Compte-rendu : Ludovic FROBERT, Vers l’égalité ou au-delà ? Essai sur l’aube du socialisme, ENS éditions, 2021, 200 p.

 

Cet ouvrage de Ludovic Frobert, directeur de recherche au CNRS (ENS de Lyon/ Triangle), s’inscrit dans le renouveau historiographique, engagé depuis déjà plusieurs années et auquel l’auteur contribue largement, portant sur la redécouverte de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler les « premiers socialismes », l’expression « socialismes utopiques » – le plus souvent attribuée au seul Friedrich Engels – étant considérée comme réductrice voire péjorative. Ce détail taxinomique a bien sûr son importance, dans la mesure où il éclaire dans une certaine mesure l’approche de cette multiplicité de premiers socialistes, considérés le plus souvent comme injustement oubliés et comme d’éventuelles ressources auxquelles puiser pour régénérer un idéal et une pratique socialistes aujourd’hui en perte de vitesse. C’est en particulier la perspective adoptée par Ludovic Frobert dans cet essai qui se propose d’interroger l’idée d’égalité dans notre société actuelle par un retour aux origines du socialisme à travers plusieurs figures dont l’auteur est un fin connaisseur. L’ouvrage s’ouvre ainsi sur une réflexion de Jacques Delors qui soulignait l’opposition au sein même de la gauche de deux conceptions différentes mais éventuellement conciliables de la valeur d’égalité, résumées par ces deux formules bien connues : « à chacun selon ses besoins » et « à chacun selon ses mérites ». Il note alors une évolution du socialisme engagée à partir de la fin du XXe siècle : la valeur d’équité, privilégiant la notion de mérite, a progressivement supplanté celle d’égalité, davantage attentive à la satisfaction des besoins de chacun.

 

Comment expliquer cette évolution ? Pour répondre à cette interrogation, Ludovic Frobert propose dans cet essai de revenir aux sources du socialisme pour essayer d’y déceler d’une part l’origine de ce « défaut constitutif initial », et d’autre part des ressources permettant au socialisme d’aujourd’hui de ne pas perdre son identité. L’auteur part ainsi de la notion d’égalité des chances qui occupe la position de « poste frontière » entre l’équité (mérite) et l’égalité (besoin) et que l’on retrouve dès les origines de la tradition socialiste française. Cette conception de l’égalité permet en effet, selon l’auteur, de distinguer deux types de socialisme très distincts par leur orientation : d’une part, un « socialisme de l’en-deçà » pour lequel l’égalité des chances est un plafond pour une société fondée prioritairement sur la valeur d’équité, et d’autre part un « socialisme de l’au-delà » pour lequel l’égalité des chances est au contraire un plancher à partir duquel l’égalité ne doit cesser de s’approfondir pour mettre à bas toutes les formes d’inégalités. Si ces deux tendances sont repérables dès les origines du socialisme, il apparaît néanmoins que le socialisme de l’au-delà a précocement été éclipsé par le socialisme de l’en-deçà, mais aussi par le socialisme inspiré par Marx et Engels qui ont toutefois largement contribué à en répandre la teneur par la célèbre formule « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » (Critique du programme de Gotha, 1875). C’est donc plus précisément à la redécouverte de ces premiers promoteurs d’un socialisme visant un au-delà de l’égalité que nous invite l’auteur.

 

Ces derniers font partie d’une génération qui fait ses premières armes sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Leurs réflexions s’inscrivent ainsi dans un contexte marqué par une dynamique de décomposition sociale liée à l’inachèvement du processus révolutionnaire débuté en 1789. Constatant l’inefficacité des mesures préconisées par les économistes libéraux pour lutter contre les maux qui rongent la société, les premiers socialistes cherchent à définir une nouvelle organisation sociale, et se mettent ainsi en « quête d’une intelligence des liens permettant d’associer et de solidariser là où les économistes tentent de délier, individualiser et mettre en concurrence » (p. 17). Toutefois, deux perspectives différentes, pour ne pas dire concurrentes, sont adoptées parmi ces premiers socialistes dans leur quête de réorganisation sociale. La première renvoie au « saint-simonisme orthodoxe » qui vise « une asymptotique égalité des chances ne laissant jouer que les capacités et volontés clairement identifiées et sélectionnées des individus » (p. 21). Cette tendance aboutit à une première forme d’égalité des chances opposée au principe d’une égalité absolue mais « revendiquant la substitution d’une pratique archaïque et arbitraire de « gouvernement des hommes » par une objective et rationnelle « administration des choses » » (p. 25). Cette approche, qui a donc le mérite de remettre en question la naturalisation des hiérarchies sociales et la vision providentialiste de l’économie, vise ainsi à encadrer et régler la compétition sur le terrain économique pour permettre une équitable distribution des rétributions et des rangs en fonction des contributions et des capacités de chacun. Il n’en demeure pas moins que pour les représentants de cette tendance, l’égalité des chances est une finalité en soi et que leur conception du socialisme peut ainsi s’accommoder de certaines inégalités… ce qui le rend vulnérable aux offensives du libéralisme économique.

 

Face à cette première tradition socialiste s’en dresse donc une deuxième qui retient essentiellement l’attention de l’auteur. Celle-ci considère cette égalité des chances comme un point de départ vers une égalité plus radicale à mettre en œuvre pacifiquement par la promotion de liens de fraternité et de solidarité. Ludovic Frobert a choisi de se focaliser sur trois personnages importants auxquels il souhaite redonner chair : Constantin Pecqueur (1801-1887), François-Vincent Raspail (1794-1878), et enfin George Sand (1804-1876). L’auteur justifie cette sélection d’abord par ses pérégrinations d’historien et son intérêt personnel, ensuite par l’ouverture sur le monde de ces figures qui ne sont pas des penseurs isolés, et enfin par la variété de leurs formes d’engagement et d’écriture, permettant de mettre en lumière l’imagination et la créativité de ces premiers socialismes. Le premier d’entre eux, Constantin Pecqueur, est envisagé dans la « triplette du Luxembourg » qu’il forme avec Louis Blanc et François Vidal, tous trois membres de la fameuse Commission du gouvernement des travailleurs créée le 28 février 1848. Cette triade de « socialistes unitaires, fraternels et égalitaires » (p. 34) est envisagée principalement pour ses réflexions sur les principes d’une société juste, seule à même de conduire au bonheur. L’auteur revient ainsi sur leur façon d’envisager une économie synonyme de « science de la fraternité » en s’appuyant sur deux institutions complémentaires, l’association et l’État. Dans un deuxième chapitre, Ludovic Frobert s’intéresse à la figure haute en couleur de François-Vincent Raspail dont il choisit de reconstituer la pensée au travers de ses almanachs et en s’appuyant sur deux références, la conception de « l’émancipation » de Jacques Rancière et la notion de « science populaire » développée par Bernadette Bensaude-Vincent. F.-V. Raspail est principalement envisagé par l’auteur au travers de sa critique de l’idéologie capacitaire à laquelle il oppose la notion de compétences qu’il cherche à articuler et concilier au niveau de la commune qu’il considère comme « l’atome de la République ». Enfin, dans son troisième et dernier chapitre, l’auteur s’intéresse donc à la façon dont George Sand, derrière laquelle se dessine la figure de Pierre Leroux, a développé sa conception de la communauté, au-delà de la sphère strictement économique. Sa singulière conception de la communauté réside précisément dans l’introduction du thème de l’amour, comme moteur et complément indispensable à la mise en œuvre d’une égalité radicale, et que l’auteur étudie en particulier dans le roman socialiste Le Pêché de Monsieur Antoine (1845).

 

En conclusion, Ludovic Frobert insiste sur la créativité et l’imagination de ces socialistes de l’au-delà de l’égalité : « pour ces premiers socialistes, il est question de remettre la créativité au cœur du socialisme afin de remédier à un état présent chaotique caractérisé par une mauvaise adaptation au milieu naturel (des ressources partout gaspillées, saccagées) et par une adaptation scandaleuse sur le plan social, que signale une indécente et omniprésente exploitation de l’homme par l’homme » (p. 164). Le souci de l’auteur, qui parcourt l’ensemble du livre, est ainsi de mettre en évidence l’actualité et la pertinence des questions posées par ces premiers socialismes. Bien de nos enjeux contemporains sont en effet déjà envisagés et discutés par ces premiers socialistes qui, ayant repris à leur compte le concept d’utopie, n’ont eu de cesse de se projeter vers un avenir plus radieux à construire au présent. Enfin, en guise d’épilogue, l’auteur revient sur l’ouvrage de Gerald A. Cohen, Why not socialism (2009), préfacé dans sa traduction française (2010) par François Hollande. Tout en mettant en évidence la lecture quelque peu tronquée de cet ouvrage par son illustre préfacier, Ludovic Frobert souligne surtout la continuité des réflexions de G.-A. Cohen avec celles développées par ces socialistes de l’au-delà de l’égalité garant de l’identité d’un socialisme non soluble dans le marché.

Pierre-Henri Lagedamon

 

Le livre sur le site de l’éditeur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.