Synthèse pour une historiographie de l’histoire socialiste italienne Deuxième partie

Samuel et Simon Wajsbrot

Samuel et Simon Wajsbrot posent avec d’autres ouvriers dans un atelier de casquettiers situé rue des Francs-Bourgeois à Paris, 4e arrt, le 15 avril 1926 © Mémorial de la Shoah/C.D.J.C./M.J.P./Coll. Jean Lescot

À la toute fin du XXe siècle une histoire du socialisme a aussi été publiée, écrite par Renato Zangheri, un historien des mondes paysans et du passage de l’agriculture traditionnelle du XVIII siècle au capitalisme agraire en Italie. Ancien dirigeant du parti communiste, maire de Bologne, Zangheri a (surtout lors de colloques) dit être persuadé que la nouvelle composition des classes travailleuses – la précarité, l’introduction de l’organisation du travail dite World Class Manufacturing, la diffusion du travail intellectuel et « relationnel » – avait provoqué la désagrégation du monde du travail en tant que classe. Son analyse peut conduire aussi à des conclusions opposées, qu’on ne peut pas développer ici. Zangheri dessine donc le tableau d’un mouvement ouvrier qui va vers sa fin. Les deux volumes qui sont sortis avant sa disparition, écrits avec Attilio Zanichelli, un ouvrier de l’entreprise de verre industriel Bormioli et poète original, suivent un parcours qui démarre avec l’activité de groupes isolés animés par les exemples français de Carlo Pisacane, jusqu’aux premiers internationalistes parfois d’origine mazzinienne. Ensuite et surtout son texte retrace l’histoire des rapports entre le socialisme italien et l’histoire nationale. Les socialistes, qui enracinent leurs cultures mais surtout leurs réseaux d’organisation dans l’histoire du républicanisme démocratique et du mutualisme, sont plus intéressés que les classes dirigeantes à une unité à laquelle ils contribuent avec leurs luttes et surtout avec leur organisation qui  représentent un formidable processus d’auto-émancipation. Son ouvrage indique aussi l’unité possible entre le puissant processus d’organisation dans le Nord industriel, celui du monde des ouvriers agricoles de la vallée du Po et l’expérience démocratique des « Fasci Siciliani » dont la répression voulue par Francesco Crispi produit des effets de très longue durée pour les rapports entre le prolétariat méridional et le crime organisée.

De 2007 à 2012 un groupe d’historiens italiens et français s’est intéressé aux rapports entre l’historiographie italienne et Madeleine Rebérioux (Cahiers Jaurès, « entre France et Italie: regards croisés » : nn.183-184, 2007, 1-2) et à un retour possible à l’étude des institutions et des réseaux internationaux du socialisme « dans les pas » – quoique cette formule puisse paraître un peu trop élogieuse – de Georges Haupt à l’occasion de l’anniversaire, après 30 ans, de sa mort. Ce numéro des Cahiers Jaurès, n. 203, Georges Haupt. L’Internationale pour méthode, n. 203, 1-2014 a rassemblé des témoins ayant connu Haupt et des historiens qui ont cherché ou se proposaient de chercher d’en utiliser la méthode. Comme j’avais écrit moi-même en présentant aux lecteurs ce numéro :

« il était temps de rouvrir un “dossier Haupt” bien au-delà de la mémoire, c’est à dire de présenter l’actualité d’une méthode sur des sujets qu’il avait déjà puissamment contribué à installer au centre de l’histoire et de la culture des sociétés européennes. Le sommaire de ce numéro l’atteste. D’une part, il présente des contributions « dans les pas » de Haupt, contributions qui montrent la vitalité de sa méthode (Bidussa, Candar, Ducange, Meriggi). D’autre part, il comprend des réflexions qui croisent l’évocation d’une personnalité et son rayonnement sur le travail de divers historiens (Dreyfus, Jemnitz, Löwy, Pa-naccione, Weill). Mariuccia Salvati de son côté revient, dans un texte passionnant, sur les rapports de Haupt avec Lelio Basso et sur les liens qui ont permis, entre autres, la naissance et le développement de la Fondation du même nom, ainsi que l’affirmation de son rôle au croisement de la politique et de la recherche. Dans les recherches de Haupt, le thème des échanges militants et intellectuels non seulement dans les pays capitalistes qui avaient vu naître les partis socialistes, mais aussi dans l’Europe centrale et orientale, était présent depuis ses débuts. Il a développé cette orientation dans de nombreux articles et livres collectifs. Cette démarche orientait aussi sa vie : il mettait constamment en relation hommes et femmes au croisement de la recherche et de la politique. Il est l’un des très rares historiens qui a souligné plutôt les continuités sociales que les coupures politiques entre les Deuxième et Troisième Internationales, comme l’atteste la publication de la correspondance entre Camille Huysmans et Lénine dont il s’occupa ».

« Dans les pas » de cette méthode j’ai publié moi-même une recherche encore in progress, cité dans la bibliographie suivante, L’Internazionale degli operai (2014). Elle cherche à tisser, avant et après la Grande guerre, un double réseau de relations. D’un côté les analyses des partis socialistes et du Bureau socialiste international autour des migrations et du colonialisme, impliquant aussi les rapports avec les travailleurs non européens. De l’autre côté la rencontre sur le marché du travail entre les travailleurs « autochtones » et les travailleurs étrangers.

Pour résumer dans une formule toutes ces tensions et les moyens employés par les acteurs sociaux et politiques, on pourrait dire que le marché du travail et la nécessité de s’organiser dans les lieux du travail quotidien ont imposé une tension constante entre les pôles opposés de la xénophobie et de l’internationalisme. Entre les deux on observe des comportements différents, parfois contradictoires, qui tendent tous à chercher à gouverner le marché du travail, à s’opposer à ses « lois » économiques.

groupe parlementaire

Groupe parlementaire socialiste aux élections de 1913. Carte postale tiré du site FB Associazione nazionale Sandro Pertini

La recherche autour de « l’Internationale des ouvriers » parcourt ces problèmes et fait appel à des sources parfois peu exploitées telles que les archives du Bureau Socialiste International et évidemment les sources sur les comportements ouvriers « xénophobes » ou « fraternels », des fonds Moscou aux Archives Nationales et des Archives de la Police de Paris. La France représente un lieu privilégié de ces tensions parce qu’elle héberge déjà avant la Grande guerre une immigration nombreuse et plurielle. Dans les comportements des mondes du travail – par exemple dans les chantiers qui couvrent Paris dans les années 1930 – observés à la loupe et dans les secteurs du textile, de la maroquinerie, de la fabrication des casquettes et des chapeaux, ni la xénophobie ni l’antisémitisme émergent sauf quelques manifestations isolées et surtout elles épargnent les immigrés plus disposés à se syndiquer, dont ceux d’origine juive. C’est le cas des protagonistes de premier plan de la Main d’œuvre immigrée au sein de la CGTU. Dans une période où les agents politiques de l’antisémitisme et de la xénophobie étaient très actifs, ce fait mérite d’être analysé et ce thème spécifique est l’objet d’un travail en cours de préparation. Il s’agit donc là d’un essai d’histoire sociale, aussi bien des comportements ouvriers que des institutions socialistes et syndicales.

Maria Grazia Meriggi

Deuxième partie.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.