Mobilités de papier : les imprimes anarchistes et leurs circulations transnationales, 1880-1914

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

L’étude de la culture de l’imprimé et de ses circulations comme vecteurs d’échanges dans les mondes anarchistes et syndicalistes constitue un champ d’études en développement, qu’il s’agisse de ses modalités symboliques mais également pratiques, si complexes à déterminer.[1] La presse anarchiste communiste française et les autres types de publications associées au mouvement (livres théoriques ou de fiction, brochures, affiches) occupent une place importante dans ces circulations de papier. Ce billet explore le fonctionnement pratique de ces échanges. La presse anarchiste est connue pour la viralité de ses contenus, pour emprunter un terme désormais cher aux spécialistes d’histoire de la presse : comment, concrètement, fonctionnait cette viralité ? Mon interrogation principale ici porte sur l’acheminement des publications anarchistes d’un pays à l’autre, ce qui permet d’aborder brièvement quelques autres grandes questions. Quels obstacles entravaient la circulation, et comment étaient-ils surmontés ? Comment les « correspondances » internationales figurant dans la presse française étaient-elles obtenues et, en retour, selon quelles modalités les informations sur la France étaient-elles envoyées à l’étranger ? À travers ces diverses questions, il s’agit d’esquisser un bref état des lieux des connaissances sur les réseaux internationaux de l’imprimé anarchiste et leur fonctionnement.

 

Un tableau d’ensemble

Il faut toutefois commencer par souligner que l’on en sait davantage sur ce qui fait obstacle aux circulations que sur leur opération, c’est-à-dire avant tout la censure, les saisies de documents lors du passage des frontières (qui en revanche constituent une source importante pour les historiens), ou encore la surveillance rapprochée des « passeurs » identifiés et des distributeurs locaux. Divers inventaires quantitatifs et travaux de visualisation permettent de se faire une idée de l’importance de ces circulations en termes de volume, de distance géographique et des langues concernées, notamment le travail très conséquent de Tom Goyens sur les réseaux de correspondance du périodique allemand Freiheit[2], ou encore ma propre tentative pour visualiser et classer les circulations de textes, d’informations, d’argent, de correspondances et d’imprimés mises en œuvre par l’éditeur Emile Pouget dans la série londonienne du Père Peinard en seulement quelques mois, entre septembre 1894 et février 1895, ce qui permet de se faire une idée de l’importance constitutive de ces liens pour toutes les fonctions du journal[3]. Un projet collaboratif de très grande ampleur sur les réseaux des Temps Nouveaux (1895-1914) – à la fois tels qu’ils sont réfractés dans le journal, et réseaux de diffusion et de lecteurs – est je l’espère à venir. Au plan qualitatif, c’était un des enjeux de ma biographie récente de l’éditeur des Temps Nouveaux, Jean Grave and the Networks of French Anarchism (Palgrave, 2021) mais tout le travail de cartographie et de quantification reste à faire. Il est néanmoins clair que ce journal était internationalisé dans ses moindres recoins, avec des variations spatiales et chronologiques qui doivent être soulignées.

 

Le rôle des individus dans la circulation internationale des imprimés

Un premier point de synthèse essentiel à souligner est l’importance des individus dans ces circulations, avec divers rôles. Tout d’abord les éditeurs, qui sont les récipiendaires et organisateurs des communications dans la plupart des cas. Par exemple, dans le cas du Père Peinard, la correspondance régulière entre l’émigré français Louis Goaziou aux États-Unis et Émile Pouget a permis de tisser des liens étroits entre leurs périodiques respectifs. C’est d’ailleurs ce même Goaziou qui correspond régulièrement avec Grave et son journal Le Révolte, et qui constitue un maillon essentiel dans l’émergence du mouvement révolutionnaire franco-américain, à partir de son activisme parmi les mineurs d’anthracite de Pennsylvanie, pour reprendre les travaux de Michel Cordillot et Ronald Creagh sur la question[4], ainsi d’ailleurs que divers travaux doctoraux récents ou en cours[5]. En Afrique du Sud, on pourrait citer l’exemple du britannique Henry Glasse, installé à Port Elizabeth dans les années 1880, et qui correspondait avec Freedom à Londres et diverses publications françaises, traduisit Kropotkine et diffusait du matériel anarchiste d’origine européenne[6]. Ce rôle des individus dans un mouvement comme l’anarchisme n’est certes guère surprenant, mais il l’est un peu plus si l’on considère l’ampleur et la densité de ce maillage intense de circulations. Ce sont ces échanges individuels, soutenus ou ponctuels qui, dans la durée, ont constitué l’anarchisme comme mouvement mondial et contribué à faire de l ’internationalisme anarchiste une pratique.

 

Entre circulation transparente et contournement de la censure

De nombreuses sources suggèrent que les journaux et imprimés circulaient souvent par simple voie postale, et souvent sur abonnement. Voir l’exemple du Droit Social (Lyon), dont l’encadré en bas à gauche, montre que cette pratique des abonnements et envois vers l’étranger était déjà bien installée et a priori pas trop surveillée.

 

@Gallica

 

De même, les journaux anarchistes étaient vendus ouvertement dans les « librairies internationales », comme celles d’Achille Leroy à Paris ou Armand Lapie à Londres. Dans certains cas, néanmoins, l’acheminement était clairement problématique et nécessitait donc de nombreuses précautions pour éviter les saisies. Ainsi, les sources font apparaitre des subterfuges bien plus complexes pour permettre la circulation des périodiques : intervention d’un tiers parti, utilisation de l’antiphrase de la première à la dernière ligne dans Le Rothschild (Londres, 1891) qui concluait avec l’appel « Exploiteurs de tous les pays, unissez-vous » ; cacher cette publication dans une autre ; changer de titre à chaque numéro comme ce fut le cas du Père Peinard londonien[7].

Une autre technique rodée était bien sûr l’intervention de passeurs, par exemple des femmes ou des passeurs expérimentés comme Jacques Gross, membre de la Première Internationale et par la suite anarchiste qui reste à ce jour décrit sur le site de l’Institut international d’histoire sociale (IISG) comme « l’un des distributeurs et passeurs les plus importants de publications anarchistes et socialistes interdites, telles que L’Avant-GardeLe Révolté Freiheit and Der Sozialdemokrat[8] ».

 

Les correspondances privées entre éditeurs, traducteurs et correspondants

La carte adressée à Charles Malato par le journal uruguayen Adelante! illustre comment se met en place un échange de journaux, suivant le principe de réciprocité dans l’échange qui était fondamental pour la presse anarchiste:

 

@https://twitter.com/MundosTrabalho/status/1267557956444401670

Avec mes remerciements à Gino Negro pour le partage de ce document.

 

On note au passage l’utilisation du français comme lingua franca anarchiste, d’autant plus intéressante ici que Malato était justement l’un des compagnons multilingues qui ont tant fait pour rendre possibles ces liens transnationaux concrets, au même titre par exemple que Voltairine de Cleyre aux États-Unis, Max Nettlau ou encore Aristide Pratelle.

Cependant, là encore, il ne faut pas surestimer le multilinguisme anarchiste et la viralité des circulations : Jean Grave lui-même expliquait avoir tardé à prendre conscience de la gravité des tortures de Montjuich en Espagne car il n’avait pas pu déchiffrer la première lettre en espagnol qui lui avait été adressée à ce sujet.

Enfin, il semble clair que ces correspondances entre éditeurs et activistes pouvaient être rares mais denses ; en ce sens, on peut souvent parler de réseaux limités mais efficaces. Une même lettre de quelques pages entre deux militants pouvait ainsi assurer beaucoup de fonctions concernant les circulations financières, d’imprimés et d’informations entre plusieurs publications: renseignements sur le mouvement social international bientôt publiés, discussions théoriques et éditoriales, envois de littérature dans les deux sens et organisation des paiements afférents, informations pour la mise en vente de publications diverses dans les journaux, échanges des coordonnées de tiers partis pour se procurer d’autres publications ou informations…

 

Circulations et migrations de masse

On possède peu d’informations sur des diffusions plus massives de ces publications dans le cadre de migrations industrielles et professionnelles internationales. Par exemple, les rapports d’espions sur les périodiques produits à Londres par les exilés français suggèrent des envois de l’ordre de quelques centaines maximum, mais cela ne parait pas vraiment plausible, ou du moins pas habituel si l’on considère les modalités pratiques de la diffusion évoquées plus haut. Les réseaux aux États-Unis du Père Peinard publié à Londres semblent néanmoins s’inscrire dans des migrations de masse. Les logiques de diffusion de ce journal et des flux d’informations, d’argent et d’imprimé dans les deux sens qui l’entourent suggèrent un essaimage local. Dans un rayon de 200 miles environ autour de Pittsburg, où se trouve alors Louis Goaziou, le journal se diffusait dans des grands centres urbains dans lesquels se trouvaient déjà des groupes anarchistes immigrés ou natifs très dynamiques, ainsi que dans les centres industriels francophones du nord est.

 

Conclusion

Ces circulations s’opèrent entre légalité et illégalité, entre la transparence la plus complète sur les lieux de vente et tarifs de circulation et d’autre part, des pratiques plus secrètes concernant par exemple le nom des abonnés, jusqu’à des stratégies de contournement de la censure souvent élaborées. Ceci reflète bien sûr l’histoire de la censure et la charge subversive incarnée par les écrits anarchistes à cette période. Ce vaste chantier assez méconnu des réalités matérielles de la diffusion nécessite plus de travail sur les archives policières, en dépouillant d’autres fonds (locaux et internationaux notamment), et toujours grâce à des collaborations internationales pour bien restituer la multidirectionnalité des circulations.

 

Constance Bantman,
University of Surrey, UK

 


 

[1] Voir par exemple James Yeoman, Print Culture and the Formation of the Anarchist Movement in Spain, 1890-1915 (Londres et New York: Routledge, 2019); Andrew Hoyt, ‘And They Called Them “Galleanisti”: The Rise of the Cronaca Sovversiva and the Formation of America’s Most Infamous Anarchist Faction (1895-1912)’ (Thèse non publiee, University of Minnestoa, 2018).

[2]  Tom Goyens, ‘Freiheit: Geographical Reach of an Anarchist Newspaper (1879-1910)’, https://txgoyens.wixsite.com/tomgoyens/mapping-anarchism, Consultee le 3 décembre 2021.

[3] Carte des réseaux du Père Peinard de Londres, Google Maps, https://www.google.com/maps/d/viewer?ll=6.019079094140949%2C-37.78759179999996&z=3&mid=1fzhe9frmxJPmriv6KDZ3Viut0hc8OA3K, consulté le 3 décembre 2021.

[4] Michel Cordillot, La Sociale en Amérique, dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis, 1848-1922 (Paris : Editions de l’Atelier, 2002), p. 201. Ronald Creagh, ‘Socialism in America: The French-Speaking Coal-Miners in the Late Nineteenth Century’, dans Marianne Debouzy (ed.), The Shadow of the Statue of Liberty: Immigrants, Workers, and Citizens in the American Republic, 1880-1920 (Urbana, Chicago: University of Illinois Press, 1992).

[5] Stacy Swiney, ‘Radicals on the Move: French Migrants in the United States, 1850-1900’ (Thèse non publiée, University of Texas at Arlington, 2021). Spencer Austin explore certains des échanges qui se nouent en Pennsylvanie, dans le cadre son doctorat en cours, sur les mouvements sociaux transnationaux en Europe et aux Etats-Unis, à l’Université de Stoney Brook aux Etats-Unis.

[6] Bantman, Jean Grave and the Networks of French Anarchism, p. 38, p. 122.

[7] Constance Bantman, The French Anarchists in London, 1880-1914. Exile and transnationalism in the first globalization (Liverpool: Liverpool University Press, 2021 (2013)), pp. 77-79.

[8] Notice de Jacques Gross sur le site de l’IISG, https://search.iisg.amsterdam/Record/ARCH00500, consultée le 3 décembre 2021.



Citer ce billet
Frank-Olivier (2022, 12 janvier). Mobilités de papier : les imprimes anarchistes et leurs circulations transnationales, 1880-1914. EUROSOC Normandie. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/om4f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.