[CR] Pierre Monatte, lettres d’un syndicaliste sous l’uniforme, 19115-1918, lettres choisies et annotées par Julien Chuzeville, Éditions Smolny, 2018

            Le collectif Smolny[1], qui édite des textes de l’histoire du mouvement ouvrier et en particulier les œuvres complètes de Rosa Luxemburg, publie un corpus de lettres écrites entre 1915 et 1918 par Pierre Monatte[2], « un syndicaliste sous l’uniforme » aujourd’hui trop souvent oublié, et annotées par l’historien Julien Chuzeville[3].

            Né à Monlet (Haute-Loire) le 15 janvier 1881 d’une mère dentellière et d’un père maréchal ferrant-forgeron, Pierre Monatte réussit sa scolarité et prend goût précocement à la lecture des journaux et brochures du mouvement ouvrier. Il devient correcteur d’imprimerie et militant syndicaliste révolutionnaire à la CGT dès le début des années 1900. En 1904, il devient membre du Comité confédéral de la CGT en tant que représentant de la Bourse du Travail de Bourg-en-Bresse. Ses responsabilités l’amènent à se lier d’amitié avec de nombreux militants : le médecin Fritz Brupbacher, qu’il rencontre au cours de son exil en Suisse en 1908, mais surtout Alfred Rosmer, Alphonse Merrheim et Marcel Martinet. C’est avec ces trois militants que Pierre Monatte entretient une correspondance suivie lorsqu’il est mobilisé. C’est aussi avec ces trois militants qu’il dirige une revue dont il est le fondateur en 1909 à « l’apogée du syndicalisme révolutionnaire »[4] : La Vie Ouvrière.

            Au moment où la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Pierre Monatte est ébranlé par la catastrophe. Alors que les directions de la SFIO et de la CGT basculent en quelques jours vers le ralliement à l’Union Sacrée[5], une opposition à la guerre tout d’abord très minoritaire se révèle dès l’automne 1914 à la CGT – tout comme à la SFIO –  autour des rédacteurs de la Vie Ouvrière parmi lesquels on trouve Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre et Marcel Martinet en liaison avec quelques révolutionnaires russes dont Léon Trotsky.

            Dans une lettre écrite à René Nicod, secrétaire de la Fédération socialiste de l’Ain, Pierre Monatte fait part de leur incompréhension et de leur tristesse de voir la quasi-totalité des militants de la SFIO, de la CGT et de nombreux anarchistes rejeter ce qu’ils avaient prôné pendant de longues années[6].

            En décembre 1914, il marque son désaccord avec la direction de la CGT en démissionnant avec éclat du Comité Confédéral National où il siège. Il rédige ainsi une lettre le 7 décembre où il expose ses motivations[7]. « Après avoir rappelé les différentes formes de collaboration avec l’Etat pratiquées par la CGT depuis le début du conflit, puis les textes des résolutions contre la guerre votés lors des congrès socialistes internationaux de Stuttgart (1907), Copenhague (1910) et Bâle (1912), il évoque en contrepartie les positions affirmées par Keir Hardie en Grande-Bretagne, l’attitude de neutralité des socialistes suisses et italiens et enfin le récent refus de Karl Liebknecht et d’une minorité de socialistes allemands de voter les crédits de guerre »[8]. C’est parce qu’il croit «que  la CGT s’est déshonorée par son vote du 6 décembre » que Pierre Monatte décide alors de démissionner de ses responsabilités.

            Dès les premiers mois du conflit, Monatte exprime sa fidélité à ses convictions internationalistes. Dans une lettre adressée à James Guillaume[9] le 15 janvier 1915, il affirme que la social-démocratie allemande « a fait faillite et s’est déshonorée ». Il agit très tôt pour la constitution d’un mouvement internationaliste contre la guerre et la formation d’une « nouvelle Internationale » avec les révolutionnaires allemands Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg[10].

            Au début de l’année 1915, Pierre Monatte passe en conseil de révision et se retrouve mobilisé au 252ème régiment d’infanterie à Montélimar. Il est d’abord en caserne puis part au front. La vie à la caserne est difficile[11]. Il se retrouve ainsi « un peu isolé et perdu dans le troupeau »[12] et éloigné de l’action militante même s’il parvient à rencontrer des militants lors de ses permissions et se fait envoyer des journaux[13] comme La Bataille Syndicaliste et L’Humanité[14] pour rester informé de la situation politique générale et des débats internes à la SFIO – même s’il n’en est pas membre – et de la CGT. Malgré la censure et la surveillance policière, Monatte parvient à suivre l’action des opposants à la guerre, qui se réunissent sur l’orientation adoptée par la Conférence internationale contre la guerre de Zimmerwald[15], tenue en septembre 1915. Il donne des conseils et se montre particulièrement attentif aux manifestations de remise en cause de l’Union Sacrée au sein de la SFIO : Monatte apprend avec satisfaction dans le journal Le Progrès que les socialistes zimmerwaldiens emmenés par Albert Bourderon et Fernand Loriot ont présenté un texte contre la guerre et contre l’Union Sacrée qui a recueilli 5% des suffrages lors du congrès fédéral (de la SFIO) de la Seine à la fin du mois de décembre 1915[16].

            Le courant zimmerwaldien dénonce la guerre comme un produit de l’impérialisme et condamne l’Union Sacrée. Il veut une révolution mondiale afin d’arrêter la guerre et de garantir la paix en dépassant les frontières. Un événement apporte alors un grand espoir à tous les socialistes, quoique pour des raisons différentes: la chute du tsarisme en mars 1917 et la révolution en Russie. De façon réaliste, les zimmerwaldiens y voient une révolution contre la guerre. Pierre Monatte indique à son ami Marcel Martinet qu’il s’est réjoui « sans une minute d’hésitation » et loue « le caractère populaire du mouvement » et voyant « les révolutionnaires qui vont rentrer de partout »[17]. Comme le précise Julien Chuzeville, les minoritaires du mouvement ouvrier placent une grande attente dans la révolution russe et veulent y voir un effet d’entrainement dans le monde entier[18].

            Dans ses lettres, Monatte évoque enfin ses perspectives après le conflit comme la reparution de la Vie Ouvrière[19], revue qu’il a fondée en 1909 et dont il a décidé la suspension pour éviter la censure au début de la guerre[20]. Tout au long du conflit, Pierre Monatte est un antimilitariste et internationaliste convaincu qui n’abandonne jamais ses activités militantes. Le corpus choisi et annoté par Julien Chuzeville permet ainsi une immersion dans l’agitation socialiste et syndicaliste de l’époque, et qui voit Pierre Monatte être l’un des acteurs qui s’inscrit dans une séquence longue de presque dix ans aboutissant à la scission du Parti socialiste SFIO et la création du Parti communiste en France au-delà du seul Congrès de Tours en 1920.

Florent Godguin


[1] http://www.collectif-smolny.org

[2] Il apparaît indispensable de citer la principale biographie consacrée à Pierre Monatte :

Colette CHAMBELLAND, Pierre Monatte, une autre voix syndicaliste, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.

[3] Julien CHUZEVILLE, Militants contre la guerre, Paris, Spartacus, 2014, 131 p.

[4] Michel DREYFUS, Histoire de la CGT, Bruxelles, Complexe, 1995, p.57.

[5] Ibid, pp. 80-84.

[6] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.

[7] Lettre de démission du Comité confédéral de la CGT, 7 décembre 1914.

[8] Ibid, p. 90.

[9] Pour approfondir la connaissance de la vie et de l’œuvre de James Guillaume, nous signalons ce carnet de recherche : https://jguillaume.hypotheses.org

[10] Lettre à James Guillaume, Paris, 15 janvier 1915.

[11] Lettre à Marcel Martinet, vendredi 23 juillet 1915.

[12] Lettre à Marcel et Renée Martinet, Souspierre, 7 mars 1915.

[13] Le Comité d’action, formé par la SFIO et la CGT, avait notamment pour mission d’envoyer les journaux du mouvement ouvrier aux militants qui étaient mobilisés.

[14] Lettre à Marcel Martinet, jeudi 8 juillet 1915.

[15] Julien CHUZEVILLE, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 p.

[16] Lettre à Marcel Martinet, mardi 21 décembre 1915.

[17] Lettre à Marcel Martinet, samedi 24 mars 1917.

[18] Julien CHUZEVILLE, Un court moment révolutionnaire. La création du Parti communiste en France (1915-1924), Paris, Libertalia, 2017, p. 89.

[19] Lettre à Fritz Brupbacher, mardi 11 septembre 1917.

[20] Lettre à René Nicod, publiée dans L’Eclaireur de l’Ain, n°48, 29 novembre 1914.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.