Révolte : une revue des nouvelles relèves socialistes ? Être jeune, socialiste et marxiste durant l’entre-deux-guerres (1931-1934) / Deuxième partie.

Étudiant à la Sorbonne, Mattéo Fourcaut a rédigé un mémoire de deuxième année portant sur la revue  socialiste Révolte. Son mémoire intitulé “Révolte : une revue des nouvelles relèves socialistes ?  Être jeune, socialiste et marxiste durant l’entre-deux-guerres (1931-1934)” a fait l’objet d’une co-direction entre Olivier Dard (Sorbonne Université) et Jean-Numa Ducange (Université Rouen-Normandie). 

La présentation de ce mémoire est scindée en deux billets. La première partie se trouve ici

Partie 2 : Révolte, revue des nouvelles relèves de la SFIO. (6107)

           L’histoire de Révolte est tout à la fois classique et originale. Classique car elle ne reçoit jamais l’onction officielle du Parti tout en revendiquant le statut d’organe doctrinal, et ce manque la place dans une situation inconfortable qui finit par la mener dans une impasse, financière, car elle n’a pas les moyens de ses ambitions, et théorique car elle ne peut s’assumer pleinement, ni tendance, ni voix du Parti. Originale ensuite, car elle est une revue qui évolue sans direction. La ligne éditoriale de Révolte est confuse, parfois inexistante, au sens où le ton et les thèmes de la revue semblent évoluer indépendamment des comités de rédaction qui se succèdent sans véritablement influencer la revue. La relation étrange, entre approbation officieuse et contrôle discret mais non assumé, entretenue par la direction du Parti avec cette revue des cadres des Jeunesses Socialistes de Paris contribue à rendre confuse la définition de l’identité et l’autonomisation en tant que groupe de ces jeunes qui se veulent les « nouvelles relèves » de la SFIO. Révolte est un objet historique difficile à lire : coincée entre la revue de tendance et la revue de documentation, entre le militantisme et le théorique, sans ligne éditoriale officielle claire, elle est à l’image du Parti auquel elle se rattache ; cohérente dans son indécision. Mais à l’image de ce même Parti, cette impasse identitaire n’en est pas vraiment une : derrière la confusion et l’incohérence idéologiques et éditoriales, on distingue des lignes de force qui se dégagent en creux permettant de reconstituer, si ce n’est une identité politique, du moins une culture politique spécifique, qui amène de la cohérence à cette publication. Une culture politique fondamentalement nouvelle, celle de la jeunesse socialiste de l’entre-deux-guerres.

Cette culture sous-jacente, cet esprit est celui qui parraine la fondation de la revue en 1931 : un esprit de révolte radicale. Il est manifeste sur toute la période et il est pour nous l’indice de l’existence d’une génération spécifique qui s’est formée entre la fin des années 1920 et le début des années 1930. Une jeune génération qui, dans son rapport au monde, est fondamentalement différente de celle qui la précède et de celle qui lui succède, et se rattache en cela au mouvement des nouvelles relèves, mais qui décline le fameux « esprit des années trente » selon des modalités spécifiques. L’étude de cette « Classe 22 » – comme elle tente de se nommer – nous permet de comprendre les raisons de l’échec relatif de l’expression de cet esprit au sein de la SFIO, mais aussi de questionner le processus de formation des générations et la performativité de ce concept en histoire.

Contrairement aux non-conformistes déjà étudiés, la Classe 22 n’est pas une génération – au sens de groupe générationnel structuré et autonome – mais plutôt l’expression d’une tentative de génération. Révolte n’est pas le lieu de cristallisation de cette envie de génération en un groupe politique agissant en tant que tel. Cet échec de l’expression de l’esprit des années trente est lié au contexte spécifique à l’écosystème socialiste, qui suit sa chronologie propre. La Classe 22 est ainsi une génération prise de court par le temps : au moment où Révolte, revue de la jeunesse socialiste déçue par les années vingt, apparait, la chronologie du socialisme s’emballe et impose d’autres thèmes, ne laissant pas le temps à ceux qui sont venus après Tours de se faire enfin une place au sein du Parti. Révolte nous montre bien que cet échec des nouvelles relèves n’est pas lié uniquement à la nature du socialisme français, qui pose certes de nombreuses limites à la possibilité de la nouveauté et de la modernité radicale, mais bien aussi à un enchainement malheureux d’évènements qui bouleversent la sphère socialiste et empêchent le passage de relais naturel entre les générations. En somme, le socialisme français n’était pas ataviquement, comme on a pu le dire, hostile à la modernité et à la radicalité de l’esprit des années trente, et c’est bien plus la contingence évènementielle qui a avorté l’expression de celui-ci dans sa version socialiste. 

Plus que l’étude d’une génération, l’analyse de Révolte nous permet de saisir les évolutions que subit la culture politique socialiste au contact de l’esprit des années trente. Face aux bouleversements politiques, économiques et sociaux qui remettent en cause certains acquis de la doctrine socialiste, la Classe 22 assume pleinement l’adoption du marxisme et veut l’utiliser pour répondre rapidement aux problèmes existentiels qui frappent la SFIO . Le contexte historique permet à la Classe 22 de proposer sa propre réécriture de la culture socialiste, et son interprétation de ce que nous avons appelé dans nos travaux le  « mythe-Marx »[1] : elle vide Marx de sa puissance affective en en faisant un objet de science et en désacralisant l’homme, et cette transformation permet l’adéquation parfaite du marxisme au socialisme français. Cette adoption définitive du marxisme accompagne et s’accompagne du développement d’une nouvelle catégorie politique : la jeunesse. On voit dans Révolte que jeunesse de gauche se sent pour la première fois jeune au sens moderne, c’est-à-dire que la jeunesse socialiste commence à se sentir plus proche de ses frères-en-génération des autres partis : la jeunesse n’est plus seulement un mot, mais une réalité politique transpartisane performative, non spécifiquement socialiste, qui nait d’ailleurs sans le concours du Parti et évolue en parallèle de celui-ci. C’est une culture socialiste nouvelle qui commence à naitre dans les années 1930 que nous donne à voir Révolte : un socialisme qui tente d’apporter des réponses aux problèmes de la modernité, en réactualisant sa doctrine par le marxisme, accoudé à la jeunesse.

 

Mattéo Fourcaut

 


[1] Ce concept fait l’objet d’une définition et d’un développement précis dans le M1 et le M2. Les travaux de Raoul Girardet, de Paul Ricoeur et d’Alphonse Dupront ont servi d’appui. En voici une définition sommaire : le mythe-Marx désigne l’objet mythologique qui résulte de la constitution de la pensée et de l’homme en un mythe dans les discours socialistes de l’entre-deux-guerres, au sens où cette pensée et cet homme deviennent un seul est même objet mythologique qui agit comme un référent de plus en plus incontournable de la culture socialiste, et qui possède les trois caractéristiques du mythe ; c’est un révélateur qui éclaire le passé pour expliquer le présent, un mystificateur qui altère la perception et contredit aux règles du raisonnement logique et un mobilisateur, c’est-à-dire un ensemble lié d’images motrices appelant au mouvement et à l’action, stimulateur d’énergies d’une exceptionnelle puissance. Comme tout objet mythologique, le mythe-Marx a une histoire et évolue selon des phases distinctes que nous tentons de distinguer dans nos travaux. L’entre-deux-guerres est pour nous un moment charnière dans cette histoire : s’il y a une fascination pour Marx avant 1914, elle n’est pas du même ressort que celle des années 1930, car la crise de Tours n’est pas survenue. Après Tours, c’est bien une nécessité vitale qui fait de Marx un objet de plus en plus central et incontournable de la culture socialiste.



Citer ce billet
benedetto (2022, 19 décembre). Révolte : une revue des nouvelles relèves socialistes ? Être jeune, socialiste et marxiste durant l’entre-deux-guerres (1931-1934) / Deuxième partie. EUROSOC Normandie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/om4y

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.