Archives de catégorie : Billets

Vous trouverez ici tous les éléments publiés sur le Carnet EUROSOC.

[AGENDA] Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

Journée d’études
Traduire la politique en Europe au XIXe siècle


Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm
Institut d’histoire moderne et contemporaine (salle de séminaire)
Le 15 novembre 2018

Organisateurs :
Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie)  Blaise Wilfert-Portal (Ecole normale supérieure-PSL, Institut d’histoire moderne et contemporaine)

En partenariat avec le séminaire EUROSOC Normandie (Université de Rouen-Normandie)

L’histoire de la traduction politique comme histoire d’un certain type d’imprimé politique a jusqu’ici été très peu faite, et cette lacune n’est pas sans dommage. Ce qui disparaît, dans les analyses qui prennent une traduction politique pour objet, c’est la raison pour laquelle l’opération de transfert politique qu’elle autorise devait prendre la forme de la publication d’un livre : pourquoi, alors que c’est coûteux et le plus souvent complexe, faire le choix de publier des traductions pour appuyer une campagne, alors qu’il aurait pu suffire, comme cela se fait le plus communément, dans des articles de presse, des discours ou des propos de société, de faire référence aux thèses de ceux que l’on veut mobiliser, de citer l’une ou l’autre de leurs phrases, de résumer d’un mot leurs perspectives, et de profiter ainsi d’une forme de monopole symbolique lié à l’étrangeté linguistique de la référence citée. La publication d’une traduction est une entreprise en soi, qui engage aussi le système éditorial de son temps, et constitue donc une opération politique spécifique, dont il faut pouvoir aussi rendre compte.
L’objet de cette journée d’études, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pluriannuel sur la traduction et la politique en Europe, qui aura d’autres volets, concerne donc spécifiquement la traduction politique comme publication, qu’elle se fasse sous la forme de la monographie, de la série de volumes dans le cadre d’ambitieuses oeuvres complètes ou de la publication sérielle dans les journaux. Quelle place la traduction tint-elle dans l’imprimé politique, au XIXe siècle ? Quel type de transnationalité de la vie politique européenne permet-elle de suivre, de décrire, et que nous offre-t-elle de comprendre à nouveaux frais, dans les grands récits politiques et intellectuels les plus courants ?


Programme

Accueil : 9 h 30

9 h 40 : INTRODUCTION
Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal

Première session : la traduction, moment-clé du transfert politique

10 h – 10 h 30 :
Elisa Marcobelli, (Université de Rouen-Normandie)
« Modifications intentionnelles ? La traduction comme filtre dans la querelle révisionniste dans la Critica sociale »

10 h 30 – 11 h :
Fausto Proietti (Università di Perugia)
« Une democratie anti-parlementaire. La diffusion des écrits de Moritz Rittinghausen dans les milieux socialistes et anarchistes en Italie (1890-1917) »

11 h  – 11 h 30 :
Emmanuel Jousse (Sciences Po Paris)
« Du conservatisme bismarckien au socialisme normalien: la traduction du « socialisme d’Etat » en France, 1880-1914″

11 h 30 – 12h  :
Jean-Charles Geslot  (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Université Paris-Saclay)
« Histoire et libéralisme au temps de l’Empire autoritaire : les traductions françaises de Thomas Macaulay ».

12 h – 13h  : discussions

Deuxième session : Le travail du traducteur politique

14h30 – 15 h :
 Rahul Markovits (Ecole normale supérieure- Paris Sciences et Lettres)
« La traduction comme don : la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en persan (1794) » 

15 h – 15 h 30 :
Hugo Bonin (Département de Science politique, UQAM) &  Vincent Guillin (Département de philosophie, UQAM & CIRST)
« [L]es projets liberticides de nos adversaires politiques pourraient bien nous mettre dans l’impossibilité de travailler : Émile-Honoré Cazelles, traducteur, républicain, protestant. »

15 h 30 – 16 h :
Darío R. Varela Fernández (Le Mans Université)
« La traduction en  espagnol d’Antonio Zozaya y Jou de Utilitarianism de  John Stuart Mill : une reproduction fidèle de la pensée du philosophe  britannique en territoire ibérique ? »

16h15 – 16 h 30 :
Pause

16h30- 17h15 :
Discussions


17 h 15 – 17h45  : Coda
Julien Hage 
« Traduire la politique au XXe siècle : perspectives méthodologiques »

17 h 45 – 18 h : Conclusions

[AGENDA] Transnational Approaches to the History of Socialism before World War One / Quelle Histoire Transnationale du Socialisme avant la Première Guerre mondiale?

Universität Leipzig, 6-7 décembre 2018
Centre for Area Studies

 

 

Transnational Approaches to the History of Socialism before World War One / Quelle Histoire Transnationale du Socialisme avant la Première Guerre mondiale?

 

Cette journée d’études s’insère dans un cycle de rencontres souhaitant s’intéresser à toutes ces manifestations « transnationales » du socialisme : circulation des textes, des idées et des acteurs socialistes entre les différents pays, travail transfrontalier, mouvements transnationaux, positions des socialistes lors des conflits – tout ce qui de quelque manière dépasse, voire efface les frontières.

Les réflexions s’ouvriront par une communication introductive qui soulèvera des questions générales concernant les horizons de la lutte ouvrière : une lutte dans le cadre national qui aspire fondamentalement à devenir une lutte globale.
La première table ronde de la rencontre donnera l’occasion de suivre le travail d’acteurs individuels, qui mettent en relation le socialisme de pays différents, soit à travers leurs trajectoires (Kròlikowski et De Paepe) soit par leurs écrits (tel est le cas de Labriola).
La deuxième partie se concentrera plutôt sur les groupes d’hommes qui contribuent à l’implantation des idées socialistes dans d’autres pays, à l’exemple des migrants européens en Argentine, ou qui ouvrent des débats qui sont per se transnationaux, telle que la réflexion de la social-démocratie internationale au sujet de l’expansion coloniale européenne.

Introduction
Jean-Numa Ducange (University of Rouen-Normandie),
L’horizon transnational du socialisme

Conférence liminaire :
Jean-Paul Tam (Diplomat, Cameroon),
Comprendre le transnationalisme sous le prisme du socialisme-marxiste avant 1914.

Panel I: Individual Trajectories and Actors of Transnationalism
Chair: Elisa Marcobelli (University of Rouen-Normandie)

Piotr Kuligowski (Adam-Mickiewicz University, Poznan),
Early Communism in a Transnational Perspective: The Case of Ludwik Królikowski’s Political Ideas in the 1840s and 1850s

Emmanuel Jousse (Centre d’Histoire de SciencesPo, Paris),
Réflexions sur l’histoire transnationale du socialisme à partir d’une approche biographique. Le cas de César De Paepe (1841-1890)

Marco Vanzulli (Bicocca University, Milan),
Le marxisme de Labriola face au révisionnisme de la IIe Internationale et la question de son adhésion à l’expansion coloniale italienne

 

Panel II: Socialism and Borders
Chair: Steffi Marung (University of Leipzig)

Wiktor Marzec (HSE Moscow) and Risto Turunen (University of Tampere),
Socialisms in the Tsarist Borderlands. Poland and Finland in a Contrastive Comparison, 1830-1907

Mohieddine Hadhri (University of Tunis),
La social-démocratie européenne face à l’expansion coloniale en Afrique du nord, 1881-1914

Lucas Poy (University of Buenos Aires),
Between gauchos and European migrants. The Socialist Party of Argentina in the years of the Second International, 1890-1914

Frank-Olivier Chauvin (University of Rouen-Normandie),
La Révolution bolchévique à Constantinople et les socialismes français. Réseaux, imaginaires et langage révolutionnaire

 

Conclusion
Matthias Middell (University of Leipzig)

[AGENDA] SOCIALISME ET RELATIONS INTERNATIONALES : DE LA SECONDE MOITIE DU XIXe SIÈCLE A LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Journée d’études

« SOCIALISME ET RELATIONS INTERNATIONALES : DE LA SECONDE MOITIE DU XIXe SIECLE A LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE »

Strasbourg, mercredi 7 novembre 2018

Salle 26, Villa Knopf (10 rue Schiller), annexe de l’Institut de Sciences Politiques de Strasbourg. Dans le cadre du séminaire d’EUROSOC

Cette journée d’études s’insère dans un cycle de rencontres souhaitant s’intéresser aux manifestations « transnationales » du socialisme de la seconde moitié du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale. En particulier, il s’agira d’étudier la mise en place originelle, les développements multiformes et les éventuels blocages des institutions de l’internationalisme socialiste, à l’heure où ce mouvement est confronté à une emprise singulièrement importante des partis « nationaux » et où le principe de solidarité internationale est souvent reconsidéré à la lumière de la realpolitik. Nous nous intéresserons aux interactions entre les différentes institutions en vue de la construction des relations internationales : qui sont les « passeurs » ; quelle est la portée réelle des structures « officielles » (Internationale Socialiste, Bureau Socialiste International) et comment celles-ci obtiennent leur légitimité face aux différentes écoles socialistes en confrontation ; quels autres réseaux et plateformes d’échange sont mis en place (structures transfrontalières, rencontres formelles et informelles, correspondances, presse, etc). Nous approfondirons également les dimensions fondamentales autour desquelles se sont consolidés les liens internationaux des socialismes : la circulation et la diffusion d’idées ; les réceptions particulières aux différents niveaux du militantisme ; les initiatives communes qui ont pu voir le jour.

La première table ronde de la rencontre nous permettra d’approfondir quels types de circulations d’idées et de pratiques articulent les échanges internationaux entre les acteurs du monde socialiste d’avant 1914. En particulier, dans une Europe où des questions à l’apparence « régionales » risquent de déboucher sur des crises mondiales, les socialismes des pays frontaliers s’inventent des processus de rapprochement ad hoc pour renforcer la solidarité des prolétariats respectifs, à l’image des socialistes balkaniques, scandinaves et germaniques, mais également de socialistes alsaciens-lorrains à la croisée des chemins.

La deuxième table ronde de la rencontre donnera l’occasion d’étudier les moyens mis en place par les organisations socialistes pour faire face de manière conjointe aux différentes crises internationales – telles les crises coloniales et l’opposition à la guerre européenne – mais aussi régionales – telle la restructuration du socialisme alsacien dans l’immédiat après-guerre.

PROGRAMME

INTRODUCTION

9h-9h30 :

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie)

9h30-12h :

PREMIÈRE TABLE RONDE : CIRCULATION D’IDEES ET DE PRATIQUES DANS LE MONDE SOCIALISTE D’AVANT 1914

Président de séance : Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg)

Maurice Carrez (Université de Strasbourg),
« Des transferts culturels complexes : la social-démocratie finlandaise d’avant 1914 au filtre d’une analyse transnationale ».

Pascal Guillot (Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines),
« Le socialisme d’André Morizet dans l’entre-deux-siècles : une germanophilie politique et intellectuelle ».

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie),
« Sociaux-démocrates allemands et autrichiens face à la question « grande-allemande » ».

Lucie Guesnier (Université de Paris 1),
« La confédération balkanique, un projet pour la paix aux marges de la Seconde Internationale ».

14-16h30

DEUXIÈME TABLE RONDE : LA SOLIDARITE SOCIALISTE A L’EPREUVE DES CRISES INTERNATIONALES

Présidente de séance : Françoise Olivier-Utard (Université de Strasbourg)

Andrea Benedetti (Université de Strasbourg),
« Le Bureau socialiste international et les crises coloniales de 1905-1912 : l’exigence d’une action commune et simultanée pour freiner la marche à la guerre européenne ».

Andrea Geuna (Ecole normale supérieure de Pise / EHESS),
« La première preuve de solidarité internationale : la guerre de Libye ».

Clément Fontannaz (Université de Strasbourg),
« Les militants socialistes romands face aux crises du début du XXème siècle (1906-1918) ».

Pierre Krieger (Université de Strasbourg),
« Luttes fratricides entre sociaux-démocrates : la guerre de tendances dans le passage du SPD à la SFIO en Alsace-Lorraine (1918-1920) ».

16h30-17h :

CONCLUSIONS

Maurice Carrez (Université de Strasbourg)