Une nouvelle approche sur le Bureau Socialiste International

Le présent billet est issu de la communication d’Andrea Benedetti lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Une nouvelle approche sur le Bureau Socialiste International

 

andrea_benedetti

 

Quarante ans après la mort de Georges Haupt, ses travaux inachevés sur le Bureau Socialiste International (BSI) continuent à ouvrir de nouvelles perspectives pour l’étude du socialisme d’avant 1914. L’objet de la communication est de présenter comment nos travaux autour du BSI s’inscrivent à la fois dans la continuité de ceux de Haupt mais aussi en quoi l’approche que nous nous efforçons d’avancer est « nouvelle ». Il ne s’agit pas pour nous de compléter les travaux de Haupt, mais de partir de ses ouvrages ainsi que de la richesse de ses archives pour écrire une histoire organisationnelle et politique du BSI : étudier à la fois ses procédures internes dans leur dimension évolutive (modalités de mise en place, de réunion, de prise de décision, de communication, de financement…), ainsi que son action extérieure (relations avec les partis socialistes, le mouvement syndical et coopératif, les institutions étatiques et internationales…).

Plusieurs questions méthodologiques restent ouvertes. Nous voulons d’une part éviter une approche qui étudie le Bureau Socialiste comme un organe se développant de manière autonome, détaché du contexte et des acteurs politiques de son temps, et d’autre part éviter une étude du BSI qui le déclasserait au rang de simple appendice de la Deuxième Internationale. Au contraire, nous voulons établir à la fois une histoire du BSI « de l’intérieur à l’extérieur » (les relations du BSI avec le monde socialiste dans sa multiplicité), et inversement (l’intérêt porté au BSI et les différentes conceptions de son rôle de la part des acteurs du socialisme international ; la prise en compte de son action internationale par la presse et les gouvernements).

Étudier l’action de la Deuxième Internationale sans prendre en compte le rôle moteur du Bureau Socialiste serait impossible, l’efficacité et la massification de la première s’expliquant souvent par l’intensification du travail du deuxième. Pourtant, si les ouvrages de qualité sur la Deuxième Internationale ne manquent certainement pas, cela n’est pas le cas pour le Bureau Socialiste. Haupt lui-même le remarque déjà en 1964 [1] : « Les ouvrages d’ensemble sur la Deuxième Internationale n’accordent que peu de pages à l’histoire du BSI », et cela est encore le cas aujourd’hui. Les ouvrages qui traitent de la Deuxième Internationale se bornent à décrire la politique générale du BSI à des moments ponctuels (notamment sa création [2], sa relance grâce au changement de secrétaire [3], son action lors des crises marocaines et des guerre balkaniques, son « échec » à la veille de la Grande Guerre), sans prendre en compte l’existence du Bureau dans sa continuité et son évolution. Très peu de références sont faites à la place du BSI tant qu’acteur mondial ayant des relations avec d’autres instances telles que les premières associations internationales (quid de ses liens avec l’Union internationale pour la paix et l’arbitrage ?) ou certains gouvernements (quid de son rôle de médiation avec le gouvernement suédois pour l’aide alimentaire aux populations de Belgique pendant l’occupation allemande ?).

Dans notre nouvelle approche à l’étude du Bureau Socialiste nous voulons sortir d’une vision téléologique, qui a caractérisé nombre de recherches antérieures sur la Deuxième Internationale et qui se résume dans les propos de G. D. H. Cole [4] : « après la réunion de 1914 à Bruxelles, la Seconde Internationale cessa de fonctionner comme expression collective de la politique internationale socialiste ». Cette vision de « destinée manifeste » de l’échec du BSI face à la guerre mondiale est d’ailleurs sous-jacente à l’ouvrage de Haupt Le Congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale [5]. Une fois que la guerre mondiale se déclenche, les historiens décrètent la fin de la Deuxième Internationale et tout ce qui se passe dans le camp socialiste entre 1914 et 1918 est un prélude à l’inévitable avènement de l’Internationale Communiste (IC) ou de l’Internationale Ouvrière Socialiste (IOS). Très peu d’ouvrages s’intéressent à ce que devient le Bureau Socialiste pendant la guerre (O. H. Gankin & H. H. Fisher [6] le font de manière accessoire à une étude sur les bolcheviques pendant la guerre ; A. Donneur [7] fait de même pour une étude sur l’Union des Partis Socialistes pour l’Action Internationale). Certes, l’Internationale en tant que telle n’existe plus après le 4 août 1914 : ses congrès unitaires, qui sont ses moments souverains, sont suspendus… il devrait en découler que le BSI est suspendu également. Ce dernier pourtant existe encore et, après une phase de réorganisation [8], son Comité Exécutif agit au nom du socialisme international tout au long du conflit, s’appuyant sur les possibilités ouvertes par la reprise partielle des relations socialistes (conférences des socialistes des pays neutres [9], des socialistes inter-alliés [10], du mouvement de Zimmerwald [11]). La « fin » de la Deuxième Internationale ne correspond donc pas à la fin de l’action internationale de son organe de direction : gagnant d’abord de l’influence lors des conférences socialistes des pays neutres, le Comité Exécutif se retrouvera ensuite imbriqué dans les conférences des socialistes de l’Entente (et dans leur convergence progressive avec le nouveau modèle wilsonien des relations internationales) au fur et à mesure que la radicalisation de Zimmerwald préfigure une scission claire du socialisme international.

Andrea BENEDETTI

Doctorant à l’Université de Strasbourg sous la direction de Maurice Carrez

[1] HAUPT Georges, La Deuxième Internationale, 1899-1914. Étude critique des sources, Paris, Éditions de l’EHESS, 1964.

[2] Au cinquième congrès socialiste international, Paris 23-27 septembre 1900.

[3] En 1905 Camille Huysmans remplace Victor Serwy au secrétariat du BSI. Le septième congrès socialiste international, Stuttgart 18-24 août 1907, adopte les Statuts et le Règlement du BSI.

[4] George Douglas Howard COLE, « The Second International 1889-1914 », dans History of Socialist Thought, vol.III, part I, Londres, Macmillan and St. Martin’s Press, 1965.

[5] Georges HAUPT, Le Congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, Maspero, 1965.

[6] Olga Hess GANKIN, Harold Henry FISHER, The Bolsheviks and the First World War: the Origins of the Third International, Stanford, Stanford University Press, 1940.

[7] DONNEUR (André), Histoire de l’union des partis socialistes pour l’action internationale (1920-1923), Thèse de Doctorat, Université de Genève IUHEI / Université Laurentienne de Sudbury, 1967.

[8] Le 19 décembre 1914 le secrétaire du BSI Camille Huysmans envoie une circulaire aux partis affiliés pour les mettre au courant que « le Comité Exécutif a transporté une partie du personnel du secrétariat à La Haye […] Son but a été de maintenir les relations entre partis affiliés […] Le Comité Exécutif, comme par le passé, continuera à gérer les affaires du Bureau, conformément à la délégation qui lui a été donnée par les Congrès et il ne manquera pas, comme il l’a fait dans le passé, de s’entourer en temps opportun des conseils des autres membres du Bureau. » cf. IIHS d’Amsterdam, BSI Archives, 27 « Circulaires du Comité Exécutif du BSI aux partis affiliés. Avec pièces annexes. 1914-1915. », Circulaire de Camille Huysmans aux partis affiliés (19.12.1914).

[9] Lugano 27 septembre 1914 ; Stockholm 11 octobre 1914 ; Copenhague 17-18 janvier 1915 ; La Haye 31 juillet 1916.

[10] Londres 14 février 1915 ; Londres 28-29 août 1917 ; Londres 20-24 février 1918 ; Londres 17-19 septembre 1918.

[11] Zimmerwald 5-8 septembre 1915 ; Kienthal 24-30 avril 1916 ; Stockholm 5-12 septembre 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.