Nationalisme, socialisme et communisme : bilan des historiographies et tour d’horizon bibliographique en pays tchèques

EUROSOC et ses lecteurs doivent cette contribution à Alexandre Riou, doctorant en histoire contemporaine sous la direction de Jean-Numa Ducange et d’Etienne Boisserie (Université de Rouen-Normandie/Inalco) dont les travaux de recherche portent sur l’histoire politique et sociale de l’Europe médiane et plus spécifiquement sur l’histoire de la social-démocratie “tchéco-slave”de sa genèse à sa rupture avec le KSČ (vers 1860 à 1921).

Carte issue de Encyclopaedia Britannica

L’étude des grands sujets structurant la science historique en Europe médiane n’est guère aisée. En effet, l’enchevêtrement de plusieurs logiques, tantôt complémentaires, tantôt conflictuelles, a tendance, contrairement à d’autres aires géographiques, à complexifier le tableau. Aussi la nationalité d’appartenance de l’historien va indubitablement influencer son spectre d’analyse et les objets d’études qui vont constituer les grands courants historiographiques.

Dans le champ académique tchèque, concernant les périodes de la Double-Monarchie, il est à noter la difficulté d’une analyse sans une mise en relief avec les grands courants historiographiques qui se sont développés dans les territoires germanophones d’Autriche et dans les Universités de langue allemande[1]. En effet, les champs d’études disciplinaires ont intimement suivi les évolutions et les bouleversements politiques et sociaux qui secouèrent l’Empire d’Autriche jusqu’à son éclatement et ont, en toute logique, été fortement influencés par le cadre même de la structure étatique dans laquelle ils s’inscrivaient.

Ce billet propose quelques repères fondamentaux des grands courants historiographiques qui ont charpenté – et encore de nos jours – les études historiques menées sur ce territoire. Parmi les axes structurants de l’historiographie en Pays Tchèques, l’histoire politique et notamment la question nationale sont centrales, notamment dans les deux décennies qui suivirent la proclamation d’indépendance de la Tchécoslovaquie. Mais il nous faut noter une place importante accordée à l’histoire des mouvements ouvriers, qui, sans surprise, furent très présents depuis la fin du XIXe siècle, début du XXe siècle.

Les débuts d’une histoire

L’historien tchèque Jiří Kořalka[2] rappelle que le développement d’une historiographie tchèque rétrospective sur leur propre histoire et réellement émancipée ne débute qu’en 1918 et la proclamation de l’indépendance de la Tchécoslovaquie[3].

Sans surprise, par la suite, la Tchécoslovaquie naissante va voir de nouveaux thèmes se développer liés à son histoire propre, à sa renaissance nationale aboutie dans le cadre de l’Etat-nation. Pour autant, l’historiographie tchèque ne débute pas à la fin de la Première guerre mondiale. Au mitan du 19ème siècle František Palacký, historien célèbre et homme politique d’Empire, fondateur du concept de l’austro-slavisme a combiné l’activisme politique au discours historique national.  Tout en défendant sur le plan politique un impérieux et indispensable maintien de l’Empire d’Autriche puis de la Double-Monarchie, il consacra une œuvre historique monumentale sur l’histoire du peuple tchèque. Parmi ses principaux ouvrages : Dějiny národu českého v Čechách a v Moravě[4], Geschichte von Böhmen[5]. Des œuvres qui, dans une approche diachronique, traitèrent des spécificités du peuple Tchèque, de son rôle dans l’histoire européenne et surtout de l’importance de son histoire et du rôle qu’il tint dans le façonnement de l’Europe. Derrière ces travaux reconnus, l’enjeu était double en permettant de contribuer à la reconnaissance du Droit d’Etat pour les Tchèques dans leurs territoires[6] et ainsi leur assurer l’autonomie politique et culturelle réclamée.

František Palacký

1918 : des historiens au fondement de la nation

Dès octobre 1918, soit le mois même de l’indépendance tchèque, Jaroslav Goll, fonda, et devint par la suite le dirigeant incontesté pour plusieurs générations d’historiens, de l’école dite positiviste, . Il est considéré comme le père de « l’Ecole historique Tchèque moderne ». Jaroslav Goll continue encore aujourd’hui d’alimenter des recherches et des débats historiographiques au sein des milieux académiques tchèques[7].

Dès décembre 1918, le premier périodique d’histoire tchèque parut, à l’initiative de l’éditeur Josef Pekař, intitulé Český historický časopis[8], et dont les buts affichés étaient clairs. On comprend alors que ce sont les cercles autour de l’indépendance qui ont guidé avant tout l’histoire tchèque, et que de fait il ne pourrait y avoir de but et d’idéal pour un peuple sans posséder une haute conscience de masse[9].

En opposition à ces deux historiens, apparut un groupe de jeunes historiens tchèques particulièrement actifs, lesquels tentèrent de mettre en place la réalisation d’une solution globale à « l’autrichianisation[10] » du tout récent Etat tchécoslovaque. Ou tout du moins de prendre ses distances avec les anciens mécanismes régissant l’Empire, et largement sous domination autrichienne, y compris dans la manière d’appréhender et de concevoir les sciences humaines. Ce mouvement débuta avant 1918 et les grands bouleversements géopolitiques et institutionnels, sous la houlette de l’archiviste praguois Josef Borovička.

Au cours de cette période, nous constatons une baisse de l’intérêt des travaux académiques portant sur la période de la Double-Monarchie. L’accent est davantage porté sur la période précédente, à savoir les années du règne de François-Joseph avant la grande réforme constitutionnelle, ainsi que sur le fameux débat portant sur l’usage des termes « bohémiens » et « tchèques »[11], étude menée notamment par le pédagogue Antonín Beer[12]. La question de la responsabilité de la guerre fut également abordée par des historiens tchèques au cours de cette période, avec Vlastimil Kybal, et Josef Matoušek dans la cadre des affaires intérieures et extérieures de la monarchie entre 1867 et 1918[13].

Dans la foulée, la chute de la monarchie appela également des études sur l’apparition des Etats-nations d’Europe centrale[14], et l’examen nécessaire du développement tchèque dans les dernières années de la monarchie, ainsi que les éléments qui amenèrent à son indépendance. Parmi les historiens de ce mouvement et de cette période, nous pouvons notamment citer Karel Kazbunda. Les études de ce courant étaient très centrées sur la nation Tchèque et analysées dans le temps long, c’est-à-dire que l’indépendance était lue par les historiens comme la continuité du débat de 1871[15] qui parvenait à son aboutissement avec la victoire des patriotes Tchèques.

Les décennies 1920 et 1930

Durant la période comprise entre 1920 et 1939[16] on assista à la poursuite d’une historiographie dite « libérale et positiviste », modérée et qui domina le champ disciplinaire en s’inscrivant essentiellement dans le cadre d’une histoire européenne. Parmi les historiens phares de la période, nous pouvons notamment citer Josef Šusta qui écrivit Světová Politika v letech 1871-1914[17]. Des ouvrages qui étaient pour beaucoup destinés à la formation des élites politiques et diplomatiques du nouvel Etat. Au cours de cette période, la thèse majoritairement défendue par les historiens étaient une présentation de l’Empire d’Autriche qualifié de secondaire face à un expansionnisme allemand de plus en plus menaçant[18]. Durant l’entre-deux-guerres, il y eut également des études sur le dualisme, principalement l’oeuvre de journalistes et de publicistes. Nous retiendrons notamment le nom de Bedřich Hlaváč, correspondant viennois du quotidien le Čas[19] qui publia une impressionnante biographie tchèque de l’empereur François-Joseph.

La Seconde Guerre mondiale

Au cours de la Seconde Guerre mondiale et l’occupation de la Bohême et de la Moravie par les Nazis, entité connue sous le nom de protectorat de Bohême-Moravie, il y eu une absence notoire d’ouvrages traitant des aspects liés à la Question nationale à la fin de la Double-Monarchie. Au contraire, les ouvrages apparurent davantage sur des domaines variés, ayant trait à la culture tchèque et ses apports spécifiques dans la grande histoire de l’Europe et de l’histoire mondiale[20]. Le régime nazi refusait cette lecture d’une Autriche morcelée entre plusieurs peuples, démembrée qui ne correspondait pas à sa doctrine et au récit historique qui en était issu et qu’il souhaitait propager.

1948 et la naissance de la « République socialiste de Tchécoslovaquie »: une histoire sociale marxiste mise en avant

Nous en arrivons désormais à la partie qui concerne l’après-guerre et la mise en place de la République populaire Tchécoslovaque suite au coup de Prague de 1948, qui, sans surprise, eut un impact non négligeable sur les études historiques qui furent menées au cours de la période. Cette période chronologique attacha, une fois encore sans surprise, une grande importance à l’histoire des mouvements ouvriers. Cependant, nous allons voir dans quelle mesure, cela se mit en place. En effet, la recherche et l’écriture de la science historique devait répondre aux canons de la pensée du marxisme-léninisme pour être jugées recevable. Cela implique que les productions scientifiques écrites et parues au cours de la période doivent être prises avec précautions. Une prise de recul par une lecture critique est de ce fait, indispensable pour ne pas sombrer dans certains biais.

Parmi les différents objets de recherche que nous retrouvons entre les années 1950 – 1990, nous pouvons notamment citer des travaux liés à la Révolution Industrielle[22], qui sans exclusive sur la Bohême, se situaient à l’échelle régionale de l’Europe médiane. Le principal auteur fut Jaroslav Purš, qui traita des économies régionales et s’attela aussi aux questions sociales ainsi qu’aux différentes tentatives d’organisation des mouvements ouvriers[23] et qu’aux mouvements de masse, qui survinrent dans les territoires de Bohême après la chute de la Monarchie habsbourgeoise.

Nous pouvons également noter des travaux concernant les suites de l’industrialisation capitaliste au sein des sociétés centre-européennes qui intégrèrent des études statistiques des populations de l’Autriche afin d’opérer une mise en lumière des structures sociales et démographiques de la Monarchie. Cela sous-entendait donc un regain des études liées à la  « question nationale » qui se déploya dans les années 1960-1970 autour de Ludmila Karníková et ses travaux diachroniques sur la démographie Tchèque[24], Blanka Pitronová[25] ou encore Milada Paulová[26]. L’annexion de 1908 eut un fort écho dans l’historiographie Tchèque de la décennie 1960-1970[27].

Quelques historiens phares peuvent également être mis en avant dont en premier lieu l’historien majeur de ces sujets, Zdeněk Šolle et son ouvrage sur les grèves ouvrières au cours de la première moitié du XIXe siècle (Dělnické stávky v Čechach v druhé polovině XIX. Století [Les grèves ouvrières en Bohême durant la première moitié du XIXe siècle], Praha, Nakladatelství ČSAV, 1960), mais nous pouvons également citer Jiří Kořalka qui travailla sur l’émergence du mouvement ouvrier Tchèque au sein de l’Empire d‘Autriche (« Zur internationalen der Entstehung der tschechischen Arbeiterbewegung im alten Österreich » [Sur l’émergence internationale du mouvement ouvrier Tchèque dans la Vieille-Autriche], Österreichische Osthefte 7, 1965), ou encore Jan Galandauer qui réalisa une oeuvre majeure, une biographie du leader social-démocrate tchèque Bohumír Šmeral. Šmeral est une personne clé du socialisme Tchèque à la charnière de la Grande Guerre, il incarnait la ligne de maintien de l’Empire au sein du Parti Social-Démocrate Tchèque jusqu’à la fin de la guerre. A l’issue de celle-ci, en 1921, il fut le principal fondateur du Parti Communiste tchécoslovaque (KSČ). Enfin, il apparaît indispensable de mentionner un autre historien de la période, Zdeněk Karník, qui écrivit un ouvrage de référence sur la trajectoire des responsables sociaux-démocrates Tchèques au cours de la Guerre 1914-1918 (Kárník Z., Habsburk, Masaryk či Šmeral Socialisté na rozcestí [Les Habsbourg, Masaryk et Šmeral. Les Socialistes à la croisée des chemins], Prague, Karolinum, 1996). 

Bohumír Šmeral

La question militaire

L’historien Jan Beránek, quant à lui, s’attela, aux côtés de plusieurs autres historiens, à travailler sur les thématiques du militarisme[32] et de l’anti-militarisme avant la période de 1914[33]. Les dimensions militaires et diplomatiques au cours de la Grande Guerre ne furent pas non plus absentes des études historiques menées au cours de la période ainsi que la voix des hommes politiques Tchèques, qu’ils aient été en exil ou soient restés sur le sol autrichien pour défendre les intérêts nationaux du peuple tchèque. Karel Pichlík fut l’un des historiens principaux sur ces sujets avec des travaux sur la lutte des Tchèques et des Slovaques contre l’autorité impériale durant la Première Guerre mondiale avec notamment Les soldats Tchèques contre la guerre 1914-1915[34].

Les Tchèques et les autres nations

Des travaux traitant des relations internationales, examinant notamment les rapports entre la Bohême et la France à cette époque, eurent également lieux à cette époque. Elle se penchèrent sur les relations particulières que ces deux territoires ont entretenues, par des études montées sur la base des archives diplomatiques françaises par Pavla Horská-Vrbová, et notamment sur les réseaux de contacts des élites tchèques avant 1918[35].

Les études traitant des rapports de la société tchèque à l’Autriche étaient l’objet de recherches tenues par ce qu’il convient d’appeler la « vieille génération d’historiens » tenante d’études notamment sur l’austro-slavisme[36]. Or celle-ci fut supplantée par une nouvelle génération, à partir de 1955 et qui se caractérisa par des études sur les mouvements ouvriers au sein de l’Empire depuis le congrès de Neudörfl en 1874 mais aussi les journées du Wiener Arbeitertagen[37], dont le tout premier en 1868.

Distance critique et apports historiographique de l’ère communiste

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la période communiste n’empêcha pas la réflexion historique de se développer en embrassant un large champ d’objets. Pour autant, les ouvrages employés ou tout simplement lus, qui ont été rédigés au cours de cette période doivent tout de même faire l’objet d’une attention particulière. En effet, il nous faut les faire passer par « le filtre de la déconstruction » des impératifs scientifiques, historiques et idéologiques du régime au moyen d’une lecture méthodologiquement rigoureuse. Une fois cette lecture disciplinée effectuée, ils s’avèrent être d’une grande qualité.  

La fin de l’ère communiste tchécoslovaque : recul et persistances des études sur le mouvement ouvrier

Nous allons notamment avoir l’historien Pavel Cibulka qui traita de cet objet de manière indirecte en consacrant un ouvrage aux partis politiques allemands de Moravie entre 1890 et 1918[38], un autre sur  les programmes politiques des partis nationaux Tchèques entre 1860 et 1890[39] ou encore un ouvrage collectif cette fois-ci aux côtés des historiens Milan Hlavačka et Olga Fejtová sur la pensée sociale et la pratique sociale en Pays Tchèques entre la fin du XVIIIe jusqu’aux débuts de la Seconde Guerre mondiale[40]. L’historien évoqué précédemment, Zdeněk Kárník, co-dirigea encore, à partir du début des années 2000, un ouvrage[41] en plusieurs volumes, assez colossal, sur le bolchévisme, le communisme et le socialisme radical en Tchécoslovaquie faisant appel à un large panel d’universitaires Tchèques spécialisés sur la période. Parmi lesquels, nous retrouvons notamment l’historien Michal Kopeček, membre de l’Institut d’Histoire contemporaine de l’Académie des Sciences de République tchèque et dont les nombreux travaux portent sur le « socialisme tardif » et la transformation post socialiste des sociétés centre-européennes. Il s’agit là d’un champ d’études et de recherches très prégnant jusqu’à aujourd’hui dans le champ académique tchèque. Des travaux portant sur les sujets liés à la dissidence des sociétés civiles[42] ou encore la manière dont la société s’est construite[43] dans les mois, années et décennies qui ont suivi le cycle de révolutions[44] qui mirent fin aux démocraties populaires.

Zdeněk Kárník

Un autre champ que nous souhaitions également évoquer a trait à la pensée sociale au sein de l’Eglise[45] avec l’historien Jakub Štofaník, de l’Académie des Sciences de République tchèque. Un second pendant de l’histoire des mouvements ouvriers moins présent et pourtant fondamental lorsque l’on connaît le poids des mouvements dits chrétiens-sociaux dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle en Europe médiane bien que sur le strict plan politique, les représentants de ce courant politique, qui participaient également à « l’encadrement » de la classe ouvrière, étaient moins présents et puissants en Bohême que dans d’autres territoires de l’Empire ou Etats suite à l’avènement des Etats-Nations de 1918.

Les historiens Tchèques de l’émigration et de l’exil

Comme nous le rappelle l’historien Josef Hanzal[46], « l’émigration n’est pas un phénomène isolé dans l’histoire tchèque, depuis les exilés d’après la Montagne Blanche[47] qui ont dû fuir la patrie pour la foi, ils inscrirent continuellement leur nom à l’Histoire nationale ». Au cours du XXe siècle, les raisons de l’exil ne manquèrent pas pour les intellectuels et les politiques que ce soit au cours de la Seconde Guerre mondiale afin de fuir les exactions du nazisme ou encore après-guerre pour échapper à la répression du régime communiste. Il nous semblait important d’y faire mention dans cet article.

Sans grande surprise, ce sont les Etats-Unis qui accueillirent la plus grande part de ces historiens et publicistes qui purent, pour un certain nombre d’entre eux, poursuivre leurs carrières outre-Atlantique, ou encore dans les pays européens de l’Ouest leur offrant les conditions d’une recherche scientifique et d’une expression d’opinion libres.

Sans présenter l’exhaustivité de ces historiens et de leurs travaux, quelques objets de recherche se sont détachés comme les apports des Slaves à la civilisation mondiale avec František Dvorník[48], les origines de la Tchécoslovaquie de Josef Kalvoda[49], les Pays tchèques sous la domination nazie avec Vojtěch Mastný[50] ou encore des travaux portant sur les accords de Munich avec notamment l’historien Milan Hauner.

Sur les mouvements ouvriers, deux historiens que nous souhaiterions notamment évoquer Radomír Luža qui se distingua d’une part par un engagement antifasciste durant la Seconde Guerre mondiale et par un engagement hostile aux communistes dans les années qui la suivirent. Il produisit une étude sur les mouvements socialistes internationaux de la jeunesse[51] et travailla également sur l’Autriche et l’idée « Grande-Allemande » durant le national-socialisme[52]. Citons également un ouvrage phare co-écrit avec Victor S. Mamatey, historien américain réputé d’origine slovaque et spécialisé sur l’Europe centrale et orientale, portant sur l’Histoire de la République Tchécoslovaque[53] jusqu’au Coup de Prague. Ouvrage qui demeure aujourd’hui encore une référence. Jiří Svoboda quant à lui fournit des contributions sur l’anarchisme en Bohême dans la revue East european Quarterly[54].

Enfin, pour le cas français, nous pouvons faire écho à Karel Bartošek qui prit le chemin de l’exil à la suite d’août 1968 suite à son exclusion du Parti Communiste Tchécoslovaque et qui s’intéressa aux processus politiques en Tchécoslovaquie et plus largement au communisme.

Conclusion

Cette contribution nous a présenté un portrait assez large des courants historiographiques Tchèques, essentiellement depuis 1918 et la proclamation de l’indépendance de la Tchécoslovaquie, quoique, comme nous l’avons vu, une historiographique que nous pouvons qualifier de « Tchèque » a bel et bien préexisté à l’indépendance. Certes sous une forme différente.

L’objectif affiché de ce court article était donc avant tout de resituer et synthétiser un certain nombre des grands débats qui structurèrent les études historiques en territoires Tchèques tout en apportant des références bibliographiques qui, sans tendre à l’exhaustivité, présentent les principaux ouvrages des auteurs qui incarnèrent ou incarnent ces courants. La partie plus contemporaine, soit après la Révolution de velours vise davantage à présenter quelques axes et travaux de recherche qui ressortent et que nous approfondirons prochainement sous la forme d’une fiche bibliographique plus dense.

Alexandre Riou

Doctorant en histoire contemporaine sous la direction de Jean-Numa Ducange et d’Etienne Boisserie (Université de Rouen-Normandie/Inalco) dont les travaux de recherche portent sur l’histoire politique et sociale de l’Europe médiane et plus spécifiquement sur l’histoire de la social-démocratie “tchéco-slave”de sa genèse à sa rupture avec le KSČ (vers 1860 à 1921).

[1] Jusqu’en 1882, l’Université Charles de Prague était une université de langue allemande. A partir de cette date, elle fut scindée en deux entités. L’une germanophone, l’autre tchécophone. Il va sans dire, ce que cela produisit en termes de tensions au sein de la Ville.

[2] Kořalka J., « Die letzten Jahrzehnte der Habsburgermonarchie in der tschechischen Geschichtsschreibung 1918-1982 », Austriaca n°18, 1984. Article complet et très bien documenté servant de base à cette analyse, pour la période de l’entre-deux guerres.

[3] Le 28 octobre 1918.

[4] Palacký F., Dějiny českého národu v Čechách a na Moravě [Histoire de la nation Tchèque en Bohême et en Moravie], Praha, Bursík a Kohout,1896.

[5] Palacký F., Z Dějin národu českého [Histoire de la Bohême], Praha, SNKLHU, 1957 (první edice od 1844).

[6] La particularité de la Bohême et de la Moravie, à la différence de bien des peuples de l’Empire était de concentrer l’immense majorité de sa population au sein de son territoire historique et défini.

[7] Kazbunda K., Jaroslav Goll a Josef Pekař ve víru války světové [Jaroslav Goll et Joseph Pekař dans le tourbillon de la Première Guerre mondiale], Praha, (Martin Kučera éd.) Karolinum, 2000. Il s’agit d’une reprise de manuscrit de l’historien K. Kazbunda préparé dans les années 70 et publié par un autre historien, M. Kučera en 2000.

[8] La revue historique Tchèque.

[9]« Das Ringen um die tschechische Selbständigkeit hat vor allem die tschechische Geschichte geführt. Gäbe es sie nicht, wären wir eine Masse, die kein höheres Selbstbewußtsein besitzt, ein Volk ohne Ziel und Ideal. », citation de l’éditeur tchèque Josef Pekař, Die Tschechische Geschichtsschreibung, « Austriaca n°18 », 1984.

[10] Le terme utilisé est entösterreicherung, inexistant en français, mais construit sur le même modèle, et la même idée que « germanisation ». D’où notre choix de traduction, ayant le mérite de garder l’idée générale du propos.

[11] L’historien Paul Pasteur, dans son Histoire de l’Autriche, De l’Empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Armand Colin, 2011, écrivit quelques lignes à ce sujet, arguant que le terme « bohémien », Die Böhmen, était usité par l’aristocratie allemande, à la différence de Tschechisch, désignant plutôt le peuple.

[12] Beer A., K dějinám slov böhmisch a čechisch [De l’histoire des mots bohémien et tchèque], Praha, Šolc, 1917.

Beer A., Arnošt Kraus: Ještě jednou böhmisch a tschechisch : na obranu… [Arnošt Kraus : une fois encore, bohémien et tchèque : pour la défense], Praha, Otisk z Naší vědy, 1921.

[13] Il s’agissait ici davantage de traiter de l’évolution de la politique de François-Joseph et de ses conséquences sur le continent, que de traiter de la forme constitutionnelle du régime, et des débats qu’elle engendra.

[14] Le terme employé est Mitteleuropa, mais trop connoté à notre sens pour être employé ici, et surtout incluant l’Allemagne.

[15] 1871 marque l’échec du trialisme, souhaité ardemment par les Tchèques mais qui fut finalement abandonné par l’Empereur sous la pression des élites magyars qui « s’allièrent » aux nationaux-allemands.

[16] En mars 1939, les nazis instituèrent le protectorat Tchéco-morave.

[17]Šusta J., Politique mondiale de 1871 à 1914, Praha, Vesmír, 1924-1931.

[18] Une lecture rétrospective qui va à rebours de la lecture des élites et de l’aristocratie impériales qui pensaient encore pouvoir faire jeu égal avec la Prusse puis l’Allemagne jusqu’à une date avancée bien que la défaite de Sadowa en 1866 ait entériné définitivement la supériorité politique et militaire des Prussiens dans le jeu géopolitique européen.

[19] Quotidien de T. G. Masaryk.

[20] Kořalka J., « Die letzten Jahrzehnte der Habsburgermonarchie in der tschechischen Geschichtsschreibung 1918-1982 », Austriaca n°18, 1984.

[21] Ce nom a été officiellement adopté par le régime en 1960. Cependant, dès le Coup de Prague de 1948, le régime est de facto devenu une « République socialiste ».

[22] Purš J. Průmyslová revoluce v českých zemích [Révolution industrielle dans les Pays Tchèques], Praha, SNTL, 1960.

[23] Purš J., Brožura z počátků českého politického hnutí [Brochure du commencement du mouvement politique Tchèque], Praha, ČSAV, 1959.

[24] Elle publia un ouvrage sur les évolutions démographiques Tchèques entre le XVIIIe et le début du XXe siècle. Kárníková L., Vývoj obyvatelstva v českých zemích 1754-1914 [Evolution des populations dans les Pays Tchèques entre 1754 et 1914], Praha, ČSAV, 1965.

[25] Elle travailla notamment sur les sujets de langues d’usage et de conditions de nationalité.

[26] L’historienne se pencha essentiellement sur les rapports entre les Tchèques et les Slaves du sud.

[27] Paulová M., Balkánské války 1912–1913 a český lid [Les guerres balkaniques – 1912-1913 et les Tchèques], Praha, ČSAV, 1963.

[28] Šolle Z., Dělnické stávky v Čechach v druhé polovině XIX. Století [Les grèves ouvrières en Bohême durant la première moitié du XIXe siècle], Praha, Nakladatelství ČSAV, 1960.

[29] Kořalka J., « Zur internationalen der Entstehung der tschechischen Arbeiterbewegung im alten Österreich » [Sur l’émergence internationale du mouvement ouvrier Tchèque dans la Vieille-Autriche], Österreichische Osthefte 7, 1965.

[30] Personnage clé du socialisme Tchèque à la charnière de la Grande Guerre, il incarnait la ligne de maintien de l’Empire au sein du Parti Social-Démocrate Tchèque jusqu’à la fin de la guerre. A l’issue de celle-ci, en 1921, il fut le principal fondateur du Parti Communiste tchécoslovaque (KSČ).

[31] Kárník Z., Habsburk, Masaryk či Šmeral Socialisté na rozcestí [Les Habsbourg, Masaryk et Šmeral. Les Socialistes à la croisée des chemins], Prague, Karolinum, 1996.

[32] Beránek J., Rakouský militarismus a boj proti němu v Čechách: příspěvek k některým otázkám “vnitřní” úlohy Rakouské armády a antimilitaristického hnutí v letech 1900-1914 [Le militarisme autrichien et la lutte contre en Bohême: contribution à quelques questions du rôle „interne“ de l’armée autrichienne et du mouvement anti-militariste dans les années 1900-1914], Naše Vojsko, 1955.

[33] Un sujet sensible dans la mesure où les Tchèques éprouvèrent bien des réticences à combattre sous l’étendard autrichien au cours de la Grande Guerre. Un grand nombre d’entre eux, faits prisonniers, furent d’ailleurs formés par les Français pour constituer la Légion Tchécoslovaque qui combattit aux côtés des alliés puis ensuite contre l’URSS en renfort de l’Armée Blanche. Pour plus de précisions sur ce sujet, voir Boisserie E., Les Tchèques dans l’Autriche-Hongrie en guerre (1914-1918) : « nous ne croyons plus aucune promesse », Paris, Eur’Orbem Editions, 2017.

[34] Pichlík K., Čeští vojáci proti válce 1914 -1915 [Les soldats Tchèques contre la guerre 1914-1915], Praha, Naše Vojsko, 1961.

[35] Cité par Jiří Kořalka Ibid. 2.

[36] Citons les historiens Václav Žáček ou Antonín Okáč.

[37] Que nous pourrions traduire par « Les journées ouvrières de Vienne ».

[38] Cibulka P., Politické německé strany na Moravě (1890-1918) : Ideje, Programy, Osobnosti [Les partis politiques allemands en Moravie (1890-1918) : Idées, Programmes et Personnalités], Praha, Historický ústav AV ČR, 2012.

[39] Cibulka P., Politické programy českých národních stran v letech 1860-1890 [Les programmes politiques des partis nationaux tchèques dans les années 1860-1890], Praha, Historický ústav AV ČR, 2000.

[40] Hlavačka M., Fejtová O., Cibulka P., Sociální myšlení a sociální praxe v českých zemích 1781-1939 [Les pensées sociales et les pratiques sociales dans les Pays tchèques 1781-1939], Praham Historický ústav AV ČR, 2015.

[41] Kárník Z., Pažout J., Rákosník J., Kocian J., Bolševismus, komunismus a radikální socialismus v Československu [Bolchévisme, communisme et socialisme radical en Tchécoslovaquie], Praha, Dokořán, 2003-2011 (8 svazků).

[42] Suk J., Vilímek T., Hermann T., Zahradníček T., Kopeček M., Andělová K., Šest kapitol o disentu [6 chapitres sur la dissidence], Praha, Ústav pro soudobé dějiny AV ČR, 2017.

[43] Kopeček M., Gjuričová A., Kapitoly z dějin české demokracie po roce 1989 [Chapitres de l’histoire de la démocratie tchèque après 1989], Praha, Paseka, 2008.

[44] Kopeček M., Hledání ztraceného smyslu revoluce [La recherche du sens perdu de la révolution], Praha, Argo, 2008.

[45] Jemelka M., Štofaník J., Víra a nevíra ve stínu továrních komínů : náboženský život průmyslového dělnictva v českých zemích (1918-1938) [La croyance et l’incroyance dans l’ombre des cheminées d’usines : la vie religieuse de la force de travail industrielle dans les Pays tchèques (1918-1938)], Praha, Academia-Masarykův ústav a Archiv AV ČR, 2020.

[46] Hanzal J., Cesty české historiografie 1945-1989 [Les chemins de l’historiographie tchèque 1945-1989], Praha, Nakladatelství Karolinum, 1999.

[47] Bataille qui se tint en 1620, qui constitua l’un des plus importants affrontements de la Guerre de Trente Ans et entraîna des conséquences politiques et culturelles majeures pour la Bohême la plaçant dans une position d’effacement jusqu’au Renouveau national à partir de la fin du XVIIIe siècle.

[48] Homme d’église et historien renommé, il figure encore aujourd’hui comme une référence parmi les byzantinistes. Il enseigna à Harvard à partir de 1948.

[49] Kalvoda J., The Genesis of Czechoslovakia, East european Monographs, New York, 1986.

[50] Mastný V., The Czech under Nazi rules. The failure of National Resistance 1939-1942, New York and London, Columbia University Press, 1971.

[51] Luža R., History of the International Socialist Youth Movement, A.W. Sijthoff, Leyden, 1970.

[52] Luža R., Österreich und die großedeutsche Idee in der NS Zeit [L’Autriche et l’idée « Grande-Allemande » sous le national-socialisme], Böhlau Verlag, Wien, 1977.

[53] Mamatey V. S., Luža, R., A History of the Czechoslovak Republic 1918-1948, Princeton, Princeton University Press, 1973.

[54] Svoboda G. J., «  Anarchism in Bohemia: The Prague Anti- Habsburg Revolutionary Society 1868-1872. » East European Quarterly 11, n°3, 1977.



Citer ce billet
benedetto (2024, 25 janvier). Nationalisme, socialisme et communisme : bilan des historiographies et tour d’horizon bibliographique en pays tchèques. EUROSOC Normandie. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo41

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.