Quelques remarques sur la forme brève socialiste Première partie

Quelques remarques sur la forme brève socialiste.

 

Le billet suivant est issu d’une courte communication à un atelier consacré aux formes brèves de l’imprimé au numérique qui s’est tenu à l’Université de Bourgogne le 27 mai 2016. Associant le CGC (uBFC CNRS 7366), le CIMEOS (EA 4177 uBFC) et le GRHis (EA 3831 Université de Rouen), cet atelier est préparatoire à un colloque éponyme, organisé à Dijon, les 16 et 17 mars 2017.

 

EPSON scanner image

Je voudrai, pour introduire cet atelier et les échanges, questionner la forme brève socialiste (FB) dans une part de ses usages dès-lors que celle-ci est patrimonialisée, soit conservée, restaurée, indexée, donnée dans sa sérialité, parfois numérisée[1]. Il s’agit là d’une représentation technique de la patrimonialisation comme tâche qui n’appelle aucun affect patrimonial de type mémoriel. On considérera là les FB comme matériaux de l’historien. Auparavant une remarque :

  • Le propos de l’atelier, puis du colloque, présente surtout la FB dans l’instant de sa communication ; sa nature est là toute évènementielle, appelant la question de l’espace public. L’implicite de l’appel à communication pose clairement le politique de la FB. En soi, d’ailleurs cet implicite retranche, dans le massif des éphémères porté par le labex Patrima[2]– ce qui n’est pas exactement de l’ordre du politique ou de l’infra-politique, comme, par le choix de l’imprimé –et du postulat de sa continuité numérique- il retire aussi un pan conséquent de la forme brève (le manuscrit, le graffiti, le tatouage… par ex.). On considèrera acquise cette politicité de la FB, que l’on déclinerait alors dans différents champs disciplinaires.

Bien que l’arc typologique des formes brèves soit large, on repère quelques logiques structurantes. Les suggestions qui suivent sont empiriques, construites dans un rapport à une part de l’historiographie des FB, déduites de travaux antérieurs liés à l’histoire du socialisme français. Le projet de cet atelier a motivé une relecture de travaux et d’ouvrages utilisés et produits dans d’autres dispositifs.

Les FB dans le processus de patrimonialisation

Il s’agit d’abord de cerner la patrimonialisation des FB comme processus qui, dans le cadre du monde des bibliothèques et / ou des musées et des centres d’archives n’est ni étal, ni figé :

  • Au ras des archives, et souvent dans la logique d’ordre de l’archive policière, la FB (brochures, tracts, auto-collants…) est moins constituée en collection qu’en indices. Elle est en rapport, vaut preuve. Dans le cas du mouvement socialiste, les FB valent en partie source contre l’archive constituée : pour la SFIO, peu soucieuse de ses archives, L’OURS qui est avant tout un centre de documentation constitué de livres et de brochures, vaut centre d’archives[3].
  • L’historiographie reprend à son compte cette logique –notamment dans le premier âge scientifique de l’histoire du mouvement ouvrier. Si elles ne sont pas preuves policières puisées dans les rapports, collectées à cette fin, les FB peuvent être recueillies : c’est là toute la logique de la littérature grise des bibliothèques militantes, qu’elles soient partidaires, ou singulières[4]. Littérature de l’action d’un temps, les FB témoignent[5], rejoignant ici la logique heuristique précédente (on pense, en ce sens, au parcours du livre d’Alfred Rosmer sur le mouvement ouvrier pendant la première guerre mondiale[6]).

Cette situation n’a jamais été épistémologiquement questionnée, sinon à la marge. De facto, c’est systématiquement une situation de communication que le chercheur va travailler, la FB est là le reste graphique d’une scène de communication :

  • Dans ses dimensions matérielles (le medium, les conditions de sa réception…), elle ouvre la possibilité d’une réflexion sur les arts de faire du politique[7].
  • Dans ses dimensions idéologiques, politiques, questionnant là éventuellement tout autant la prise de parole[8] et sa perfomativité qu’une combinaison classique de l’histoire sociale et politique. Cette lecture se combine à l’histoire des représentations autour, notamment, du concept d’énoncé collectif qu’une crise politique donne à voir[9].
Les FB et l’écriture de l’histoire

Il existe aussi un second usage de la FB, davantage arrimé à l’écriture de l’histoire. S’il n’est pas exactement lié à la patrimonialisation de la forme, il tisse avec celle-ci des liens serrés. Cet usage prend deux directions :

  • La première participe de l’écriture de l’histoire telle qu’initialement pratiquée par la collection Archives (1964). Ecriture et logiques de l’édition se mêlent ici. Les formes brèves de l’imprimé s’assemblent, parmi d’autres matériaux, mais elles sont privilégiés pour reconstituer un moment, une époque, par l’archive. Epistémologiquement, la démarche détourne la logique des recueils et des anthologies, faisant des FB l’un des lieux d’une écriture historique : par le montage, le collage, l’historien semble s’effacer devant la production de blocs textuels. On retrouve ici la question centrale des situations de communication mais diffractée par l’écriture historique dans une logique qui, ab origine, s’inspire de la Nouvelle-vague, du montage : le travail d’écriture de Georges Lefranc sur Juin 36 l’illustre[10]. A distance de la collection Archives, on trouve cette même appétence pour le montage dans le travail de Philippe Artières et Dominique Kalifa sur Vidal[11].

A ce point, deux remarques à propos d’une part des travaux de Ph. Artières. La volonté d’écriture d’une biographie sociale à partir de Vidal prend au mot, parmi les sources convoquées, la cacophonie des FB, caractéristiques déjà présentes dans l’esprit des propagandistes socialistes qui tentèrent l’aventure de l’Encyclopédie socialiste, pour justement constituer un fil d’Ariane dans ce dédale[12]. C’est l’une des propriétés de la FB de s’entendre toujours en rapport avec la question de sa réception sous le sceau de la cacophonie. Elle participe du désordre des sources. Il appartient à l’historien, dans un cadre épistémique contraint (ici la biographie pour Vidal) d’ordonner cette réception ; ce fut aussi le cas des propagandistes socialistes autour de Jean Lorris et Adéodat Compère-Morel usant de la forme encyclopédique. La  FB est le lieu d’une technique de l’écriture  du politique, puis de l’histoire et simultanément une ressource pour l’analyse, politique puis historique.

 

Miettes, de Philippe Artières[13] décentre cette logique en refusant un cadre épistémique ou, tout du moins, en renversant la contrainte. Celle-ci devient la reproduction stricto-sensu des petites annonces de Libération dans la rubrique « Sandwich » en 1980 : au lecteur de se repérer dans ce bloc d’histoire, de réfléchir  aux types d’histoire que ce type de rubriques suggère. On se retrouve là dans la continuité du rêve d’histoire foucaldien[14], et Miettes n’est que proposition, celui des possibilités d’une histoire critique de l’infra-ordinaire, celui d’une réflexion sur les lectures de l’époque de la rubrique. L’essentiel n’est pas alors pour l’historien du mouvement socialiste dans le propos de Miettes, mais dans ce qu’il peut appeler, mutatis mutandis, comme réflexion sur des dispositifs similaires dans la presse socialiste : ainsi de la rubrique Propagander dans Le socialiste, dont la litanie hebdomadaire donne plus qu’un aperçu géographique de l’activité socialiste : un mode d’être quotidien, et sans doute un mode d’écriture de l’action socialiste, donc, une réflexion sur ce reste graphique d’une activité militante. Cette activité militante est donnée à lire : ces lectures quelles sont-elles ? Le bref de l’écriture conditionne-t-il un sens, participe-t-il de l’infra-ordinaire de l’activité socialiste, sinon d’un calendrier cyclique où le temps politique se coule, mais dont la logique est sociale[15] ?

  • La seconde direction est davantage heuristique. Au ras des corpus des FB, toute recherche participe d’une logique du fragment à partir de laquelle reconstituer une totalité. Les FB s’interprètent dans cet horizon. Les réflexions sur l’appropriation du marxisme par les militants socialistes français sous l’angle de la dissémination réalisées dans le cadre de la GEME l’établissent[16]. Il y a ainsi dans l’usage par les historiens des FB une théorie du bref implicite, celui d’une totalité. La forme brève serait le lieu à partir duquel, par interprétation, la reconstituer ou la déconstruire.

Vincent Chambarlhac
CGC uBFC 7355

 

 

[1] Au sein du dense massif des FB, on citera l’OURS, le travail du Codhos. Sur la numérisation de ces FB, je renvoie à une première expérience autour des brochures de la Bibliothèque marxiste (qui contient nombre de brochures socialistes) à la MSH de Dijon pour le portail Pandor (https://pandor.u-bourgogne.fr/), reprise ensuite dans le cadre de l’ANR P@prika dirigée par Jean Vigreux. Avec Julien Hage, nous avions coordonné un séminaire consacré aux FB, pour la MSH puis le CGC en 2012. Les interventions sont disponibles en version audio (http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/prodscientifique/RessourcesNumeriques/12_13Ressources_num.html)

[2] http://www.fabula.org/colloques/sommaire2882.php

[3] Vincent Chambarlhac, « Le parti et ses archives. A distance de l’archive socialiste » In François Audigier, David Colon et Frédéric Fogacci (dir), Les partis politiques. Nouveaux regards, Bruxelles, Peter Lang, 2012.

[4] On rejoint là l’interrogation sur les bibliothèques populaires. Cf. http://bai.hypotheses.org/

[5] Vincent Chambarlhac, « Que faire de la littérature d’action ? À propos de la numérisation d’un corpus », Fabula / Les colloques, Les éphémères, un patrimoine à construire, URL : http://www.fabula.org/colloques/document2906.php,  page consultée le 28 mai 2016.

[6] Vincent Chambarlhac, « 1914-13… Une mémoire brisée ? Entre marginalisation et fidélité, le combat des pacifistes de la Grande Guerre dans les années 30 »,  Aden-Paul Nizan et les années Trente, revue du GIEN, n° 7, Octobre 2008, p 37-58.

[7] Michel de Certeau, L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades de Christian Jouhaud, Annales ESC, mai-juin 1986 n°3, p 508.

[8] Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, 1984.

[9] Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La Ville brule, 2014.

[10] Vincent Chambarlhac, Georges Lefranc et l’écriture de « l’explosion sociale » In Vincent Flauraud, Nathalie Ponsard, Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XXe siècle, Nancy, L’Arbre bleu, 2013.

[11] Philippe Artières, Dominique Kalifa, Vidal. Le tueur de femmes, une biographie sociale, Paris, Librairie académique Perrin, 2001,

[12] Vincent Chambarlhac, L’Encyclopédie socialiste, une forme singulière pour une cause politique ? Genèses. Décembre 2004.

[13] Philippe Artières, Miettes, Paris, Verticales, 2016.

[14] Philippe Artières, Rêves d’histoire, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007.

[15] La remarque naît d’un travail déjà ancien sur les procès du Piou Piou de l’Yonne. Cf. Vincent Chambarlhac  « L’honneur du banc d’infamie. Les procès du Piou Piou de l’Yonne »,. In « Plutôt l’insurrection que la guerre ! »,« L’antimilitarisme dans l’Yonne à la veille de la Grande Guerre., Colloque Adiamos 89, Auxerre, Adiamos 89 / Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 2005.

[16] Vincent Chambarlhac, L’orthodoxie marxiste de la SFIO, à propos d’une fausse évidence (1905-1914), Cahiers d’histoire- Revue d’histoire critique, Janvier/ Mars 2011.

Première partie.pdf


Une réflexion sur « Quelques remarques sur la forme brève socialiste Première partie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.