Pacifisme et socialisme : de la IIe Internationale à la guerre froide

Quatrième séance : Seconde guerre mondiale : comment affronter le nouveau défi ?

 

Virgile Cirefice (Univ. de Paris 8) : « Vainqueurs et vaincus. Les socialistes français et italiens face à la paix à la fin de la Seconde guerre mondiale ».

Virgile Cirefice propose d’étudier la lecture qui est faite par les socialistes à la fin de la Seconde Guerre mondiale ainsi que les différentes conceptions de la paix dans le monde qui s’ouvre. Le chercheur partage les différentes analyses qui ont pu être faites lors des communications précédentes sur l’idée assez largement admise parmi les socialistes d’une participation « malgré eux » aux événements survenus. Le souvenir de la Première guerre demeure prégnant chez les socialistes, la Seconde Guerre est tout naturellement un moment de redéfinition puisqu’aucun n’a pu ni prévoir ni empêcher la guerre. Au sortir de celle-ci, les socialistes, « ultra pacifistes » compris, doivent penser une nouvelle définition de l’idée de paix et de pacifisme qui se reconstruisent autour de la notion de guerre défensive et d’internationalisme. Virgile Cirefice explore donc les débats dans cette nouvelle configuration.

Visionner sur la WebTv

 

Talbot Imlay (Université Laval) : « Le parti travailliste et les socialistes européens en exil en Grande-Bretagne pendant la Seconde guerre mondiale »

Talbot Imlay revient quant à lui sur le parti travailliste pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant cette dernière s’observe un renouvellement de « l’internationalisme » notamment au sein du parti travailliste (Labour party). Imlay précise qu’il s’inscrit ici en faux face à l’historiographie dominante sur l’objet, encore très largement considéré comme « anglo-britannique » ; et de noter ensuite la quasi-absence des études sur les relations du Parti avec les autres partis socialistes, les rares études mettant davantage l’accent sur les tensions, les divisions et les ruptures. Selon Imlay, le parti travailliste va se renouveler au sortir de la Seconde Guerre mondiale et c’est tout l’enjeu de la présente communication.

Visionner sur la WebTv

 

 

Gilles Morin, “Du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes à la Ligue de la Pensée française (1934-1944), l’impasse du pacifisme intégral de la gauche »

Gilles Morin revient sur les trajectoires et parcours de quelques figures des « combattants de la paix ». Le chercheur propose d’abord de revenir sur des itinéraires individuels afin d’en dégager des logiques collectives, en s’attardant sur les fracturations et le début de marginalisation du pacifisme socialiste d’avant-guerre. Ensuite Gilles Morin étudie les différents types d’engagements et replis durant l’occupation pour en mesurer l’importance, introduisant dans le dernier volet de sa présentation l’évolution des engagements socialistes.

 

Visionner sur la WebTv

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.