Le socialisme tchèque. Naissance et développement(s)

Le présent billet est issu de la communication d’Alexandre Riou lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Le socialisme tchèque. Naissance et développement(s)

 

alexandre_riou

Les mutations industrielles européennes du XIXe siècle touchèrent précocement le territoire bohémien. Ce phénomène entraîna l’exode rural massif des populations paysannes vers les villes, or dans le cas de la Bohême, région de l’Empire d’Autriche, puis de l’Autriche-Hongrie, ce mécanisme eut un double effet. Outre la création d’une classe ouvrière massive qui s’installa dans les centres urbains, un enjeu ethnique fut à noter avec des populations rurales slaves qui en migrant vers les villes jusqu’alors à majorité allemande, renversèrent la tendance et bouleversèrent les équilibres politiques ainsi que les compositions sociales et nationales. A l’enjeu ouvrier montant, émergea un enjeu national, au sein duquel la langue et la culture jouèrent un rôle crucial (Jacques Rupnik évoque le concept de « tchéquité ») [1]. De ce double terreau naquirent les prémices du socialisme tchèque. Il se manifesta en premier lieu sous la forme de « coopératives » d’aspirations proudhoniennes, anti-étatistes et nationalistes. Trois composantes qui s’inscrivirent dans l’identité propre de ce courant socialiste, et dont ils ne se départirent jamais totalement.

Le congrès de Neudörfl en 1874 marqua un tournant dans la mesure où pour la première fois se rassemblèrent des tchèques et des allemands d’Autriche afin d’harmoniser les orientations politiques en vue de former un parti unique. Au cours de ce congrès, la base programmatique du marxisme fut adoptée, tout comme la logique internationaliste, bien que le respect des particularités nationales s’inscrivit déjà comme une nécessité. Ce que nous pouvons retenir de ce congrès, outre le fait qu’il s’agit de la première tentative d’unifier les socialistes de Cisleithanie, est la victoire idéologique du marxisme, qui dès lors s’afficha comme le dogme de l’orthodoxie ouvrière. Le modèle idéologique du socialisme allemand avait triomphé.

Suite à la répression menée par le pouvoir impérial ce premier mouvement organisé ne put tenir et en 1878, un nouveau congrès fut convoqué, mais cette fois, à l’attention du mouvement ouvrier tchèque, dans le but de lui permettre une forte implantation politique en Bohême, tout en conservant les bases idéologiques adoptées quatre ans plus tôt, lors du congrès de Neudörfl. Naquit ainsi le ČSDSD (Parti social-démocrate ouvrier tchéco-slave). Sur la base de ce congrès, les tchèques revendiquèrent la primeur de la social-démocratie unifiée qui vit le jour, dix années plus tard.

Les années 1888-1889 furent une période charnière, davantage connue des historiens de la période dans la mesure où fut actée, sous l’impulsion de Viktor Adler, la naissance de la social-démocratie supranationale de Cisleithanie. Ce congrès tenu en présence de délégations de chaque nationalité et territoire de Cisleithanie permit l’unification sous une direction commune de tous les mouvements ouvriers.

Les socialistes de Cisleithanie, ayant adopté le cadre réformiste, se battirent donc pour le suffrage universel afin de rentrer au Conseil d’Empire, et pour pouvoir peser dans le jeu politique institutionnel. En 1897 ils accédèrent pour la première fois à la chambre, en obtenant 14 mandats. La même année, la social-démocratie supranationale éclata en 6 branches fédératives. Paradoxe s’il en est, depuis cette date, les sociaux-démocrates ne cessèrent de progresser à l’échelon impérial et, dans un parallélisme quasi parfait, les tensions internes, principalement entre tchèques et allemands d’Autriche s’exacerbèrent de manière flagrante [2]. Après 1905 [3], et le congrès de Vienne, les différentes branches cessèrent de se réunir, or en 1906, le suffrage universel fut acté, et en 1907, ils devinrent la seconde force politique de l’Empire, avec 87 mandats. En 1911, soit la dernière élection générale avant la 1e Guerre Mondiale [4], ils obtinrent 82 mandats. En outre, les archives électorales dépouillées ne laissent pas vraiment transparaître des conflits nationaux aussi exacerbés, du moins lors des grands enjeux électoraux [5]. Rappelons tout de même qu’il n’en fut pas de ainsi lors des élections aux Diètes provinciales où les socialistes tchèques n’hésitèrent pas à s’allier aux partis dits nationalistes.

Doit-on y voir une lecture des conflits nationaux largement influencée par l’éclatement et la recomposition du Conseil d’Empire lors de la 1e Guerre Mondiale ? Ou une volonté politique de la part des dirigeants de dépasser leurs différends au nom de l’unité socialiste ? Il conviendrait toutefois de relativiser la force du sentiment national, ne semblant pas se transcrire mathématiquement aux rendez-vous électoraux majeurs, tant aux vues des résultats, que de la propagande électorale précédant les scrutins [6].

Alexandre Riou

[1] Rupnik J., Histoire du Parti Communiste tchécoslovaque, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1981.

[2] Voir Ducange J-N., «  La question nationale et les sociaux-démocrates autrichiens : théories et pratiques », Austriaca n°73, 2011.

[3] Právo lidu Č. 299, 30 octobre 1905, « Říšský sjezd sociální demokracie v Rakousku ».

[4] Une élection partielle eut lieu en 1912.

[5] Nous avons principalement étudié les documents électoraux relatifs aux élections de 1897, 1907, et 1911.  Fonds n°70 des archives du Parti Social-Démocrate intitulé Českoslovanské sociálně demokratická strana dělnická (1874-1921). Feuillet 139 Volby do říšské rady 1897, feuillet 144 Volby do říšské rady 1907 et feuillet 148 Volby do říšské rady 1911.

[6] Mémoire de master soutenu sous la direction de Jean-Numa Ducange et Olivier Feiertag, Riou Alexandre, La social-démocratie tchèque et ses évolutions, de 1874 à 1911. Du coopérativisme au marxisme. Entre internationalisme et socialisme « national-démocrate », soit entre le maintien de l’Empire supranational et la tentation nationale accrue. Un aspect particulier de cette social-démocratie que l’on nomme autrichienne, Université de Rouen, septembre 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.