Archives de catégorie : Allemagne / Germany

[LECTURE] Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

Rosa Luxemburg, Le Socialisme en France (1898-1912), Œuvres complètes, Marseille, Agone & Smolny, 2013, tome III, 297 p.

 « Le socialisme en France (1898–1912) », troisième volume des œuvres complètes de Rosa Luxembourg propose de revenir en 40 articles sur l’attention que porte la militante internationaliste sur les évènements marquants de la vie politique en France : l’Affaire Dreyfus, la crise « ministérialiste » et la critique du syndicalisme révolutionnaire, ainsi que l’unité des socialistes. Recueillis par Daniel Guérin et Lucie Roignant, préfacé par Jean-Numa Ducange, ces articles illustrent une bataille politique où la militante se met au combat contre le tournant impulsé par Eduard Bernstein au sein de la social-démocratie allemande. L’exemple français lui fournit à juste titre des illustrations pratiques pour son combat politique au sein du SPD, faisant sienne la formule des marxistes : la lutte des classes est nationale dans sa forme et internationale dans son contenu. La révision de la méthode du marxisme par Bernstein et l’entrée de Millerand au gouvernement n’ont-elles pas porté indice d’une crise à venir au sein de l’Internationale ouvrière ? C’est avec lucidité que Rosa Luxemburg a senti se profiler la crise internationale du socialisme.

Pour défendre sa méthode, celle du marxisme, et souligner une unité de pensée résolument nourrie du feu révolutionnaire, Rosa Luxembourg, informe le lecteur allemand de l’actualité politique et sociale en France. Elle leur révèle la précarité des jeunes institutions républicaines de la IIIème République en proie aux attaques monarchistes et cléricales. En conséquence, c’est l’échec du parti radical qui est décrit en décortiquant à chaque fois tous les mécanismes à l’œuvre dans les situations les plus dangereuses pour la République. Pour elle, la bourgeoisie ne peut plus assurer la défense des acquis démocratiques, seul le mouvement ouvrier organisé avec son parti unique peut aller à la défense et à la conquête des libertés. Ainsi, la défense de la République et le combat anticlérical ne peuvent justifier d’alliances profondes avec les radicaux, ni avec les républicains de gauche. Dans un autre registre, elle critique les positions anarchistes sur la grève générale comme étant la face contraire de l’adaptation insidieuse des socialistes au parlementarisme « bourgeois ». Elle met donc en garde les socialistes sur l’adaptation aux positions radicales dont Jaurès constitue une incarnation à ces yeux. Elle qui pourtant a encensé sa position dreyfusarde devant le silence de Guesde dont elle se sent le plus proche politiquement. Ainsi, l’unification des socialistes ne peut se faire à n’importe quel prix. La nécessité d’une clarification des buts et des méthodes a certainement montré un degré de confusion théorique révélant davantage l’éclectisme et la jeunesse des organisations socialistes en France. C’est pourquoi il est recommandé de lire avec attention un article, le plus important en taille comme en contenu « La crise socialiste en France » qui recentre toute son attention sur la défense des principes socialistes et de l’indépendance du mouvement socialiste, en somme, la pierre angulaire de cette anthologie.

La compilation présente chronologiquement des articles rédigés à chaud sur les suites de l’Affaire Dreyfus, les grèves des fonctionnaires et le 1er mai. Mais aussi des indications sur la progression électorale des socialistes et des débats préfigurant l’unité socialiste.  Cette présentation chronologique, permet de saisir toute la subtilité d’une pensée militante et de renseigner davantage sur l’évolution des débats qui ont eu lieu au sein de l’Internationale ouvrière. Aussi, elle permet d’entrevoir des pistes nouvelles quant à l’évolution du paysage politique européen. La mise en abîme de la crise internationale du socialisme par la situation française est une des préfigurations de la « crise » mondiale du 4 aout 1914.

 

Ryad Bendif

[COMPTE-RENDU] BAUER Otto, Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie, Wien, Wien Verlag, 1907

Edition française : Bauer O., La question des nationalités, Paris, Editions Syllepse, 2017

 

Initialement pensé comme une brochure explicative à la demande de son mentor, Karl Renner, censée compléter et approfondir la question nationale développée dans l’ouvrage Staat und Nation (1899), La Question Nationale et la Social-Démocratie se révèle comme le plus puissant et le plus abouti ouvrage de réflexion du courant dit « austromarxiste ». Dépassant de loin toutes les attentes et les espérances de ses commanditaires, sa parution et sa réception permettent à son auteur de se hisser parmi les grands théoriciens de la social-démocratie européenne.

En partant d’une approche globale clairement ancrée dans le matérialisme historique de Karl Marx, Otto Bauer s’attacha, de manière rigoureuse, à définir les concepts historiques de nation, d’État et d’État multinational. En effet, à de multiples reprises, en cette période de la fin du XIXe-début XXe, la question nationale ou le moyen de faire coexister différents peuples, différentes nations au sein d’un Etat multinational (en l’occurrence la Cisleithanie), prend un tournant dramatique en raison de la montée des courants nationalistes encouragée notamment par les rivalités croissantes entre Tchèques et Allemands d’Autriche. Une montée des nationalismes qui n’épargne pas la social-démocratie et pousse donc certains de ses responsables à s’emparer de ce sujet afin de tenter d’y apporter des réponses novatrices.

L’objectif affiché de cet ouvrage est donc double. D’une part une motivation théorique et doctrinale, celle de compléter l’œuvre de Karl Marx et Friedrich Engels en menant une analyse « marxiste » du principe des nationalités là où Marx s’est limité à développer une conception matérialiste de l’histoire autour « des luttes politiques et sociales ainsi que des mutations dans l’ordre juridique et étatique en rapport avec le développement économique ». D’autre part à apporter des réponses politiques aux tensions nationales à l’œuvre dans l’Empire en cherchant justement à dépolitiser ces questions. C’est la fameuse théorie de l’autonomie nationale, que Bauer développe dans la quatrième partie de son ouvrage, en s’appuyant très clairement sur les travaux de Karl Renner, construite autour du principe de nationalité. Il s’agirait de laisser le choix au citoyen de décider à quelle nationalité il s’identifie, lequel serait inscrit sur un territoire national correspondant, et ainsi donc intégré à une corporation de droit public dont la mission serait de pourvoir aux besoins dits culturels de la nation (éducation, culture, aide juridique…). Les nations les plus faibles ne seraient alors plus sous la domination juridique et politique des plus puissantes, la lutte se déplaçant sur le champ culturel.

Les suites, nous les connaissons : l’Empire ne sut se réformer de l’intérieur, les tensions continuèrent de s’exacerber, et la Première Guerre mondiale en sonna le glas. Cependant, un échec n’est pas synonyme de défaite ou d’oubli. La redécouverte, et la réintroduction des théories austromarxistes dans le milieu universitaire français sous l’impulsion d’Yvon Bourdet dans les années 1970, la traduction de cet ouvrage phare, après maintes péripéties, enrichie d’une introduction de Claudie Weill, ainsi que de la préface à la seconde édition (1924) et des remarques parues dans Die Neue Zeit, montrent la place stratégique qu’occupe à nouveau le champ des théories des socialistes allemands d’Autriche dans l’histoire des mouvements ouvriers européens, ainsi que la pertinence contemporaine de ces écrits dans un contexte européen tenant la comparaison avec l’Autriche-Hongrie d’avant 1914 : de l’utilité de ces réflexions pour nous aider à analyser ces nationalismes, et faire office de source d’inspiration afin d’en puiser idées et concepts permettant d’apporter des réponses politiques, peut-être pas toutes novatrices, mais d’une certaine manière révolutionnaire.

 

Voir la fiche de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Alexandre Riou
Historien

Eléments bibliographiques

Nous introduisons une nouvelle catégorie d’éléments bibliographiques pouvant aider à l’étude des mouvements socialistes, entendus ici dans un sens large.

Ce billet présente le sommaire de la revue allemande Arbeit – Bewegung – Geschichte (Travail, Mouvement, Histoire). Revue quadrimestrielle qui a pour objet l’étude allemande et internationale des mouvements ouvriers.

Si la publication du journal s’effectue en allemand, les thématiques abordées demeurent internationales et transnationales. Par ailleurs, un forum de recherche éponyme sur les mouvements sociaux existe également.

New issue of “Arbeit – Bewegung – Geschichte” (Labour – Movement – History) 2018/1

by Ralf Hoffrogge

Arbeit – Bewegung – Geschichte (Labour – Movement – History)  is a triannual academic journal covering the history of German and international labour movements. From 2002-2015 it was known as “Jahrbuch für Forschungen zur Geschichte der Arbeiterbewegung” (Labour History Yearbook).

The journal is published in German language but has an international and transnational focus. In addition to labour history, “Arbeit – Bewegung – Geschichte” is a forum for research on social movements, such as the history of women’s liberation or the antifascist resistance movements in Germany and Europe.

Journal website: www.arbeit-bewegung-geschichte.de

Publisher´s website: http://metropol-verlag.de/produkt-kategorie/zeitschriften/arbeit-bewegung-geschichte/

 

Table of Content – Issue January 2018 (2018/1)
Articles

Sebastian Bischoff: Guter Genosse, welscher Feind. Die SPD, die Internationale und die Personifizierung der „belgischen Gefahr“ im Ersten Weltkrieg

Vera Bianchi: Feminismus in proletarischer Praxis: Der „syndikalistische Frauenbund“ (1920 bis 1933) und die „Mujeres Libres“ (1936 bis 1939)

Selim Nadi: Die Französische Kommunistische Partei und ihre Haltung zu Sozialchauvinismus und Kolonialismus 1920 bis 1936

Sarah M. Schlachetzki: „Die Frage gehört hierher; aber nicht mehr die Antwort“ – Alexander Schwab, Wirtschaftsjournalist und Architekturkritiker in düsteren Zeiten

Andreas Fasel: Einbinden und trennen: Betriebliche Sozialpolitik in der Schweiz von 1937 bis in die 1960er-Jahre

Sarah Langwald: Kommunistenverfolgung und juristische Gegenwehr: die „Verteidigerkomiteebewegung“ und der „Hauptausschuss für Volksbefragung“

Sigrun Lehnert: Arbeit, Freizeit und Streik in der Kino-Wochenschau West- und Ostdeutschlands von den 1950er- bis Mitte 1960er-Jahre

Conference Reviews

Robert Schmieder: „Welten der Arbeit auf den Kopf gestellt – Revolutionen und Arbeitsbeziehungen in globalhistorischer Perspektive“. 53. ITH-Konferenz in Linz

Anja Kruke: Digitale (Alb-)Träume? 48. IALHI-Konferenz in Gent/Belgien

Kay Schweigmann-Greve: „Liberation here and now“. 50. Konferenz der Society for Socialist Studies vom 30. Mai bis zum 2. Juni 2017 in Toronto

Oliver Gaida: Symposium „Das Reichsarbeitsministerium im Nationalsozialismus. Verwaltung – Politik – Verbrechen“ in Berlin

Yves Müller: „Nur wer arbeitet, soll auch essen.“ Zur Kultur- und Sozialgeschichte der Arbeitslosigkeit. 4. Nachwuchssymposium des AK Kritische Geschichte in Bamberg

Book Reviews

Andreas Fisahn: Die Saat des Kadmos. Staat, Demokratie und Kapitalismus (Holger Czitrich-Stahl)

Andreas Eckert (Hrsg.): Global Histories of Work (Philipp Reick)

Axel Weipert u. a. (Hrsg.): „Maschine zur Brutalisierung der Welt“? Der Erste Weltkrieg – Deutungen und Haltungen 1914 bis heute (Jörn Wegner)

Mark Jones: Am Anfang war Gewalt. Die deutsche Revolution 1918/19 und der Beginn der Weimarer Republik (Axel Weipert)

Peter Autengruber/Manfred Mugrauer (Hrsg.): Oktoberstreik. Die Realität hinter den Legenden über die Streikbewegung im Herbst 1950. Sanktionen gegen Beteiligte und ihre Rücknahme (Simon Loidl)

Dieter Reinisch: Die Frauen der IRA. Cumann na mBan und der Nordirlandkonflikt 1968–1986 (Christian Sprenger)

Boris Barth: Die IG Metall zwischen Wiedervereinigung und Finanzmarktkrise. Ausgewählte Ereignisse der jüngeren Gewerkschaftsgeschichte (Ralf Hoffrogge)

IG Metall Bezirk Bayern (Hrsg.): Vom Wiederaufbau zur Arbeit 4.0 – IG Metall Bayern: 70 Jahre Fortschritt durch Tarifpolitik (Ralf Hoffrogge)

Michael Schäfer: Eine andere Industrialisierung. Die Transformation der sächsischen Textilexportgewerbe 1790–1890 (Dietrich Ebeling)

Siegfried Prokop: „Die DDR hat’s nie gegeben“. Studien zur Geschichte der DDR 1945 bis 1990 (Heinz Niemann)

Jörg Roesler: Aufholen, ohne einzuholen! Ostdeutschlands rastloser Wettlauf 1965–2015. Ein ökonomischer Abriss (Ulrich Busch)

Uta Bretschneider: „Vom Ich zum Wir?“ Flüchtlinge und Vertriebene als Neubauern in der LPG (Evemarie Badstübner)

Sebastian Müller: Der Anbruch des Neoliberalismus. Westdeutschlands wirtschaftspolitischer Wandel in den 1970er-Jahren (Kai Krüger)

Hans-Ulrich Thamer/Barbara Schäche (Hrsg.): Alltag in Berlin – Das 20. Jahrhundert (Ralf Hoffrogge)

Detlef Lehnert (Hrsg.): SPD und Parlamentarismus. Entwicklungslinien und Problemfelder 1871–1990 (Uli Schöler)

Max Bloch (Hrsg.): Albert Südekum. Genosse, Bürger, Patriarch. Briefe an seine Familie 1909–1932 (Holger Czitrich-Stahl)

Ernst-Albert Seils: Hugo Haase. Ein jüdischer Sozialdemokrat im deutschen Kaiserreich. Sein Kampf für Frieden und soziale Gerechtigkeit (Uli Schöler)

Thilo Scholle: Paul Levi. Linkssozialist – Rechtsanwalt – Reichstagsmitglied (Holger Czitrich-Stahl)

Mario Keßler: Alfred Meusel. Soziologe und Historiker zwischen Bürgertum und Marxismus (1896–1960) (Jürgen Hofmann)

Jože Pirjevec: Tito. Die Biografie (Ratimir Britvec)

Hans-Peter de Lorent: Max Traeger. Biografie des ersten Vorsitzenden der Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (1887 – 1960) (Willy Buschak)