LA FÉDÉRATION DE L’YONNE : 1905-1914 (2/3)

English version forthcoming

 

Le présent billet est issu de la journée de lancement du projet Eurosoc du 15 février.

 

Appel contribution PiouPiou

Affiche de l’appel aux Militants, Groupes, Loges, Syndicats, Coopératives, etc. pour la publication du QUATORZIEME numéro du PiouPiou de l’Yonne.
Source : ADIAMOS 89

Retrouvez la première partie ici.

Logiques

Ces questionnements posent en creux la nécessité de s’attaquer aux relations entre le local et le national.  La création de la SFIO dans l’Yonne est tout sauf une marche à l’unité, slogan téléologique nécessaire à l’agrégation des différents courants socialistes.

Frédéric Sawicki a attiré l’attention sur la nécessité de ne pas faire des fédérations, des PS en réduction, à l’histoire uniquement scandée par les évolutions nationales internes que ce soit dans les organes centraux ou dans les courants et tendances.  L’injonction demeure mais nécessite d’opérer des ajustements afin de rendre compte des configurations à l’œuvre. Différentes évolutions se mêlent qui nécessitent recensement avant d’en examiner les conséquences pour le socialisme dans l’Yonne

Le premier est l’achèvement de la nationalisation du politique dans la période qui va de pair avec une montée de l’Etat dans les relations sociales. Cela a des conséquences sur la SFIO, obligée de prendre en compte la construction d’un champ réformiste.

La conséquence en est l’institutionnalisation de la SFIO en regard de cette nationalisation, sa structure est marquée par l’héritage du mouvement socialiste mais dans le même temps correspond à la structure administrative et politique de la République. La fédération est le département, le Congrès national est le pendant de l’Assemblée nationale. Mais la mise en regard de structures est doublée de la construction par la SFIO d’une figure, la France socialiste qui doit lui permettre à la fois de faire pendant au Grand récit républicain et de lui proposer une suite.  Cette projection territoriale et utopique inscrit la SFIO dans la République tout en la distinguant spatialement et temporellement. Cet  effort national n’est pas sans conséquence sur le local puisque les structures locales doivent bien évidemment reprendre cet effort de rationalisation de l’idéologie et de l’activité. A cet effort fut donnée le nom d’entreprise socialiste.

Le deuxième est l’irruption dans le système politique d’éléments de perturbation de l’ordre politique et social ; dans la période la guerre est au centre de ces discontinuités, dans l’après-guerre, l’antifascisme et le pacifisme.

Ces différents registres font de la fédération de l’Yonne une fédération ordinaire, Hervé rentré dans le rang, référée aux évolutions nationales tant elle ne se distingue en rien au sein de la SFIO. Un simple jeu d’échelle fait de la fédération le reflet de l’organisation nationale.  A cet angle mort, Frédéric Sawicki avait opposé une approche par les milieux et les réseaux qui littéralement désenclavait le local du national par une analyse ancrée dans le social.

Mettre en œuvre une autre approche, passe par un décentrement des catégories usuelles pour construire une argumentation autour de la figure de la France socialiste. Si celle-ci se veut horizon d’attente du mouvement socialiste, elle se reconfigure au gré de la multiplicité des inscriptions de la SFIO dans le social, le politique, le culturel. Cela donne corps à un socialisme de l’époque, cadre de la politisation induite par le socialisme, par le passage du citoyen au socialiste. Etre socialiste c’est se confronter de manière  permanente dans des processus d’ajustement infinis, perpétuellement en cours à la multiplicité des inscriptions d’un parti, d’une fédération au sein de territoires irréductibles les uns aux autres, porteurs d’espaces politiques spécifiques.  Autrement dit, être socialiste c’est être à la fois dans le parti, dans la République, dans une fédération, dans un département, dans une section, dans une commune. Ecrire cela n’est pas militer pour la dilatation à l’infini de l’étude de cas dont la compilation donnerait à voir le socialisme comme palimpseste de la République. Il s’agit de mobiliser les formes à l’œuvre dans la création des inscriptions militantes, de tenir dans le raisonnement, le particularisme socialiste, la spécificité républicaine dans un processus de politisation des classes sociales, de création d’un Etat articulé sur la Nation, de la création d‘un Etat social. Etre socialiste, c’est être capable de négocier individuellement puis collectivement – ici se place la difficile question du passage de l’un à l’autre- la multiplicité de ces inscriptions pour donner sens à une action politique déterminée, créatrice de particularisme, en un sens à une identité partisane.  En somme étudier ce qu’il est convenu l’engagement socialiste revient à se situer au croisement indéfini des pratiques spécifiques et du banal, du quotidien de l’environnement immédiat, abolit la coupure entre les gens normaux et les autres, les engagés. Quelles en sont les conséquences pour l’Yonne avant 1914 ?

De l’Yonne comme objet d’étude

A mon sens, il convient de prendre en compte la question de l’opinion publique pour saisir la manière dont les socialistes icaunais mènent l’entreprise socialiste.  A leur manière, la propagande, les socialistes se placent devant le tribunal de l’opinion publique pour que le socialisme se constitue en  opinion sur la scène politique, condition de son acceptation comme horizon d’attente.  Cette propagande se décline sous différents aspects, le théâtre, la chanson, l’imprimé dans toutes ses dimensions, la réunion, le banquet voire la fête.  Elle porte son attention sur des milieux sociaux différenciés afin de créer la possibilité d’un choix socialiste.  Elle marque la spécificité du socialisme, sa capacité à entreprendre la France républicaine.

Le deuxième axe passe par la manière dont les socialistes négocient leur insertion dans la République, à travers la question électorale et les formes républicaines de la délibération mais également leur inscription dans le champ réformiste.

Le troisième axe passe par l‘impossible patrimonialisation socialiste du passé révolutionnaire de la France tant à cause du choix internationaliste que des traditions locales de politique du peuple.

A travailler ces trois axes, se lit une autre histoire de la fédération socialiste. L’hervéisme devient à la fois, tentative de synthèse entre patrimonialisation de la révolution par l’antimilitarisme dans le cadre d’une concurrence au sein du mouvement ouvrier et volonté de contester les modalités de construction de l’opinion socialiste au sein du Parti national.  Dans l’Yonne, cela passe par une phase de propagande active, multiforme Dans le même temps, la fédération socialiste se structure autour d’un espace/temps républicain, structuré autour des formes électorales et délibératives.

Cette approche met à distance l’approche généalogique pour privilégier les formes des inscriptions du socialisme dans l’Yonne dans leur lien avec la nationalisation et l’étatisation du politique et du culturel soit de mettre à jour les modalités de politisation induites par le socialisme.

Thierry Hohl

 

Deuxième partie.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.