L’impact des relations entre l’Irlande et les États-Unis et la Grande-Bretagne dans l’apparition et le développement du syndicalisme révolutionnaire irlandais, 1907-1914.

Une série de billets va être publiée faisant suite à la journée du 7 octobre dont nous faisions la publicité ici intitulée “Syndicalisme révolutionnaire, anarchisme et mondialisation de la
communication à la « Belle Époque »

 

 

la direction de l’Irish Trade Union Congress et du Labour Party au Congrès de 1914. Y figurent les personnalités les plus influentes du mouvement ouvrier de l’époque comme James Connolly (tout à gauche), William O’Brien (debout à ses côtés), James Larkin (assis, second en partant de la droite).

 

 

Le syndicalisme révolutionnaire – ou industriel – apparaît progressivement entre 1907 et 1910 en Irlande et connaît son apogée pendant le Lock-out de 1913, moment clé du mouvement ouvrier irlandais, parfois considéré comme son apogée. Son apparition est caractérisée par l’émergence de figures meneuses du mouvement mais également par les conséquences des mouvements migratoires qui ont marqué la seconde moitié du xixème siècle, en Irlande particulièrement. Dans cette communication, nous nous demanderons comment l’apparition du syndicalisme industriel (« industrial unionism ») en Irlande s’inscrit dans une dynamique internationale de communication entre les différents espaces du monde anglophone industrialisé ou en cours d’industrialisation et comment la particularité de la situation irlandaise influence son apparition en Irlande.

            Dans la seconde moitié du xxème siècle, l’Irlande connaît un mouvement d’émigration massif et voit une grande partie de sa population s’expatrier aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne. Aux États-Unis, les Irlandais constituent une grande partie de la main-d’œuvre non qualifiée. On les retrouve dans les grèves minières au sein des Molly Maguires, une organisation secrète d’origine irlandaise des années 1870, ou encore dans les rangs de l’Industrial Workers of the World (IWW), syndicat révolutionnaire fondé en 1905[1]. Par ailleurs, cette communauté irlandaise maintient un ancrage fort dans le territoire irlandais, au travers d’organisation transatlantiques comme l’Ancient Order of Hibernians ou la Fenian Brotherhood. C’est donc naturellement que les populations syndicalistes irlandaises et étasuniennes interagissent grandement, au travers de la presse, de correspondances ou de migrations.

            Si l’Irlande entretient une relation particulière avec les États-Unis du fait de sa diaspora, la singularité de son statut de région colonisée membre du Royaume-Uni tient également son importance dans l’apparition du syndicalisme révolutionnaire. Au début du xxème siècle, il n’existe pas de syndicat irlandais mais des branches irlandaises de syndicats britanniques. Des leaders syndicaux sont donc régulièrement envoyés en Irlande depuis la Grande-Bretagne afin d’organiser les masses ouvrières[2]. C’est dans ce contexte qu’arrive à Belfast en 1907 James Larkin, organisateur syndical pour le National Dock Labourers Union, syndicat de la tendance « nouvel unionisme » (« new unionism ») britannique, davantage tourné vers les travailleurs non qualifiés et ayant davantage recours à l’action politique qu’à la négociation. Durant son séjour en Irlande, Larkin se tourne peu à peu vers des méthodes de lutte plus radicales qui lui valent d’être exclu du National Dock Labourers Union. Il fonde un nouveau syndicat, l’Irish Transport and General Workers’ Union (ITGWU), dans lequel on retrouve les principes du syndicalisme industriel[3].

            Par ailleurs, James Connolly, un écossais de parents immigrés irlandais ayant été à la tête de l’Irish Socialist Republican Party à Dublin entre 1896 et 1903, se rend aux États-Unis en 1903, où il rejoint Daniel De Leon, avec qui il est en contact depuis plusieurs années. Durant son séjour aux États-Unis, il se tourne vers le syndicalisme industriel alors qu’il s’investit dans l’IWW à sa création[4]. Il théorise sa conception du syndicalisme révolutionnaire dans le contexte nord-américain et irlandais dans un pamphlet qu’il écrit aux États-Unis en 1909 : Socialism Made Easy. Ce pamphlet a vocation à voyager à travers le monde, il est vendu par milliers au Canada, en Irlande, en Grande-Bretagne et même en Australie[5]. On peut observer les échanges qui ont lieu entre l’Irlande et les États-Unis pour la distribution du pamphlet au travers de la correspondance entre deux hommes, James Connolly et William O’Brien. On y apprend que Connolly confie deux cents copies au Socialist Party of Ireland (SPI) pour distribution auprès des socialistes et des ouvriers en Irlande[6].

La production littéraire de James Connolly aux États-Unis comprend également le journal The Harp qu’il publie à partir du début de l’année 1908 au nom de l’Irish Socialist Federation étasunienne. À ses débuts, peu d’exemplaires parviennent en Irlande mais le journal est tout de même apprécié lorsqu’il arrive. En juillet 1909, Helena Moloney – qui deviendra une des figures féminines du syndicalisme industriel irlandais – envoie une lettre à la rédaction de The Harp dans laquelle elle regrette ne pas avoir accès à tous les numéros du journal[7]. Au début de l’année 1910, la publication du journal est transférée à Dublin, sous la direction de James Larkin, afin de toucher davantage le public irlandais en Irlande mais aussi aux États-Unis, puisque le journal gagne en authenticité en étant publié dans la nation mère. The Harp conserve ses 800 abonnés étasuniens d’origine irlandaise[8] mais sa publication prend vite fin pour cause de plaintes en diffamation et mauvaise gestion. On relève dans l’ensemble une volonté chez les Irlandais en Irlande et aux États-Unis de faire voyager les idées au travers de la littérature.

Cet échange est rendu possible grâce à la correspondance entre James Connolly et William O’Brien, personnalité importante du SPI et de l’ITGWU. On y voit deux amis et anciens camarades échanger principalement sur des sujets politiques. James Connolly donne régulièrement conseil à O’Brien sur la gestion des affaires du parti ou du syndicat, on y retrouve les principes du syndicalisme industriel. Durant cette correspondance, O’Brien tente de convaincre Connolly de revenir s’installer à Dublin. Il y parvient puisqu’en 1910, Connolly arrive en Irlande pour faire une tournée de présentations publiques sur l’île et en Grande-Bretagne, puis décide de rester en Irlande. Il devient alors une des figures les plus influentes de l’ITGWU et son penseur principal. C’est d’ailleurs à partir de son arrivée en Irlande que l’ITGWU prend un tournant vers un véritable syndicalisme industriel.

Bien que le syndicalisme industriel demeure minoritaire en Grande-Bretagne à cette période, on remarque que les syndicalistes irlandais parviennent à influencer leurs voisins. Alors que Larkin est incarcéré en 1910, plusieurs comités de soutien voient le jour en Grande Bretagne. Celui de Liverpool – ville natale de Larkin – explique voir en l’ITGWU le précurseur des syndicats britanniques[9]. Simultanément, Tom Mann revient d’Australie et importe les idées syndicalistes révolutionnaires qu’il a rencontrées au sein de l’IWW australien. James Connolly, pendant sa tournée, expose ces mêmes idées rencontrées aux États-Unis. On observe donc des allers-retours entre les différentes régions du monde anglophone industrialisé et en cours d’industrialisation. Ces interactions exercent des influences politiques qui prennent forme avec l’élaboration d’un langage commun et, malgré certaines divergences idéologiques, de conceptions politiques communes.

On remarque donc une grande proximité politique entre ces différents espaces puisqu’on retrouve dans les écrits de Debs, De Leon (Étasuniens), Mann (Anglais), Larkin et Connolly (Irlandais) la centralité de l’organisation industrielle dans l’avènement du socialisme et l’idée que l’organisation politique des travailleurs doit découler de leur organisation dans les usines. S’il est souvent dit que le syndicalisme révolutionnaire rejette les partis politiques, les expériences concrètes de ses acteurs nuancent cette affirmation. Partout, on remarque que le parti n’est pas rejeté en soi, les syndicalistes industriels sont souvent aussi membres de partis socialistes. Le parti n’est simplement plus central dans l’accession au socialisme, il devient le moyen par lequel l’unité de classe expérimentée dans les usines s’exprime sur la scène politique. Il ne doit pas être désincarné, c’est-à-dire ne pas être l’expression politique des travailleurs organisés industriellement[10]. Cette conception se retrouve déclinée dans les différents syndicats et partis politiques, même antérieurs à l’apparition du syndicalisme révolutionnaire, qui s’adaptent à cette nouvelle conception de l’accession au pouvoir[11].

Cette proximité politique s’exprime également par l’avènement d’un langage et de pratiques communes : c’est la répétition du One Big Union, de l’idée de coopératives (ou commonwealth) socialistes et internationales, la pratique de la grève par solidarité, de l’action directe empruntée aux syndicalistes de l’Europe continentale ou encore la pratique de l’autodéfense ouvrière face à la police et aux casseurs de grève initialement liée à l’IWW, qu’on retrouve en Irlande durant le Lock-Out de 1913 avec la création de l’Irish Citizen Army.

Illus. 4 : Foule devant le Liberty Hall pendant le Lock-Out de 1913.

            On remarque que le fil conducteur de ces différentes catégories d’interaction est les déplacements de population qui induisent les déplacements de littérature et d’idées. On voit à ce moment-là une mise en relation du monde anglophone, majoritairement blanc, industrialisé ou en cours d’industrialisation, qui permet l’apparition et le développement du syndicalisme révolutionnaire. L’Irlande s’inscrit pleinement dans ces interactions internationales, en tant que région actrice de l’apparition du mouvement aux États-Unis, et également comme région influencée par le syndicalisme industriel devenu importation étrangère. Elle prend donc part à ce va-et-vient international. Ce qui fait sa particularité, c’est qu’elle est peut-être la seule région de cet ensemble linguistique où le syndicalisme révolutionnaire est majoritaire, possiblement parce que les syndicalistes bénéficient d’un autre levier que la question ouvrière pour rassembler : la question nationale, préoccupation politique majeure en Irlande depuis les années 1840. L’ITGWU la place comme principe fondateur de son organisation puisqu’on la retrouve dans le préambule à ses statuts : « Allons-nous encore nous fondre dans le mouvement syndical anglais, et disparaître ainsi en tant que nation distincte au sein du prolétariat organisé à l’échelle mondiale ? À cela nous répondons catégoriquement, Non ! »

 

Lise Augot

 


 

[1]Zinn, Howard, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, sous la direction de Zinn Howard. Agone, 2002, p.282.

[2]Coquelin, Olivier, L’Irlande en révolutions. Entre nationalismes et conservatismes : une histoire politique et sociale (18e-20e siècles), Paris, Syllepse Editions, 2018, p398.

[3]Ibid., pp400-401

[4]Collins, Lorcan, James Connolly, Dublin, O’Brien Press Ltd, 2012, (« Sixteen lives »), p143.

[5]Ibid., p.164

[6]MS 13,908/1/16, Connolly, J., & O’Brien, W.,. Letter from James Connolly to William O’Brien, National Library of Ireland, 1909 ; MS 13,908/1/21, Connolly, J., & O’Brien, W., Letter from James Connolly to William O’Brien, National Library of Ireland, 1910

[7]MS 13,908/1/10, Connolly, J., & O’Brien, W., Letter from James Connolly to William O’Brien and others, National Library of Ireland, 1909

[8]MS 13,908/1/17, Connolly, J., & O’Brien, W., Letter from James Connolly to William O’Brien and others, National Library of Ireland, 1909

[9]MS 15,679/22/3, James Larkin: A Labour Leader and an Honest Man, Liverpool: Northern Publishing Co., National Library of Ireland, 1910.

[10]Connolly, James, « Socialism Made Easy », Workers’ Web ASCII Pamphlet project, 1997, p. 20.

[11]Collins, Lorcan, op. cit., p178.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.