Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(2/2)

 

Dans la deuxième partie de notre recherche, nous analysons ce qui se passait à l’échelle des partis socialistes des trois nations. Les représentants des trois partis furent les acteurs de la naissance d’un sentiment internationaliste, indépendamment de ce qui se passait au niveau de l’Internationale. Si l’on analyse comment les débats circulaient parmi les trois pays, quel poids les questions de la guerre et de la paix avaient dans ces débats et comment les socialistes les traitaient à l’intérieur des frontières de leurs pays, il peut être observé que l’internationalisme n’avait pas été imposé par les institutions de l’Internationale, mais que des réseaux internationaux se formaient également au niveau des échanges ponctuels entre les représentants socialistes des différents pays.

Cette étude des deux niveaux d’internationalisme est indispensable pour montrer comment cet internationalisme a par la suite évolué, quand la situation diplomatique européenne fut troublée par des crises internationales – c’est ce que nous avons entrepris dans la troisième partie du travail.

Différents constats sont mis en lumière. La capacité de réaction de l’Internationale face aux crises connait une limite : lors de la crise marocaine de 1905, quand la France ou l’Allemagne étaient directement impliquées dans la crise, la capacité de réaction de l’Internationale s’affaiblit et ralentit considérablement. Il en découle que les partis socialistes des différents pays nourrissaient parfois des doutes sur l’attitude de leurs camarades étrangers face aux entreprises belligérantes de leurs gouvernements respectifs.

Nonobstant cette limite, l’Internationale apprit au fil des années à réagir aux situations de danger. En 1912, par exemple, le congrès de Bâle et les différents meetings internationaux qui se tinrent presque au même moment dans les trois pays prouvèrent que l’Internationale avait désormais appris à donner de la voix à son opposition à la guerre. Cela était important dans la mesure où l’Internationale montra ainsi aux gouvernements qu’en cas de guerre, ils devraient prendre en considération la capacité de réaction du socialisme organisé. L’Internationale n’a donc pas échoué dans son opposition à la guerre, au contraire, elle a très bien fonctionné.

L’Internationale suivit une double temporalité : d’un côté, son engagement dans la protestation contre la guerre, né dans les années 1890, se développa de manière linaire au fil des années. De l’autre côté, les années 1911-1914 constituèrent un moment à part dans ce développement, il constitua pour ainsi dire son apogée. Pendant ces années, la scène du socialisme international fut constamment parsemée de manifestations de solidarité entre les socialismes des différents pays, qui avaient comme but de mettre en place une opposition conjointe contre le danger de guerre.

Notre étude se concentre sur les cas français, allemand et italien. Il nous a semblé significatif de choisir les deux partis qui avaient plus de poids en termes de nombre des délégués envoyés aux congrès de l’Internationale et des initiatives prises en commun (manifestes, manifestations conjointes) sur la scène du socialisme international. L’analyse de l’Italie nous a permis de mettre en relief l’importance de la France et de l’Allemagne dans l’Internationale. Elle nous permet par ailleurs de montrer que son implication (ou non) dans une crise internationale n’avait pas d’influence dans les entreprises accomplies par l’Internationale. Insérer l’Italie dans la recherche rend nécessaire de pousser les analyses jusqu’en 1915, jusqu’à l’entrée en guerre de ce pays, adoptant ainsi une chronologie différente de celles utilisées dans les études sur la IIe Internationale, qui se terminent normalement avec le début de la guerre en 1914.

A la lumière des considérations, il semble donc bien que la IIe Internationale n’a pas échoué : d’un côté, elle s’est développée autour d’une réelle défense de la paix, qui constituait une partie essentielle de son identité politique ; de l’autre, il peut difficilement être question d’échec, tant des formes de défiance entre partis socialistes nationaux empêchèrent le rapprochement autour d’un répertoire d’action concret pour éviter la guerre.

Elisa Marcobelli

Article complet.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.