Quelques remarques sur la forme brève socialiste Seconde partie

La première partie est disponible à cette adresse.

Les FB, des restes graphiques ?

En ouverture, quelques interrogations quant à la FB considérée comme reste graphique. Deux questionnements peuvent-être portés :

Si les FB de l’imprimés ne constituent pas un genre, puisqu’elles se définissent davantage en creux –celui de l’impression et celui du non-livre (moins de 49 pages)- elles produisent des genres. Ceux-ci sont le lieu et l’expression de savoir-faire spécifique. Partant de la politicité des FB, on peut évoquer dans l’épaisseur du journal, les brèves des rubriques propagander. On peut aussi rappeler le papillon, genre donnée là par la forme et non l’objet de la communication. La FB fait genre par le bref, propriété qui lui est étroitement corrélée. Ce genre est celui d’une pratique discursive qui, avant de se questionner en termes de réception, doit s’interroger en terme d’auctorialité. Qui parle dans les FB ?  L’interrogation ne se résume pas à la signature. L’interrogation foucaldienne sur l’auteur trouve ici un lieu, mais celui-ci, dès-lors que l’on considère que l’historicité de ses formes se comprend toujours en rapport, participe d’une interrogation plus vaste sur l’infra-culturel, la dissémination, la contiguïté, des expressions d’une politisation par le bas comme par le haut, s’inspirant des travaux de Dupuy sur la politique du peuple[1], comme du travail de d’EP. Thompson[2]. Quand la brochure socialiste, dans son ordinaire, se donne comme le grain de la voix du tribun, il importe de questionner le rôle de ce passage à l’écrit par l’imprimé, et l’évidente familiarité de l’oral qu’il se prête alors même qu’il se drape dans l’écrit. A contrario, quand un propagandiste écrit, au seuil d’une brochure qu’il rédige, « ce n’est pas l’auteur qui parle[3] », l’affirmation, dans sa simplicité, dit ce que parfois la FB procure à la politisation contre le livre : le sens commun d’une forme reconnue mineure, donc vouée à l’anonymat, contre l’autorité de l’auteur. Soit la force d’un locuteur reconnu collectif dans l’instant même de sa lecture individuelle.

La matérialité des FB autorise d’autres investigations. Au ras du genre consacré des brochures, c’est une histoire éditoriale du mouvement ouvrier que l’on peut tenter[4]. Une histoire matérielle (le format, la série, le prix, les réseaux de diffusion…) plutôt qu’une histoire des idées qui fut longtemps le premier usage par l’historien des FB. Une histoire graphique des FB reste à écrire[5]. Cette histoire appelle l’histoire des bibliothèques militantes, lieu de conservation de ces formes. Ces dispositifs comme le Musée du soir de Gustave Geffroy[6], la Bibliothèque marxiste, l’OURS etc., en tant que tels mérite que l’on s’y attarde, ne serait-ce qu’en regard de la patrimonialisation des FB. Une part de la première génération des historiens de l’IFHS, d’autres plus solitaires comme Georges Lefranc[7], ont construit leurs travaux scientifiques à partir de leur activité passée de polygraphes militants (Maurice Dommanget, Edouard Dolléans[8]…). Les brochures, réutilisées, ré-encodées par un dispositif historiographique, constituent l’un des lieux de ce passage. On voit là comment une dynamique militante trouve, après la césure de la seconde guerre mondiale et de la guerre froide, un second souffle scientifique, participant de l’établissement du paradigme français d’histoire sociale[9].

Vincent Chambarlhac,
CGC uBFC 7366

[1] Roger Dupuy, La politique du peuple. Racines, permanences et ambigüités du populisme, Paris, Albin Michel, 2002.

[2] Cf. l’introduction de François Jarrige à la réédition de l’ouvrage d’EP Thompson, La formation de la classe ouvrière (Seuil (Points), Paris, 2012).

[3] Il s’agit de Jean Lorris dans Les vérités de Pierre Mathurin (https://pandor.u-bourgogne.fr/img-viewer/BMP/brb2158/iipviewer.html?base=mets&np=brb2158_001.jpg&n). Cf Vincent Chambarlhac, « ce n’est pas l’auteur qui parle. Un pari éditorial de la SFIO en 1908 », à paraître.

[4] Frédéric Cépède, Les maisons d’édition du parti socialiste SFIO (1905-1969), Mémoire de maitrise sous la direction de D. Tartakowsky, 1995-1996, Paris I

[5] Zvonir Novak en brosse les linéaments pour l’extrême droite, cf. Tricolores. Une histoire visuelle de l’extrême droite, Paris, L’Echappée, 2011. Un projet identique fait défaut au mouvement socialiste.

[6] Voir l’introduction de Bertrand Tillier à Gustave Geffroy, Un musée du soir aux quartiers ouvriers, 1895, In Neil Mac William, Catherine Méneux et Julie Ramos, L’Art social, de la Révolution à la Grande Guerre, Paris, INHA, 2014.

[7] Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc ou la construction d’une position historiographique », Recherche socialiste, n° 37, mars 2007.

[8] Xavier Vigna,, L’histoire d’un échec : Édouard Dolléans et l’Institut français d’histoire sociale (1949-1960),  Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard [dir.], Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle. Enjeux et héritages, Nancy, Arbre bleu éditions, 2013, p 53-70.

[9] Fabrice d’Almeida, Histoire et politique, en France et en Italie : l’exemple des socialistes (1945-1983), Rome, Ecole française de Rome, 1998.

Article complet.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.