Les socialistes ottomans et l’héritage révolutionnaire français

Le présent billet est issu de la communication de Frank-Olivier Chauvin lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Les socialistes ottomans et l’héritage révolutionnaire français

 

fopc

 

L’objet de la communication permettra de revenir sur l’œuvre de l’historien et plus singulièrement sur le travail qu’il a consacré aux socialismes ottomans. La période post 1908, faisant suite à ce qui est communément appelée la révolution Jeune Turque, voit naître une libéralisation de la pensée socialiste. Aussi vacillantes et disparates soient-elles, quelques organisations dévolues au mouvement social voient le jour et tentent de correspondre avec le B.S.I.

La première partie de l’intervention, purement archivistique, permettra de présenter les quelques 250 documents présents pour la seule partie ottomane, entendue ici dans son sens le plus restrictif. Cette présentation nous permettra de revenir sur le travail effectué par l’historien, des sources de l’ouvrage la Deuxième Internationale et l’Orient, ouvrage co-écrit avec Madeleine Rebérioux, qui constitue aujourd’hui la pièce centrale de la littérature scientifique française consacrée à l’étude du mouvement social dans l’Empire ottoman[1]. Ceci fait, nous décentrerons nous regard du seul travail de Georges Haupt afin d’interroger la place qu’occupe l’étude des socialismes ottomans dans l’historiographie française. De Georges Haupt à Paul Dumont[2], nous tenterons ainsi de présenter les quelques écrits, disparates, qui peuvent former un corpus pour tout chercheur qui souhaiterait se familiariser avec cet objet d’étude.

La seconde partie reviendra quant à elle sur la place de la Révolution française dans la pensée socialiste ottomane à travers le seul fonds Huysmans. Si la littérature scientifique admet les liens, aussi symboliques soient-ils entre la Révolution et les Jeune Turcs[3], nous tenterons d’interroger, à l’appui des archives du fonds Huysmans, si de tels liens existaient entre le mouvement social ottoman et la Révolution française.

Nous commencerons par présenter une synthèse consacrée à la Révolution française dans l’historiographie ottomane à travers des pièces majeures, la première est un rapport datant de 1797[4], la seconde est celle de l’historien officiel de l’Empire qui laissa une œuvre majeure que les socialistes ottomans ne pouvaient ignorer[5].

Enfin seront présentées les relations entre la Fédération Ouvrière de Salonique et les socialistes français par l’intermédiaire de ce nœud que constituait le B.S.I. Nous focaliserons notre attention sur deux passeurs dont nous retrouvons traces dans d’autres fonds d’archives français comme celui du G.O.D.F. afin de mettre en parallèle le discours et la praxis. Ces trajectoires singulières inscrites dans le mouvement social nous permettront d’esquisser une présentation générale, mais non-exhaustive de cette organisation qui, si elle ne fut pas la première, peut être considérée comme l’une des principales.

Frank-Olivier CHAUVIN

Bibliographie sélective

BACQUET-GRAMMONT, De la Révolution française à la République d’Atatürk, Istanbul, ISIS, 1990.

BILICI Faruk. « La Révolution française dans l’historiographie turque (1789-1927) » in Annales historiques de la Révolution française, n°286, 1991. pp. 539-549.

DUMONT Paul, Du socialisme ottoman à l’internationalisme anatolien, Istanbul, ISIS, 1997.

HAUPT Georges & REBERIOUX Madeleine, La Deuxième Internationale et l’Orient, Paris, Edition Sociale ,1967.

[1] HAUPT Georges & REBERIOUX Madeleine, La Deuxième internationale et l’Orient, Paris, Edition Cujas ,1967.

[2] Bien que consacrée à l’œuvre de l’historien Georges Haupt, il nous a semblé de bon aloi de saluer le travail d’un autre historien dont nous retrouvons trace dans les archives en la personne de Paul Dumont.

[3] A titre d’exemple nous renverrons vers les actes du colloque tenu dans le cadre du bi-centenaire de la Révolution française à Istanbul, BACQUET-GRAMMONT, De la Révolution française à la République d’Atatürk, Istanbul, ISIS, 1990.

[4] Rapport remis par Ahmet Atif au Sultan en 1798, qui sera considéré comme principale source des historiens impériaux.

[5] CEVDET Ahmed, Târih-i Cevdet, Istanbul, 1884.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.