Les archives de Georges Haupt et le socialisme roumain

Le présent billet est issu de la communication de Lucie Guesnier lors de la journée d’étude consacrée à Georges Haupt dont les interventions filmées peuvent être trouvées ici

Les archives de Georges Haupt et le socialisme roumain

lucie-guesnier

La connaissance de l’histoire de la social-démocratie roumaine avant 1914 doit beaucoup aux travaux de Georges Haupt. Georges Haupt a eu deux phases de recherche : la première, au sein de l’espace soviétique et la seconde, après son exil en France en 1958. L’ouverture récente de ses archives de chercheur à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris apporte de nouvelles pistes de réflexions sur le sujet. Auparavant, les articles que Georges Haupt avait publié en roumain alors qu’il était historien dans l’espace soviétique offraient déjà un certain nombre de ressources documentaires[1]. La question est de savoir ce que les archives de la FMSH, couvrant la période post-1958, apportent à l’étude du socialisme roumain avant 1914.

La première partie de cet exposé est consacrée à l’apport documentaire des travaux produits par Georges Haupt du temps où il était historien dans l’espace soviétique, la seconde s’intéresse aux apports du fonds Georges Haupt.

I- Georges Haupt, historien soviétique.

Proche du Parti communiste roumain, Georges Haupt a été propulsé à Leningrad où il a obtenu une thèse de doctorat d’histoire en 1953 portant sur les relations révolutionnaires roumano-russes durant la seconde moitié du 19ème siècle [2]. Entre 1949 et 1958, il publiait dans les revues roumaines et en particulier dans la revue de l’Institut d’histoire du Parti, Studii[3]. Les débuts de sa carrière universitaire sont surtout marqués par des recherches sur l’influence de l’Intelligentsia russe dans les milieux socialistes roumains et sur le rôle de la Roumanie dans la seconde moitié du 19ème siècle dans la transmission de la littérature révolutionnaire à destination de l’Empire de Russie.

Même si ces sujets correspondaient aux priorités thématiques que l’histoire soviétique imposait, les recherches de Georges Haupt l’ont conduit à collecter des documents dans les archives russes et roumaines. Il a ainsi accumulé un corpus précieux sur lequel reposent ses articles et sa thèse. Ne faisant ni l’objet d’un recueil en roumain, ni de traduction française, ces travaux constituent – avec toute la réserve et la distance que le contexte politique de leur production induit – un apport documentaire essentiel aux recherches sur le socialisme roumain d’avant 1914. Ils sont d’autant plus intéressants qu’il n’existe pas d’archives de Georges Haupt connues pour la période précédant son exil en France.

II- Documentation roumaine dans les archives de G. Haupt

 

Les archives présentes à la FMSH laissent penser qu’outre l’étude de l’histoire de la Seconde internationale entreprise par Georges Haupt au début des années 1960, ce dernier restait attentif à la question roumaine et plus largement à la question balkanique avant la Première Guerre mondiale[4].

À travers la trajectoire de Christian Rakovski, il constituait des bibliographies sur le sujet. L’apport documentaire de ce fonds sur Christian Rakovski dans les Balkans pourrait compléter la biographie de Pierre Brou[5], basée essentiellement sur les archives de Trotski et très peu sur les sources roumaines et balkaniques.

Dans cette perspective, Georges Haupt avait deux projets non publiés sur Christian Rakovski. Le premier se serait appelé Christian Rakovski. Le socialisme et la question des nationalités dans les Balkans[6]. Outre une notice biographique introductive, ce projet regroupait une sélection d’études et d’analyses théoriques de Rakovski sur la question balkanique, le panslavisme et le nationalisme, parues entre 1896 et 1916. La table des matières de l’ouvrage, les notes ainsi que les photocopies des articles se trouvent dans le fonds Georges Haupt.

L’autre projet non publié était un article sur Rakovski dans la révolution bolchévique : Un théoricien, fondateur et praticien de l’Armée rouge en Ukraine (janv-août 1919), Christian Rakovski et l’usage de la force armée dans le mouvement révolutionnaire.

Outre ces documents ouvrant les possibilités de relecture du socialisme d’avant 1914, ces archives soulèvent également la question de la trajectoire personnelle de Georges Haupt avant et après son exil en France.

[1] Ce sont, entre autres, ces sources que j’utilise dans ma thèse, La sédimentation des socialismes roumains. Identités socialistes et mouvements sociaux dans le

contexte de la modernisation du pays, 1878-1916, disponible au CHS, Paris 1-Sorbonne.

[2] HAUPT, Georges, Din istoricul legăturilor revolutionăre româno-ruse (1848- 1881), Thèse de candidature es sciences historiques, Université de Leningrad, 1953, publiée à Bucarest, Editions de l’Académie de la République Populaire Roumaine, 1955.

[3] Eric Hobsbawn les a regroupés, HOBSBAWN, Eric, « Georges Haupt (1929-1978) », Bulletin de la fondation Maison des Sciences de l’Homme, MSH information, n°24, juin 1978, p. 3-14.

[4] Fonds Georges Haupt, cartons 3, 5, 13, 14, 15.

[5] BROUÉ, Pierre, Rakovski ou la révolution dans tous les pays, Fayard, Paris, 1996.

[6] 8D3/27, fonds Georges Haupt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.