Quand le soleil se lève à l’ouest. Les anarchistes français et la Révolution mexicaine (1911-1913)

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

 

La controverse sur la nature de la Révolution mexicaine a fait rage en 1911-1912 au sein du mouvement anarchiste français. Fallait-il s’engager dans un soutien enthousiaste, ou au contraire rester circonspect ? L’épisode apporte un éclairage sur les circuits d’information internationale à l’époque et ses médiateurs.

En France, les anarchistes et syndicalistes révolutionnaires furent les premiers, dès mars 1917, à prendre fait et cause pour la Révolution russe. Les informations fiables se faisant rares, ils scrutaient la presse bourgeoise pour y déceler les indices susceptibles d’alimenter leur enthousiasme. Cette « envie d’y croire » a été étudiée [1]. Ce qui est moins connu, c’est que ce phénomène avait eu sa préfiguration six ans plus tôt, avec la Révolution mexicaine.

La Révolution mexicaine débute en novembre 1910, sous la forme d’un affrontement armé entre deux factions de la bourgeoisie : à droite les partisans du vieux général Porfirio Diaz, à gauche ceux du démocrate Francisco Madero. Ce n’est que six mois plus tard que les anarchistes français découvrent, médusés, qu’il existe, dans cette guerre, un « troisième front », de classe, ouvert par une organisation de tendance libertaire curieusement nommée Parti libéral mexicain (PLM). Cofondé par Ricardo Florès Magon, ce PLM est dirigé par une « junte » en exil à Los Angeles, dispose d’un hebdomadaire titré Regeneración, et d’une armée de volontaires qui a planté son drapeau rouge frappé du slogan « Terre et liberté » sur plusieurs villes mexicaines… Stupeur et fébrilité.

La principale organisation libertaire française, la Fédération révolutionnaire communiste (FRC), s’engage alors : elle édite 2 000 grandes affiches exaltant violemment la « révolution sociale » au Mexique, qualifiée de « communiste » ; elle fait circuler une souscription en faveur du PLM ; elle cherche à envoyer des militants outre-Atlantique (impossible, faute d’argent) ; surtout, son hebdomadaire, Le Libertaire, suit assidûment les événements, en tâchant de les interpréter au mieux.

Ce soutien à la Révolution mexicaine n’est cependant pas unanime dans le mouvement libertaire. L’hebdomadaire de Jean Grave, Les Temps nouveaux, affiche son scepticisme et juge que l’épopée du PLM en Basse-Californie relève de ce qu’on qualifierait aujourd’hui de storytelling – au grand scandale de la FRC, qui n’a de cesse de lui opposer des preuves de la sincérité des libertaires mexicains [2].

Les deux titres s’abreuvent à des sources anarchistes différentes. Au Libertaire, on lit Mother Earth (anglophone, New York), d’Emma Goldman et Voltairine de Cleyre, L’Era nuova (italophone, New Jersey), Cultura proletaria (hispanophone, New York). Enfin, à partir de juillet 1911, le journal reçoit un service direct de Regeneración dont il peut, avec trois semaines de décalage, commenter les informations. Les Temps nouveaux, eux, s’appuient sur des correspondants aux États-Unis qui relaient parfois les dénigrements anti-PLM de La Cronaca sovversiva (Vermont, italophone).

La controverse se prolongera près d’un an, jusqu’à ce qu’en avril 1912, après que la grande voix de Kropotkine s’est prononcée en faveur du PLM, Les Temps nouveaux s’inclinent. Le Libertaire poursuivra sa chronique quasi hebdomadaire des événements, puis l’espacera courant 1913, quand la Révolution mexicaine aura pris l’aspect d’une suite de coups de main entre factions militaires [3].

 

Trois choses à retenir de cet épisode : primo, le décalage des temporalités ; secundo, l’importance des intellectuels polyglottes pour orienter le débat ; tertio, la singularité de la FRC et du Libertaire dans leur enthousiasme.

 

 

Le décalage des temporalités

Ironie de l’histoire, au moment où, en mai 1911, la FRC prend fait et cause pour les Fuerzas Insurgentes du PLM, celles-ci sont déjà quasiment vaincues, et avec elles la tentative de créer une « base rouge » en Basse-Californie [4]. Le schéma ci-dessous résume le décalage des temporalités.

 

Les grands quotidiens comme Le Matin, reliés par fil télégraphique aux principales capitales du monde, évoquaient l’actualité mexicaine environ quarante-huit heures après les faits. Les circuits de la presse militante étaient nettement plus lents et erratiques. La FRC s’informait en lisant Mother Earth, puis directement Regeneración. Cependant, certains numéros cruciaux ne parvinrent vraisemblablement jamais en France. Ainsi, un texte aussi fondamental que le Manifeste du 23 septembre 1911 où, pour la première fois, le PLM affichait son programme anarchiste-communiste, ne fut connu à Paris et publié par Le Libertaire que six mois plus tard, en mars 1912, après que Les Temps nouveaux, beaux joueurs, lui en aient transmis une traduction ! [5].

 

L’importance des intellectuels polyglottes

Dans le mouvement anarchiste d’avant 1914, plusieurs circuits d’information se superposent.

Le plus épisodique est celui des congrès internationaux : Paris 1889, Zurich 1893, Londres 1896, Paris 1900, Amsterdam 1907. Le congrès anarchiste international de Londres, en août 1914, devait débattre de la Révolution mexicaine, mais la guerre empêchera sa tenue.

Autre circuit : celui des travailleurs migrants et exilés politiques, en lien épistolaire avec leurs pays d’origine. De grandes villes cosmopolites comme Paris, Londres et New York, sont de ce point de vue des nœuds de réseau. Rien qu’entre 1909 et 1911, le mouvement anarchiste parisien a pu compter un groupe allemand, un italien, sept russes, et sans doute des Espagnols [6]. Les Temps nouveaux disposent d’un réseau non négligeable de correspondants français émigrés à l’étranger.

Un troisième circuit, enfin, est celui des intellectuels polyglottes, véritables vigies pour ce qui se passe dans les contrées plus lointaines – Japon, Chine, Amérique latine. Des gens comme le Cubain Tarrida del Marmol, le Russe Alexandre Schapiro ou le Français Aristide Pratelle en sont les meilleurs représentants. On peut y ajouter une célébrité comme Charles Malato. Lui qui, en 1896, a initié le Comité français de Cuba libre, possède des connexions en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne, et en 1908 le PLM l’a mandaté pour le représenter en Europe.

C’est Aristide Pratelle qui, le premier, en mars 1911, signale l’existence du PLM et cite Ricardo Florès Magón [7]. Quant à Tarrida del Marmol, il publiera une analyse équilibrée sur le « mouvement socialiste, expropriateur, nettement libertaire, dont le général Emiliano Zapata est le bras […] et dont l’agitateur anarchiste Ricardo Flores Magón a été l’inspirateur et reste le cerveau » [8].

 

L’« envie d’y croire » de la FRC et du Libertaire

Comme pour la Russie de 1917, l’enthousiasme pour le Mexique de 1911 donne un indice de la sincérité et de la volonté révolutionnaires des différentes tendances du mouvement ouvrier français.  À cette aune, la FRC et Le Libertaire se singularisent nettement.

Côté socialiste, la Révolution mexicaine ne rencontre guère d’écho. L’Humanité publie de rares articles de l’Espagnol Fabra Ribas, alignés sur la grille de lecture des sociaux-démocrates états-uniens, s’en tenant à un soutien au démocrate Madero. Plus à gauche, on aurait pu s’attendre à ce que La Guerre sociale, le très influent hebdomadaire de Gustave Hervé, enfant terrible de la direction du Parti socialiste, relaie la Révolution mexicaine, de la même façon qu’il avait chroniqué la Révolution portugaise de 1910. Or La GS reste muette. Un désintérêt qui ne manque pas d’être remarqué par ses rivaux de la FRC, et qui s’explique vraisemblablement par le recentrage d’un Gustave Hervé en train de se convertir au parlementarisme.

Du côté syndicaliste, les réformistes se désintéressent totalement du Mexique. En revanche, le quotidien officieux de la majorité syndicaliste révolutionnaire de la CGT, La Bataille syndicaliste, s’empare du sujet. Il appelle à envoyer des fonds au PLM, dont il surestime largement les forces [9], et salue lui aussi une « révolution communiste » [10]. Rien d’étonnant quand on sait que Malato officie à La BS et que ce quotidien joue parfois un rôle de passerelle entre la direction confédérale de la CGT et la FRC. En revanche, le mensuel syndicaliste de Pierre Monatte, La Vie ouvrière, reste muet.

Du côté anarchiste enfin, du fait de la circonspection des Temps nouveaux et du mutisme de l’hebdomadaire individualiste L’Anarchie, seule la mouvance de la FRC et du Libertaire s’engage avec passion. Pour la FRC, qui considère que, « depuis le mouvement communaliste de 1871, le mouvement le plus important pour la classe ouvrière […] est bien l’insurrection prolétarienne mexicaine » [11], la cécité de la presse de gauche et d’extrême gauche est révélatrice d’une inconséquence coupable. À quoi riment toutes les proclamations anticapitalistes si, au moment précis où une révolution sociale éclate à l’étranger, chacun détourne les yeux et change de sujet ?

Cette passion, cette envie d’y croire, on les retrouvera en 1917, quand la mouvance anarchiste-communiste sera dans les premières à saluer la Révolution russe.

 

Guillaume Davranche

 


[1]Jean Maitron, Histoire du mouvement anarchiste en France, tome II, Gallimard, 1992 ; David Berry, A History of the French Anarchist Movement, 1917 to 1945, AK Press, 2009.

[2]Pour un récit de ces échanges, on peut lire en ligne « Controverse : la Révolution mexicaine est-elle communiste ? » dans le dossier spécial Révolution mexicaine d’Alternative libertaire, décembre 2010. »

[3]« La Révolution mexicaine », Le Libertaire, 26 avril 1913.

[4]Sur cette tentative révolutionnaire, lire « Les anarchistes dans la Révolution mexicaine », dossier spécial, Alternative libertaire, décembre 2010.

[5]« La Révolution mexicaine : Manifeste de la junta du Partido Liberal mexicain », Le Libertaire du 30 mars 1912.

[6]Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’Insomniaque/Libertalia, 2014.

[7] « L’Intervention », Les Hommes du jour, 1er avril 1911.

[8] Tarrida del Marmol, « La Révolution mexicaine », Les Temps nouveaux du 2 février 1912.

[9]« Une révolution sociale va commencer au Mexique », La Bataille syndicaliste, 10 mai 1911.

[10]« Le caractère communiste de la Révolution mexicaine s’accentue », La Bataille syndicaliste, 14 mai 1911.

[11] « Au Mexique : Le communisme ou la mort ! », Le Libertaire, 2 septembre 1911.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.