RESUME memoire

Dans le cadre de l’ouverture d’une nouvelle section sur le présent carnet, des travaux et matériaux de jeunes chercheurs et chercheuses vont être mis  en avant.

 

Le premier billet est ouvert par le résumé de mémoire de Clara Parriel à propos des débats autour des lois de 1893 et 1894 contre les anarchistes.

 

 

Entre 1892 et 1894, la France est le théâtre d’expérimentations de la propagande par le fait. Une bombe déposée par Auguste Vaillant à la Chambre des députés le 9 décembre 1893, conduit le gouvernement de Casimir-Perier à présenter quatre projets de lois deux jours plus tard. L’assassinat du président de la République Sadi Carnot, par l’anarchiste italien Caserio, précipite l’adoption de la loi « contre les menées anarchistes » en juillet 1894. Ces lois portant sur la liberté d’expression et ses limites, questionnent la IIIᵉ République et les valeurs qu’elle entend porter.

À partir de l’historiographie du mouvement anarchiste, des courants et des acteurs politiques de l’époque, ce mémoire entend étudier l’ensemble des débats autour des « lois scélérates », de leur élaboration jusqu’en 1899 à la fin de l’affaire Dreyfus. Par l’étude d’une diversité de sources, ce mémoire vise à comprendre en quoi cet attirail législatif dépasse le cadre de la lutte anti-anarchiste. Les sources parlementaires par les débats et les comptes rendus du Journal Officiel ont permis une lecture qualitative et quantitative des discours politiques. Les hebdomadaires Le Temps et Le Petit Journal ont fait l’objet de dépouillements pour décembre 1893 et juillet 1894, afin de croiser les regards de deux grands titres de presse. D’autres sources, tels que la brochure de Pouget, de Pressensé et d’« un Juriste », des chroniques issues de la Revue blanche, ainsi que des articles du journal anarchiste les Temps Nouveaux, permettent d’apprécier la vigueur et les différentes tendances de l’opposition. Des recherches menées aux Archives Nationales dans la sous-série F/7 rendent compte de la surveillance des opposants aux lois, et des mémoires de polices de la fin du XIXᵉ siècle éclairent les représentations de l’époque.

Si la réprobation de l’attentat fait l’unanimité au sein de la sphère politique légitime, les lois scélérates sont sources de tensions. Quelles instabilités du régime républicain mettent-elles en exergue ? Quel traitement est réservé à la violence politique au sein du régime républicain ? A quelle culture républicaine ces lois se rattachent-elles et quelles représentations de l’anarchisme développent-elles ?

Le gouvernement fait de ces lois un enjeu de défense sociale face à une menace nouvelle pour le régime républicain. Les discours alarmistes du gouvernement présentent ces lois comme nécessaires pour répondre au souci de sécurité publique, corrélé à celui du maintien de l’ordre. Si pour les conservateurs ces lois illustrent les failles d’une République libérale jugée laxiste, pour l’extrême gauche, elles marquent un tournant conservateur et une rupture avec l’idéal républicain. Dans les discours, les attentats tout comme ces lois semblent être le point d’orgue d’une société décadente.

Ces débats rendent compte d’une défiance envers les mouvements révolutionnaires. En ce sens, les lois scélérates dessinent les limites de la sphère politique légitime. Les opposants aux lois alertent sur de possibles amalgames avec différents courants politiques. Certains législateurs s’inquiètent de voir le mouvement anarchiste confondu avec les courants socialistes, d’autres y voient le moyen de mettre un terme à toute contestation politique, tandis que quelques députés accordent de la légitimité à des penseurs anarchistes.

L’instauration de lois anti-anarchistes témoigne des difficultés à comprendre les attentats. La disqualification politique de l’attentat conduit à une criminalisation du mouvement anarchiste dans son ensemble. Les législateurs, pour élaborer ce dispositif répressif, ont recours à des représentations. Ainsi, la loi visant à réprimer les « associations de malfaiteurs » présente le mouvement anarchiste comme organisé à l’échelle internationale. Ces représentations se construisent dans les discours et le contenu des lois. La législation issue du droit commun ordinaire est-elle suffisante ou faut-il créer une nouvelle catégorie juridique ? La plasticité de certaines représentations aboutit à des arguments variablement employés par les défenseurs ou l’opposition aux lois. L’image essentialisée de « l’anarchiste » se cristallise. Il est à la fois un criminel ordinaire, le pire des criminels, ou encore l’étranger. L’attentateur est-il responsable ou une victime influencée par des théoriciens ? En opposition à la figure du « poseur de bombes », le pouvoir construit une norme du « bon citoyen ». La représentation des anarchistes correspond à l’adhésion des courants socialistes à la IIIᵉ République, et la convergence contre les lois scélérates lors du « moment dreyfusard » apparaît plutôt comme une alliance circonstancielle.

 

Clara Parriel, Les débats autour des lois de 1893 et 1894 contre les anarchistes, dites « lois scélérates », mémoire de Master 2, soutenu en 2018 à l’Université Bordeaux Montaigne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.