Archives de catégorie : Agenda

[agenda] Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Organisé par le RIN PEACE

Dates : 28/03/2019 – 29/03/2019
Lieu : Université de Rouen – Maison de l’Université à Mont-Saint-Aignan

Qu’est-ce que la paix pour les socialistes ? Elle n’est pas vraiment absence absolue d’armements et de guerre, si l’on suit par exemple ce que Jaurès écrit dans l’Armée nouvelle. Le tribun socialiste cherche alors à répondre à une question qui lui tient à cœur : comment pouvoir garantir la paix en France et « dans le monde incertain dont elle est enveloppée » ? Elle n’est non plus à tout moment une priorité, comme par exemple à la naissance de la IIème Internationale en 1889 ; elle constitue alors un sujet de discussion parmi les autres. Et quand les crises diplomatiques internationales se succèdent, on trouve dans les écrits socialistes des affirmations comme celle de Max Calwer qui se définit comme un « deutscher Sozialist » ; parlant de la crise marocaine de 1905, il plaide pour un élargissement de la puissance allemande.
Pacifisme et socialisme sont donc deux mots qui n’ont pas toujours marché main dans la main, ni du point de vue lexical, ni du point de vue des contenus. L’objectif de ce colloque est de questionner les multiples relations du socialisme à la paix. La période qui va des années 1890 à la fin de la Grande Guerre sera privilégiée, mais nous souhaitons élargir le propos à une réflexion plus vaste jusqu’à la chute du Mur de Berlin. On suivra donc l’évolution de la conception de la paix par les acteurs socialistes, la façon dont leurs initiatives pour le maintien d’un ordre pacifique changent dans des contextes différents. Ce qui nous intéresse plus particulièrement est de montrer comment les socialistes et sociaux-démocrates se sont posés ces questions dans un contexte transnational. Un des objectifs sera ainsi de sortir du seul cadre national pour embrasser une vision globale – et tenter pour tracer une « histoire croisée » (entangled History) du rapport entre socialisme et paix.

Programme

Jeudi 28 mars 2019

14h – 14h30

  • Introduction générale au colloque par Jean-Numa Ducange (Univ. de Rouen) et Elisa Marcobelli (Univ. de Rouen)

14h30 – 16h15 :
Première séance : Internationalisme socialiste égal paix ? (1889-1914)
Modération : Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès)

  • Elisa Marcobelli (Univ. de Rouen) : « La IIème Internationale face aux crises diplomatiques (1889-1915). Un parcours d’apprentissage »
  • Andrea Benedetti (Univ. de Strasbourg) : « Le Bureau Socialiste International et les premières initiatives humanitaires : entre opposition de principe et convergence pratique pour la paix, 1900-1914 »
  • Paul Miller (Mc Daniel College) : « Revolutionaries Revisited: French Antimilitarists on the Verge of War »

16h15 – 16h45

Pause-café

16h45 – 18h15

Deuxième séance : 1914-1918 : les socialistes et la paix pendant la guerre
Modération : Patrizia Dogliani (Univ. de Bologne)

  • Stefanie Prezioso (Univ. de Lausanne) : “Antonio Gramsci et la «neutralité active et agissante »
  • Julien Chuzeville (chercheur indépendant) : « Socialistes et syndicalistes zimmerwaldiens contre la guerre, par la révolution ? »
  • Vincent Chambarlhac (Univ. de Bourgogne) : « La Grande Guerre comme fin d’une tradition communarde ? »

18h15 – 18h45

Conférence de Talbot Imlay (Université de Laval – Québec) : « Guerre, paix, internationalisme : le cas transnational »

Vendredi 29 mars

9h – 10h45 :

Troisième séance : Socialismes et reconstruction de la paix
Modération : Gilles Candar (Société d’études jaurésiennes)

  • Patrizia Dogliani (Univ. de Bologne) « 1919, les socialistes face à la Conférence pour la Paix à Versailles, entre internationalisme et wilsonisme »
  • Adeline Blaszkiewicz (Univ. Paris 1) « De Paris à Genève, construire la paix par l’action sociale internationale. Albert Thomas et le Bureau international du travail au début des années 1920 »
  • Benoît Kermoal (EHESS) : « La violence ou la paix. L’impossible choix des socialistes français, de Munich à la défaite de 1940 »

10h45-11h : Pause-café

11h – 13h :

Quatrième séance : Seconde Guerre mondiale : comment affronter le nouveau défi ?
Modération : Olivier Feiertag (Univ. de Rouen)

  • Gilles Morin (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Paris 1) : « Du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes à la Ligue de la Pensée française (1934-1944), l’impasse du pacifisme intégral de la gauche »
  • Talbot Imlay (Université Laval) : « Le parti travailliste et les socialistes européens en exil en Grande-Bretagne pendant la Seconde guerre mondiale »
  • Virgile Cirefice (Univ. de Paris 8) : « Vainqueurs et vaincus. Les socialistes français et italiens face à la paix à la fin de la Seconde guerre mondiale ».

13h – 14h30

Pause déjeuner

14h30 – 16h45

Cinquième séance : Socialismes, paix et guerre froide
Modération : Thomas Hippler (Univ. de Caen)

  • Grey Anderson (Univ. de Caen) : « Zoological Peace: Pacifism and Socialism in the Second Cold War »
  • Bernd Rother (Willy-Brandt-Stiftung) : « Reformists and Revolutionaries – What brought European Social Democrats and Latin American Leftists together in the 1970s and 1980s »
  • Judith Bonin (Univ. de Bordeaux) : « La paix et le pacifisme dans le discours international du Parti socialiste français des années 1970 »

16h45 – 17h15 : Conclusion

  • Conférence de Christophe Prochasson (EHESS)

Plus d’informations

[AGENDA] Journée d’étude « Vienne transnationale » dans le cadre du RIN PEACE Caen

Lieu : Université de Caen / MRSH, salle sh 028
Début :
20/11/2018 – 14:00
Fin :
20/11/2018 – 18:00
Responsable(s) scientifique(s) :
Eric Leroy du Cardonnoy

Dans le cadre du RIN PEACE (La paix : perspectives historiques, conceptuelles et normatives) porté par les laboratoires Histemè, ERLIS et GRHis est organisée une journée d’étude qui a pour but de s’interroger sur le rôle et les fonctions que la ville de Vienne a pu jouer, réellement mais aussi symboliquement dans les représentations à la fois dans les sphères culturelles européennes, mais aussi extra-européennes.

Elle considérera trois moments importants de l’histoire de la capitale autrichienne dans un processus de constitution d’un processus de paix européen, voire mondial : le premier s’intéressera au congrès de Vienne et à ses répercussions après 1815 comme matrice du processus en question ; le second prendra Vienne comme le lieu, le terreau d’un transnationalisme aux multiples facettes au tournant du XIXe-XXe siècle ; enfin le dernier étudiera Vienne comme ville de la neutralité suite au traité d’État et à la politique pacifique menée par Bruno Kreisky et ses successeurs au moment de la guerre froide ainsi que les relations avec les mouvements socialistes internationaux.

Eric Leroy du Cardonnoy (Université de Caen) : Le tableau d’Isabey comme matrice des tableaux des représentations des congrès ultérieurs en Europe

Reiner Marcowitz (Université de Lorraine) : Les négociations de Vienne dans le rétablissement d’un ordre international stable

Laure Gallouet (Université de Toulouse 2) : Vienne, ville d’accueil et lieu de rencontres internationales pendant la Guerre froide : contexte, enjeux, limites

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen) : Vienne, capitale mondiale du socialisme ? Du compromis de 1867 à « Vienne la Rouge » : étude de réseaux transnationaux


[AGENDA] Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

Journée d’études
Traduire la politique en Europe au XIXe siècle


Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm
Institut d’histoire moderne et contemporaine (salle de séminaire)
Le 15 novembre 2018

Organisateurs :
Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie)  Blaise Wilfert-Portal (Ecole normale supérieure-PSL, Institut d’histoire moderne et contemporaine)

En partenariat avec le séminaire EUROSOC Normandie (Université de Rouen-Normandie)

L’histoire de la traduction politique comme histoire d’un certain type d’imprimé politique a jusqu’ici été très peu faite, et cette lacune n’est pas sans dommage. Ce qui disparaît, dans les analyses qui prennent une traduction politique pour objet, c’est la raison pour laquelle l’opération de transfert politique qu’elle autorise devait prendre la forme de la publication d’un livre : pourquoi, alors que c’est coûteux et le plus souvent complexe, faire le choix de publier des traductions pour appuyer une campagne, alors qu’il aurait pu suffire, comme cela se fait le plus communément, dans des articles de presse, des discours ou des propos de société, de faire référence aux thèses de ceux que l’on veut mobiliser, de citer l’une ou l’autre de leurs phrases, de résumer d’un mot leurs perspectives, et de profiter ainsi d’une forme de monopole symbolique lié à l’étrangeté linguistique de la référence citée. La publication d’une traduction est une entreprise en soi, qui engage aussi le système éditorial de son temps, et constitue donc une opération politique spécifique, dont il faut pouvoir aussi rendre compte.
L’objet de cette journée d’études, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pluriannuel sur la traduction et la politique en Europe, qui aura d’autres volets, concerne donc spécifiquement la traduction politique comme publication, qu’elle se fasse sous la forme de la monographie, de la série de volumes dans le cadre d’ambitieuses oeuvres complètes ou de la publication sérielle dans les journaux. Quelle place la traduction tint-elle dans l’imprimé politique, au XIXe siècle ? Quel type de transnationalité de la vie politique européenne permet-elle de suivre, de décrire, et que nous offre-t-elle de comprendre à nouveaux frais, dans les grands récits politiques et intellectuels les plus courants ?


Programme

Accueil : 9 h 30

9 h 40 : INTRODUCTION
Jean-Numa Ducange et Blaise Wilfert-Portal

Première session : la traduction, moment-clé du transfert politique

10 h – 10 h 30 :
Elisa Marcobelli, (Université de Rouen-Normandie)
“Modifications intentionnelles ? La traduction comme filtre dans la querelle révisionniste dans la Critica sociale”

10 h 30 – 11 h :
Fausto Proietti (Università di Perugia)
“Une democratie anti-parlementaire. La diffusion des écrits de Moritz Rittinghausen dans les milieux socialistes et anarchistes en Italie (1890-1917)”

11 h  – 11 h 30 :
Emmanuel Jousse (Sciences Po Paris)
“Du conservatisme bismarckien au socialisme normalien: la traduction du “socialisme d’Etat” en France, 1880-1914″

11 h 30 – 12h  :
Jean-Charles Geslot  (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Université Paris-Saclay)
“Histoire et libéralisme au temps de l’Empire autoritaire : les traductions françaises de Thomas Macaulay”.

12 h – 13h  : discussions

Deuxième session : Le travail du traducteur politique

14h30 – 15 h :
 Rahul Markovits (Ecole normale supérieure- Paris Sciences et Lettres)
« La traduction comme don : la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en persan (1794) » 

15 h – 15 h 30 :
Hugo Bonin (Département de Science politique, UQAM) &  Vincent Guillin (Département de philosophie, UQAM & CIRST)
“[L]es projets liberticides de nos adversaires politiques pourraient bien nous mettre dans l’impossibilité de travailler : Émile-Honoré Cazelles, traducteur, républicain, protestant.”

15 h 30 – 16 h :
Darío R. Varela Fernández (Le Mans Université)
« La traduction en  espagnol d’Antonio Zozaya y Jou de Utilitarianism de  John Stuart Mill : une reproduction fidèle de la pensée du philosophe  britannique en territoire ibérique ? »

16h15 – 16 h 30 :
Pause

16h30- 17h15 :
Discussions


17 h 15 – 17h45  : Coda
Julien Hage 
« Traduire la politique au XXe siècle : perspectives méthodologiques »

17 h 45 – 18 h : Conclusions