Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)

Le billet que nous vous proposons est issu des travaux de la thèse d’Elisa Marcobelli, soutenue le 12 décembre 2015.
Vous trouverez la semaine prochaine, la suite du présent billet.

Solidarité en crise : les socialistes français, allemands et italiens face aux crises internationales au temps de la Deuxième Internationale (1889-1915)
(1/2)

Les événements de l’été 1914 qui ont conduit tant les socialistes français que les sociaux-démocrates allemands à cautionner de facto l’entrée en guerre de leur pays respectif, sont restés dans les mémoires et ont été analysés historiquement comme un « échec » ou une « trahison » de la nouvelle Internationale : « trahison » des dirigeants socialistes à l’égard de leurs propres militants, « échec » de l’esprit même de l’Internationale qui était née pour renforcer les principes de solidarité transnationale au sein de la classe ouvrière et l’aider à construire des combats communs. Ces termes d’« échec » et de « trahison » furent d’ailleurs directement employés par les membres des partis socialistes immédiatement après le déclenchement de la guerre[1], avant d’être ensuite confirmés par les historiens[2].

Il est cependant nécessaire d’étudier l’existence de la IIe Internationale indépendamment de ce qui s’est passé en 1914[3], en réintégrant son combat contre la guerre dans l’histoire même de son développement, alors qu’elle était encore en vie[4]. De ce point de vue, on ne saurait parler de son échec, mais plutôt de sa réussite à créer un sentiment commun reposant sur la volonté de s’opposer à la guerre et la capacité à répondre aux situations internationales dangereuses. Néanmoins, l’analyse des réactions de l’Internationale et des différents partis socialistes qui la composaient face aux crises diplomatiques internationales du temps[5] révèle certaines limites.

Pour cela faire, nous procédons en trois phases. Dans un premier moment, nous démontrons la capacité croissante de l’Internationale à se donner une visibilité sur la scène internationale, en organisant sa lutte contre la guerre. À sa naissance, l’opposition à la guerre n’était pas le but de cette institution. D’ailleurs, les premiers congrès de la II Internationale ne portèrent qu’une d’attention limitée aux questions de la guerre et de la paix, comme on peut le lire dans leurs comptes rendus et dans les articles de presse les concernant. Cela changea cependant au cours de la décennie 1890. L’intérêt de l’Internationale pour les questions de guerre et d’opposition à la guerre commença à augmenter. Les congrès de Zurich (1893) et de Londres (1896) témoignent déjà de la nouvelle attention portée à ces sujets. Au cours de ce dernier congrès, on décida définitivement que la manifestation du 1er mai aurait aussi pour but d’afficher publiquement l’opposition du mouvement ouvrier à la guerre.

Foto (August 1893)Von links nach rechts: Dr. Simon (Bebels Schwiegersohn), Frieda Simon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernst Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.Aufnahmeort: Bendlikon (bei Z¸rich)Systematik: Kulturgeschichte / Sozialistische Bewegung / Kongresse
Photo d’août 1893. De gauche à droite : Dr. Simon, Frieda SImon, Clara Zetkin, Friedrich Engels, Julie Bebel, August Bebel, Ernest Schaffer, Regine Bernstein, Eduard Bernstein.

 

Avec le temps, l’Internationale commença à mettre en place toute une série de pratiques qui devaient « créer » son internationalisme. Il s’agissait de manifestations, rituels particuliers à l’occasion des congrès, meetings et toute une série de publications (tracts, pamphlets, manifestes et, à partir de 1909, les Bulletins du BSI) qui circulaient entre les pays. Nous avons résumé ces phénomènes, en référence à l’historien Kevin J. Callahan, avec le terme « demonstration culture ». La constitution de la « demonstration culture » est étroitement liée à l’opposition à la guerre de l’Internationale. Les différentes manifestations publiques de l’Internationale devinrent petit à petit l’expression d’une opposition à la guerre et celle-ci en était leur raison d’être. Au fur et à mesure que les crises internationales se suivaient, l’Internationale apprit à réagir aux situations de danger. Elle gérait mieux la temporalité des crises, et parvint à donner une réponse à ce qui se passait au niveau international.

[1] Voir Lénine Vladimir Illitch‘ Oulianov, Le socialisme et la guerre, Paris, Éditions Sociales, 1952 [1915] et Kautsky, Karl, Sozialisten und Krieg: Ein Beitrag zur Ideengeschichte des Sozialismus von den Hussiten bis zum Völkerbund, Prague, Orbis, 1937.

[2] Joll James, The Second International, 1889-1914, Londres, 1955, Weidenfeld & Nicolson, p. 184 ; Kriegel, Annie, Aux origines du communisme français, Paris, Imprimerie nationale, 1964, p. 31 ; Becker, Jean-Jacques, « La IIe Internationale et la guerre », in École française de Rome (dir.), Les Internationales et le problème de la guerre au XXe siècle : actes du colloque, Rome, École française de Rome, 1984, p. 9-25 ; Droz Jacques (dir.), Histoire générale du socialisme, vol. 2, de 1875 à 1914, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 583 ; Kruse Wolfgang, Krieg und nationale Integration. Eine Neuinterpretation des sozialdemokratischen Burgfriedensschlusses 1914/15, Esse, Klartext, 1993, p. 29.

[3] Sortant ainsi de ce que l’historien William Mulligan appelle le « teleological tunnel », cf. Mulligan William, The Origins of First World War, Cambridge, Paperback, 2010, p. 227. Georges Haupt, dans sa recherche sur le congrès « manqué » de Vienne, exhortait l’historiographie à libérer l’histoire de la IIe Internationale de cette épée de Damoclès que constitue son échec présumé, Cf. Haupt Georges, Le congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Paris, F. Maspero, 1965.

[4] Comme l’a souligné Arndt Weinrich, il s’agit d’une tendance assez répandue de l’historiographie la plus récente sur les origines de la guerre, qui met en avant la question du comment on a pu arriver à 1914, plutôt que du pourquoi. Cf. Weinrich Arndt, « ,,Großer Krieg’’ große Ursachen ? Aktuelle Forschungen zu den Ursachen des Ersten Weltkrieges », Sonderdruck aus Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, nº 40, 2013.

[5] Crise de Fachoda (1898), guerre russo-japonaise (1904-1905), première et seconde crise marocaine (1905 et 1911), guerre en Tripolitaine (1911) et les deux guerres balkaniques (1912-1913).

La seconde partie sera publié sur ce carnet le 26 courant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.