Archives de catégorie : Agenda

[AGENDA] Appel à communications : Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

Traduire la politique en Europe au XIXe siècle

 

Journée d’étude dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, septembre 2018 (en partenariat avec le projet EUROSOC Normandie)

Organisateurs : Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-Normandie, GRHIS-Rouen ; Institut d’histoire moderne et contemporaine) ; Blaise Wilfert-Portal (Ecole normale supérieure-PSL, Institut d’histoire moderne et contemporaine).

Les propositions de communications (une demi-page et CV) sont à envoyer à jean-numa.ducange@univ-rouen.fr et blaise.wilfert@ens.fr  avant le 14 juillet 2018

 

Cette journée d’étude vise à étudier l’un des outils majeurs des circulations politiques transnationales dans l’Europe du XIXe siècle, la traduction des textes politiques.

L’histoire politique, l’histoire intellectuelle et l’histoire des idées tiennent compte depuis bien longtemps des circulations, des mobilités et des mouvements politiques transnationaux lorsqu’il s’agit de raconter la politique européenne du XIXe siècle. Dans toute l’Europe, des débats, des affrontements, des appariements, des campagnes et des mises en récits politiques contribuent, autant que le système de relations entre les Etats ou l’intensification des circulations matérielles et immatérielles liées à l’invention de la société industrielle, à une société politique « européenne » vibrante, dont témoignent par exemple la connexion étroite des surgissements révolutionnaires et les ressemblances non négligeables entre les systèmes de partis à l’échelle du continent.

Même s’il reste bien sûr beaucoup à faire, les exils et les refuges, les internationales et leurs congrès, les circulations des concepts et des mots ont été étudiés sous de nombreuses formes. C’est d’ailleurs l’un des apports de l’histoire transnationale d’avoir rendu compte des circulations intenses qui animaient l’Europe politique du XIXe siècle. Au cœur de ces mouvements figure la question de la traduction : les transferts politiques impliquent en général de faire référence à des mots, à des concepts formulés dans d’autres langues, et le plus souvent aussi d’en proposer une traduction, ou un équivalent. Dans ce domaine, l’apport des transferts culturels, qui ont permis d’écarter la question de la « bonne » traduction pour se concentrer sur la description des resémantisations que la mobilisation des textes produit inévitablement, mais aussi celui des translation studies et leur insistance sur les dimensions politiques de toute traduction, ont été essentiels pour notre compréhension des conditions de la circulation des idées politiques.

Ils ont toutefois pu laisser de côté quelques aspects importants de la question, et notamment celui de la traduction comme modalité de publication. Le plus souvent, les contenus politiques ont été présentés et étudiés comme des idées politiques, ou comme des concepts politiques, dont il s’agissait de décrire les modalités de circulations en Europe. Pourtant, comme tout autre imprimé d’ailleurs, une traduction n’est pas réductible à un texte, ni à des énoncés : elle est aussi, toujours, un ensemble de feuillets, mis en forme dans un périodique, une feuille volante ou un volume ; elle relève à ce titre aussi d’une histoire matérielle, institutionnelle et économique qui reste elle largement méconnue.

L’histoire de la traduction politique comme histoire d’un certain type d’imprimé politique a jusqu’ici été très peu faite, et cette lacune n’est pas sans dommage. Ce qui disparaît, dans les analyses qui prennent une traduction politique pour objet, c’est la raison pour laquelle l’opération de transfert politique qu’elle autorise devait prendre la forme de la publication d’un livre. Pourquoi, alors que c’est coûteux et le plus souvent complexe, faire le choix de publier des traductions pour par exemple appuyer une campagne, alors qu’il aurait pu suffire, comme cela se fait le plus communément, dans des articles de presse, des discours ou des propos de société, de faire référence aux thèses de ceux que l’on veut mobiliser, de citer l’une ou l’autre de leurs phrases, de résumer d’un mot leurs perspectives, et de profiter ainsi d’une forme de monopole symbolique lié à l’étrangeté linguistique de la référence citée. La publication d’une traduction est une entreprise en soi, qui engage aussi le système éditorial de son temps, et constitue donc une opération politique spécifique, dont il faut pouvoir aussi rendre compte.

L’objet de cette journée d’études, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pluriannuel sur la traduction et la politique en Europe, qui aura d’autres volets, concerne donc spécifiquement la traduction politique comme publication, qu’elle se fasse sous la forme de la monographie, de la série de volumes dans le cadre d’ambitieuses œuvres complètes ou de la publication sérielle dans les journaux. Quelle place la traduction tint-elle dans l’imprimé politique, au XIXe siècle ? Quel type de transnationalité de la vie politique européenne permet-elle de suivre, de décrire, et que nous offre-t-elle de comprendre à nouveaux frais, dans les grands récits politiques et intellectuels les plus courants ?

Est politique, dans notre perspective, une traduction mise en œuvre par un appareil militant participant au champ politique de son temps, qu’il soit formel (un parti, un journal, une maison d’édition militante …) ou informel (un groupe d’acteurs politiques, un traducteur déclarant publier pour participer au débat public du moment…) . Il s’agit donc aussi, inévitablement, d’une définition contextuelle : la traduction n’est pas politique parce que l’œuvre traduite le serait par essence, mais parce que l’enjeu de sa traduction s’inscrit dans une campagne qui vise, d’une manière ou d’une autre, à peser sur les débats qui traversent, à un moment donné et dans un lieu donné, le champ politique.

 

Date : 28 septembre 2018.

Lieu : École Normale Supérieure, Paris (Salle de séminaire de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)

[AGENDA] La logique historique de la Deuxième Internationale (1889-1914) : Quelques réflexions

À l’occasion de la réunion de constitution d’un groupe de travail sur l’histoire de la paix dans le cadre du projet RIN PEACE (axe sur l’histoire des transnationalismes et socialismes ; en partenariat avec le projet EUROSOC), nous vous invitons à venir écouter Marcel Van der Linden, ancien directeur de l’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam, un des plus importants spécialistes de l’histoire globale des mouvements sociaux.  Vous trouverez ci-dessous une brève introduction à sa présentation.

L’étude de l’histoire organisationnelle de l’ainsi-dite « Deuxième Internationale », fondée en 1889 et qui s’est effondrée en 1914, est fondamentale pour comprendre comment elle se positionna par rapport aux questions de guerre et de paix. Elle comprend quatre axes d’études interdépendants :

1) l’histoire des partis (une trentaine environ) qui participèrent de cette Internationale.

2) l’histoire des mouvements syndicaux nationaux qui, à travers leur adhésion collective ou leur influence sur les partis, jouèrent directement ou indirectement un rôle important dans le développement de l’Internationale.

3) l’histoire des fédérations internationales de syndicats et de leurs secrétariats internationaux, qui est encore à ses débuts

4) l’histoire de la Deuxième Internationale elle-même. Ce dernier est probablement l’aspect qui a été le mieux analysé jusque-là.

Partant de ces considérations, il apparaît évident que des lacunes importantes doivent être comblées. On la remarque encore plus clairement au niveau des partis politiques et des Internationales syndicales. Mais deux autres défauts sautent également aux yeux. D’un côté, la structure interne sociale et organisationnelle des organisations reste plutôt obscure, particulièrement à l’époque où les partis sont puissants. D’un autre côté, l’étude des relations transnationales des organisations et de leurs organes directeurs devrait être approfondie. Même au niveau le plus restreint, celui de l’histoire purement organisationnelle, beaucoup de travail doit encore être fait.

On doit essayer de poser des questions pertinentes concernant la logique historique de la Deuxième Internationale.  Marcel van der Linden s’arrêtera sur nombre de questions en rapport avec cet ensemble de problèmes, indiquant quelle direction, à son avis, de telles analyses devraient prendre. Les thématiques liées à l’histoire de la paix et des nationalismes / transnationalismes seront particulièrement développées.

La conférence est ouverte à tous : merci de vous y inscrire en signalant votre présence à socialismetransnational@gmail.com .

 

Informations complémentaires

Date : 30 mai 2018

Heure : 15h

Lieu : UFR LSH, Campus de Mont-Saint-Aignan, Université de Rouen Normandie

COLLOQUE pour le centenaire de la réhabilitation de Jules Durand

L’Association Française pour l’Histoire de la Justice organise un colloque autour de la figure de Jules Durand

Colloque

sous le haut patronage de Madame Nicole Belloubet,
garde des Sceaux, ministre de la Justice

Ouverture du colloque

Monsieur Edouard Philippe , Premier ministre [sous réserve]
Monsieur Bertrand Louvel, Premier Président de la Cour de cassation
Monsieur Jean-Claude Marin, Procureur général près la Cour de cassation
Monsieur Denis Salas, Magistrat, Président de l’AFHJ

Communications
  • Marc Hédrich, Conseiller à la cour d’appel de Caen, « L’affaire Durand : rappel historique« 
  • Jean-Numa Ducange, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen, « La justice et le mouvement ouvrier au début du XXe siècle »
  • Johann Fortier, Secrétaire du syndicat des ouvriers Dockers du Port du Havre « Jules Durand (1880-1926), symbole de la classe ouvrière » [sous réserve]
  • Didier Guérin, ancien Président de la chambre criminelle de la Cour de cassation, « Les magistrats et la révision des procès »
  • Vincent Duclert, Historien (EHESS), Inspecteur général de l’Education national, « De l’affaire Dreyfus à l’affaire Durand. Débats publics et réflexion intellectuelle sur les peines et la justice »
  • Jean-Pierre Royer, Ecrivain de la justice, Professeur émérite des universités, « Les avocats et la révision des procès »
Lecture des lettres de Jules Durand par un comédien
[sous réserve]
Clôture du colloque

Maître Henri Leclerc, Avocat, Président d’honneur de la Ligue de droits de l’homme et Président d’honneur de l’association Les Amis de Jules Durand

Cocktail

(en présence des descendants de Jules Durand)

 

18 juin 2018

Cour de cassation
(Grand’chambre)

14h – 18h

 

Entrée sur présentation d’une pièce d’identité avec inscription préalable obligatoire sur le site Internet : www.courdecassation.fr