Tous les articles par Frank-Olivier

Etudiant en Master 2 sciences historiques sous les directions de Michel Biard et Jean-Numa Ducange à Université de Rouen Normandie. Histoire de la prise de conscience révolutionnaire et du socialisme ottoman. MA in History under the supersvision of Michel Biard and Jean-Numa Ducange of Rouen Normandy University. French & YoungTurk revolutions & history of consciousness/ ottoman socialism.

Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide


Deuxième partie : 1914-1918 : les socialistes et la paix pendant la guerre

Stefanie Prezioso (Univ. de Lausanne) : « Antonio Gramsci et la «neutralité active et agissante »Stefanie Prezioso revient sur la figure bien connue mais néanmoins encore très largement mal compris d’Antonio Gramsci. Avant d’aborder le cœur du sujet, l’intervenante contextualise cette notion de « neutralité active » en revenant sur ce qui se produit socialement et économiquement dans la péninsule entre août 1914 et mai 1915 qui marque le début de l’intervention italienne

Ces dix mois permettent aux italiens de discuter de la décision d’entrer ou non en guerre et c’est précisément sur cette courte mais néanmoins intense période que Stefanie Prezioso va axer sa communication.

Pour visionner la communication WebTv

Julien Chuzeville (chercheur indépendant) : « Socialistes et syndicalistes zimmerwaldiens contre la guerre, par la révolution ? »Julien Chuzeville introduit sa communication par les premières lignes de La Bataille syndicaliste « le socialisme de la classe ouvrière c’est le syndicalisme » rappelant combien les syndicalistes sont pleinement socialistes et vient ensuite interroger la notion de pacifisme quant à savoir s’il s’agit pour les zimmerwaldiens d’une lutte contre la guerre et particulièrement contre cette guerre-là ou bien s’il s’agit d’un véritable pacifisme. Si les socialistes tant Français qu’Allemands votent les crédits de guerre allant jusqu’à soutenir voire participer aux politiques des gouvernements, les futurs zimmerwaldiens y voient une rupture totale avec les précédents engagements adoptés ainsi qu’une compromission avec l’essence même de leurs engagements…

Pour visionner la communication WebTv

Vincent Chambarlhac (Univ. de Bourgogne) : « La Grande Guerre comme fin d’une tradition communarde ? »

Vincent Chambarlhac présente le hiatus entre guerre et socialisme notamment par l’intermédiaire de deux figures amies mais dont les parcours vont s’opposer pendant la guerre : Marcel Martinet et Jean-Richard Bloch. Le premier est un dissident pacifiste, réformé ainsi que membre du comité pour la reprise des relations internationales proche de Pierre Monatte. Le second, Jean-Richard Bloch, engagé, s’en prend à la nébuleuse pacifiste, incapable de comprendre la mondialisation du conflit et la mentalité du combattant.

Les deux hommes sont amis et se trouvèrent liés jusqu’aux prémices de la guerre par la revue L’Effort Libre. Deux amis pour deux trajectoires que Chambarlhac développe lors de sa présentation en s’arrêtant notamment sur la dichotomie pacifisme et patriotisme. Là où avant-guerre le pacifisme et le patriotisme républicain définissent une part de l’ethos socialiste, elles s’opposent durant la guerre.

Marcel Martinet se voit comme un « continuateur abrité de l’ancien vie » à l’inverse de Bloch qui pense s’inscrire pleinement dans une nouvelle ère du socialisme. C’est tout l’enjeu qui traverse alors le socialisme que Vincent Chambarlhac se propose d’étudier.

Pour visionner la communication WebTv

Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Une série de billets va retracer les présentations qui se sont déroulées lors du colloque « Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide » tenu à l’Université de Rouen les 28 et 29 mars 2019.

Première partie : Internationalisme socialiste égal paix ? (1889-1914)

La modération de la première séance est assurée par Thierry Mérel de la Fondation Jean Jaurès qui introduit comme l’usage le souhait les différentes communications de la première séance « Internationalisme socialiste égal paix ? (1889-1914) ».

Elisa Marcobelli de l’Université de Rouen discute de « La IIème Internationale face aux crises diplomatiques (1889-1915). Un parcours d’apprentissage ». La communication revient notamment sur trois différentes causes des réactions du socialisme international face aux crises diplomatiques. La première s’attarde sur les institutions socialistes internationales comme étant dorénavant capables de mobiliser les ressources suffisantes en cas de guerre. La seconde cause identifiée revient quant à elle sur la question de l’opposition à la guerre qui s’affirme de plus en plus au sein des débats jusqu’à en devenir la question centrale. La troisième raison s’attarde sur les initiatives prises par le BSI ou l’Internationale ce qui implique que les idées et les pratiques des représentants socialistes peuvent diverger voire s’opposer.

Pour visionner la communication : WebTv

Andrea Benedetti de l’Université de Strasbourg revient quant à lui sur la direction de la Deuxième internationale et particulièrement sur celle du Bureau socialiste dans une communication intitulée « Le Bureau Socialiste International et les premières initiatives humanitaires : entre opposition de principe et convergence pratique pour la paix, 1900-1914 ». Une communication qui vient proroger celle d’Elisa Marcobelli. Andrea Benedetti s’intéresse ici aux liens entre le Bureau et les « pacifismes bourgeois » reprenant l’expression de Rémi Fabre. S’il s’agit d’un milieu « élitiste quoique hétéroclite » Andrea Benedetti souligne que les ligues de la paix réclament l’organisation d’un droit international et le règlement des conflits à travers des procédures d’arbitrage. Très légalistes, les leaders de ces ligues tentent particulièrement de s’affranchir des antimilitaristes et des patriotes et forment un embryon, une genèse d’une communauté internationale qui sera traduite quelques années plus tard à travers des institutions telles que la Société des nations ou l’OIT. Le premier problème qui se pose pour ces « légalistes de la paix » est celle de la définition ; il est en effet affublé de nombreux noms : bourgeois, humanitaire, humaniste, libéral, juridique ou encore légaliste recouvrant le terme de nombreuses réalités pourtant très différentes. Second problème, la question de la paix comme problématique majeure au sein de l’Internationale ne survient que tardivement et n’est traitée que sous l’angle de l’antimilitarisme. Troisième problème, avant 1900, la Deuxième internationale n’a d’existence que lors des congrès avec par extension une autonomie de chaque parti comme idée maîtresse des relations entre les partis eux-mêmes. Du Congrès de Paris en 1889 où l’idée de fin de guerre ne trouvera sa solution que dans « le triomphe du socialisme » au congrès de Bruxelles en 1891 où l’idée se précise un peu plus en intégrant notamment la variable de l’économie et jusqu’au congrès de Paris en 1900 (où sera crée le BSI), durant lequel une résolution adoptée s’inscrit en faux vis-à-vis des conférences de la paix qui « ne peuvent aboutir qu’à des déceptions fâcheuses », l’on assiste à une modélisation progressive d’une idée commune.

Pour visionner la communication : WebTv

Le professeur Paul Miller (Mc Daniel College) porte son attention sur la veille de la Première Guerre mondiale et particulièrement sur quelques grandes figures du mouvement antimilitariste à travers sa communication : « Revolutionaries Revisited: French Antimilitarists on the Verge of War ». Paul Miller revient tant sur les recherches faisant autorité que sur les publications les plus récentes. Ainsi présente-t-il les travaux des historiens tels que Julius Braunthal, Gilles Candar, Vincent Duclert, Patrice Buffotot, Romain Ducolombier et de s’arrêter notamment sur les disparités de traitement réservées à cette idée d’antimilitarisme prégnant parmi les socialistes français.

Pour visionner la communication : WebTv

[AGENDA] Colloque “Faire la paix”

Le colloque de clôture du programme de recherche RIN PEACE invite à une réflexion transdisciplinaire sur les processus d’élaboration de la paix, sur les modalités, les acteurs et les situations, les rituels, les effets, les discours et les concepts.Il s’adresse aux représentants de toutes les disciplines, ainsi qu’aux praticiens, pour dresser un état des recherches sur la paix en France. Même si les études sur le sujet ne manquent pas, les peace studies n’ont jamais connues une véritable institutionnalisation en France.

Comité d’organisation : Grey Anderson (Université de Caen, projet PEACE), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Thomas Hippler (Université de Caen), Ludovic Jeanne (EM Normandie), Elisa Marcobelli (Université de Rouen, projet PEACE), François Rouquet(Université de Caen).

Modalités de soumission : Les propositions pour contributions individuelles (une dizaine de lignes accompagnées d’informations biblio-biographiques) ou pour ateliers thématiques sont à adresser par courriel à l’adresse colloque.paix@gmail.compour le 15juin2019 au plus tard.

Plus d’informations ici

«Faire paix»Colloque 13-15 novembre 2019 au Mémorial de Caen – RIN Peace – HisTeMé EA 7455 – GrHis EA 3831 – Université de Caen–Normandie Mémorial de Caen

ENGLISH VERSION

The concluding conference of the research program RIN PEACE (“Peace: Historical, Conceptual, and Normative Perspectives”) is an occasion for transdisiplinary reflection on the processes of peacemaking, its modalities, actors, contexts, rites, effects, discourses, and concepts. The conference is open to participants from across the academic disciplines as well as practitioners, with the aim of identifying the state of the art of peace research today in France, where —even if there is no shortage of individual studies on the topic —“peace studies” has yet to be truly institutionalized.

Organizing Committee: Grey Anderson (Université de Caen, PEACE), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Thomas Hippler (Université de Caen), Ludovic Jeanne (EM Normandie), Elisa Marcobelli (Université de Rouen, PEACE), François Rouquet (Université de Caen).


Submission of Proposals: Proposals for individual papers (1 to 2 paragraphs) or for thematic panels should be sent by email to colloque.paix@gmail.comby June15, 2019.

More informations here

“Making Peace”November 13-15, 2019 —Mémorial de CaenRIN Peace HisTeMé EA 7455 GrHis EA 3831Université de Caen–Normandie Mémorial de Caen