Les connexions transfrontalières entre les milieux militants de la Côte basque à la « Belle Époque ». Tentatives de mise en application d’un Internationalisme « circonscrit ».

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

L’ensemble géographique étudié, que l’on dénomme ici « Côte basque » n’est pas un espace homogène en ce qui concerne l’industrialisation et de la mise en place du mouvement ouvrier. En effet, de Bayonne à Bilbao, en passant par San Sebastián ou Eibar, l’industrialisation suit des rythmes bien différents[1]. C’est en Biscaye que l’on retrouve les grandes concentrations ouvrières avec des secteurs minier et sidérurgique puissants qui concentrent de nombreux ouvriers. Tandis que dans les Basses-Pyrénées et le Guipuzcoa au sud, c’est l’atelier et la petite entreprise qui restent nettement prédominants et éparpillés. Le travail à domicile est important, notamment dans le textile.

De même, le mouvement ouvrier se développe de manière différente et de manière « décalée » selon les provinces étudiées. Si l’on simplifie, ce dernier reste relativement polarisé dans les principales villes côtières (Bayonne, Bilbao, San Sebastián). Dans les Basses-Pyrénées, le phare du monde ouvrier est représenté par la Bourse du travail de Bayonne, créée en 1903. L’architecture globale de ce mouvement est principalement assurée par les organisations ouvrières et la CGT. Côté espagnol, ce sont les groupes socialistes qui coordonnent le mouvement ouvrier à travers des sociedades de oficio[2]. L’UGT n’a une réelle implantation qu’à Bilbao à partir des années 1910[3]. À San Sebastián, il existe un Centro Obrero qui fédère les sociedades de oficio. Cela étant, dans le Guipuzcoa, ces groupes socialistes sont peu implantés, et concurrencés par des syndicats plus conservateurs, notamment les syndicats catholiques[4].

            Malgré ces différences, et les faiblesses structurelles du mouvement social de part et d’autre de la frontière (qui reste très immature sur de nombreux points avant 1914), il est assez remarquable de retrouver la trace de connexions entre des organisations ouvrières et des groupes socialistes. Même si ces relations restent ponctuelles, éphémères, voire symboliques, les milieux militants, aux idéologies parfois différentes et enchâssées dans des processus de construction nationale opposés, communiquent et se coordonnent.

            Afin de comprendre l’origine de ces traits d’union, on doit également évoquer le rôle des migrations. La frontière occidentale entre la France et l’Espagne est très accessible dans sa portion côtière, permettant une communication facile. C’est surtout à partir du troisième tiers du XIX ͤ siècle que les flux migratoires sud-nord deviennent sensibles et changent de caractère[5]. À ce moment-là, les mouvements transfrontaliers répondent principalement à des intérêts économiques. Ceux qui viennent travailler dans la partie côtière du département des Basses-Pyrénées proviennent majoritairement du Guipuzcoa et dans une moindre mesure de Navarre et de Biscaye[6]. Sans insister sur des chiffres très imprécis, retenons que le nombre d’ouvriers étrangers dit installés dans les Basses-Pyrénées (résidant officiellement dans le département) représente environ 5% de la population totale[7]. Mais c’est sans compter sur la population flottante qui fait dire au secrétaire de la Bourse du travail de Bayonne en 1911 : « […] notre région pullule d’Espagnols qui travaillent à bas prix[8]. »

L’importance numérique de cette présence étrangère retentit inévitablement sur des mondes ouvriers en construction et ce d’autant plus dans un département affecté par l’émigration outre-Atlantique[9]. Même si les discours des responsables politiques ou syndicaux peuvent parfois être ambivalents vis-à-vis de cette main-d’œuvre étrangère, un certain pragmatisme leur impose de ne pas ignorer les masses de travailleurs espagnols dans le mouvement social naissant[10]. Autrement dit, c’est bien la coexistence d’ouvriers de nationalité  différentes qui conditionne, au moins en partie, les rapports entre les milieux militants transfrontaliers. Les faibles distances (environ 50 kilomètres entre San Sebastián et Bayonne) et les nouveaux moyens de transport favorisent des liens physiques puisque, nous allons le voir, les militants se déplacent.

C’est la grève qui apparait en premier lieu comme facteur d’échanges et de mobilité. En effet, cet évènement met en contact les organisations ouvrières de la Côte basque qui communiquent par le biais des ouvriers.

Mais c’est l’implication politique de la communauté espagnole qui révèle véritablement les liens entre des groupes socialistes de part et d’autre de la frontière.

  1. La grève et la mixité des ouvriers grévistes comme facteur d’échanges et de mobilités.

Dans la période qui nous concerne, deux grèves font date car elles mettent en relation les organisations ouvrières de part et d’autre de la frontière très certainement par l’entremise des ouvriers grévistes. Nous n’avons en effet aucune preuve de correspondance entre ces différentes organisations. Les sources restent malheureusement très lacunaires.

En premier lieu, la grève des plâtriers de Biarritz en 1906, soutenue par l’Union des syndicats de Biarritz. Les dirigeants syndicaux font preuve d’un activisme soutenu et organisent plusieurs meetings solidaires. La première grande réunion se veut visible et bruyante et l’on souhaite la présence de tous les représentants syndicaux. Plusieurs corporations locales assurent aux plâtriers grévistes leur soutien[11]. C’est à ce moment-là qu’on y entend le représentant du Centro obrero de San Sebastián, venu pour soutenir la cause, qui « exprime le désir des travailleurs espagnols de voir ce beau mouvement couronné de succès[12] ». Pour la première fois, des organisations ouvrières de part et d’autre de la frontière se coordonnent et affirment leur soutien unanime aux grévistes. Il est vrai que les corporations du bâtiment comprennent des nombreux ouvriers espagnols dans leurs rangs.

L’autre grève est celle menée par les ébénistes de Béhobie en 1908. Les Établissements de la Bidassoa, grande fabrique de meubles, emploient environ 300 ouvriers sur deux sites de part et d’autre de la rivière frontalière, majoritairement espagnols[13]. Dans la partie française de la fabrique, ce sont des ouvriers transfrontaliers, qui passent la frontière tous les jours pour aller travailler. Ils habitent Irun ou Béhobia et bénéficient de facilité de passage avec des passeports octroyés par le consulat de San Sebastián[14]. Cette grève, d’une faible ampleur, débute à l’usine sur le versant espagnol où 25 ébénistes accompagnés de leurs apprentis se mettent en grève contre une baisse annoncée de leur salaire aux pièces de 10%. En solidarité, 29 ouvriers du côté français cessent le travail durant une semaine pour rejoindre leurs camarades de l’usine espagnole. Les réunions et manifestations ont lieu à l’usine espagnole sans débord du côté français. Le jour de la mise en grève, une délégation ouvrière vient demander l’appui de la Bourse du travail de Bayonne[15]. Deux de ses dirigeants se rendent alors sur place pour évaluer la situation et discuter avec les contre maitres. On imagine qu’un autre groupe d’ouvrier effectue une démarche similaire vers le Centro Obrero de San Sebastián puisque dans un second temps, le Centro de Obrera organise un meeting à Irun auquel la Bourse du travail de Bayonne est conviée[16]. Cela étant, l’implication de la Bourse du travail apparaît assez timorée[17]. Il n’en reste pas moins que cette structure s’engage de nouveau dans un conflit qui concerne une majorité d’ouvriers espagnols.

  1. La communauté espagnole au sein des groupes socialistes locaux

Les ouvriers espagnols, et plus largement la communauté espagnole, semblent plus proches de la mouvance socialiste que du syndicalisme, même si cette dichotomie est parfois très floue. Les sources policières mentionnent fréquemment une forte proportion d’Espagnols présents dans les meetings organisés par les socialistes[18]. À Biarritz, les Espagnols sont  très liés au parti socialiste local. Ils forment même une section dénommée « Los Expatriados »[19] qui constitue une sorte de relais avec des groupes socialistes du Guipuzcoa en offrant une base matérielle à des militants.

Cela est particulièrement visible lors de l’organisation des Premiers mai alors que, dans le département, ces évènements sont assez peu suivis[20]. C’est véritablement le ralliement des groupes socialistes, biarrots et bayonnais aux forces syndicales, lors du Premier mai 1910 qui participe à lui donner un caractère plus dynamique.

            En 1913, le groupe socialiste de la ville de Biarritz organise le 1er mai sous la forme d’un meeting franco-espagnol. Juan Argote, maçon en exercice et présenté comme un délégué du groupe socialiste de San Sébastian, fait également partie du groupe Los Expatriados. Il prononce un discours antimilitariste virulent, très applaudi « par ses compatriotes[21] ». Cet homme passe pour un anarchiste « très exalté » participant de manière active à des meetings de part et d’autre de la frontière. Nous voyons donc concrètement ici un ouvrier du bâtiment, militant anarchiste, recherché par la police espagnole pour avoir tenu des propos violents à l’encontre du gouvernement lors d’une manifestation à San Sebastián [22], faire le lien entre deux organisations transfrontalières.

A partir de l’été 1913, mais surtout au printemps 1914, dans une ambiance d’avant-guerre, on relève la présence beaucoup plus visible d’orateurs espagnols dans les réunions et les meetings organisés par les groupes socialistes et l’Union des syndicats des Basses-Pyrénées. Cela peut être un biais lié à la qualité des sources à ce moment-là. La plupart de ces orateurs ne sont pas connus des services de polices mais certains sont nommément cités comme Emiliano Gonzales, le secrétaire de la Federación de las sociedades obreras de Bilbao[23] qui fait un discours lors du premier mai 1914 à Bayonne. A noter que cette Fédération est d’obédience socialiste. Il est donc très probable que cette invitation soit passée par les réseaux politiques locaux.

Conclusion :

Nous connaissons peu de choses sur les relations franco-espagnoles entre militants de la Côte basque. Ces connexions restent marginales, du moins sur la base des sources dont on dispose. Les organisations syndicales par exemple ne développent aucune relation plus étroite avec leurs partenaires au sud, mais il est bien probable qu’ils n’en avaient pas les moyens humains et matériels. Nous sommes en effet bien loin de certains projets d’harmonisation des règles de syndicalisation de part et d’autre de la frontière comme on peut le voir dans les bassins houillers du nord de la France par exemple[24].

Nous n’avons malheureusement que des preuves de liens physiques via la circulation des militants. Mais il est à peu près certain qu’il y ait eu des correspondances via des réseaux que nous ne connaissons pas assez. Le groupe socialiste de Biarritz est singulier et montre concrètement les connexions qui peuvent exister avec de forts liens de solidarité.

 

 

Emmanuel Plat
chercheur associé au laboratoire ITEM,
Université de Pau et des Pays de l’Adour. ED 481


 

[1] Pour une première approche sur le thème de l’industrialisation en ce qui concerne le Pays basque espagnol on peut se référer à : Luis Castells Arteche, « Los trabajadores en el País Vasco (1880-1914) », Historia contemporánea, n°3, 1990, pp. 59-74 ; pour les Basses-Pyrénées : Machot Pierre, Pyrénées-Atlantiques : les activités industrielles au cours de la seconde moitié du XIX ͤ siècle, Pau, TER Histoire, 1978

[2] Associations qui regroupent au départ des artisans et qui évoluent vers sociétés de résistance composées d’ouvriers salariés.

[3] Henrike Fesefeldt, « Del mundo de los oficios a la lucha de intereses: la UGT 1888-1923 », Ayer, n°54, 2004, pp. 71-96.

[4] Luis Castells Arteche, « Una aproximación al conflicto social en Guipúzcoa 1890-1923 », Estudios de historia social, n°32-33, 1985, pp. 261-315.

[5] Il est malheureusement très difficile d’estimer précisément ces mouvements mais nous allons voir par la suite l’importance qu’ils peuvent avoir dans certains secteurs d’activité.

[6] Nathalie Lembeye, L’immigration espagnole à Saint-Jean-de-Luz au XIX ͤ siècle, Maitrise Histoire UPPA, 1992, p.39.

[7] INSEE, Population par commune de 1876 à 1954, département des Basses-Pyrénées, Bordeaux, INSEE, 1959.

[8] Arch. Mun. Bayonne : 7F3, fiche de renseignement des activités de la Bourse du travail de Bayonne en 1911.

[9] Sans rentrer plus en avant dans les débats historiographiques se rapportant à ce sujet, il apparaît que l’immense majorité des émigrants est d’origine rurale en relation avec la surpopulation et le mode de transmission des propriétés qui se pérennise sur un mode très inégalitaire malgré l’abolition du droit d’ainesse. Pour l’ensemble du département des Basses-Pyrénées, on estime les départs (à l’étranger) à une moyenne de 88 personnes par an pour les années 1821-1845, de 1 776 pour la période 1846-1880, de 1 493 pour celle allant de 1881 à 1910 et de 1 910 pour la décennie 1911-1921. Cf. Serge Lerat, Les pays de l’Adour : structures agraires et économie agricole, Bordeaux, Union française d’impression, 1963.

[10] Arch. Mun. Bayonne : 7F3, courrier du secrétaire de la Bourse du travail de Bayonne adressé au maire de la ville le 11 décembre 1911.

[11] L’Action Syndicale (Per.) juin 1906.

[12] Ibid.

[13] Arch. Dép. 64 : 10M18.

[14] Ministère de la Guerre, section économique de la 18 ͤ région, Enquête sur la reprise et le développement de la vie industrielle dans la région pyrénéenne (Hautes et Basses-Pyrénées), Bordeaux, Delmas éd., 1918, p.245.

[15] L’action Syndicale (Per.) février 1909.

[16] Ibid.

[17] Surtout lorsque l’on compare à l’importance des moyens mis en œuvre par la Bourse, en termes de soutien et d’influence, lors de la grève des ébénistes de Bayonne à la fin de l’année 1907.

[18] Arch. Dép. 64 : 10M30, 10M33, 10M59.

[19] Arch. Dép. 64 : 10M12, rapport du commissaire central de Bayonne du 1er mai 1913 ; Nous ne savons malheureusement pas grand-chose sur ce groupe d’espagnols « Los Expatriados ».

[20] La première référence au premier mai date de 1906 à Pau mais les ouvriers syndiqués du bâtiment réunis à la Bourse du travail de cette ville décident de ne pas faire de grève générale pour ne pas nuire aux candidats républicains. Quelques ouvriers chôment à Orthez en 1911. Mais ce n’est qu’à partir de 1912 que des évènements se structurent dans les milieux ouvriers et politiques de la Côte basque.  Arch. Dép. 64 : 3Z154.

[21] Arch. Dép. 64 : 10M12, rapport du commissaire spécial d’Hendaye du 1er mai 1913. 

[22] Ibid.

[23] Arch. Dép. 64 : 10M12, rapport du commissaire central de police de Bayonne du 30 avril 1914.

Cette association ouvrière crée en 1901 regroupe en 1915 environ 3 200 ouvriers de toutes corporations.

Source : Ramon Arnabat Mata, Asociaos y seréis fuertes. Sociabilidades, modernizaciones y ciudadanías en España, 1860-1930, Zaragoza, 2019, p.183.

[24] Bastien Cabot, « Travail immigré, mouvement ouvrier et socialisme (1880-1920), internationalisme et géopolitique syndicale des migrations », Les Cahiers d’Histoire immédiate, UPPA, n°55, pp. 41-52.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.