Archives de catégorie : Billets

Vous trouverez ici tous les éléments publiés sur le Carnet EUROSOC.

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Compte Rendu d’ouvrage

CABOT Bastien, « A bas les Belges ! » L’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892), Rennes, PUR, 2017.

 

Cet ouvrage fait référence à un événement oublié : les émeutes xénophobes de la part des mineurs français du Pas-de-Calais à l’encontre de leurs congénères belges en août-septembre 1892. Il ne s’agit pas d’une simple étude historique, il fait également office de manuel méthodologique d’une rigueur appréciable. Page après page, il montre sans le moindre relâchement ce que doit être le travail de l’historien, devant sans cesse questionner ses sources, se méfier des conclusions trop rapides en variant les degrés de lecture, replaçant chaque source dans son contexte historique et social. « Une histoire au ras du sol » pour reprendre l’expression de Jacques Revel.

Le cas historique que l’auteur a choisi de traiter se prête particulièrement bien à l’exercice. En effet, en août 1892, une altercation violente entre deux mineurs (l’un français, l’autre belge) dans un coron de Liévin, à la sortie d’un cabaret, va échauffer les esprits et entraîner une vague de violence à l’encontre des mineurs belges et de leurs familles. Tel un virus, cette vague de violence va se propager de fosse en fosse dans l’espace minier du Pas-de-Calais, entraînant un départ massif de nombreux mineurs belges, ainsi que de leurs familles. Dans une forme « d’effet miroir », pareilles violences se manifestèrent de l’autre côté de la frontière, rajoutant aux troubles politiques et sociaux à l’œuvre une dimension internationale.

Ne souhaitant pas céder à la facilité apparente des faits, l’auteur tente de traiter les différents aspects du sujet, les différents champs qu’il recouvre, afin d’apporter des éléments de réponse « globaux » à sa problématique, montrant que seule la prise en compte de ces aspects permet une réponse satisfaisante. Malgré cela, à aucun moment il n’entend asséner une vérité immuable, prenant toujours une distance « scientifique » vis-à-vis de ses propres conclusions.
La grande question de cet ouvrage est pourquoi. Pourquoi une simple rixe de cabaret, comme il en existe des milliers, eut de telles conséquences ? Quels éléments sous-jacents permettent d’expliquer un tel déferlement de haine à l’égard des ouvriers belges et de leurs familles, en pleine période d’essor du socialisme et du discours de solidarité internationales des travailleurs, à la base même de la doctrine véhiculée par ses théoriciens et dirigeants ?

Encore une fois, les explications avancées concourent à nuancer les schémas de pensée préétablis, prenant notamment l’exemple d’un Jules Guesde toujours prompt à tenir un discours aux forts accents internationalistes à la Chambre des Députés, mais à céder aux sirènes du nationalisme lors de ses déplacements en circonscription. Il semble que l’internationalisme ne soit en cette période qu’une utopie partagée par les dirigeants des mouvements ouvriers, mais encore peu assimilée parmi les masses laborieuses. Il invoque, toujours à titre d’illustration, des réunions organisées par des députés ouvriers du département, ainsi que par des dirigeants syndicaux afin de « calmer le jeu » auprès de leurs administrés. Ils vont eux-mêmes orienter ou travestir les revendications des mineurs dans un sens plus acceptable à l’égard des canons du socialisme, en expliquant ces phénomènes par le classique antagonisme de classe entre le prolétariat et les compagnies privées, cassant le mouvement syndical en embauchant des ouvriers belges prêts à travailler davantage pour des salaires moindres. S’appuyant notamment sur des sources de police, l’auteur peut relativiser cette explication en montrant que lors d’une réunion non autorisée, à laquelle les élus et responsables syndicaux n’assistèrent pas, les discours et les revendications devinrent beaucoup moins « policées » et prirent très nettement des relents « nationalistes », pointant la nationalité des ouvriers belges comme le problème central.

L’un des grands apports de l’historien Bastien Cabot est justement cette capacité de décodage de discours « ré-encodés » par les dirigeants syndicaux et politiques, développée dans un second temps, nous livrant une histoire sociale et nous plongeant dans l’état d’esprit réel des mineurs, et non pas seulement ce qui nous fut rapporté par les articles de presse ou les communiqués.

Examinons un peu plus largement cette thématique de la nationalité, ainsi que ce décalage entre les discours des responsables et les exigences « crues » de la base ouvrière. Cette thématique de la question nationale et du mouvement ouvrier, à propos de laquelle nous avons travaillé pour l’aire géographique de l’Europe centrale (plus spécifiquement la partie autrichienne de l’Europe Habsbourg), autorise quelques rapprochements . Un parallèle intéressant peut être dressé avec les querelles nationalitaires au sein de l’Autriche-Hongrie qui se déroulèrent au même moment entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Les troubles nationaux étaient au cœur des problématiques politiques de l’Empire, et n’épargnèrent pas la social-démocratie autrichienne, alors la deuxième plus puissante d’Europe, derrière sa cousine allemande.

Cette social-démocratie autrichienne connut, pour des raisons certes différentes, des tensions voire des « affrontements » nationaux sur fond de mépris des slaves et de sentiment de supériorité germanique. Les sources que nous avons pu étudier (presse ouvrière, réclame électorale, comptes rendus de congrès) font aussi apparaître un discours édulcoré de la part des élites du parti, mésestimant peut-être la force du phénomène, son enracinement dans la base, afin de maintenir le projet internationaliste, base idéologique du socialisme, ou tout du moins le cadre politique de la Double-Monarchie. Nous pensons également à cette lettre du dirigeant Viktor Adler, à son homologue allemand August Bebel, écrite en 1911 : « le mythe selon lequel nous autres, sociaux-démocrates, serions immunisés contre le nationalisme est définitivement détruit », montrant bien le caractère européen de ce phénomène nationaliste dans les rangs ouvriers, même si les causes spécifiques demeurent distinctes pour les différents cas.

Une histoire transnationale de ces phénomènes n’est-elle à pas écrire ? A la fin de son ouvrage, Bastien Cabot établit une similitude pertinente avec la tragédie d’Aigues-Mortes, survenue en 1893, contre les immigrés italiens cette fois, attestant du caractère non anecdotique du Pas-de-Calais. Même si, derechef, et il prend le soin de le faire, chaque événement doit être traité de manière propre, afin d’en dégager les spécificités et ne pas tirer de généralisations hâtives, cet exemple nous montre combien le cas belge qu’il étudie n’est pas isolé.

Pour conclure, voilà un ouvrage riche, traitant le sujet de manière rigoureuse et globale, allant jusqu’à consacrer sa dernière partie à ces belges retournant « à Ithaque », tentant de se réinsérer dans ce pays qu’ils avaient fait le choix de quitter, pensant trouver de meilleures conditions de travail de l’autre côté de la frontière… Quitte à retenter l’expérience ultérieurement d’une nouvelle migration !

Alexandre Riou

Vous pouvez retrouver la fiche éditeur ici.

Retour sur le séminaire « Socialisme et révolution russe »

Le 11 septembre au département de “Lingue Letterature e Culture Straniere” de l’université de Bergame, qui participe au réseau EuroSoc, un séminaire s’est deroulé en continuité avec celui très important tenu  au mois de décembre à l’université de Rouen. Le thème : Georges Haupt et ses archives, la Grande guerre, l’Orient, les révolutions.

On a voulu revenir sur Georges Haupt historien novateur et sur ses archives en tant que sources  de ce renouveau et aussi de la biographie  d’un historien et d’un intellectuel engagé.

C’était un séminaire de discussion et de présentation de travaux en cours. Plutôt que diffuser ce débat  sous forme d’enregistrements, on a donc  préféré proposer à la revue italienne “Rivista Storica del Socialismo” nuova serie de publier ces textes – à un stade d’élaboration bien plus avancé – dans un des prochains numéros dont on diffusera ensuite la publication.

Ici nous publions les compte-rendus des interventions qui on été introduites et commentées par Maria Grazia Meriggi qui introduira aussi le numéro de la revue qu’on vient de citer.

Avant tout Michel Dreyfus – qui avait déjà rencontré Haupt dans son jury de thèse quelques semaines avant sa disparition si précoce – souligne le caractère novateur de la démarche méthodologique et des sujets de recherche de ce grand historien du socialisme. Il résume une situation historiographique française où le prestige des moments de ruptures, des dates glorieuses du mouvement social – de juin 1848 aux grèves de 1936 – a souvent poussé les historiens à ne pas se pencher sur les moments, les institutions et les pratiques de la négociation et de la médiation. Haupt a donc été novateur par son intérêt pour les mouvements nationaux, les réseaux internationaux, les institutions qui ont permis non seulement la croissance de partis socialistes de masse mais une circulation “d’en bas” de militants, de pratiques et de cultures. La Deuxième Internationale, son centre d’intérêt principal, lui a permis d’étudier le réformisme en profondeur. Georges Haupt fit bientôt la rencontre de Camille Huysmans ; ce dernier avait été comme on le sait, responsable du Bureau socialiste internationale de la Seconde Internationale. Cette rencontre fut sans doute décisive dans la vie de Georges Haupt dans la mesure où elle orienta très fortement ses recherches et lui a permis d’être lui même un passeur .  Il a été novateur aussi par sa recherche incessante de sources, de brochures, de publications d’accès difficile et a été un éditeur important dont les publications ont permis la circulations d’idées et d’expériences même minoritaires mais qui ont enrichi le mouvement ouvrier : son rapport avec Colette Chambelland le témoigne. L’intervention de Michel Dreyfus ouvre aussi sur des thèmes qui seront développés par les autres chercheurs présents au séminaire.

Lucie Guesnier, spécialiste du mouvement socialiste roumain dans ses nombreux et différents problèmes, a rencontré Georges Haupt, évidemment – Michel Dreyfus l’avait déjà évoqué – comme un des historiens qui ont élargi l’étude des socialismes, de ses organisations et ses cultures, à «l’Orient», au monde des Balkans et du Moyen-Orient avec des recherches et des publications qu’il avait partagées avec Michael Loewy et Claudie Weill. Guesnier a aussi souligné les caractéristiques du parcours de Haupt dans l’historiographie « de régime » de son pays et les raisons de son départ pour la France. Haupt – comme Lucie Guesnier l’avait aussi expliqué dans sa thèse – avait souligné les parcours et les réseaux de militants russes en Roumanie et les rapports entre ces socialistes et le mouvement socialiste roumain. Il s’agit tout simplement d’une reconstitution historique riche ouverte en direction de la prosopographie qui allait dans ces mêmes années manifester sa richesse dans le Maitron. Mais pour l’historiographie roumaine après le tournant nationaliste du régime l’entreprise de Haupt devint oppositionnelle : son départ pour l’Occident s’insère aussi dans ce contexte. Guesnier explique aussi son intention d’approfondir la recherche en direction des archives de la police politique roumaine.  Son intervention ouvre – comme l’avait déjà fait Michel Dreyfus – aussi sur un thème qui est au centre du séminaire, c’est-à-dire Haupt historien des bolcheviques – dont les biographies il a publié avec Jean-Jacques Marie – des années de crise de l’Internationale, de Zimmerwald et des premières expériences de la Troisième Internationale. Lucie Guesnier a aussi évoqué l’intérêt de Georges Haupt – qui aurait pu déboucher sur une biographie – pour un personnage contradictoire et tragique tel que Christian  Rakovsky.

Ce thème est au centre de l’intervention d’Andrea Panaccione, spécialiste des socialismes russes et allemands et de la société russe et soviétique. Il ouvre son intervention en reprenant certains aspects de celle de Lucie Guesnier, à partir du thème de l’exil comme expérience politique fondatrice. Il souligne l’importance de Haupt historien de la Deuxième Internationale mais il rappelle que Haupt devient aussi historien de sa crise, de Zimmerwald et de la Toisième Internationale à partir d’un jugement qu’il ne partage pas avec la plupart des historiens de son temps. Haupt ne croit pas qu’il faut parler de déroute ou d’échec de l’Internationale face à la guerre mais d’une crise face à des aspects nouveaux des guerres impérialistes – d’où sa recherche magistrale sur le congrès manqué – suivie par des réponses différentes aux problèmes des nations et des guerres et par des mouvements où un peut voir aussi des continuités. D’ailleurs Haupt avait publié la correspondance de Lénine avec Huysmans !

La relation de Panaccione renvoie ces intérêts de Georges Haupt à la “longue durée” de sa formation en Roumanie et en Urss.

Elle s’est concentrée surtout sur les travaux de Haupt concernant quatre thèmes qui seront développés dans la publication qu’on a déjà annoncée : la Grande guerre et les réactions si contrastées qu’elle suscite dans le socialisme international et les interprétations que les partis et surtout les courants donnent de la “paix sans annexions” ou de la “paix sans conditions ou la paix séparée” ; la signification et l’impact de la guerre pour Lénine ; les (auto)biographies des militants bolcheviques entre l’Europe et la Russie, où se situe son intérêt pour des militants à la frontière de lignes et de fidélités différentes, tels que Christian Rakovsky et Charles Rappoport ; les écrits sur les dissidents soviétiques et surtout sur les travaux de Roj Medvedev autour des caractères du système politique de l’URSS et de ses origines.

Tous ces thèmes seront développés dans la publication annoncée. En conclusion de la séance du matin Maria Grazia Meriggi a réfléchi – suivant ses recherches et intérêts – sur deux aspects de l’entreprise historiographique de Georges Haupt. Il a étudié sans trop de préalables méthodologiques les réseaux et les circuits entre partis, syndicats, groupes de travailleurs, militants particuliers qui se croisent dans l’activité du Bureau Socialiste International: il a fait en quelque manière l’histoire sociale de cette institution. En soulignant les moments de passage entre la Deuxième et la Troisième Internationale mais aussi la formation socialiste de tant de dirigeants socialistes russes ensuite bolcheviques et l’importance de Zimmerwald. Il a aidé les historiens à étudier les années 1918-1920 quand les pratiques de démocratie et la naissance d’institutions nouvelles de représentation dans les lieux de travail avaient concerné des travailleurs, des jeunes, des femmes de plusieurs fidélités politiques et aussi des “sans parti”.

Giovanni Scirocco – de l’université de Bergame – et Jacopo Perazzoli – de la fondation Einaudi – ont présenté des recherches en cours sur le débat surtout public des partis socialistes autour de la Révolution russe et des développements de l’URSS. Scirocco a surtout présenté les positions qui émergent de la lecture de la revue du courant réformiste, “Critica Sociale” (Filippo Turati, Claudio Treves, Rodolfo Mondolfo surtout). Comme l’a ensuite souligné Andrea Panaccione, les socialistes italiens – dont le groupe parlementaire était opposé à la guerre comme le groupe dirigeant du parti – grâce aussi à leur participation à Zimmerwald auraient donc pu jouer un rôle de médiation entre les courants . L’exposé de Jacopo Perazzoli illustre par contre le rôle que l’analyse historique mais aussi le mythe de la Révolution russe et de l’URSS ont joué dans un contexte très spécifique: le lien durable des partis socialiste et communiste jusqu’à la fin des années Cinquante – qui permet au PSI de ne pas participer aux répressions des mouvements sociaux qui ont impliqué la SFIO, par exemple – et la “guerre froide” .

Tous ces exposés seront l’objet d’élargissements et d’approfondissements dont on informera ensuite notre partenaire EuroSoc.

 

Maria Grazia Meriggi

 

ELEMENT BIBLIOGRAPHIQUE

Autour de l’ouvrage de Marcel Body, Un ouvrier limousin au cœur de la révolution russe[1]. Compte-rendu

 

Pierre Hantz est titulaire d’un master en sciences historiques soutenu en juin 2017  sous la direction de Jean-Numa Ducange[2]. Il s’est notamment appuyé sur les riches archives judiciaires qui lui ont permis de venir contribuer et d’enrichir la littérature déjà existante.

 

Ce compte-rendu s’inscrit dans notre volonté de (re)présenter des ouvrages méconnus.

 

Dans cet ouvrage, presque autobiographique, Marcel Body nous livre un témoignage à la fois précieux et singulier dans lequel il décrit son expédition qui le mène au cœur de la révolution d’Octobre. Ouvrier typographe à Limoges, Body apprend le russe très tôt, afin de pouvoir lire son auteur favori en version originale, Tolstoï. Ses compétences linguistiques lui permettent, une fois sous les drapeaux, d’être envoyé comme instructeur à Moscou en 1917. Très vite, il prend position en faveur des ouvriers russes contre le gouvernement provisoire. En 1918, il déserte officiellement la mission française afin de s’opposer à l’intervention de la France contre les Bolcheviks. Avec Pierre Pascal, Jacques Sadoul et Robert Petit (trois autres militaires français) l’auteur adhère au Parti Communiste Français de Moscou avant d’en prendre la direction. Sa connaissance de la langue ainsi que son soutien à Lénine et au régime soviétique lui permettent d’évoluer au sein de ce dernier. C’est donc à partir de ce moment que Marcel Body prend part à de nombreuses missions pour le Parti : de Moscou à Odessa en passant par les steppes arides de Sibérie et par les champs fertiles d’Ukraine, l’auteur est aussi l’invité des congrès du PCUS et de la Troisième Internationale. Tout au long de son ouvrage, Marcel Body adopte néanmoins une vision critique à l’égard du régime soviétique et n’hésite pas à pointer du doigt la famine qui menace les prolétaires. En mars 1921, suite à l’affaire de Kronstadt, et après avoir été dénoncé comme un potentiel soutien des marins révoltés, l’ouvrier typographe est écarté des sphères dirigeantes et devient diplomate à Oslo. C’est dans la capitale norvégienne qu’il y rencontre la célèbre Alexandra Kollontaï avec laquelle il entretiendra une relation intellectuelle fusionnelle. La méfiance de Marcel Body à l’encontre du régime s’éveille à mesure que la guerre de clan s’affirme après la mort de Lénine. A cela s’ajoute ses suspicions vis à vis de la disparition d’une délégation française de la CGT. En effet, selon l’auteur, Zinoviev aurait fait assassiner une délégation française de la CGT sous prétexte qu’elle refusait de soutenir l’URSS lors d’un futur congrès de la Confédération. En 1925, Marcel Body est remercié pour son travail à Oslo. L’auteur est alors persuadé que le régime souhaite l’écarter d’Alexandra Kollontaï, les considérant comme trop proches. Refusant deux postes de diplomate en Asie, l’auteur en profite alors pour abandonner ses responsabilités en URSS et rentrer en France. Peu de temps après son retour à Limoges, Marcel Body démissionne du Parti Communiste afin de se concentrer exclusivement aux traductions des œuvres de Lénine. Cet ouvrage retrace donc les évolutions de la révolution d’Octobre vécue de l’intérieur. Marcel Body conte son épopée avec précision et détails. De la guerre civile aux guerres de succession, son livre déborde de références historiques et d’analyses personnelles, très utiles à la compréhension du début du régime soviétique.

Pierre Hantz


[1] BODY Marcel, Un ouvrier Limousin au coeur de la révolution russe, Clamecy, Spartacus, 2003.

[2] HANTZ Pierre, « Les mouvements ouvriers et socialistes à Limoges en 1848-1849 », mémoire de master recherche sous la direction de Jean-Numa Ducange, Rouen, Université de Rouen-Normandie, 2017.