Synthèse pour une historiographie de l’histoire socialiste italienne Première partie

Publication de la seconde et dernière partie le 23 mai 2016

 

portrait d'Alessandro

portrait d’Alessandro Schiavi par Gianfranco Campestrini, Raccolte d’arte dell’Ospedale Maggiore, Milan

 

Une bibliographie raisonnée des recherches sur le socialisme italien et international de la période de la II Internationale écrite par des historiens italiens aurait été sans doute très riche si l’on tenait compte surtout des années 1950-1980. Les années suivantes ont en effet été marquées par un certain « refoulement » de l’intérêt pour ces sujets.

Un peu partout en Europe mais en Italie surtout il y a eu une sorte de superposition mutuelle entre l’histoire du socialisme et les histoires du syndicalisme et des mondes du travail. Or à plusieurs occasions on a pu constater un retour des historiens de la dernière génération aux histoires des mondes du travail et des migrations, histoires qui ont permis la naissance d’une association (à laquelle je participe), la SISLav, Associazione italiana degli sorici del lavoro.

Mais après les années 1970 traversées par des historiens passionnés des luttes ouvrières et de leurs histoires politiques, aujourd’hui les jeunes historiens des mondes du travail sont plutôt méfiants envers ces croisements. La plupart des publications historiques relatives aux socialismes sont plutôt consacrées à l’histoire « républicaine », aux vicissitudes des partis socialistes jusqu’à la crise provoquée par le secrétariat de Bettino Craxi et les procès pour corruption qui ont frappé les partis italiens de gouvernement. Je ne cite que quelques noms : le grand historien et maître Enzo Collotti, Luciano Marrocu, Leonardo Rapone, Andrea Panaccione – notre meilleur spécialiste des socialistes menchéviques et des socialistes russes en général – Mario Telò. Mais il y quand même aussi un retour aux histoires des socialistes des années qui nous intéressent ici, avec un considérable renouveau méthodologique.

Quelques fois ce renouveau est évident, d’autres fois il est « caché » dans de travaux apparemment plus traditionnels, biographiques. Mais dans tous les cas l’orientation de ces recherches ne s’intéresse pas à mettre en lumière le débat d’idées et la restitution des lignes théoriques – révolutionnaires ou réformistes. Ces recherches tendent à dessiner une histoire sociale des socialismes en Europe, et, par le biais de la biographie, la prosopographie d’un réseau de sociabilités.

Deux entreprises peuvent être citées ici. La publication des œuvres complètes de Giacomo Matteotti (1885-1924), dirigée par l’historien florentin Stefano Caretti qui les a complétées avec des essais qui présentent ce dirigeant en dehors de son image mythique de martyr du fascisme, en expliquant ses rapports avec toute une série de pratiques et de réflexions théoriques qu’il partage avec les socialistes européens. Très enraciné dans les problèmes des ouvriers agricoles précaires de son territoires (les « braccianti » du delta du Po), Matteotti avait su aussi se confronter avec des problèmes de traduction des réformes sociales au moment du renversement des rapports de pouvoir dans une société : l’imposition fiscale, l’administration des municipalités et leurs rapports avec les coopératives et les syndicats agricoles, une opposition à la guerre rigoureuse et acharnée ; autant de problèmes proches de ceux qui sont au centre des débats internationaux, même encore dans le socialisme d’entre-deux-guerres.

Depuis 2007 jusqu’à 2013, Carlo de Maria, historien formé à l’université de Bologne et très actif dans le réseau des instituts d’histoire de la Résistance, a dirigé avec d’autres collaborateurs la publication des œuvres d’Alessandro Schiavi (1872-1965) et en 2008 lui a consacré une biographie qui se rapproche plutôt de la prosopographie (Alessandro Schiavi. Dal riformismo municipale alla federazione europea dei comuni. Una biografia: 1872-1965, Clueb, Bologne 2008). Dans cette vaste recherche, que De Maria a complété avec un volume collectif consacré à Andrea Costa (Andrea Costa e il governo della città (brossura), la ed., Reggio Emilia, Diabasis, 2010), ce qui est mis en lumière c’est tout un réseau de sociabilités, de connaissances et de pratiques qui montrent, bien au-delà de l’opposition des courants au sein du Parti Socialiste Italien, un enracinement dans l’aspiration à l’auto-organisation des couches populaires italiennes.

D’autre côté une entreprise mérite d’être signalé, qu’on peut consulter à l’adresse suivante.

Elle émane d’un groupe d’historiens extérieurs à l’université et qu’on peut définir comme « militants », mais il s’agit d’une entreprise tout à fait scientifique, dont le modèle évident mais jamais cité est le dictionnaire biographique du mouvement ouvriers français dirigé par Jean Maitron : ce sont des biographies sans hiérarchie rigoureuse entre les dirigeants nationaux et les militants ponctuels de l’histoire du mouvement ouvrier en Italie. Plusieurs volumes y sont rattachés, d’Emilio Gianni, et vont de l’émergence d’un parti socialiste soi-disant marxiste mais influencé par les cultures du positivisme, du radicalisme démocratique et du municipalisme. Ce dictionnaire complète et intègre celui dirigé dans les années 1970 par Franco Andreucci et Tommaso Detti pour les Editori Riuniti de Rome, où les biographies (presque toutes tirées du Casellario politico centrale, le fonds consacré aux opposants politiques au fascisme) privilégiaient les dirigeants politiques communistes, suivant une approche linéaire allant « de l’utopie à la science ».

Les Annali de la Fondation Gian Giacomo Feltrinelli, autrefois un des principaux lieux d’élaboration de l’histoire des mouvements ouvriers et des organisations politiques des gauches, ont dans les dernières vingt années consacré seulement un volume à un sujet proche de celui qui nous intéresse. Ce numéro a été dirigé par Maurizio Ridolfi, un historien spécialiste des cultures démocratiques et radicales du XIXe siècle. Les problèmes évoqués dans ce volume tournent autour de la question du rapport entre les idées et les réseaux démocratiques d’un côté, et le rapport à la nation et à l’accès aux responsabilités gouvernementales de l’autre.

Pour les thèmes qui nous intéressent ici, il faut surtout souligner que parmi les documents tirés des riches archives de la Fondation, outre des papiers tirés des fonds de Macchi, Cavallotti, Gnocchi Viani, William Linton, le directeur de la publication a souhaité également publier des papiers d’Eugène Varlin, le militant qui incarne les moments de la Commune de Paris les plus liés à l’expérience de l’organisation des classes ouvrières, dimension qui ouvre vers les organisations socialistes. Ce rapprochement permet notamment de souligner le rôle des associations démocratiques et mutualistes pour la formation d’une conscience et des formes d’organisations dites « de classe ».

Maria Grazia Meriggi

Première partie.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.