Être citoyens, ouvriers et internationaux

Être citoyens, ouvriers et internationaux

L’appropriation du concept de citoyenneté chez les ouvriers français membres de la Première Internationale (1864-1872)

Étude des fédérations de Rouen, Paris, Lyon et Marseille.

 

Résumé d’un mémoire de Master 2 soutenu par Clément Lestiboudois-Malandain sous la direction de Jean-Numa Ducange à l’Université de Rouen Normandie.

 

Reproduction d’une photographie des participants au Congrès de Bâle de 1869, Anonyme

 

« En France, pays du suffrage universel et de l’égalité, l’ouvrier est encore citoyen lorsqu’il a franchi les portes de l’atelier ou de la fabrique[1]». Notre objet d’étude pourrait ainsi être résumé par cette phrase issue d’un plaidoyer rédigé par les internationaux parisiens en soutien aux ouvriers tisseurs de Roubaix en grève en 1867. Avant de rentrer dans le cœur du sujet, un travail de définitions s’impose. Le terme de citoyenneté, notion clef de ce travail mérite d’être développé. C’est durant l’Antiquité, dans les cités démocratiques grecques, qu’émerge la citoyenneté équivalant alors à l’idée de la participation à la chose publique. Éclipsée à la fin de la période antique, cette notion connaît une résurgence grâce à la Révolution française. En effet, l’appellation de citoyen, prônée par les révolutionnaires cherche à promouvoir l’égalité et la fraternité entre les Français. À la fin du XIXème siècle, la citoyenneté s’exerce principalement par le droit de vote qui fonde sa dimension juridique. Comportant aussi une dimension sociale, l’exercice de la citoyenneté se « caractérise par une action transitive sur autrui et sur la société[2]». Notre travail cherche ainsi à étudier cette notion de citoyenneté en lien avec celle de la Première Internationale. Qualifiée comme la première structure dans laquelle le mouvement ouvrier est organisé, l’A.I.T. se développe en France dès 1865. Cette étude est alors concentrée sur quatre pôles : Rouen, Paris, Lyon et Marseille.

 

Ainsi ce travail tend à comprendre les moyens par lesquels les ouvriers internationaux français ont pu s’approprier cette notion de citoyenneté dans leur volonté de s’affranchir de la tutelle de la bourgeoisie. Nos recherches permettent ainsi de montrer ô combien cette notion est plurielle.

 

Le citoyen dans la cité

 La citoyenneté politique reste l’un des meilleurs exemples permettant d’illustrer l’appropriation du concept de citoyenneté par les internationaux. Les candidatures ouvrières internationalistes en sont un exemple. De fait, deux internationaux se présentent aux élections législatives de mai 1869 : Émile Aubry pour la 1ère et 2ème circonscription de la Seine-Inférieure et Henry pour la 1ère circonscription de la Seine. Ces candidats entendent alors « planter le drapeau de la démocratie ouvrière[3]» pour défendre en priorité l’affranchissement du prolétariat. Ces candidatures ont été l’occasion en particulier pour les internationaux rouennais de prendre part à cette campagne électorale. Ces derniers ont pu être consultés dans le choix de leur candidat et sur son programme. Cependant, ces candidatures furent un échec pour diverses raisons : non-unanimité au sein de la classe ouvrière locale ou encore présence de candidats démocrates influents tels que Gambetta face à Henry. En effet Henry n’obtient que 47 voix contre une centaine pour son camarade rouennais.

Rythmée par des consultations électorales, notre étude analyse ainsi la participation des internationaux durant ces différents scrutins mettant ainsi en lumière le vote par intermittence des membres de l’A.I.T, vote s’expliquant en partie par l’offre électorale proposée aux citoyens. Dans ce cas de figure, trois solutions s’offrent aux internationaux : participer en respectant l’offre électorale, s’abstenir de manière pure et simple ou s’abstenir civiquement c’est-à-dire déposer un bulletin nul ou blanc, « S’abstenir en votant[4]» pour reprendre les mots des internationaux rouennais lors du plébiscite du 8 mai 1870. De fait, l’abstention chez les membres de l’A.I.T. revêt un caractère civique dans le sens où cette action ne dévalorise pas le vote mais est un outil de contestation comme un autre. Par cette abstention, les internationaux condamnent le régime en place et veulent affirmer leur désir d’une République démocratique et sociale.

 

De la paix à la guerre : émergence de la citoyenneté combattante

 Alors que la guerre franco-prussienne voit le jour en juillet 1870, les internationaux français n’hésitent pas à s’opposer à ce conflit en publiant des adresses prônant l’union avec les travailleurs Allemands. Affirmant leur citoyenneté pacifique, ces derniers défendent l’abolition des frontières entre les deux pays : « Quoi qu’il arrive de nos efforts communs, nous, membres de l’Association Internationale des Travailleurs qui ne connaissons plus de frontières[5]». Proclamée le 4 septembre 1870, la République est perçue par les internationaux comme une possibilité de réaliser leur projet, s’émanciper. De fait, les membres de l’A.I.T. publient de nouvelles adresses, en utilisant un ton offensif, ces derniers voulant défendre la France nouvellement républicaine, le conflit prend alors une autre signification et se républicanise. La notion de frontière est ainsi affirmée dans les divers documents émis par les membres de l’A.I.T. comme l’illustre une adresse des internationaux marseillais : « L’honneur de votre parole, votre serment vous ordonnent de regagner vos frontières[6]». Dans cette dynamique combattive, les internationaux s’organisent en faisant partie de comités républicains dont l’un des principaux buts est d’assurer la levée en masse des citoyens comme en témoigne une déclaration des membres de l’A.I.T. de Rouen : « Aux Armes ! Aux Armes ![7]».

 

L’émergence d’une citoyenneté sociale internationaliste

 Mis à part l’aspect politique, l’un des moyens les plus utilisés par les internationaux pour tenter de s’émanciper reste la pratique de la grève. Pratique sociale par excellence, la participation au débrayage chez les internationaux ne fit pas l’unanimité au moment de la formation de l’organisation. Cependant, par la multiplicité des conflits à la fin des années 1860, le soutien à ces grèves est une évidence. En aidant les ouvriers mobilisés, une citoyenneté sociale internationaliste se développe mobilisant ainsi les membres de l’A.I.T. pour permettre aux ouvriers grévistes de faire triompher leurs revendications afin de tendre vers une égalité et une indépendance sociale. Cette citoyenneté est alors centrée sur un réseau d’entraide dont la fraternité est le pilier naturel. Par l’exercice de cette citoyenneté le citoyen s’efface pour devenir un frère. Les grèves ovalistes lyonnaises (juillet 1869) et celle des fileurs d’Elbeuf (septembre-octobre 1869) permettent ainsi de mettre en pratique cette fraternité. Dans les deux cas, un réseau d’entraide se développe, des sommes sont envoyées à la fois par des internationaux français et étrangers pour permettre à leurs frères et sœurs de continuer la lutte. Cependant, ces aides peuvent être faibles et/ou limitées ne permettant pas une réalisation complète des revendications.

 

Les Communes : carrefours de citoyennetés

 Les internationaux communards ont pu mobiliser diverses citoyennetés en commençant par la citoyenneté politique. En effet, lors des élections communales du 30 mars 1871, nous avons pu recenser 84 candidatures internationalistes sur les 297 présentées. À la suite du scrutin, nous avons pu comptabiliser au moins 34 élus internationaux sur un total de 91 sièges[8]. Une fois élus, ces derniers pouvaient siéger dans des commissions dont l’objectif principal était de proposer des réformes au conseil communal. Au total ce ne sont pas moins de 32 internationaux qui participent au travail de ces commissions sur 63 communards[9]. Par leur présence dans la sphère politique, ces internationaux sont amenés à prendre diverses mesures permettant de favoriser l’affranchissement du peuple Parisien tels que le moratoire sur les loyers, la réorganisation des ateliers abandonnés… Cependant, face à la menace que représente le pouvoir établi à Versailles, les communards internationaux s’organisent militairement parlant, mobilisant ainsi une citoyenneté combattante. Certains sont alors membres du comité central de la garde nationale tandis que d’autres exercent des fonctions armées ou prennent les armes lors de la semaine sanglante et se défendent en s’appropriant l’espace urbain par le biais de barricades, ou en provoquant des incendies.

En province, des Communes éphémères ont pu voir le jour aussi bien à Lyon qu’à Marseille durant lesquelles les internationaux ont pris part aux événements sans pour autant en être les instigateurs. Carrefours des citoyennetés par excellence, ces événements ont été l’occasion pour les internationaux de ces deux villes de mobiliser leur citoyenneté politique en prenant part à diverses commissions permettant ainsi d’avoir une réelle réflexion sur l’aspect communal de ces embryons révolutionnaires et leurs apports sur l’émancipation. La citoyenneté combattante a, elle aussi, été mobilisée par ces internationaux (répressions subies à Marseille le 4 avril et à Lyon le 30 avril 1871) dans leur volonté de faire triompher l’idéal communaliste pour pouvoir instaurer la « vraie République », celle permettant l’émancipation des travailleurs.

 

L’étude des citoyennetés sous le prisme des ouvriers membres de l’A.I.T. permet ainsi de montrer les divers moyens par lesquels les ouvriers tentent de s’affranchir de la tutelle de la classe possédante. Ainsi, les élections, les grèves mais aussi le combat permet à ces travailleurs de s’imposer dans la cité, faisant d’eux bel et bien des citoyens.

 

Clément Lestiboudois-Malandain


[1] Note publique utilisée dans la défense des internationaux parisiens lors de leur procès en 1868.

[2] BADIE, Bertrand. BIRNBAUM, Pierre. BRAUD, Philippe et HERMET, Guy. Dictionnaire de la Science politique et des institutions politiques. Paris, A. Colin, 2010, p. 50.

[3] A.D.S.M., 3M236, Élections législatives de 1869. Circulaire électorale d’Émile Aubry.

[4] BOIVIN, Marcel. Le mouvement ouvrier dans la région de Rouen : 1851-1876. 2, Le Cercle d’études économiques de Rouen et la Fédération ouvrière rouennaise: documents. Mont Saint Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1989, p. 248.

[5] Adresse des internationaux parisiens in DUCLOS, Jacques. La première Internationale. Paris, Éditions Sociales, 1964, p. 215.

[6] Les révolutions du XIXe siècle, 1852-1872. T.5, l’association internationale des travailleurs en France. Paris, EDHIS, 1988.

[7] BOIVIN, Marcel. T. 2, Op. cit, p. 292.

[8] J.O.R.F., n° 90, 31 mars 1871.

[9] J.O.R.F., n° 89, 30 mars 1871.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.