de la Seine à la fin du mois de décembre 1915[16].

            Le courant zimmerwaldien dénonce la guerre comme un produit de l’impérialisme et condamne l’Union Sacrée. Il veut une révolution mondiale afin d’arrêter la guerre et de garantir la paix en dépassant les frontières. Un événement apporte alors un grand espoir à tous les socialistes, quoique pour des raisons différentes: la chute du tsarisme en mars 1917 et la révolution en Russie. De façon réaliste, les zimmerwaldiens y voient une révolution contre la guerre. Pierre Monatte indique à son ami Marcel Martinet qu’il s’est réjoui « sans une minute d’hésitation » et loue « le caractère populaire du mouvement » et voyant « les révolutionnaires qui vont rentrer de partout »[17]. Comme le précise Julien Chuzeville, les minoritaires du mouvement ouvrier placent une grande attente dans la révolution russe et veulent y voir un effet d’entrainement dans le monde entier[18].

            Dans ses lettres, Monatte évoque enfin ses perspectives après le conflit comme la reparution de la Vie Ouvrière[19], revue qu’il a fondée en 1909 et dont il a décidé la suspension pour éviter la censure au début de la guerre[20]. Tout au long du conflit, Pierre Monatte est un antimilitariste et internationaliste convaincu qui n’abandonne jamais ses activités militantes. Le corpus choisi et annoté par Julien Chuzeville permet ainsi une immersion dans l’agitation socialiste et syndicaliste de l’époque, et qui voit Pierre Monatte être l’un des acteurs qui s’inscrit dans une séquence longue de presque dix ans aboutissant à la scission du Parti socialiste SFIO et la création du Parti communiste en France au-delà du seul Congrès de Tours en 1920.

Florent Godguin


[1] http://www.collectif-smolny.org

[2] Il apparaît indispensable de citer la principale biographie consacrée à Pierre Monatte :

Colette CHAMBELLAND, Pierre Monatte, une autre voix syndicaliste, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.

[3] Julien CHUZEVILLE, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 p.

[4] Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p.57.

[5] Ibid, pp. 80-84.

[6] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[7] Lettre de démission du Comité confédéral de la CGT, 7 décembre 1914.

[8] Ibid, p. 90.

[9] Pour approfondir la connaissance de la vie et de l’œuvre de James Guillaume, nous signalons ce carnet de recherche : https://jguillaume.hypotheses.org

[10] Lettre à James Guillaume, Paris, 15 janvier 1915.

[11] Lettre à Marcel Martinet, vendredi 23 juillet 1915.

[12] Lettre à Marcel et Renée Martinet, Souspierre, 7 mars 1915.

[13] Le Comité d’action, formé par la SFIO et la CGT, avait notamment pour mission d’envoyer les journaux du mouvement ouvrier aux militants qui étaient mobilisés.

[14] Lettre à Marcel Martinet, jeudi 8 juillet 1915.

[15] Julien CHUZEVILLE, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 p.

[16] Lettre à Marcel Martinet, mardi 21 décembre 1915.

[17] Lettre à Marcel Martinet, samedi 24 mars 1917.

[18] Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017, p. 89.

[19] Lettre à Fritz Brupbacher, mardi 11 septembre 1917.

[20] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

EuroSoc publié dans la revue International Labor and Working-Class History

La revue International Labor and Working-Class History publiée par la Cambridge University Press rend compte des travaux menés par le projet EuroSoc.

Ducange, J., Chauvin, F., & Marcobelli, E. (2018). EUROSOC—European Socialism Network. International Labor and Working-Class History,94, 202-206. doi:10.1017/S0147547918000121

[Compte-rendu], Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande Guerre, Nancy, éditions Arbre bleu, 2018 2/2

Le débat théorique porte notamment sur la municipalisation des services publics ou bien les régies directes. Selon l’auteure, ceux qui s’affrontent sont d’une part les représentants d’une nouvelle génération de réformateurs qui souhaitent mettre au point une alliance entre producteurs et consommateurs contre la crise, sur la base d’une collaboration entre le parti, les syndicats et les coopératives ; et de l’autre part la « vieille garde » qui prend la défense de l’orthodoxie marxiste. La « bonne administration » etl’ « agitation électorale » sont les deux attitudes qui se cristallisent autour de la tactique et du principe même du socialisme municipal.Au centre de ces deux fractions se situe Edouard Vaillant qui s’efforce de produire une synthèse afin de ramener le parti sur la voie de l’unité politique. Pour Patrizia Dogliani, « la question municipale met en lumière les retards, les éléments de nouveauté et les problèmes internes à laSFIO ; et surtout elle met en évidence l’absence de remise à jour théorique du marxisme et annonce la naissance d’un courant réformiste qui, tout en croyant rénover le marxisme, va au-delà, développant une nouvelle théorie économique et politique, parfaitement comprise seulement dans les années 1920[1],et s’engageant sur la voie du socialisme réformateur et étatiste qui, dans cette décennie, ne croit plus à la révolution politique, mais seulement à l’évolution socio-économique des institutions démocratiques » (p.151).

 

La troisième et dernière partie du livre examine les rapports le socialisme et le monde du travail, les relations entre municipalisme et coopération – qui constitue une solution politique pour faire face à de nouveaux besoins pour les couches populaires – ou entre socialisme municipal et syndicats : les relations sont souvent conflictuelles avec la masse des travailleurs organisés en syndicats et employés par les Bourses du Travail.

 

En effet, à partir des élections municipales en 1904, le socialisme municipal intègre des questions beaucoup plus larges pour le socialisme français. Pour les grandes villes, la relation avec les coopératives est questionnée car le socialisme municipal s’appuie sur elles. Entre 1909 et 1914, la succession des hivers rigoureux et les mauvaises récoltes entrainent une montée générale des prix à la consommation. Les conditions de vie et les difficultés budgétaires des familles des couches populaires urbaines s’aggravent : elles ne peuvent plus assurer certaines dépenses comme le chauffage, l’éclairage de la maison,l’habillement… Ces multiples difficultés engendrent des révoltes populaires au cours de l’été et de l’automne 1911, souvent menées par des femmes,« auxquelles ni les forces de gauche ni les autorités locales ni nationales ne sont pas préparées » (p. 196).

 

Les débats sur les moyens de résolution de cette crise animent les milieux socialistes et syndicalistes : comment « accompagner et contrôler ces révoltes spontanées, et dans le même temps, se fixer de nouveaux objectifs de lutte et former de nouvelles alliances ? » (p.197) Ainsi, « bon nombre de socialistes voient dans la municipalisation et dans la coopération les moyens les plus efficaces de sortir de la crise, de contrôler les prix, de créer un nouvelle forme de solidarité entre consommateurs et producteurs »(p.197) mais une partie du mouvement syndical, dont le courant le plus favorable à l’action directe représenté par Georges Yvetot, est opposée à l’intervention des coopératives et des services municipaux. Selon l’auteure, « le mouvement coopératif dans les communes françaises représente l’acquis économique et politique le plus important des années qui précèdent la Grande Guerre : à travers lui les socialistes réussissent à contourner une partie des obstacles imposés par la législation en vigueur, apportent une réponse politique à l’appel, lancé par la Deuxième Internationale, à organiser les communes de façon à faire face au problème de la vie chère[2],nouent des alliances avec les forces catholiques et radicales qu’il aurait été impossible de proposer dans un autre cadre » (p.202).

 

La création et l’extension des services publics (école, hôpitaux, boulangerie communale) n’est pas la seule œuvre – nécessaire mais incomplète – du socialisme municipal et n’est pas un mouvement spécifiquement français. La conquête des municipalités impliquent d’autres actions : la gestion des budgets municipaux et l’administration communale. En effet, « les administrateurs socialistes s’engagent dans deux directions principales : l’augmentation de l’impôt direct sur les rentes et les revenus immobiliers afin de consolider les budgets communaux, dans le but d’instaurer un système d’assistance publique ; le renforcement des capacités gestionnaires de la commune par le biais de services, en régie directe ou intéressée, destinés, une fois mis sur pied, à venir en aide aux administrés et à permettre de former un personnel qualifié pour assurer la gestion économique et technique de l’entreprise publique »(p.181). L’importance d’avoir des administrateurs[3]capables de gérer socialement et économiquement une commune est ainsi mise en lumière par l’auteure, qui établit une liste de ces conseillers municipaux ou maires socialistes qui ont exercé des responsabilités à la direction d’une administration communale française (voir chapitre 8). Par ailleurs, la mise en régie des grands services publics, qui a fait l’objet d’un débat inter-national au-delà même des milieux socialistes, occupe l’action réformatrice des socialistes. Ces services sont déjà municipalisés en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suisse et en Italie[4].

 

D’autres questions se posent au socialisme municipal avec le rapport aux Bourses du travail et aux syndicats de fonctionnaires, les relations avec les ouvriers et employés communaux ou encore la gestion des petites communes rurales. Un développement bienvenu de l’auteure, sur la Fédération socialiste de la Seine et de la ville de Paris après 1900[5],permet d’examiner les moments de reculs, déceptions et occasions manquées à l’aune des défaites électorales en lien avec les débats théoriques et pratiques sur la question municipale. En effet, « dès les élections de 1900, les socialistes comprennent que la raison de leur défaite n’est pas seulement la poussée des droites, mais aussi l’absence d’unité politique et surtout de clarté dans les programmes proposés aux travailleurs, en particulier pour tout ce qui touche aux services publics et aux contrats de travail[6] »(p. 274).

 

 Cetouvrage rend compte de la dimension européenne de l’histoire du socialisme municipal : la voie française initiée dès le début des années 1880s’inscrit dans le concert européen dans lequel se joignent les travaillistes britanniques, les militants du Parti Ouvrier Belge de César De Paepe et ses successeurs, la social-démocratie allemande, le Parti Socialiste Italien, etc. Tous les partis et organisations socialistes discutent en interne et s’influencent réciproquement. L’auteure met particulièrement en exergue le dépassement des débats au-delà du strict champ partisan socialiste et la constitution de réseaux impulsés par des intellectuels et au sein des cercles universitaires qui participe de l’élaboration d’un socialisme municipal à travers qui parvient à formaliser ce que l’on pourrait nommer, tout au long de la période, une science de gouvernement : dans sa conclusion, l’auteure avance l’idée que« la Première Guerre mondiale permet aux communes socialistes d’exercer leurs capacités de gestion avec plus d’ampleur que par le passé, en leur laissant plus de liberté d’action et d’autonomie d’initiative ».  Enfin, cet ouvrage s’avère particulièrement éclairant pour comprendre la manière dont les socialistes ont fait conçu et pratiqué l’expérience du pouvoir local, comme prélude et pas avancé de la volonté de conquête du pouvoir d’Etat après la Première Guerre mondiale.

 

Florent Godguin
Professeur d’histoire géographie
Collaborateur du projet EuroSoc

 


 

[1] « Le Congrès de Saint-Quentinfut un Congrès unitaire ; il marqua l’étape parcourue depuis la disparition des anciennes organisations : il fit la preuve de quelque chose de nouveau : la pénétration mutuelle des tendances, l’atténuation réelle des désaccords, l’action commune élaborant peu à peu une pensée commune. »Hubert-Rouger, La France socialiste,t. III, Paris, 1921, p. 194-195.

 

[2] Cf. H. GHESQUIERE, « À propos de la cherté des vivres », Le Socialiste, n°327, 24 septembre- 1er octobre 1911.

 

[3] Voir notamment Bruno DUMONS etGilles POLLET, « Administrateurs municipaux et secrétaires de mairie », Cahiers Jaurès, n°158,octobre-décembre 2000.

 

[4]Cf. E. MILHAUD, « La municipalisation du gaz à Bruxelles, à Saint-Gilles et à Gand », ARD, II, n°7, novembre 1909,p.12-25 ; E. MILHAUD, « L’économie publique », ARD, IV, n°31, novembre 1911, p.1-15 ; M. GAUCHERON, Etudes sur l’œuvre économique des municipalités, thèse cit. ; L. GASNIER, Le socialisme municipal. La leçon de l’étranger, Paris, Les Cahiers du socialiste, n°1, 1908.

 

[5] Le développement du socialisme en région parisienne au début des années 1900 fait l’objet d’un manque relatif dans l’historiographie. Signalons tout de même les travaux de Michel Offerlé qui concernent la période tout juste antérieure : Michel OFFERLE, Les socialistes et Paris, thèse de science politique, Paris I, 1979.

 

[6] Voir Paul DRAMAS, « Le comité général et les élections de Paris », Le Mouvement socialiste, n°35, 1er juin 1900, p. 677-679.